Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GÊNES

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par , , et

De la Révolution à l'Unité italienne

Dès 1792, Gênes proclame sa neutralité. Mais, agitée par les idées révolutionnaires et pressée par les armées de Bonaparte, elle doit accepter en juin 1797 un gouvernement démocratique qui fait adopter une constitution calquée sur le modèle français (République ligurienne). Lors de la deuxième coalition, Autrichiens et Anglais assiègent la ville que Masséna défend avec énergie (juin 1800). Après Marengo, sous les apparences d'un gouvernement bourgeois autonome, les envoyés de Bonaparte, Jean Dejean et Antoine Saliceti, détiennent le pouvoir et préparent l'annexion à la France, approuvée par un plébiscite (1805).

La domination napoléonienne apporte à Gênes d'incontestables bienfaits : construction de routes, agrandissement du port, système métrique, état civil, progrès de l'instruction. La ville espérait surtout un nouvel essor du commerce ; le blocus continental ruine cet espoir. Aussi, irrités par la conscription et la lourdeur des taxes, les Génois, en avril 1814, accueillent en libérateur l'amiral anglais Bentinck qui leur laisse espérer la restauration de la vieille République. Telle n'était pas l'intention des puissances alliées réunies au congrès de Vienne ; en novembre 1814, l'annexion de Gênes au royaume de Piémont-Sardaigne est décidée, contre le gré des Génois.

Les premiers temps de l'union sont malheureux ; déçus par la politique protectionniste du Piémont et par la lourdeur de son administration, les Génois se soulèvent à plusieurs reprises, surtout après l'échec des tentatives révolutionnaires de 1831 et 1849. La ville participe activement au mouvement unitaire. Iacopo Ruffini et surtout Giuseppe Mazzini y répandent les idées nouvelles. Le duc Carlo Pisacane puis Giuseppe Garibaldi, avec ses mille volontaires (1860), partent de Gênes pour porter la révolution dans le royaume des Deux-Siciles. Après 1860, l'histoire de Gênes se confond avec celle de l'Italie.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Michel BALARD, Encyclopædia Universalis, Jacques GUILLERME et Michel ROUX. GÊNES [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Italie : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

Italie : carte administrative

<it>Entrée triomphale de Louis XII dans Gênes</it>, J. Bourdichon - crédits :  Bridgeman Images

Entrée triomphale de Louis XII dans Gênes, J. Bourdichon

Gênes - crédits : De Agostini/ Getty Images

Gênes

Autres références

  • AJACCIO

    • Écrit par
    • 895 mots
    • 2 médias

    Chef-lieu de la collectivité territoriale de Corse et du département de la Corse-du-Sud, « cité impériale » ainsi que la nomment ses habitants, Ajaccio (67 007 hab. en 2012) occupe dans la partie sud-ouest de l'île les bords d'un des plus beaux golfes de la Méditerranée. La légende prétendait...

  • BANQUE - Histoire de l'institution bancaire

    • Écrit par
    • 6 502 mots
    ... siècle, permet d'abord d'acclimater, puis bientôt d'améliorer, ces outils. Parmi leurs multiples activités, les grands négociants d'Amalfi, de Gênes ou de Venise, étudiés notamment par Yves Renouard, pratiquent de manière extensive les opérations bancaires et financières. Mais c'est par l'intervention...
  • BASTIA

    • Écrit par
    • 1 040 mots
    • 2 médias

    Préfecture du département de la Haute-Corse, Bastia (44 121 hab. dans la commune et 66 717 dans l'agglomération en 2012) jouit au nord-est de l'île, à 55 kilomètres de l'île d'Elbe et à 110 kilomètres de Livourne, d'une position très avantageuse : au nord, le cap ...

  • BYZANCE - L'Empire byzantin

    • Écrit par et
    • 13 315 mots
    • 17 médias
    ...le sentiment de l'unité chrétienne, dans la désunion des États européens, surtout dans l'égoïsme féroce et aveugle des républiques maritimes d' Italie. Gênes et Venise ne comprendront que bien trop tard le danger turc ; elles ne se préoccupent que de maintenir les conditions momentanément les plus favorables...
  • Afficher les 19 références