POLICE SOUS VICHY

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après soixante-dix ans de démocratie parlementaire, un régime autoritaire et antidémocratique s'installe en France en juillet 1940, à la suite de la défaite militaire, dans un pays aux trois cinquièmes occupé. Les quatre années qui vont suivre représentent un moment essentiel dans l'histoire de la police française. D'une part, la dérive des missions et des pratiques qu'ont connue tous les services traduit le naufrage de la police républicaine que la IIIe République avait tenté d'édifier. D'autre part, la période marque la naissance d'une image noire – la « police de Vichy » – qui a d'autant mieux prospéré que, trop longtemps, l'institution n'a pas su affronter ce passé avec lucidité et transparence. Les gardiens de la paix des rafles parisiennes, les brigades spéciales, les Groupes mobiles de réserve sont allés rejoindre dans l'enfer de la mémoire policière les gendarmes des camps du Loiret et de Drancy, des trains de déportation et des pelotons d'exécution des cours martiales, alors même que l'institution, souvent en présence des plus hautes instances de l'État, célébrait chaque année, sans une allusion aux besognes accomplies pendant ces quatre années, l'héroïque soulèvement de la police parisienne du 19 au 25 août 1944.

Dans le même temps, ces quatre années ont vu une réorganisation profonde qui a posé les bases de la police contemporaine : l'étatisation des polices municipales, la création d'une police nationale, d'écoles de police, d'une force civile de maintien de l'ordre et la discrète et timide entrée des femmes dans la police.

Une police prise au piège

L'existence d'un gouvernement légal, les clauses de l'armistice qui confèrent aux Allemands « tous les droits de la puissance occupante », la politique de collaboration mise en œuvre par le gouvernement de Vichy pour se concilier les bonnes grâces du vainqueur et une place dans un ordre européen qu'on imagine durablement dominé par l'Allemagne valent à la France un statut unique parmi les pays vaincus. Elles expliquent la situation inédite, inconfortable et ambiguë d'une [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages






Écrit par :

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

22 juillet 2012 • France • Commémoration de la rafle du Vél' d'Hiv'.

Le chef de l'État François Hollande préside à Paris la cérémonie du soixante-dixième anniversaire de la rafle du Vél' d'Hiv' au cours de laquelle quelque treize mille juifs furent parqués dans le Vélodrome d'hiver par la police française avant d'être déportés à Auschwitz. Reprenant les propos [...] Lire la suite

7-21 octobre 1997 • France • Début du procès de Maurice Papon pour crimes contre l'humanité.

Le 7, le Syndicat national des policiers en tenue diffuse un communiqué dans lequel il demande « pardon » pour la « collaboration active d'une partie non négligeable de la police nationale dans la déportation des juifs de France » pendant l'Occupation. Le même jour, lors d'une cérémonie [...] Lire la suite

13 novembre 1995 • France • Condamnation de l'assassin de René Bousquet.

de la police du régime de Vichy d'avril 1942 à décembre 1943 et présumé responsable de l'arrestation de milliers de juifs en vue de leur déportation, René Bousquet avait été inculpé de crimes contre l'humanité en mars 1991.  [...] Lire la suite

1er-12 septembre 1994 • France • Polémique autour des révélations du passé vichyste de François Mitterrand.

du régime de Vichy induite par l'absence de regrets de la part du chef de l'État. L'une des révélations les plus dérangeantes du livre de Pierre Péan concerne les relations entretenues jusqu'en 1986 par François Mitterrand avec René Bousquet, secrétaire général de la Police de Vichy en 1942-1943 [...] Lire la suite

8 juin 1993 • France • Assassinat de René Bousquet.

René Bousquet, ancien secrétaire général à la Police du régime de Vichy entre avril 1942 et décembre 1943, est assassiné à son domicile parisien par un déséquilibré qui affirme avoir voulu « éliminer un monstre ». René Bousquet avait été inculpé de crimes contre l'humanité en 1991 à la suite d'une [...] Lire la suite

14-16 juillet 1992 • France • Polémique à l'occasion de la commémoration de la rafle du Vel' d'Hiv'.

Le 14, lors d'une conférence de presse, le président Mitterrand réagit à la publication, en juin, d'un manifeste en faveur de « la reconnaissance officielle des crimes de l'État français de Vichy contre les juifs ». Il invoque la responsabilité du régime du maréchal Pétain, et disculpe [...] Lire la suite

19 janvier 1983 • France • Inculpation de Maurice Papon pour crimes contre l'humanité

Maurice Papon, ancien préfet de police et ancien ministre du Budget de Raymond Barre, est inculpé de crimes contre l'humanité par le doyen des juges d'instruction du tribunal de grande instance de Bordeaux. Cette inculpation fait suite à une série de plaintes déposées par des membres de familles [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Marc BERLIÈRE, « POLICE SOUS VICHY », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/police-sous-vichy/