CAMELOTS DU ROI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dès 1905, pour protester contre la « panthéonisation » de Zola, un groupe d'étudiants d'Action française conduit par Maurice Pujo s'organise afin de réveiller l'opinion « même en la scandalisant » ; mais c'est en 1908, lors d'une rencontre entre Maxime Réal del Sarte, Henry des Lyons et Pujo qu'il fut décidé de vendre le journal de Maurras aux portes des églises de Paris ; les vendeurs improvisés prirent le nom de « camelots (nom donné en général aux crieurs de journaux) du roi ».

Avec l'affaire Thalamas (lutte des étudiants nationalistes contre un professeur ayant tenu des propos jugés désobligeants sur Jeanne d'Arc), le groupe se structura, connut une certaine popularité, s'affirma bientôt en province, imposa le culte national de la sainte. Étudiants en majorité, les camelots du roi témoignaient d'un goût prononcé pour la farce provocatrice, le folklore royaliste (ils reprirent notamment le répertoire des chansons chouannes) et les affrontements avec les étudiants de gauche. Faisant office à la fois de service d'ordre de l'Action française, de troupes de choc et d'activisme du mouvement, ils retinrent assez vite l'attention inquiète du pouvoir, et surtout de Briand qui voyait en eux et en leur violence un sérieux danger pour l'ordre et le maintien de la République. En février 1936, à la suite des incidents déclenchés au cours de l'enterrement de Jacques Bainville (et particulièrement des blessures reçues par Léon Blum), la Fédération nationale des camelots du roi fut dissoute.

—  Germaine LECLERC

Écrit par :

Classification


Autres références

«  CAMELOTS DU ROI  » est également traité dans :

ACTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean TOUCHARD
  • , Universalis
  •  • 5 169 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Avant 1914 »  : […] L'Action française est née de l'affaire Dreyfus dans une France divisée en deux camps irréconciliables, dans un pays profondément meurtri par l'annexion de l'Alsace-Lorraine et récemment humilié par les événements de Fachoda, dans une atmosphère d'angoisse, de crise et de guerre civile. Jusqu'à sa mort, Maurras restera obsédé par le souvenir de l'affaire Dreyfus dont les conséquences lui paraisse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/action-francaise/#i_17113

PUJO MAURICE (1872-1955)

  • Écrit par 
  • Pierre-Robert LECLERCQ
  •  • 201 mots

À vingt ans, Maurice Pujo fonde une revue d'art, L'Art et la Vie . L'affaire Dreyfus le jette dans la vie politique et, en 1898, il crée avec Henri Vaugeois un Comité d'action française, qui n'est d'abord qu'un banal comité à fins électorales. L'année suivante, rencontrant Maurras, ils lancent à eux trois l'Action française. Dès lors, sous l'influence de Maurras, Pujo devient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-pujo/#i_17113

Pour citer l’article

Germaine LECLERC, « CAMELOTS DU ROI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/camelots-du-roi/