NUREMBERG

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Deuxième ville de Bavière, avec 501 000 habitants en 2014, Nuremberg (en allemand Nürnberg) évoque tout à la fois la prospérité matérielle et culturelle des villes du Saint Empire romain germanique, la démesure du IIIe Reich ainsi que l'activité industrielle de l'Allemagne actuelle.

Allemagne : carte administrative

Allemagne : carte administrative

Carte

Carte administrative de l'Allemagne. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Une reconstruction intelligente a effacé les ravages de la Seconde Guerre mondiale, et le paysage urbain du centre rappelle le prestigieux développement de la ville au Moyen Âge et à l'époque moderne. Entourée de terroirs à faible valeur agricole, la ville doit son essor à sa position géographique, au cœur de la Franconie, vaste région sans obstacles de circulation. Dans la dépression de la Regnitz, un important carrefour réunissait les routes entre l'Italie et l'Allemagne du Nord d'une part, la Rhénanie et la Bohême d'autre part. Dotée d'un Burg par Frédéric Barberousse, Nuremberg connut très vite une grande activité commerciale : Frédéric II lui accorda le statut de ville libre impériale et elle devint l'un des grands foyers d'échange entre l'Orient et l'Occident. Dépassée dans ce domaine uniquement par Augsbourg, elle connut, par contre, une activité industrielle exceptionnelle : le travail du bronze et de l'or en fit aux xve et xvie siècles la ville la plus riche d'Allemagne. Cette prospérité explique la profusion de maisons aux pignons historiés et l'incomparable réunion d'artistes et de savants aux environs de l'an 1500 : le fondeur Peter Vischer, le sculpteur sur bois Veit Stoss, le géographe Martin Behaim, le peintre Wolgemuth et plus encore son élève Albrecht Dürer.

Par un curieux retour des choses, ce berceau de la cartographie devait particulièrement souffrir des grandes découvertes qui, modifiant totalement les routes des échanges avec l'Orient et l'Asie, provoquèrent le déclin de Nuremberg, accentué par les ravages de la [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  NUREMBERG  » est également traité dans :

BAVIÈRE

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  • , Universalis
  •  • 3 152 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La Bavière dans le IIe Reich (1870-1918) »  : […] La victoire militaire sur la France rendait inévitable l'entrée des quatre États du Sud dans la Confédération. Par le traité du 23 novembre 1870, la Bavière se fit garantir un certain nombre de « droits réservés » ( Sonderrechte ) : administrations particulières pour les chemins de fer, les postes, la monnaie ; armée autonome en temps de paix, droit de représentation diplomat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baviere/#i_13898

DÜRER ALBRECHT (1471-1528)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 4 517 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une conscience nouvelle de l'art »  : […] Fils d'un orfèvre de Nuremberg, Dürer passa presque toute son existence dans cette ville. Malgré de nombreux points obscurs, sa vie et sa personnalité nous sont relativement bien connues grâce à des documents contemporains et surtout à plusieurs écrits autobiographiques (la Chronique familiale , faisant suite à celle que son père avait rédigée, une page d'un carnet intime, et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albrecht-durer/#i_13898

FAÏENCE

  • Écrit par 
  • Henry-Pierre FOUREST, 
  • Jeanne GIACOMOTTI
  •  • 3 908 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La faïence aux XVIIe et XVIIIe siècles »  : […] Au xvii e  siècle, l'Espagne (Talavera de la Reyna, Puente del Arzobispo, Muel, Lerida), le Portugal (Lisbonne) et l'Italie (Naples et Castelli, Gênes, Albissola et Savone) continuèrent à produire d'innombrables faïences, mais ces différents centres ne jouèrent plus qu'un rôle secondaire ; de nouveaux foyers créateurs se constituaient : les Pays- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/faience/#i_13898

HOHENZOLLERN

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 3 299 mots

Dans le chapitre « Les Hohenzollern de Souabe »  : […] Frédéric III, descendant du Burcardus, tué en 1061, compte au nombre des partisans de Barberousse et de Henri VI. Son mariage avec Sophie de Raab, fille du burgrave Conrad II, lui apporte en 1191 le burgraviat de Nuremberg. Nommés par l'empereur dans différentes villes, les burgraves avaient, en Allemagne du Sud, des fonctions essentiellement militaires ; à Nuremberg, où leur commandement se limi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hohenzollern/#i_13898

VERRE ART DU

  • Écrit par 
  • James BARRELET
  •  • 7 306 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La verrerie d'Allemagne et de Bohême »  : […] Avant de prendre, avec la Bohême, le relais de Venise sur le marché européen du verre, l'Allemagne avait adopté, vers le xiv e  siècle, un type de gobelet vert, à appendices, peut-être dérivé du Rüsselbecher de l'époque mérovingienne. Ce verre a donné le Römer , verre à vin du Rhin classique, et d'autres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-du-verre/#i_13898

Pour citer l’article

Pierre RIQUET, « NUREMBERG », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nuremberg/