POLICE FRANÇAISE HISTOIRE DE LA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Historiquement, la fonction de « police » trouve ses origines dans les premières cités-États, qui ont très vite compris la nécessité d'avoir des règles organisant la vie de la cité et les rapports entre les citoyens. Étymologiquement, le mot rappelle cette origine et le lien entre police et cité (polis), mais avec une acception extrêmement large et ambitieuse. Du grec politeia, qui désignait dans la Grèce ancienne tout ce qui avait rapport à la cité et à son gouvernement, des règles d'hygiène à l'ordre public, des problèmes d'approvisionnement (eaux, marchés) aux mœurs (prostitution) et à la religion, le mot « police » a perdu beaucoup de son sens pour finir par désigner les seuls règlements et les institutions chargés d'assurer l'ordre et la sécurité publics. En France, c'est à l'État qu'il appartient d'exercer cette mission considérée comme régalienne. Le parallèle établi entre la construction d'un État centralisé et celle d'un appareil policier au service du pouvoir y a conduit à une perception de la police bien différente de celle des pays anglo-saxons, où la police est d'essence essentiellement locale.

Or l'histoire même de l'institution montre que ce modèle français centralisé et étatique, son évidence et sa prétendue permanence constituent autant d'idées reçues. Non seulement il n'y a jamais eu une police, mais toujours des polices, et ces dernières ont constitué durant des siècles un enjeu permanent entre pouvoir central et pouvoirs locaux, au point qu'on ne peut guère parler d'un instrument policier étatique avant 1941, et que l'unification mise en œuvre depuis cette date laisse subsister une diversité qui caractérise la situation policière française, dont il convient de retracer les principales étapes.

La police sous l'Ancien Régime

Profusion et confusion ont longtemps caractérisé la police. À partir du Moyen Âge, souverains, seigneurs laïcs et ecclésiastiques, mais aussi communes, paroisses, prévôtés, quartiers, métiers, corporations, Châtelet, universités exercent concurremment des prérogatives de police inextricablement mêlées à des pouvoirs que nous appellerions de justice. Ils le font à l'aide de tout un personnel administratif et d'officiers aux dénominations et statuts divers, dont les fonctions et les pouvoirs se chevauchent dans une confusion qui perturbe l'historien au moins autant qu'elle a perturbé les contemporains.

C'est pourquoi la création, par un édit de mars 1667, de la lieutenance de police à Paris – elle deviendra lieutenance générale de police en 1674 – est traditionnellement présentée comme un acte fondateur. Prenant prétexte du meurtre du « lieutenant criminel » Tardieu – un des nombreux magistrats en charge de la police de Paris –, en août 1665, en son hôtel situé à l'emplacement de l'actuel quai des Orfèvres, Colbert réunit une commission chargée de réfléchir au « rétablissement du bon ordre et de la discipline » d'une capitale plus dangereuse, si l'on en croit Boileau, que « le bois le plus funeste et le moins fréquenté ». Généralement considéré comme l'acte de naissance de la police moderne, cet édit, même s'il ne concerne que Paris, constitue un moment important de l'histoire policière. En créant un magistrat unique, en charge de tout ce qui touche à la sûreté de la ville, en définissant précisément ses tâches et ses fonctions, en indiquant avec minutie ses domaines d'intervention, en séparant clairement les fonctions de police et de justice jusqu'alors étroitement liées, en plaçant ce magistrat – propriétaire de sa charge, mais révocable –, directement sous l'autorité du secrétaire d'État de la Maison du roi, Colbert et Louis XIV démontrent la volonté du pouvoir royal de mettre la main sur la police de la ville-capitale et d'introduire quelque rationalité dans ce domaine. L'habileté du premier propriétaire de la charge, Gabriel Nicolas de La Reynie, ses réussites dans des domaines variés – éradication de la cour des Miracles, souci de l'éclairage et de la sécurité nocturnes –, sa proximité du souverain, son rôle dans des affaires criminelles comme celle « des poisons » ont fait le reste. Néanmoins, on se gardera d'accorder à l'édit de mars 1667 une portée qu'il n'avait pas.

Loin de constituer un modèle qui correspondrait au mythe d'une police française qui se serait construite parallèlement à l'État monarchique, absolu, centralisé incarné par Louis XIV, cet édit exprimerait plutôt une exception face à la règle qui prévaut sous l'Ancien Régime. En dépit d'un double mouvement d'autonomisation de la police par rapport aux autres fonctions administratives et judiciaires et d'une professionnalisation progressive de ses personnels, en dépit également de la tentative de centralisation que constitue l'édit d'octobre 1699 qui créait des lieutenants généraux de police dans toutes les villes possédant une juridiction royale, la police reste, sous l'Ancien Régime, une prérogative largement exercée par les instances municipales, lesquelles soldent des « guets » plus ou moins professionnels. L'édit de 1667 est surtout intéressant par la liste des tâches confiées au lieutenant de police, qui donne à voir ce que le mot « police » recouvre comme domaines d'application, et par la préfiguration qu'il constitue de l'exception parisienne. On ajoutera que les légendes complaisamment encouragées par les successeurs de La Reynie – d'Argenson, Berryer, Sartine, Lenoir... – sur leurs pouvoirs, l'étendue de leurs réseaux d'informateurs (les « mouches »), les réels abus commis par les « inspecteurs » en charge des enquêtes judiciaires n'ont pas peu concouru à forger une image noire de la police perçue comme un « instrument de l'arbitraire et de l'absolutisme ». Une réputation, pas toujours usurpée, qui vaudra à cette institution et à ses représentants d'être la cible de la colère populaire en juillet 1789.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  POLICE FRANÇAISE HISTOIRE DE LA  » est également traité dans :

POLICE SOUS L'ANCIEN RÉGIME

  • Écrit par 
  • Vincent MILLIOT
  •  • 4 124 mots
  •  • 1 média

Du Moyen Âge à la fin de l'Ancien Régime, la police dépend étroitement de la justice. Les frontières entre les deux domaines restent longtemps mal délimitées. Loin de constituer une administration unique et « nationale », les pouvoirs de police sont émiettés entre plusieurs acteurs. Outre les seigneurs détenteurs […] Lire la suite

POLICE SOUS LA RÉVOLUTION ET L'EMPIRE

  • Écrit par 
  • Vincent DENIS
  •  • 3 210 mots
  •  • 1 média

La Révolution et l'époque napoléonienne peuvent être considérées comme des périodes charnières pour la police en France. La police n'est plus seulement un mode de gouvernement souple, mais elle devient une véritable institution, avec son personnel spécialisé et la création du ministère de la Police générale en 1796. C'est aussi le moment d'une double redéfini […] Lire la suite

POLICE EN FRANCE DE 1814 À 1870

  • Écrit par 
  • Quentin DELUERMOZ
  •  • 3 129 mots

De 1814 à 1870, la trajectoire de la police est plurielle, fragmentée, parfois contradictoire. Durant cette période qui connaît quatre régimes et deux révolutions, les institutions et les agents chargés des activités de police (police politique, administrative, judiciaire) se trouvent tiraillés entre les exigences nouvelles du libéralisme politique et les imp […] Lire la suite

POLICE SOUS LA IIIè RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Marc BERLIÈRE
  •  • 4 194 mots
  •  • 1 média

La IIIe République (1870-1940), qui naît dans un contexte difficile – guerre, invasion, occupation –, doit construire, sans grande préparation ni réflexion préalables, une police adaptée à une démocratie parlementaire. Les républicains ont-ils réussi à respecter la « loi des lois » que constitu […] Lire la suite

POLICE SOUS VICHY

  • Écrit par 
  • Jean-Marc BERLIÈRE
  •  • 3 850 mots
  •  • 1 média

Après soixante-dix ans de démocratie parlementaire, un régime autoritaire et antidémocratique s'installe en France en juillet 1940, à la suite de la défaite militaire, dans un pays aux trois cinquièmes occupé. Les quatre années qui vont suivre représentent un moment essentiel dans l'histoire de la police française. D'une part, la dérive des missions et des pr […] Lire la suite

POLICE EN FRANCE DE LA LIBÉRATION À NOS JOURS

  • Écrit par 
  • René LÉVY
  •  • 5 033 mots

La police française sort profondément transformée de la Seconde Guerre mondiale, et la IVe République naissante ne remet en cause ni l’étatisation des polices municipales, ni la création d’une force civile spécialisée de maintien de l’ordre, ni l’autonomie de la préfecture de police de Paris, ni le […] Lire la suite

BASSE POLITIQUE, HAUTE POLICE (H. L'Heuillet) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 966 mots

Si la police, à la fois honnie et désirée, omniprésente dans le quotidien des cités modernes, a si peu été interrogée quant à son statut historique et philosophique, cela tient aux difficultés d'en dégager l'essence. Identifiée aux formes de l'État, son essence se dissout dans les questions liées aux institutions du politique ; vouée à la défense de l'ordre public, elle intéresse plus souvent les […] Lire la suite

FOUCHÉ JOSEPH (1759-1820) duc d'Otrante (1809)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 1 196 mots

Fils d'un capitaine de navire nantais, Fouché semble n'avoir jamais été ordonné prêtre de l'Oratoire, bien qu'il ait longtemps enseigné dans les collèges de la congrégation ; contrairement à la légende, il ne devra donc pas défroquer à proprement parler pour se marier au début de la Révolution. Député de la Loire-Inférieure à la Convention, Montagnard et régicide, il ne se met vraiment en vedette […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2020

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 6 732 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le gouvernement face à l’opinion »  : […] Après le second tour des élections municipales (28 juin), le président de la République remplace le Premier ministre Édouard Philippe par Jean Castex. Magistrat à la Cour des comptes, maire de Prades (Pyrénées-Orientales), chargé de l’organisation du premier déconfinement, haut fonctionnaire, ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy à l’Élysée, Jean Castex est inconnu du grand public. Le nouveau g […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 1999

  • Écrit par 
  • Bruno DIVE
  •  • 3 065 mots

Dans le chapitre « Tempêtes sur la majorité plurielle »  : […] Ce sont les Verts qui font l'actualité à la fin de l'été de 1999. Ils réclament avec force un moratoire sur la construction de centrales nucléaires et l'introduction de la proportionnelle aux élections législatives. Souvent embarrassée par les déclarations de ses amis, et notamment par celles de Daniel Cohn-Bendit, qu'elle voit sans plaisir revenir en France, Dominique Voynet menace même de démis […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

16 juillet 1995 France. Reconnaissance par le président Jacques Chirac des fautes de l'État envers les juifs durant la Seconde Guerre mondiale

histoire » et parle de « faute collective ». En juillet 1942, la police française avait procédé à l'arrestation de près de 13 000 juifs parisiens qui furent parqués dans le Vélodrome d'Hiver avant d'être déportés en Allemagne. Le chef de l'État reconnaît que « la folie criminelle de l'occupant a été [...] secondée par des Français, secondée par l'État […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Marc BERLIÈRE, « POLICE FRANÇAISE HISTOIRE DE LA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-de-la-police-francaise/