CRAINTE ET TREMBLEMENT, Soren KierkegaardFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est en 1841, la même année que Marx, que Søren Kierkegaard (1813-1855) soutient sa thèse de doctorat, sur Le Concept d'ironie chez Socrate. En 1843, quelques mois après L'Alternative, paraissent, le même jour, le 16 octobre, La Répétition et Crainte et tremblement, où la pensée paradoxale de l'auteur va prendre pour point de départ le problème théologiquement et philosophiquement épineux de l'interprétation de l'épisode biblique du sacrifice d'Isaac par son père Abraham. La morale, dont les exigences sont universelles, peut-elle souffrir des exceptions ? Contre cette prétention à l'universalité, que Kant défendait, Kierkegaard va soutenir la thèse d'une « suspension téléologique de l'éthique ». « Le héros tragique [Agamemnon] renonce à lui-même pour exprimer le général ; le chevalier de la foi [Abraham] renonce au général pour devenir l'individu. » Faisant l'expérience de l'absurde et de la solitude, Abraham témoigne pour une existence irréductible à tout concept. Kierkegaard jette ainsi les fondements d'une pensée de l'existence singulière appelée à de nombreux développements.

Kierkegaard

Kierkegaard

Photographie

Le philosophe danois Soren Kierkegaard (1813-1855). Son influence fut grande sur de nombreux philosophes contemporains et on le considère comme le père de l'existentialisme. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Francis WYBRANDS, « CRAINTE ET TREMBLEMENT, Soren Kierkegaard - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/crainte-et-tremblement/