EXTRÊME DROITE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Charles Maurras

Charles Maurras
Crédits : P. Petit/ Hulton Getty

photographie

Jean-Marie et Marine Le Pen, 2007

Jean-Marie et Marine Le Pen, 2007
Crédits : M. Bureau/ Getty

photographie


Le terme extrême droite hante commentaires et analyses de l'actualité politique française depuis plus d'un quart de siècle. Il permet de rapprocher des événements aussi dissemblables que l'attentat d'Oklahoma City commis en 1995 aux États-Unis, l'entrée en 2000 dans le gouvernement autrichien du parti F.P.Ö. (Freiheitliche Partei Osterreichs) dirigé par Jörg Haider, ou encore les émeutes raciales de Burnley, Bradford et Oldham au Royaume-Uni en 2001. Son ambiguïté fondamentale est qu'il est généralement utilisé par les adversaires politiques de l'extrême droite comme une expression stigmatisante, sensée renvoyer toutes les formes du nationalisme populiste et xénophobe aux expériences historiques que furent le fascisme italien et le national-socialisme allemand. Dans la France contemporaine, il n'est pratiquement jamais assumé par ceux qui en relèvent, qui préfèrent se désigner, à l'instar du Front national, par les appellations de « mouvement national » ou de « droite nationale ».

Écrivant l'histoire de la IIIe République, un militant socialiste révolutionnaire comme Alexandre Zévaès ne l'applique ni aux partisans du comte de Chambord, ni aux boulangistes, ni même aux ligueurs et autres manifestants du 6 février 1934. Pour ce qui est de cette période troublée des années 1930, la gauche préfère alors qualifier la droite antiparlementaire de « fasciste » : Paul Rivet fonde le Comité de vigilance des intellectuels antifascistes ; la S.F.I.O. et le Parti communiste mobilisent, le 12 février 1934, « contre le péril fasciste ». Ce n'est qu'après 1945 que le terme rentrera dans le langage courant, pour désigner les formations politiques nationalistes, autoritaires et xénophobes : le parti de Pierre Poujade ; le mouvement Jeune Nation, et, par extension, les partisans de l'Algérie française qui choisiront la voie de l'action violente, au sein de l'O.A.S. Il est ainsi utilisé pour décrire l'idéologie du Front national, le parti fondé par Jean-Marie Le Pen en 1972.

Comme nous le verrons, la notion renvoie à des partis et mouvements idéologiquement très hétérogènes. Pourtant, la littérature scientifiq [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages




Écrit par :

  • : chercheur associé à l'Institut de relations internationales et stratégiques, enseignant à l'Institut universitaire d'études juives Elie-Wiesel

Classification


Autres références

«  EXTRÊME DROITE  » est également traité dans :

APARTHEID

  • Écrit par 
  • Charles CADOUX, 
  • Benoît DUPIN
  •  • 9 034 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'inspiration nazie »  : […] lois menacent les premiers du numerus clausus dans les professions ; on s'efforce d'interdire l'immigration aux seconds. À l'action diffuse mais efficace du Broederbond s'ajoute l'action directe d'organisations pro-nazies (Boerenasie, Greyshirts, New Order animé par Oswald Pirow), dont la plus militante est l'Ossewa-Brandwag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apartheid/#i_86474

ART SOUS L'OCCUPATION

  • Écrit par 
  • Laurence BERTRAND DORLÉAC
  •  • 7 393 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La France occupée »  : […] À sa façon, comme en Allemagne, la France était préparée à une politique d'exclusion des Juifs qui avait été appelée de ses vœux depuis bien longtemps par les extrémistes de droite. En art comme ailleurs, depuis la fin des années 1920, dans un pays meurtri par la crise économique et en mal d'identité, des coupables avaient été désignés de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-sous-l-occupation/#i_86474

FRANCE - L'année politique 1999

  • Écrit par 
  • Bruno DIVE
  •  • 3 065 mots

Dans le chapitre « L'implosion du Front national »  : […] La crise violente qui a secoué le Front national (F.N.) à la fin de 1998 se conclut par la scission du mouvement au début de l'année suivante. Bruno Mégret et ses plus proches lieutenants, tel Jean-Yves Le Gallou, mais aussi des responsables qui comme Serge Martinez passaient jusqu'alors pour lepénistes, sont exclus. Se considérant néanmoins comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-1999/#i_86474

FRANCE - L'année politique 1998

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 3 133 mots

Dans le chapitre « Une scission de l'extrême droite à l'issue incertaine »  : […] L'événement politique majeur de l'année 1998 est l'éclatement du Front national entre les fidèles de son président fondateur, Jean-Marie Le Pen, et ceux de son ancien délégué général, Bruno Mégret. Si la rivalité entre les deux hommes était sensible depuis plus d'un an, elle avait toujours été démentie par les intéressés jusqu'en novembre-décembre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-1998/#i_86474

INDO-EUROPÉENS (archéologie)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 5 144 mots

Dans le chapitre « Indo-Européens et extrême droite »  : […] Mais les deux autres hypothèses de localisation, également nées au xixe siècle, l'asiatique et la nordique, n'ont pas pour autant disparu devant le succès de l'hypothèse steppique. La seconde, déconsidérée après 1945, a ressurgi à partir des années 1970, liée à la reconstitution des idéologies d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/indo-europeens/#i_86474

INÉGALITÉS - Analyse et critique

  • Écrit par 
  • Alain BIHR, 
  • Roland PFEFFERKORN
  •  • 9 523 mots

Dans le chapitre « Égalité et uniformité »  : […] démocrate, mais c'est essentiellement la « nouvelle droite » qui tient ce discours. En assimilant égalité et identité d'une part et en réinterprétant de l'autre les inégalités en termes de différences, de manière à pouvoir justifier l'aggravation des premières au nom du respect des secondes, ce discours reprend un thème […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inegalites-analyse-et-critique/#i_86474

ITALIE - La vie politique depuis 1945

  • Écrit par 
  • Geneviève BIBES, 
  • Marc LAZAR
  • , Universalis
  •  • 31 397 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le terrorisme »  : […] celui de la gare de Bologne, en août 1980, qui fait quatre-vingts morts). Réaction de l'extrême droite aux conquêtes du mouvement ouvrier et au désordre révolutionnaire des années 1968-1969, cette « stratégie de la tension » est destinée à provoquer dans le pays une vague de fond en faveur des partis prônant l'ordre et l'autorité. Elle rappelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-la-vie-politique-depuis-1945/#i_86474

NAZISME

  • Écrit par 
  • Johann CHAPOUTOT
  •  • 4 758 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Négation de l’individu »  : […] en février 1920, au D.A.P. (Deutsche Arbeiterpartei), le parti des travailleurs allemands, un des innombrables groupuscules d’extrême droite de l’époque. Les Frontkämpfer (anciens combattants) y sont recrutés et exaltés par son nouveau leader, Adolf Hitler, lui-même ancien caporal démobilisé. Participant au processus de « brutalisation » de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nazisme/#i_86474

NÉGATIONNISME

  • Écrit par 
  • Nadine FRESCO
  •  • 7 516 mots

Dans le chapitre « Le mensonge obligé de l'extrême droite »  : […] négationniste apparaît dès l'époque de la guerre froide, qui a immédiatement succédé à la victoire des Alliés en 1945, dans les milieux d'extrême droite de divers pays d'Europe, puis en Amérique du Nord et du Sud, dans certains pays arabes, en Australie, notamment là où d'anciens responsables nazis ont trouvé refuge […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/negationnisme/#i_86474

OCCUPATION (France)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie GUILLON
  •  • 6 045 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre «  Occupation et collaborations »  : […] possède sa clientèle collaborationniste. Celle-ci est composée de « révolutionnaires » d'extrême droite, que l'on trouve dans des groupuscules comme le Parti franciste de Marcel Bucard ou au Parti populaire français (P.P.F.), ou de militants issus de la gauche pacifiste ou fascinés par le « socialisme » nazi, comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/occupation-france/#i_86474

ROYAUME-UNI - Le système politique

  • Écrit par 
  • Jacques LERUEZ
  •  • 10 914 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les petites formations »  : […] L'extrême droite est surtout active en Angleterre, car elle y exploite les tensions dues à l'immigration de couleur, massive dans les années 1950 et 1960, dans les banlieues populaires de Londres et les villes industrielles des Midlands et du Nord. Deux mouvements, le National Front et le British National Party, ouvertement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-le-systeme-politique/#i_86474

SALVADOR EL

  • Écrit par 
  • Noëlle DEMYK, 
  • David GARIBAY
  • , Universalis
  •  • 9 392 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La guerre civile »  : […] républicaine nationaliste (Alianza republicana nacionalista, Arena) impose sa présence avec 30 p. 100 des voix. Ce parti d'extrême droite, créé en septembre 1981, est l'émanation de l'élite traditionnelle, des propriétaires terriens, dont il défend les intérêts. Il est violemment anticommuniste mais également antiréformiste et critique très […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/el-salvador/#i_86474

VICHY RÉGIME DE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre AZÉMA
  •  • 6 922 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La fin pitoyable d'un régime policier »  : […] Ceux qui tenaient le haut du pavé parisien, des militants de l'ultra droite, des journalistes (notamment ceux de Je suis partout), des écrivains (Drieu La Rochelle, Céline à cause de son antisémitisme obsessionnel, Brasillach, Rebatet...) en bénéficiant de la bienveillance de l'occupant, ceux qui se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/regime-de-vichy/#i_86474

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Yves CAMUS, « EXTRÊME DROITE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/extreme-droite/