HOHENZOLLERN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les margraves de Bayreuth et d'Ansbach aux XVIIe et XVIIIe siècles

Dès la mort de Christian (1655) ses possessions sont partagées entre ses deux fils : Bayreuth revient à l'aîné, Kulmbach au cadet. Christian-Ernest de Bayreuth († 1712), général au service de l'empereur, est aussi un prince bâtisseur ; mais sa capitale ne lui fait pas négliger la petite ville d'Erlangen, où il accueille les protestants français après la révocation de l'édit de Nantes (les Hohenzollern de Franconie, à la différence de ceux de Souabe restés catholiques, ont adhéré à la Réforme). Son fils Georges-Guillaume étant mort sans postérité (1726), c'est la branche de Kulmbach qui hérita de Bayreuth, dont elle prit le nom.

Georges-Frédéric, qui régnait depuis 1708 à Kulmbach, établit sa résidence à Bayreuth. L'événement important de son règne est le mariage (1731) du prince héritier Frédéric avec Sophie-Wilhelmine, fille du roi de Prusse Frédéric-Guillaume Ier (et sœur préférée du futur Frédéric II). Leur règne, qui débute en 1735, est la période brillante de Bayreuth évoquée par les Mémoires de la margrave et sa correspondance avec son frère : à l'Ermitage et au nouvel Ermitage, à la nouvelle résidence (l'ancienne avait été détruite par un incendie) une vie de société s'instaure, policée à la française, rompant avec l'isolement intellectuel de la petite principauté. En 1743 est fondée l'université d'Erlangen. C'est aussi la période difficile des guerres dont l'Allemagne est le théâtre pendant près d'un quart de siècle. Si de 1740 à 1745 l'attitude pro-autrichienne de la cour de Bayreuth amène un refroidissement des rapports entre la margrave et Frédéric II, dans la guerre de Sept Ans (1756-1763) celle-ci offre (en vain d'ailleurs) sa médiation entre la Prusse et la France. Mais la margrave disparaît en 1758, son mari en 1765, sans postérité masculine. Bayreuth passe alors à un parent, Frédéric-Christian de Neustadt, qui meurt, lui aussi sans postérité, en 1769, laissant Bayreuth au représentant de la branche d'Ansbach, Charles-Alexandre.

Les margraves d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Rouen

Classification


Autres références

«  HOHENZOLLERN  » est également traité dans :

ALBERT DE BRANDEBOURG (1490-1568) premier duc de Prusse (1525-1568)

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 573 mots

Troisième fils du margrave d'Ansbach en Franconie, Albert de Brandebourg est destiné à une brillante carrière ecclésiastique. Dès l'âge de seize ans, il devient chanoine à Cologne, ce qui ne l'empêche pas de participer en 1508 à une campagne militaire de l'empereur Maximilien en Italie. C'est en 1510 que se situe sa fortune, lorsque, grâce aux manœuvres de son frère aîné, il est élu grand maître d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-de-brandebourg/#i_31701

ALBERT DE HOHENZOLLERN (1490-1545) électeur de Mayence (1514-1545)

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 316 mots

Auteur indirect de la Réforme, le prince Albert de Hohenzollern est le type même de l'évêque humaniste et mondain, plus soucieux de politique que de pastorale. Frère de l'Électeur de Brandebourg, il devient, grâce à la politique dynastique qui vise à faire de Magdebourg un apanage des cadets, archevêque de ce siège, en 1513, et administrateur de Halberstadt. L'année suivante, il obtient en plus l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-de-hohenzollern/#i_31701

BRANDEBOURG

  • Écrit par 
  • Christophe QUÉVA
  •  • 892 mots
  •  • 1 média

Le Brandebourg (Brandenburg en allemand) est l’un des seize Länder d’ Allemagne . Situé au nord-est du pays, à la frontière avec la Pologne . Il comptait environ 2,5 millions d’habitants en 2017. L’originalité du territoire du Brandebourg est qu’il entoure Berlin, la capitale allemande. Il couvre environ 30 000 kilomètres carrés et la population est globalement peu dense, sauf à proximité de Berl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brandebourg/#i_31701

EMS DÉPÊCHE D' (1870)

  • Écrit par 
  • Louis DUPEUX
  •  • 310 mots

La dépêche d'Ems est l'occasion de la guerre franco-allemande de 1870-1871. Le gouvernement provisoire espagnol du général Prim avait offert la couronne d'Espagne à Léopold de Hohenzollern-Sigmaringen, petit-cousin du roi de Prusse. Léopold, longtemps hésitant, accepte, sur les instances de Bismarck, et obtient l'accord du roi Guillaume I er , chef de la famille. Le 3 juil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/depeche-d-ems/#i_31701

FRÉDÉRIC-GUILLAUME Ier (1688-1740) roi de Prusse (1713-1740)

  • Écrit par 
  • Georges LIVET
  •  • 735 mots

Né trois mois après la mort du Grand Électeur, Frédéric-Guillaume I er devient roi de Prusse le 25 février 1713. Son père Frédéric I er a obtenu pour la famille des Hohenzollern le titre royal. Sa mère Sophie-Charlotte de Hanovre, amie de Leibniz, meurt à trente-sept ans (1705). L'année suivante, Frédéric-Guillaume épouse sa cousine germaine Soph […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-guillaume-ier/#i_31701

FRÉDÉRIC II DE PRUSSE (1712-1786)

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 3 129 mots
  •  • 2 médias

Frédéric II est l'un des souverains les plus illustres du xviii e siècle. Non qu'il ait dominé son temps d'une façon exclusive, que tout doive s'ordonner autour de sa personne et de son action. Ce serait fausser la réalité que de ne voir dans l'histoire des relations internationales au xviii e s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-ii-de-prusse/#i_31701

GUILLAUME Ier (1797-1888) roi de Prusse (1861-1888) et empereur d'Allemagne (1871-1888)

  • Écrit par 
  • Léon STRAUSS
  •  • 461 mots
  •  • 1 média

Second fils de Frédéric-Guillaume III et de la reine Louise, Guillaume participe aux dernières campagnes contre Napoléon. Lors des événements de 1848, il apparaît comme l'incarnation des idées réactionnaires et absolutistes. Après les journées révolutionnaires de mars 1848, il se réfugie quelque temps en Angleterre, mais c'est lui qui commande, en 1849, les troupes de répression prussiennes en Pal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-ier/#i_31701

GUILLAUME II (1859-1941) empereur d'Allemagne (1888-1918)

  • Écrit par 
  • Léon STRAUSS
  •  • 453 mots
  •  • 1 média

Empereur d'Allemagne et roi de Prusse, Guillaume II est le petit-fils de Guillaume I er et de Victoria d'Angleterre, et le fils de Frédéric III. Après le court règne de son père, il accède à l'Empire en 1888. Très orgueilleux et jaloux de son autorité, il rêve de jouer un grand rôle et de conduire lui-même les destinées de l'Empire. Il renvoie Bismarck en 1890 et choisit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-ii/#i_31701

JEAN CICÉRON (1455-1499)

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 234 mots

Un des premiers princes touchés par l'humanisme, l'électeur Jean Cicéron s'est plus occupé de la gestion intérieure du Brandebourg que d'une politique active avec les voisins. Devenu gouverneur de l'électorat en 1476, il a connu des débuts difficiles, ballotté entre le contrôle tatillon de son père, Albert Achilles, et les états qui refusent de voter de nouveaux impôts, au point qu'il a dû attendr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-ciceron/#i_31701

POTSDAM

  • Écrit par 
  • Antoine LAPORTE
  •  • 838 mots
  •  • 1 média

Potsdam est une ville d’ Allemagne , capitale du Land de Brandebourg , située à 30 kilomètres du centre de Berlin . La ville comptait 175 000 habitants en 2017. Potsdam est connue pour avoir abrité la résidence des Hohenzollern , souverains de Brandebourg puis de Prusse à partir du xvii e  siècle et jusqu’en 1918. La ville de Potsdam est située en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/potsdam/#i_31701

PRUSSE

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 8 224 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le Brandebourg »  : […] L' origine du Brandebourg est à chercher dans la marche que les Carolingiens créèrent au ix e  siècle au nord-est de l'Empire contre les peuples slaves groupés sous la dénomination de Wendes. À la fin du x e  siècle, elle fut morcelée en trois parties : Misnie au sud, Lusace au centre, marche du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prusse/#i_31701

SAINT EMPIRE ROMAIN GERMANIQUE

  • Écrit par 
  • Marcel PACAUT
  •  • 3 817 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La mort sans gloire »  : […] Bien qu'ils ne soient pas parvenus à restaurer la puissance et la cohésion impériales, les Habsbourg ne renoncèrent pas pour autant à tirer parti des préséances que leur conféraient leur titre et des relations entretenues grâce à lui pour jouer un rôle éminent dans les affaires allemandes. Ils comptèrent surtout, pour réaliser cette ambition, sur l'appui des princes électeurs et des princes cathol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-empire-romain-germanique/#i_31701

Pour citer l’article

Michel EUDE, « HOHENZOLLERN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hohenzollern/