HERMÉNEUTIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La compréhension comme modalité de l'être-au-monde (M. Heidegger)

Avec la philosophie de Martin Heidegger (1889-1976), la réflexion sur le statut philosophique de l'herméneutique connaît un virage décisif. Tournant résolument le dos aux préoccupations techniques et épistémologiques de F. Schleiermacher et de W. Dilthey, Heidegger s'intéresse exclusivement à la compréhension et à l'explicitation (Verstehen/Auslegung) comme manières d'être du Dasein. Ce virage ontologique est amorcé dès les premiers enseignements de Fribourg (1919-23), où le philosophe jette les bases d'une « phénoménologie herméneutique de la vie facticielle » qui débouchera sur l'« analytique du Dasein », qui va trouver son expression canonique dans Sein und Zeit (1927). Loin d'être un mode particulier de l'être-au-monde du Dasein, la compréhension imprime à l'ontologie elle-même une orientation herméneutique.

Martin Heidegger

Photographie : Martin Heidegger

En affirmant que la conscience était le «là de l'être» (ou Dasein), Martin Heidegger (1889-1976) jette, avec Être et Temps (1927), les bases d'une «ontologie fondamentale» qui distingue radicalement l'être du phénomène et conduit à relire, c'est-à-dire repenser, l'ensemble de la... 

Crédits : G. Schütz/ AKG

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Wilhelm Dilthey

Wilhelm Dilthey
Crédits : AKG

photographie

Martin Heidegger

Martin Heidegger
Crédits : G. Schütz/ AKG

photographie

Paul Ricœur

Paul Ricœur
Crédits : AGIP/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en philosophie, professeur émérite de la faculté de philosophie de l'Institut catholique de Paris, titulaire de la chaire "Romano Guardini" à l'université Humboldt de Berlin (2009-2012)

Classification

Autres références

«  HERMÉNEUTIQUE  » est également traité dans :

ALLÉGORIE

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG, 
  • Jean-François GROULIER, 
  • Jacqueline LICHTENSTEIN, 
  • Daniel POIRION, 
  • Daniel RUSSO, 
  • Gilles SAURON
  •  • 11 640 mots
  •  • 3 médias

On définit généralement l'allégorie en la comparant au symbole , dont elle est le développement logique, systématique et détaillé. Ainsi, dans la poésie lyrique, l'image de la rose apparaît souvent comme le symbole de la beauté, de la pureté ou de l'amour ; Guillaume de Lorris en a fait une allégorie en racontant les aventures d'un jeune homme épris d'un bouton de rose. Il est évident qu'entre le […] Lire la suite

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 834 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La postérité d'Aristote »  : […] L'école d'Aristote, le Lycée, ne connaîtra pas, après la mort d'Aristote, la fermentation intellectuelle qu'avait connue encore l'Académie après la mort de Platon. Sans doute parce que la pensée d'Aristote avait ouvert à la philosophie des territoires nouveaux, mais en était restée à la phase de l'exploration, les disciples (à l'exception peut-être du premier d'entre eux, Théophraste, mort en 285 […] Lire la suite

BĀṬIN & BĀṬINIYYA

  • Écrit par 
  • Joseph CUOQ
  •  • 359 mots

Le mot arabe bāṭin signifie « caché », « ésotérique », par opposition à ẓāhir qui est traduit par « explicite », « obvie », « littéral ». La distinction entre bāṭin et ẓāhir intervient dans l'interprétation du Coran, lequel, au-dessus du sens explicite et littéral, possède un sens caché ( bāṭin ) qu'on atteint non par l'oreille mais par le cœur, grâce à l'assistance divine. Ce sens est dévoilé […] Lire la suite

BIBLE - L'inspiration biblique

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 4 573 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les sources de la doctrine de l'inspiration »  : […] Dans le monde antique, oriental et grec, on croyait volontiers que des révélations divines étaient transmises aux hommes par des personnages inspirés. L'enracinement culturel le plus ancien de la doctrine, juive puis spécifiquement chrétienne, de l'Écriture, est à chercher dans cette Antiquité lointaine. L'Égypte ancienne, déjà, attribuait ses « saintes écritures » au dieu écrivain ou scribe Thot, […] Lire la suite

BOLLACK JEAN (1923-2012)

  • Écrit par 
  • Denis THOUARD
  •  • 1 198 mots

Dans le chapitre « L'art de lire »  : […] À partir des années 1980, Jean Bollack consacre une part importante de son activité à la tragédie antique avec des commentaires de l' Agamemnon d'Eschyle (avec Pierre Judet de La Combe, 3 vol., 1981), le monumental commentaire d' Œdipe roi ( L'Œdipe roi de Sophocle , 4 vol., 1990), des interprétations ( La Naissance d'Œdipe , 1995 ; La Mort d'Antigone. La tragédie de Créon , 1999 ; Dionysos et […] Lire la suite

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 912 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les modèles « gnostiques » ou indéterminés »  : […] Faut-il ajouter un quatrième paradigme pour réunir certaines manières de la critique littéraire contemporaine ? Les trois précédents – explicatif, interprétatif, analytique – relèvent de conceptions du sujet et du langage – positiviste, phénoménologique, structurale – après lesquelles on n'a rien inventé. Toutefois, le modèle textuel ne se situe pas sur le même plan que les autres : il s'intéresse […] Lire la suite

DE L'ESSENCE DE LA VÉRITÉ et PLATON LE SOPHISTE (M. Heidegger) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 602 mots

Il faut espérer que la traduction des tomes 19 et 34 de la Gesamtausgabe , qui rassemblent les cours des semestres d'hiver 1924-1925 et 1931-1932 : Platon « Le Sophiste » (Gallimard, 2001) et De l'essence de la vérité. Approche de l'« allégorie de la caverne » et du « Théétète » de Platon ( ibid. ), marqueront un nouveau point de départ dans la traduction des œuvres de Heidegger en français, tant […] Lire la suite

DILTHEY WILHELM (1833-1911)

  • Écrit par 
  • Sylvie MESURE
  •  • 1 221 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la psychologie à l'herméneutique »  : […] Dilthey n'a cessé en fait de s'interroger sur la compréhension. Il l'avait d'abord conçue comme un effort pour retrouver, derrière les phénomènes à étudier, la signification que les acteurs eux-mêmes leur avaient attribuée. En ce sens, l'historien devrait pour ainsi dire revivre ce que d'autres ont vécu : la compréhension exigerait alors une mystérieuse et subjective participation, par « sympathie […] Lire la suite

ÉCRITURE LES SENS DE L'

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 1 029 mots

La manière dont la pratique et la réflexion chrétiennes ont compris et comprennent les textes bibliques est un problème à la fois historique et théorique. Jusqu'à l'apparition de l'épistémologie contemporaine, qui marque une cassure par rapport à la problématique traditionnelle du (ou des) sens, et depuis l'âge patristique, pour ne pas dire depuis les origines synagogales de certains textes du Nou […] Lire la suite

ÉLÉMENTS THÉORIES DES

  • Écrit par 
  • René ALLEAU
  •  • 8 234 mots

Dans le chapitre « La gnose cosmologique de la théosophie ismaélienne »  : […] Grâce aux recherches et aux travaux de Henri Corbin depuis la publication, en 1949, de la « Bibliothèque iranienne » et, en 1953, de l'édition princeps du Kitab-e Jāmi'al Hikmatain , le « Livre réunissant les deux sagesses », le grand dessein de mettre en harmonie la philosophie grecque et la théosophie ismaélienne, tel qu'il inspira son auteur, Nāsir-e Khosraw, s'est dégagé définitivement des in […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean GREISCH, « HERMÉNEUTIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hermeneutique/