IDÉALISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'idéalisme et la philosophie de la physique

On rencontre fréquemment deux opinions : que le réalisme est naturel aux sciences ; que la philosophie est nécessairement idéaliste. La première de ces affirmations a pu être vraie pour certaines théories. Émile Meyerson a soutenu qu'elle est vraie et que les thèses positivistes-idéalistes vont à contre-fil de la pratique des savants. Par exemple, Comte interdit de formuler des hypothèses sur « le mode de production des phénomènes », c'est-à-dire sur les substances et les causes ; les sciences doivent répudier toute ontologie et s'en tenir aux lois, relations quantitatives constantes. Meyerson (De l'explication dans les sciences, 1927) montre que ces consignes n'ont jamais été écoutées. Les scientifiques cherchent à expliquer les lois. Il n'est pas vrai non plus qu'ils écartent tout engagement ontologique ; et, s'ils éliminent une partie de l'ontologie du « sens commun » ou du « réalisme naïf », c'est parce que ses entités ne sont pas assez réelles, trop « subjectives » ou trop dépendantes de la sensation. D'ailleurs, Comte avait assez d'expérience du métier pour reconnaître, dans les « grossières mais judicieuses indications du bon sens vulgaire », le « véritable point de départ éternel de toute sage spéculation scientifique ». Enfin, la science complète le réel qu'elle admet par un virtuel soit emprunté à l'imaginaire mathématique, soit constitué par des objets ou des actions hypothétiques, supposées rendre compte de ce qui est observé (atomes, particules d'échange, principes de stationnarité, etc.).

La philosophie exerce-t-elle une influence sur les scientifiques ? Ceux-ci sont eux-mêmes très discrets là-dessus. Ils ont souvent un philosophe préféré, les biographies nous l'apprennent. Mach se réfère à Hume ; Josiah Willard Gibbs, qui propose une conception subjectiviste de l'entropie, a des penchants idéalistes ; Albert Einstein admire Spinoza, Niels Bohr se réfère à Kant, Schrödinger et Luitzen E. J. Brouwer aux métaphysiques orientales... On a dit que les savants écrivent leurs préfaces à la lumière de ce qu'ils croient qu'ils pensent et qui n'est pas forcément conforme à ce qu'ils font. Appliquée à ceux dont on vient de citer les noms, la remarque est erronée : leurs théories scientifiques, celles auxquelles ils ont travaillé, sont en harmonie avec leurs choix métaphysiques. La seule grande théorie physique marquée au coin de l'idéalisme est la mécanique quantique dans son évolution depuis les années 1925. Il est remarquable que les physiciens réalistes, Albert Einstein et Louis de Broglie, se sont tenus à l'écart de son développement, après avoir participé à sa création. L'impression que la physique est devenue idéaliste a été renforcée par la philosophie des sciences, imprégnée d'idéalisme à de rares exceptions près. S'effectue d'ailleurs une sorte de chassé-croisé : les philosophes s'imaginent que la science est idéaliste ; les scientifiques, lisant les philosophes, dont la technicité parfois les abuse, emboîtent le pas. Comment s'est établie la réputation inductiviste de la physique newtonienne ? Qui a mis en circulation l'opinion que la science ne saurait pénétrer jusqu'à l'essence des phénomènes, mais seulement donner les rapports des représentations ? Il se peut que les philosophes, par crainte d'être taxés d'aristotélisme, se soient hâtés de donner des gages au positivisme.

En tout cas, l'idéalisme en science n'est pas une tendance nouvelle. Dans l'Antiquité grecque, il apparaît sous forme d'instrumentalisme. Pierre Duhem en a retracé l'histoire (Sôzein ta phainomena. Essai sur la notion de théorie physique de Platon à Galilée, 1908). Platon opposait la méthode des astronomes à celle des physiciens. La première consiste à reconstruire les orbites des corps célestes de manière que les résultats des calculs coïncident avec les observations. La seule contrainte est de « sauver les apparences ». Pour le reste, les astronomes ont la plus grande liberté dans leurs hypothèses : leurs théories sont des expédients de calcul, des fictions mentales commodes. Tout autre est la situation du physicien qui décrit la réalité et dont la théor [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université Paris-XII-Val-de-Marne, Créteil

Classification

Autres références

«  IDÉALISME  » est également traité dans :

BERKELEY GEORGE (1685-1753)

  • Écrit par 
  • Geneviève BRYKMAN
  •  • 2 922 mots
  •  • 1 média

Soucieux d'enrayer la marée montante du scepticisme induite par le progrès des sciences positives, Berkeley fut essentiellement un apologiste. Mais il fut aussi un authentique philosophe, dont l'ambition paradoxale était de définir, d'une façon à la fois nouvelle et traditionnelle, les rapports entre Dieu et les êtres finis. Selon lui, la distinction aristotélicienne, reprise par Locke, entre le […] Lire la suite

BOSANQUET BERNARD (1848-1923)

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 898 mots

Philosophe anglais, qui fut professeur à Saint Andrews. Bosanquet est un représentant original, avec Bradley et Royce, de l'idéalisme néo-hégélien. Il était le combattant d'une cause perdue en ce qu'il se voulait le défenseur de l'idéalisme ancien (absolu) contre les « hérésies » de l'idéalisme personnaliste en un temps où se dissociaient les deux sources traditionnelles d'inspiration de la philos […] Lire la suite

BRUNSCHVICG LÉON (1869-1944)

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 950 mots

Philosophe français, né à Paris, Léon Brunschvicg entre, en 1880, à l'École normale supérieure et suit à la Sorbonne les cours de Victor Brochard et d'Émile Boutroux. Sa thèse de doctorat a pour sujet et pour titre La Modalité du jugement (1892). Il fonde, en 1893, la Revue de métaphysique et de morale , avec Xavier Léon et Élie Halévy. Nommé professeur à la Sorbonne en 1909, il y enseigne pendant […] Lire la suite

CAUSALITÉ

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Marie GAUTIER, 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 13 000 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Idéalisme ou réalisme »  : […] Le principe de causalité peut être envisagé de deux points de vue radicalement différents : ou bien on suppose que notre raison saisit la réalité et le mot « causalité » désigne un ensemble de relations d'ordre entre les choses elles-mêmes, touchant leur permanence, leur succession et leurs interactions ; ou bien l'idée de causalité ne dénote pas une propriété des choses elles-mêmes, mais seulemen […] Lire la suite

CIVISME

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 4 694 mots

Dans le chapitre « Le fondement du civisme »  : […] Civisme et moralité pure . Il serait en effet tentant de faire du civisme une obligation de la moralité pure. Si l'on y parvenait, l'anticivisme se changerait en incivisme de la pensée, c'est-à-dire, encore que les termes jurent entre eux, en une faute purement théorique. Kant a pourtant voulu fonder un devoir de servir la société politique. On sait que, contre Wolff, Kant refuse d'enfermer le dr […] Lire la suite

CONNAISSANCE

  • Écrit par 
  • Michaël FOESSEL, 
  • Yves GINGRAS, 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 9 092 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le problème de la connaissance »  : […] La question se complique du fait que la connaissance ne peut être analysée selon un modèle unique. Il y a une forme de connaissance qui est liée à la présence physique de la chose connue et à une interaction entre celle-ci et le système nerveux (par l'intermédiaire des organes des sens) : c'est la perception sensible. Mais il est aussi possible de se représenter un objet qui n'est pas physiquement […] Lire la suite

CORPS - Soma et psyché

  • Écrit par 
  • Pierre FÉDIDA
  •  • 3 215 mots

La distinction entre soma et psyché et le jeu d'oppositions complémentaires que sous-tendent et engagent ces notions participent d'une prise de conscience dont l'histoire s'identifie, pour une large part, à la tradition de l'idéalisme occidental. On sait que cette distinction, pour aussi évidente qu'elle soit devenue à notre habitude de pensée, ne trouve pas son ordre de raisons dans d'autres c […] Lire la suite

DESCARTES RENÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 12 478 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le primat de la pensée »  : […] Là ne se borne pas, cependant, sa fécondité. Le cogito permet d'affirmer le primat de la pensée sur tout objet connu, ce qui ouvre la voie à l' idéalisme, au kantisme, à la phénoménologie. À la fin de la Méditation seconde , la célèbre analyse dite du morceau de cire établit que la perception des corps se réduit à une « inspection de l'esprit », et que l'apparente présence des choses est, en fait, […] Lire la suite

EMPIRISME

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 13 314 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La croyance chez Kant et chez Hume »  : […] Or ce concept de croyance, qui permet d'anticiper pas à pas les possibilités de l'expérience, est justement ce qui va disparaître chez Kant au profit d'une anticipation globale des possibilités de l'expérience en général. Dans l'introduction à la Critique de la raison pure (2 e  éd.), Kant écrit : « Si toute connaissance débute avec l'expérience, cela ne prouve pas qu'elle dérive toute de l'expér […] Lire la suite

EXPÉRIENCE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 784 mots

Dans le chapitre « Empirisme contre idéalisme »  : […] Nées avec Galilée, les sciences expérimentales ont réactivé le débat philosophique qui avait opposé deux millénaires plus tôt Platon et Aristote. Reprochant à René Descartes (1596-1650) d’avoir développé des hypothèses excessivement métaphysiques au lieu de rester proche de l’expérimentation, les philosophes anglais John Locke (1632-1704) et David Hume (1711-1776) défendront une philosophie di […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean LARGEAULT, « IDÉALISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/idealisme/