BĀṬIN & BĀṬINIYYA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mot arabe bāṭin signifie « caché », « ésotérique », par opposition à ẓāhir qui est traduit par « explicite », « obvie », « littéral ». La distinction entre bāṭin et ẓāhir intervient dans l'interprétation du Coran, lequel, au-dessus du sens explicite et littéral, possède un sens caché (bāṭin) qu'on atteint non par l'oreille mais par le cœur, grâce à l'assistance divine. Ce sens est dévoilé par l'herméneutique symbolique (ta'wīl), méthode de compréhension des textes qui a été utilisée jusqu'à l'excès dans l'interprétation cabalistique de la valeur numérique des lettres du texte sacré et qui, par là, a ouvert la voie aux sciences occultes.

La recherche du sens ésotérique a prévalu dans les milieux shī‘ites imāmites, notamment chez les Sa'biyya (partisans des sept imāms du cycle cosmologique du Prophète) et chez les Bāṭiniyya, partisans à la fois de l'imām occulté, Muḥammad b. Ismā'īl, le septième imām, et du sens caché du texte sacré. Elle a été rejetée et combattue par le sunnisme jusqu'à l'époque contemporaine, notamment par les Wahhābites.

Sur le plan religieux, cette position attribue un rôle privilégié à ‘Alī, en tant qu'il est le seul dépositaire du sens caché du message coranique. Ce sens n'est transmis qu'aux seuls initiés, qui ne peuvent le communiquer aux néophytes que sous le sceau du serment obligeant au secret le plus strict. La baṭiniyya se développa en réaction contre une pratique musulmane trop juridique, fondée sur le fiqh. Aussi marqua-t-elle par ses tendances ésotériques plusieurs confréries islamiques d'origine orientale.

La baṭiniyya, sur le plan politique, a élaboré la théorie de l'imām occulté et attendu, le Mahdī, qui apportera la révélation complète et mettra fin à l'injustice du monde actuel. Cette croyance contribua à alimenter l'idéologie de plusieurs révoltes, dont celle des Zanj et des Qarmates au Moyen-Orient et celle des Fatimides au Maghreb, qui émigrèrent ensuite, au xe siècle, en Égypte.

—  Joseph CUOQ

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'Institut des belles-lettres arabes de Tunis

Classification


Autres références

«  BATIN & BATINIYYA  » est également traité dans :

ALCHIMIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Universalis
  •  • 13 655 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La science de la Balance jabirienne »  : […] L'œuvre considérable de Jābir ibn Hayyān, Geber en latin, compterait trois mille traités, s'il fallait en croire la tradition et même certains orientalistes. On a supposé que Jābir dont la naissance et la mort se situent, approximativement, entre 730 et 804, aurait été le nom choisi par les Ikhwān al Safā , les « Frères de la Pureté et de la Fidélité », […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alchimie/#i_33944

CHIISME ou SHĪ‘ISME

  • Écrit par 
  • Henry CORBIN, 
  • Yann RICHARD
  •  • 9 424 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le phénomène religieux shī‘ite en son essence »  : […] Le phénomène shī‘ite est en son essence un phénomène religieux, tel qu'il ne pouvait éclore qu'au sein d'une « communauté du Livre » ( ahl al-Kitāb ), c'est-à-dire rassemblée autour du « phénomène du Livre saint » révélé par un prophète. Il procède du fait que la première et la plus urgente question devant laquelle le « Livre saint révélé » mette la communauté du Livre est c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chiisme-shi-isme/#i_33944

DJĀBIR IBN ḤAYYĀN (VIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 451 mots

Il existe un volumineux corpus arabe d'environ trois mille traités, relevant de l'hermétisme et de l'alchimie, qu'on a pendant des siècles attribué dans sa totalité à Abū Mūsa Djābir ibn Ḥayyān, penseur fervent (il reçut le surnom d'al-Ṣūfi) qui, vivant au viii e siècle, aurait eu pour maître le sixième imām, Djā‘far al-Ṣādiq, et auquel les Latin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/djabir-ibn-hayyan/#i_33944

GHAZĀLĪ AL- (1058-1111)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 3 442 mots

Dans le chapitre « Contre les « philosophes » et les batinites »  : […] Deux ouvrages sont consacrés aux philosophes néoplatoniciens, dont Fārābī et Ibn Sīnā (Avicenne) sont les représentants : Maqāṣid al- falāsifa ( Les Intentions des philosophes ) et Tahāfut al-falāsifa ( Destructio philosophorum , ou encore Incohérence ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-ghazali/#i_33944

SUNNISME

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 3 618 mots

Dans le chapitre « L'acceptation du Coran »  : […] Le Coran est la Parole éternelle et incréée de Dieu. Il est présenté par Dieu lui-même, comme une révélation « en arabe clair ». En réalité, le texte coranique pose bien des problèmes de compréhension. Les docteurs distinguent les versets clairs ( muḥkama ) et les versets ambigus ( mutashābiha ). De ces derniers, disent les sunnites, Dieu seul connaît la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sunnisme/#i_33944

ẒĀHIR

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 239 mots

Le mot arabe ẓāhir , qui signifie « explicite », « obvie », « littéral », s'oppose à bāṭin . D'une façon plus précise, il désigne un concept opératoire employé en fiqh (droit) et en tafsīr (exégèse) et permettant de dégager le sens obvie du Coran et de la Sunna (coutume prophétique). Il s'écarte ainsi de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zahir/#i_33944

Pour citer l’article

Joseph CUOQ, « BĀṬIN & BĀṬINIYYA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/batin-et-batiniyya/