FRONT POPULAIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'agonie du Front populaire (juin 1937-novembre 1938)

Le changement de cap du Front populaire puis la crise qui aboutit à sa disparition en novembre 1938 se déroulent selon un processus en trois étapes.

Tout d'abord, les deux ministères du radical Camille Chautemps se succèdent de juin 1937 à mars 1938. Le premier (juin 1937-janvier 1938) se présente comme un gouvernement de Front populaire à direction radicale avec participation socialiste, Léon Blum étant vice-président du Conseil. Mais l'attribution du ministère des Finances au radical Georges Bonnet, adversaire du Front populaire, implique un changement d'orientation et un retour à l'orthodoxie financière. La reprise des grèves qui, à la fin de 1937, gagnent les services publics de la région parisienne, provoque un vif conflit entre le Parti communiste, qui les encourage, et le président du Conseil. Il en résulte le départ du gouvernement, en janvier 1938, des socialistes qui n'entendent pas rompre avec les communistes, et la constitution d'un nouveau ministère Chautemps qui va tenir jusqu'en mars 1938. Ces deux gouvernements sont marqués par l'ambiguïté et l'immobilisme. Ambiguïté, car les Partis communiste et socialiste votent la confiance à ces gouvernements afin de tenter de sauver la coalition de 1936, tandis que la droite vote également pour eux afin de les détacher du Front populaire ; immobilisme, parce que toute mesure trop hardie, dans un sens ou dans l'autre, ferait perdre au gouvernement l'un ou l'autre de ces appuis. Aussi, en dehors de la création de la S.N.C.F. ou des tentatives de mise en place d'un statut moderne du travail afin de substituer l'arbitrage à la grève, les ministères Chautemps ne mettent en œuvre aucune des mesures du Front populaire non encore réalisées, telles que la retraite des travailleurs, la loi sur les calamités agricoles ou l'extension des assurances sociales aux non-salariés. Immobilisme également au niveau de la politique coloniale ou internationale, avec la décision de ne pas faire ratifier par le Parlement le projet Blum-Viollette sur l'octroi de droits de citoyenneté à certaines catégories de musulmans d'Algérie ainsi que les traités d'indépendance de la Syrie et du Liban. Chautemps démissionne le 9 mars 1938 en raison du refus des socialistes de lui accorder les pleins pouvoirs financiers, au moment même où Hitler annexe l'Autriche, événement qui ne lui paraît pas être un motif suffisant pour différer la crise gouvernementale.

La seconde étape (mars-avril 1938) est marquée par le retour de Léon Blum pour succéder à Chautemps, le président Lebrun souhaitant surtout lever l'hypothèque du Front populaire afin de pouvoir laisser la place à Daladier. Or Blum propose non pas un nouveau ministère de Front populaire, mais « un gouvernement d'unité nationale autour du Front populaire » allant « de [Maurice] Thorez à [Paul] Reynaud », afin de faire face à la menace allemande. Il reçoit l'appui des communistes, des socialistes et de quelques élus de droite (les démocrates-chrétiens, Paul Reynaud, Georges Mandel, Henri de Kérillis), mais se heurte au refus de la quasi-totalité des groupes de droite auxquels il s'était adressé, et qui, à l'appel de Pierre-Étienne Flandin, rejettent son offre.

Dès lors, le sort du second ministère Blum est scellé. Le Sénat renversera le gouvernement sur ses projets financiers. C'est donc davantage pour témoigner que pour agir que Blum dépose devant les Chambres un projet de pleins pouvoirs financiers, plus précis, plus cohérent, plus radical que celui de juin 1937. C'est un projet keynésien dont le moteur est la relance industrielle fondée sur le réarmement, un contrôle des changes pour éviter la fuite des capitaux, un contrôle des opérations financières et un impôt sur le capital. Voté à la Chambre, le projet est rejeté par le Sénat, provoquant, le 7 avril 1938, la démission de Léon Blum.

La voie est donc libre pour le gouvernement d'Édouard D [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités à l'Institut d'études politiques de Paris

Classification

Autres références

«  FRONT POPULAIRE  » est également traité dans :

FRONT POPULAIRE, en bref

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 203 mots
  •  • 1 média

La victoire du Rassemblement populaire aux élections législatives d'avril-mai 1936 est le produit de la coalition antifasciste formée par les socialistes, les communistes et les radicaux, à la suite du 6 février 1934. Des quatre gouvernements de Front populaire qui se succèdent entre juin 1936 et novembre 1938, le plus important est celui que dirige […] Lire la suite

BLUM LÉON (1872-1950)

  • Écrit par 
  • René GIRAULT
  •  • 2 228 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le chef de gouvernement »  : […] Dix ans plus tard, voici Blum passant de la théorie à la pratique. Ayant obtenu le plus grand nombre de voix au sein de la coalition de Front populaire victorieuse, lors des élections d'avril-mai 1936 , la S.F.I.O. doit mener le gouvernement nouveau . Depuis plusieurs années, la France, influencée par la crise économique et sociale, marquée par la poussée des dictatures en Europe, vit dans un clim […] Lire la suite

CAGOULE LA

  • Écrit par 
  • Arnaud JACOMET
  •  • 957 mots

Le complot dit de la Cagoule a été l'expression, sous le Front populaire, de l'opposition irréductible au communisme de l'extrême droite activiste. Il y a eu, en fait, plusieurs complots de la Cagoule, cette dénomination ayant été forgée par la grande presse de l'époque, avide de pittoresque plus que de vérité historique, pour désigner les groupes clandestins créés après la dissolution des ligues […] Lire la suite

CAMELOTS DU ROI

  • Écrit par 
  • Germaine LECLERC
  •  • 274 mots

Dès 1905, pour protester contre la « panthéonisation » de Zola, un groupe d'étudiants d'Action française conduit par Maurice Pujo s'organise afin de réveiller l'opinion « même en la scandalisant » ; mais c'est en 1908, lors d'une rencontre entre Maxime Réal del Sarte, Henry des Lyons et Pujo qu'il fut décidé de vendre le journal de Maurras aux portes des églises de Paris ; les vendeurs improvisés […] Lire la suite

CONGÉS PAYÉS, en bref

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PERNOT
  •  • 244 mots

Innovation sociale majeure, les congés payés redéploient l'économie et démocratisent le temps libre. Leur essor s'inscrit dans une tendance internationale très inégalement marquée. Peu nombreux et liés exclusivement à des accords d'entreprise, les congés payés restent très faibles aux États-Unis et plus répandus au Royaume-Uni. En Allemagne, des conventions collectives comportent dès le début du […] Lire la suite

CROIX-DE-FEU

  • Écrit par 
  • Jacques NOBÉCOURT
  •  • 332 mots
  •  • 1 média

« L'association des combattants de l'avant et des blessés de guerre cités pour action d'éclat », dite « les Croix-de-Feu et Briscards », est créée en 1927 par l'homme de lettres Maurice d'Hartoy pour unir les anciens combattants titulaires de la croix de guerre dans une « grande force antirévolutionnaire et antidéfaitiste ». Elle est en fait au service de François Coty, chevalier d'industrie, parf […] Lire la suite

DALADIER ÉDOUARD (1884-1970)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 1 023 mots
  •  • 4 médias

Resté dans l'histoire comme l'« homme de Munich » Édouard Daladier a été mêlé à d'autres graves événements. Maire de Carpentras en 1911, puis député en 1919, il le reste jusqu'en 1940 et le redevient de 1946 à 1958. En 1924, il rédige la partie consacrée à la Défense nationale du programme du Cartel des gauches. Ministre des Colonies puis de la Guerre en 1925, puis de l'Instruction publique en 19 […] Lire la suite

DÉAT MARCEL (1894-1955)

  • Écrit par 
  • Guy ROSSI-LANDI
  •  • 558 mots

D'origine modeste, Déat fait des études brillantes : en juillet 1914, il est reçu à l'École normale. La même année, il adhère à la S.F.I.O. Après la guerre, qu'il termine avec le grade de capitaine, il passe l'agrégation de philosophie et est nommé professeur à Reims. Sa carrière politique débute en 1925 par un mandat de conseiller municipal. L'année suivante, il entre à la Chambre des députés à l […] Lire la suite

DORIOT JACQUES (1898-1945)

  • Écrit par 
  • Guy ROSSI-LANDI
  •  • 802 mots

Issu d'une modeste famille de l'Oise, ouvrier métallurgiste de Saint-Denis, Jacques Doriot adhère très jeune à la S.F.I.O. En 1920, il rallie la III e  Internationale. Remplaçant par hasard un délégué malade, il devient suppléant au comité central des Jeunesses communistes ; c'est le début d'une belle carrière au sein du Parti communiste : il représente, pour la France, les Jeunesses communistes a […] Lire la suite

FAURE PAUL (1878-1960)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 478 mots

Né à Périgueux, Paul Faure vient très jeune au socialisme et adhère au Parti ouvrier français de Jules Guesde. Élu à la direction du parti, il y représente la Haute-Vienne, dont la fédération est des plus actives : en 1904, son organe, Le Populaire du Centre , est le seul journal fédéral qui soit quotidien. Pendant la Première Guerre mondiale, Faure est minoritaire au sein de la S.F.I.O. : son pac […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

22 octobre 2021 Israël. Classement de six ONG palestiniennes comme « terroristes ».

Ces ONG sont accusées d’employer des membres du Front populaire de libération de la Palestine (FDLP) et de redistribuer au FDLP des fonds provenant de divers pays européens. Le département d’État américain affirme ne pas avoir été informé de cette décision et rappelle que « le respect des droits humains, des libertés fondamentales et une société civile forte sont décisifs pour une gouvernance responsable ». […] Lire la suite

30 mai 2021 Chypre. Élections législatives.

Les petites formations progressent, tels le Front national populaire (extrême droite) – 6,8 % des suffrages et 4 sièges –, le Mouvement pour la démocratie sociale (social-démocrate) – 6,7 % des voix et 4 élus – et le nouveau Front démocratique (centre), scission du Parti démocrate, qui fait son entrée au Parlement avec 6,1 % des suffrages et 4 députés. […] Lire la suite

6-26 mars 2021 Côte d'Ivoire. Élections législatives.

L’alliance formée du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) de l’ancien président Henri Konan Bédié et du Front populaire ivoirien (FPI) dévoué à l’ancien président Laurent Gbagbo obtient, en plusieurs listes, 29 % des voix et 81 élus. L’alliance formée du FPI « légal » et de l’Union pour la démocratie et pour la paix en Côte d’Ivoire (UDPCI) obtient, en deux listes, 4 % des suffrages et 10 députés. […] Lire la suite

4-28 novembre 2020 Éthiopie. Offensive de l'armée fédérale contre le Tigré.

Le Front populaire de libération du Tigré (FPLT) au pouvoir à Mekele a dominé la vie politique du pays après le renversement du régime communiste en 1991, avant d’être progressivement écarté du pouvoir et de se retirer dans son fief. Le 22, alors que les forces fédérales progressent vers Mekele, le Premier ministre Abiy Ahmed donne soixante-douze heures au FPLT pour désarmer ses troupes. […] Lire la suite

15 octobre - 3 novembre 2020 Côte d'Ivoire. Élection présidentielle.

Le 15, l’ancien président Henri Konan Bédié, chef du Parti démocrate de Côte d’Ivoire (PDCI), et l’ancien Premier ministre Pascal Affi N’Guessan, chef du Front populaire ivoirien (FPI), les deux principaux adversaires du président Alassane Ouattara, annoncent qu’ils ne participeront pas à l’élection présidentielle qu’ils jugent « illégale ». Ils appellent leurs partisans à boycotter le scrutin et à empêcher son déroulement. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Serge BERSTEIN, « FRONT POPULAIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/front-populaire/