Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MÉDITERRANÉE HISTOIRE DE LA

C'est autour de la Méditerranée que se développèrent et s'épanouirent les civilisations de l'Antiquité classique grecque et romaine. Platon comparait les hommes à « des fourmis ou des grenouilles autour d'un étang ». Quand on s'éloignait des rives de la mer intérieure, on entrait dans le pays hostile des Barbares. Pourtant, les premiers peuples civilisés qui prospérèrent près de ses rivages ne se soucièrent pas de la Méditerranée : les Mésopotamiens et les Égyptiens furent des terriens pour qui la mer n'était qu'une limite à leurs territoires ou à leurs entreprises. Cependant, dès les IIIe et IIe millénaires, les peuples marins de la Phénicie et du monde égéen frayèrent la voie. Au premier millénaire avant notre ère, la Méditerranée devint l'axe du monde antique, grâce aux Phéniciens et aux Carthaginois, et surtout grâce aux Grecs. Rome recueillit ensuite cet héritage et, en groupant sous son autorité toutes les rives de la mer intérieure, elle porta à son achèvement cette tendance à l'unité méditerranéenne que les Grecs avaient développée. La rupture de cette unité, lors des invasions barbares, fut l'une des composantes essentielles de la fin du monde antique.

— Claude LEPELLEY

Les Grandes Invasions, en déferlant sur la partie occidentale de l'Europe, entraînent le repli de l'Empire romain sur Byzance. Et Byzance même résistera mal à la pression de l'Islam. Mais aux alentours de l'an mille, l'Occident redevient plus actif (Normands, Vénitiens, Génois), et par les Croisades interrompt provisoirement l'expansion de l'Islam. La chute de Constantinople et l'établissement de l'hégémonie ottomane sur la Méditerranée orientale, la conquête du royaume arabe de Grenade par les Espagnols vont bouleverser à nouveau les relations politiques, économiques et culturelles entre l'Orient et l'Occident. La découverte des routes océaniques vers les richesses des Indes ultramarines (Amériques, Guinée, péninsule indienne, fabuleuses contrées à épices d'Extrême-Orient) et l'essor des pays ibériques (Portugal et Espagne), puis de leurs concurrents septentrionaux (Hollandais et Anglais) ravissent peu à peu à la Méditerranée son rôle de carrefour entre les mondes africain, asiatique et européen. Alors que les activités vitales de l'Europe se concentrent désormais sur la partie occidentale et les façades atlantiques du continent, la vieille mer méridionale prend figure de champ clos, où en d'incessantes guerres s'affrontent les ambitions hégémoniques françaises et espagnoles, puis se développe – croisade d'un nouveau style – l'antagonisme exaspéré entre une chrétienté (Venise, Naples, Rome, Malte) menée par l'Espagne et l'Islam ottoman expansionniste. Lépante, qui n'arrêta pas la pénétration ottomane dans le flanc sud-est de l'Europe, permit du moins pour un temps de délimiter les deux zones d'influence : la Méditerranée nord-occidentale dominée par l'Espagne ; la Méditerranée orientale et méridionale réservée à la Porte et à ses vassaux.

Ainsi, frustrée d'une partie de son antique substance commerciale, écartée des nouveaux circuits économiques du monde, lourdement encadrée par les coûteux dispositifs militaires des impérialismes antagonistes, déchue de son rôle moteur en Europe, la Méditerranée est devenue (avec tout l'apparat de ses palais et de ses églises « baroques », de ses forteresses et de ses sérails) un lac subalterne. Pourtant, malgré les « avanies » dont le frappent les Ottomans, le commerce du Levant reste intéressant pour Venise et Raguse, pour Marseille surtout qui draine une part des productions de la régence d'Alger. Anglais et Hollandais – même si les Échelles sont de moindre intérêt au regard des Indes[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université de Provence, directeur de l'Institut d'art
  • : de l'Académie française
  • : chargé d'enseignement à l'université de Lille
  • : professeur émérite d'histoire à l'université de Provence
  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

-1000 à -600. Le fer et les cavaliers

-1000 à -600. Le fer et les cavaliers

Grèce antique, expansion et commerce

Grèce antique, expansion et commerce

Athènes : la ville antique

Athènes : la ville antique

Autres références

  • ABOUKIR BATAILLE D' (1er août 1798)

    • Écrit par Universalis
    • 504 mots
    • 1 média

    Appelée bataille du Nil par les Anglais, cette bataille est l'une des grandes victoires de l'amiral Nelson. Elle oppose le 1er août 1798 les flottes française et britannique dans la rade d'Aboukir, à proximité d'Alexandrie, en Égypte.

    En février 1798, le général Bonaparte,...

  • AFRIQUE ROMAINE

    • Écrit par Noureddine HARRAZI, Claude NICOLET
    • 9 564 mots
    • 10 médias

    La domination administrative et politique de Rome sur les diverses régions de l'Afrique du Nord (mis à part la Cyrénaïque et l'Égypte) s'étend sur près de six siècles : depuis la prise et la destruction de Carthage par Scipion Émilien (146 av. J.-C.) jusqu'au siège et à la...

  • AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

    • Écrit par Marc MICHEL
    • 12 424 mots
    • 24 médias
    Au moment où la Libye accédait à l'indépendance et allait grossir les rangs du groupe afro-asiatique à l'O.N.U., les questions marocaine et tunisienne faisaient irruption sur cette même scène dans des conditions infiniment plus dramatiques. Les positions de départ avaient été clairement affirmées à...
  • AJACCIO

    • Écrit par Bernard RAFFALLI
    • 895 mots
    • 2 médias

    Chef-lieu de la collectivité territoriale de Corse et du département de la Corse-du-Sud, « cité impériale » ainsi que la nomment ses habitants, Ajaccio (67 007 hab. en 2012) occupe dans la partie sud-ouest de l'île les bords d'un des plus beaux golfes de la Méditerranée. La légende prétendait...

  • Afficher les 122 références

Voir aussi