POLICE EN FRANCE DE LA LIBÉRATION À NOS JOURS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La police française sort profondément transformée de la Seconde Guerre mondiale, et la IVe République naissante ne remet en cause ni l’étatisation des polices municipales, ni la création d’une force civile spécialisée de maintien de l’ordre, ni l’autonomie de la préfecture de police de Paris, ni le dispositif de formation qui ont été établis par le régime de Vichy. Par la suite, les tensions intérieures et extérieures nées de la guerre froide, les soubresauts de la décolonisation auxquels le nouveau régime sera rapidement confronté, et sa forte instabilité politique ne créent pas un climat propice aux réformes d’institutions policières sur lesquelles il devra toujours davantage s’appuyer, en fermant les yeux sur des pratiques qui rappellent celles de l’Occupation, en particulier durant la guerre d’Algérie. Ce n’est qu’à l’issue de ce conflit, avec la consolidation de la Ve République, que le mouvement de réforme reprend. En particulier, le général de Gaulle parachève en quelque sorte l’œuvre de Vichy par la loi du 10 juillet 1966, qui fusionne formellement la préfecture de police – sans pour autant lui faire perdre ses spécificités – et la sûreté nationale, au sein d’une police nationale (PN).

Dès lors, on pouvait estimer, au début des années 1970, que la construction du dualisme policier français était en quelque sorte achevée : la France disposait désormais de deux grandes institutions policières centralisées et généralistes à vocation nationale, l’une civile, la PN, l’autre militaire, la gendarmerie. Les polices municipales urbaines avaient pour ainsi dire disparu depuis 1941, les gardes champêtres apparaissaient comme une forme archaïque et pittoresque de police communale rurale. Subsistaient néanmoins, à côté de ces polices généralistes, des polices spécialisées, relevant d’administrations particulières, dont les compétences étaient strictement cantonnées, la principale d’entre elles étant la douane.

Si la création de la PN marquait en somme la fin d’un cycle, c’est un nouveau cycle qui s’enclenchait dans les décennies suivantes, où l’on discerne une double évolution. D’un côté, dans un mouvement centripète, une centralisation croissante de l’appareil policier d’État, dont on peut voir un prolongement dans la réunion, en 2009, sous l’autorité du ministère de l’Intérieur, de la police et de la gendarmerie, préfigurant peut-être une fusion future. Ce mouvement accompagne la croissance constante des effectifs, qui passent d’environ soixante-quinze mille en 1950 à cent quarante-cinq mille agents en 2010. De l’autre côté, dans un mouvement centrifuge, une multiplicité policière qui tend à se renforcer : érection de la douane en troisième force nationale à la faveur de l’unification européenne ; résurrection des polices municipales qui, si elles ne représentent qu’environ 6 p. 100 des effectifs des polices d’État, sont présentes dans un nombre croissant de municipalités ; progression accélérée de la sécurité privée, dont les effectifs représentent dans les années 2010 les deux tiers de ceux des polices d’État. Tous ces acteurs sont désormais reconnus par l’État comme des « coproducteurs de sécurité » légitimes, les douaniers empiétant sur les attributions traditionnelles de la police nationale et de la gendarmerie nationale, tandis que les agents de police municipaux ou de sécurité privée les suppléent toujours davantage, dans les tâches de police au quotidien qu’elles jugent secondaires et dans un contexte où le brouillage entre public et privé s’accroît.

Guerre froide, décolonisation, Mai-68 : priorité à la sauvegarde des régimes politiques

De l’après-guerre au milieu des années 1970, les questions policières sont largement surdéterminées par le contexte politique : le maintien de l’ordre et la préservation du régime politique dominent l’agenda policier.

Sur le plan du maintien de l’ordre à l’intérieur, la IVe République a d’abord dû faire face à un cycle de troubles liés à la guerre froide, où la violence des manifestants ne le cédait en rien à la brutalité policière : grèves « insurrectionnelles » de la fin de l’année 1947 conduisant à une épuration des unités de CRS jugées trop proches d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : directeur de recherche de première classe au C.N.R.S.

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

1er-31 décembre 2004 Irak. Poursuite des violences et libération des otages français

Le 22, tandis que le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin affirme que la France n'a pas versé de rançon pour la libération de Christian Chesnot et Georges Malbrunot, le retour à Paris des deux hommes relance la controverse, qui s'amplifiera les jours suivants, relative à la tentative de libération des otages français organisée en septembre par le député Didier Julia (U. […] Lire la suite

1er-31 août 2004 Irak. Épreuve de force à Nadjaf et enlèvement de journalistes français

Le 31, un site Internet diffuse les images de la mise à mort de douze otages népalais par le groupe islamiste irakien Ansar Al-Sunna, proche d'Al-Qaida. Cette annonce provoque, le lendemain, à Katmandou, des émeutes anti-musulmanes et des manifestations contre le gouvernement népalais. Le 31 également, Dalil Boubakeur organise à la Mosquée de Paris, dont il est le recteur, une séance très médiatisée de prière pour la libération des otages français, en présence des familles de ces derniers, des membres du Conseil français du culte musulman et de responsables politiques. […] Lire la suite

17-22 juin 2003 France. Opération de police contre les Moudjahidin du peuple iranien

Le 17, la Direction de la surveillance du territoire mène une vaste opération contre l'Organisation des Moudjahidin du peuple iranien (O.M.P.I.), à Auvers-sur-Oise (Val-d'Oise) et en région parisienne, au terme d'une enquête judiciaire établissant l'implication de l'O.M.P.I. dans des activités délictueuses. Mouvement d'opposants au régime de Téhéran, l'O. […] Lire la suite

26 mars 1999 France. Reconnaissance judiciaire de la violence de la répression de la manifestation parisienne d'octobre 1961

Le tribunal correctionnel de Paris relaxe l'historien Jean-Luc Einaudi contre lequel une plainte en diffamation avait été déposée par Maurice Papon, ancien préfet de police de Paris ; celui-ci lui reprochait d'avoir écrit dans Le Monde, en mai 1998, que « les forces de l'ordre agissant sous les ordres de Maurice Papon » avaient perpétré « un massacre » en réprimant la manifestation du Front de libération nationale (F. […] Lire la suite

6-25 février 1999 Yougoslavie. Échec des négociations de paix de Rambouillet

Les représentants de Belgrade refusant de s'asseoir à la même table que les « terroristes » de l'Armée de libération du Kosovo (U.Ç.K.), les négociations entre les délégations serbe et kosovare se déroulent de façon indirecte. Le projet d'accord du Groupe de contact se compose : d'un document énonçant les principes de base non négociables qui président aux négociations – l'accord conclu pour une période de trois ans doit instaurer une « autonomie substantielle » pour le Kosovo dans le respect des frontières internationales ; d'annexes relatives aux institutions qui doivent être mises en place au Kosovo – élection dans les neuf mois d'une Assemblée de laquelle émanerait un gouvernement, institutions chargées de gérer les principaux secteurs de la vie publique, excepté ceux de la défense et des affaires étrangères ; et d'annexes relatives à la sécurité – retrait des forces armées serbes, mise en place de forces de police représentatives de la composition ethnique de la province sous l'égide de l'O. […] Lire la suite

Pour citer l’article

René LÉVY, « POLICE EN FRANCE DE LA LIBÉRATION À NOS JOURS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/police-en-france-de-la-liberation-a-nos-jours/