NUREMBERG

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au sud de l’Allemagne, Nuremberg (Nürnberg en allemand) est, avec 530 000 habitants (2018), la deuxième ville du Land de Bavière. Traversée par la Pegnitz, elle est le cœur d’une région métropolitaine de plus de 3,5 millions d’habitants (2018) et le centre administratif de la Moyenne-Franconie.

Allemagne : carte administrative

Allemagne : carte administrative

Carte

Carte administrative de l'Allemagne. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

La première mention écrite attestant de son existence remonte à 1050. Profitant de sa position au carrefour de routes commerciales, la ville connaît une forte croissance économique et démographique durant le Moyen Âge. Protégée par la forteresse (Kaiserburg), régulièrement utilisée comme lieu de séjour impérial, Nuremberg devient un centre commercial et artisanal prospère et influent. Son élévation au rang de ville libre d’Empire (1219) renforce cette position. Au début de l’époque moderne, Nuremberg est ainsi un centre florissant de la Renaissance en Allemagne (c’est la ville d’Albrecht Dürer), avant que sa prospérité ne soit fragilisée par le déplacement des routes commerciales et l’instabilité chronique liée à la guerre de Trente Ans (1618-1648). En 1806, perdant le statut de ville libre d’Empire, Nuremberg est intégrée au royaume de Bavière.

Le xixe siècle permet une nouvelle phase de croissance économique et d’extension urbaine, notamment grâce à la construction d’infrastructures. En 1835, une liaison ferroviaire, la première d’Allemagne, reliant Nuremberg à la cité voisine de Fürth, est ouverte. Quelques années plus tard, la ville est desservie par le canal reliant le Danube au Main (lui-même affluent du Rhin) et un port est construit. Elle devient ainsi le pôle industriel le plus important de Bavière.

En raison de son passé prestigieux au Moyen Âge, la ville est considérée par la propagande nationale-socialiste comme un lieu symbolique de l’histoire allemande. En conséquence, son architecture est transformée et réaménagée, notamment pour accueillir les congrès du parti nazi, le NSDAP. C’est lors de [...]



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur en géographie, professeur de géographie humaine à l'université de Freiburg (Allemagne)

Classification


Autres références

«  NUREMBERG  » est également traité dans :

BAVIÈRE (histoire)

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  • , Universalis
  •  • 3 152 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La Bavière dans le IIe Reich (1870-1918) »  : […] La victoire militaire sur la France rendait inévitable l'entrée des quatre États du Sud dans la Confédération. Par le traité du 23 novembre 1870, la Bavière se fit garantir un certain nombre de « droits réservés » ( Sonderrechte ) : administrations particulières pour les chemins de fer, les postes, la monnaie ; armée autonome en temps de paix, droit de représentation diplomatique active et passive […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baviere-histoire/#i_13898

DÜRER ALBRECHT (1471-1528)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 4 517 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une conscience nouvelle de l'art »  : […] Fils d'un orfèvre de Nuremberg, Dürer passa presque toute son existence dans cette ville. Malgré de nombreux points obscurs, sa vie et sa personnalité nous sont relativement bien connues grâce à des documents contemporains et surtout à plusieurs écrits autobiographiques (la Chronique familiale , faisant suite à celle que son père avait rédigée, une page d'un carnet intime, et le livre de raison di […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albrecht-durer/#i_13898

FAÏENCE

  • Écrit par 
  • Henry-Pierre FOUREST, 
  • Jeanne GIACOMOTTI
  •  • 3 908 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La faïence aux XVIIe et XVIIIe siècles »  : […] Au xvii e  siècle, l'Espagne (Talavera de la Reyna, Puente del Arzobispo, Muel, Lerida), le Portugal (Lisbonne) et l'Italie (Naples et Castelli, Gênes, Albissola et Savone) continuèrent à produire d'innombrables faïences, mais ces différents centres ne jouèrent plus qu'un rôle secondaire ; de nouveaux foyers créateurs se constituaient : les Pays-Bas avec Delft, la France avec Nevers. Tout l'art d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/faience/#i_13898

HOHENZOLLERN

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 3 299 mots

Dans le chapitre « Les Hohenzollern de Souabe »  : […] Frédéric III, descendant du Burcardus, tué en 1061, compte au nombre des partisans de Barberousse et de Henri VI. Son mariage avec Sophie de Raab, fille du burgrave Conrad II, lui apporte en 1191 le burgraviat de Nuremberg. Nommés par l'empereur dans différentes villes, les burgraves avaient, en Allemagne du Sud, des fonctions essentiellement militaires ; à Nuremberg, où leur commandement se limi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hohenzollern/#i_13898

VERRE ART DU

  • Écrit par 
  • James BARRELET
  •  • 7 306 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La verrerie d'Allemagne et de Bohême »  : […] Avant de prendre, avec la Bohême, le relais de Venise sur le marché européen du verre, l'Allemagne avait adopté, vers le xiv e  siècle, un type de gobelet vert, à appendices, peut-être dérivé du Rüsselbecher de l'époque mérovingienne. Ce verre a donné le Römer , verre à vin du Rhin classique, et d'autres genres de verres décorés de façon analogue : pastillages, cabochons en forme d'épines ou à gra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-du-verre/#i_13898

Pour citer l’article

Tim FREYTAG, « NUREMBERG », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nuremberg/