REYNAUD PAUL (1878-1966)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De Gaulle a dit de lui qu'il fut un « homme injustement broyé par des événements excessifs ». L'homme politique a pourtant du talent. Personnalité du centre droit, Paul Reynaud possède des talents d'économiste et il ose mettre en œuvre ses idées. Avocat, élu député des Basses-Alpes en 1919, puis, à partir de 1928, du IIe arrondissement de Paris jusqu'en 1940, il est tour à tour ministre des Finances de Tardieu en 1930 puis ministre des Colonies sous Laval en 1931-1932. Puis pendant six ans, il va, en solitaire, s'opposer aux gouvernements et ses interventions sont à la fois écoutées et redoutées. En 1934, il défend seul les mérites économiques de la dévaluation quand les hommes politiques croient aux vertus de la déflation. Il défend seul le colonel de Gaulle qui préconise les mérites tactiques des escadrons cuirassés mobiles et autonomes dans une armée. Opposé à la politique de Munich, il préconise une alliance avec la Russie et une politique énergique à l'égard de l'Italie. Le 20 mars 1940, le président de la République fait appel à Paul Reynaud comme président du Conseil. Doué, intelligent et autoritaire, proche des Anglais, il est assez indépendant des grands partis. Il est investi à une voix de majorité, et doit garder Daladier au ministère de la Guerre, qui lui impose le maintien du général Gamelin. Il resserre les liens franco-anglais. Weygand est envoyé au Moyen-Orient pour préparer un front contre l'Allemagne. L'expédition de Norvège est menée conjointement avec Churchill. Mais en mai le front français craque en quelques jours. Reynaud, le 18, prend la direction de la Défense nationale, appelle Pétain et nomme Weygand généralissime. La situation apparaît déjà désespérée à beaucoup. À partir de juin 1940 se dessine au sein du ministère l'opposition qui va se révéler irréductible entre partisans et adversaires de l'armistice. Le 5 juin a lieu un premier remaniement ministériel : Bouthillier, Baudouin, de Gaulle entrent dans le gouvernement. L [...]

Paul Reynaud, vers 1930

Photographie : Paul Reynaud, vers 1930

Paul Reynaud (1878-1966), ministre des Colonies dans le gouvernement Laval en 1931-1932, et député de Paris. 

Crédits : Sasha/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  REYNAUD PAUL (1878-1966)  » est également traité dans :

ARMISTICE DE 1940

  • Écrit par 
  • Guy ROSSI-LANDI
  •  • 929 mots
  •  • 1 média

L'armistice franco-allemand signé à Rethondes le 22 juin 1940 par le général Huntziger et le général Keitel reste l'un des sujets les plus controversés de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale. La « drôle de guerre » a pris fin le 10 mai 1940 avec l'invasion de la Belgique et de la Hollande par l'armée allemande . Le 13 mai, le front français est rompu dans la région de Sedan. La capitulation d […] Lire la suite

DRÔLE DE GUERRE

  • Écrit par 
  • Guy ROSSI-LANDI
  •  • 962 mots
  •  • 1 média

La période de la « drôle de guerre » s'étend du 3 septembre 1939, déclaration de guerre de la Grande-Bretagne et de la France à l'Allemagne, au 10 mai 1940, invasion de la Belgique et des Pays-Bas par les troupes allemandes. Elle doit son nom à l'inaction des armées alliées devant la défaite de la Pologne. Roland Dorgelès, correspondant de guerre, a revendiqué la paternité de l'expression qui pou […] Lire la suite

FRANCE (Le territoire et les hommes) - Un siècle de politique économique

  • Écrit par 
  • Pascal GAUCHON, 
  • Philippe LÉGÉ
  •  • 21 046 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La France en crise »  : […] C'est dans ce contexte qu'intervient la crise des années 1930. La plupart des économistes estiment que la France est restée protégée, pendant un temps, des turbulences de l'économie mondiale : moins ouverte, elle paraît moins vulnérable et elle peut compter sur la bonne santé de son marché rural comme sur son empire, avec lequel elle effectue 16 p. 100 de son commerce extérieur en 1930 : paysans e […] Lire la suite

GAULLE CHARLES DE (1890-1970)

  • Écrit par 
  • Jean LACOUTURE
  •  • 7 645 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Les années de formation »  : […] C'est dans le milieu le plus traditionaliste et même le plus conservateur que Charles André Marie Joseph, troisième des cinq enfants d'Henri et de Jeanne de Gaulle, est né à Lille le 22 novembre 1890. Du côté paternel, la famille issue de la petite noblesse normande (d'épée) et bourguignonne (de robe) était parisienne depuis plus d'un siècle. Du côté maternel, les Maillot étaient d'assez important […] Lire la suite

GUERRE MONDIALE (SECONDE)

  • Écrit par 
  • Henri MICHEL
  •  • 19 598 mots
  •  • 103 médias

Dans le chapitre « La « drôle de guerre » »  : […] À l'ouest, l'armée française a lancé une timide offensive dans la forêt de la Warndt, et conquis quelques centaines de kilomètres carrés. Mais les quatre divisions britanniques n'ont pris position en France que le 3 octobre. Certes, la France et le Royaume-Uni ont rejeté, le 6 octobre, les propositions de paix de Hitler qui reconnaissaient le fait accompli en Pologne. Le 16 octobre 1939, une contr […] Lire la suite

TROISIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Louis GIRARD
  •  • 14 396 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Le régime en question (1930-1936) »  : […] Jusqu'aux élections de 1932, la droite gouverna avec André Tardieu et Pierre Laval. Le premier était un grand bourgeois aux allures brillantes, le second était issu du syndicalisme pacifiste et avait fait carrière dans le sillage de Briand. Tardieu voulait susciter une droite moderne et réformiste, utilisant les excédents budgétaires pour l'équipement du pays. Il fit voter les assurances sociales […] Lire la suite

Pour citer l’article

Solange MARIN, « REYNAUD PAUL - (1878-1966) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-reynaud/