CHAUTEMPS CAMILLE (1885-1963)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Combattant volontaire de la Première Guerre mondiale, Camille Chautemps est avocat et maire de Tours à partir de 1919 et député radical-socialiste d'Indre-et-Loire de 1919 à 1928. Ensuite, député du Loir-et-Cher de 1929 à 1934, il devient sénateur et le reste jusqu'en 1940. Il inaugure sa carrière ministérielle en 1924, avec le portefeuille de l'Intérieur dans le gouvernement du Cartel ; puis il est garde des Sceaux dans le cabinet Painlevé en 1925 et, à nouveau, à l'Intérieur avec Briand et dans le deuxième cabinet Herriot (1926). Homme courtois et habile, il est dignitaire de la franc-maçonnerie, et son influence est grande au sein de son parti. Le 21 février 1930, il est un éphémère président du Conseil présenté et renversé le même jour. Il retrouve le portefeuille de l'Intérieur quand Herriot revient au pouvoir en 1932 et dans les trois cabinets suivants. En cette période troublée par l'agitation sociale et nationaliste, il redevient président du Conseil au moment de l'affaire Stavisky. L'indignation publique prend pour cible le ministre Chautemps, qui a refusé de former une commission d'enquête. Il se retire très vite. Léon Blum l'appelle comme ministre d'État en 1936. Blum tombe en juin 1937, et Chautemps lui succède pour ramener la confiance et poursuivre la pause économique ; il appelle aux Finances Georges Bonnet, tandis que Léon Blum est relégué à une vice-présidence honorifique. En janvier 1938, Chautemps, en séance de la Chambre des députés, prononce des paroles jugées menaçantes pour la classe ouvrière et « rend sa liberté » au Parti communiste dont l'opposition ne cesse de s'affirmer contre sa politique et son parti. Les socialistes se retirent à la suite de la bagarre de Clichy, mais la crise ministérielle est résolue par le même Chautemps qui réforme son cabinet sans les socialistes. Ce dernier ne dure que deux mois. Au début de mars, il démissionne sans être mis en minorité, préférant se retirer devant l'aggra [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : metteur en scène, conseiller en éducation populaire et techniques d'expression

Classification


Autres références

«  CHAUTEMPS CAMILLE (1885-1963)  » est également traité dans :

ARMISTICE DE 1940

  • Écrit par 
  • Guy ROSSI-LANDI
  •  • 928 mots
  •  • 1 média

L'armistice franco-allemand signé à Rethondes le 22 juin 1940 par le général Huntziger et le général Keitel reste l'un des sujets les plus controversés de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale. La « drôle de guerre » a pris fin le 10 mai 1940 avec l'invasion de la Belgique et de la Hollande par l'armée allemande . Le 13 mai, le front français est rompu dans la région de Sedan. La capitulation d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armistice-de-1940/#i_40754

FRONT POPULAIRE

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 4 921 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'agonie du Front populaire (juin 1937-novembre 1938) »  : […] Le changement de cap du Front populaire puis la crise qui aboutit à sa disparition en novembre 1938 se déroulent selon un processus en trois étapes. Tout d'abord, les deux ministères du radical Camille Chautemps se succèdent de juin 1937 à mars 1938. Le premier (juin 1937-janvier 1938) se présente comme un gouvernement de Front populaire à direction radicale avec participation socialiste, Léon Bl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/front-populaire/#i_40754

STAVISKY AFFAIRE

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 759 mots

D'une famille israélite originaire de Russie, Serge Alexandre Stavisky arrive en France avec son père en 1898. Il est naturalisé français en 1910. Il ne tarde pas à se signaler à la justice française par une série d'escroqueries et de chèques sans provision. Mais, inexplicablement, les plaintes déposées contre lui n'aboutissent jamais et les jugements sont interminablement renvoyés à une date ulté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/affaire-stavisky/#i_40754

TROISIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Louis GIRARD
  •  • 14 385 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Le Front populaire (1936-1937) »  : […] Le Front populaire est né d'une réaction contre l'agitation des ligues et la domination de la droite depuis 1934. Il fut favorisé par la crise économique et l'impopularité de la politique de déflation. Devant la menace fasciste, les mouvements de gauche prirent l'habitude de se concerter. L'action des communistes fut décisive. Contre Hitler, Staline voulait qu'ils sortent de l'isolement et qu'ils […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troisieme-republique/#i_40754

Pour citer l’article

Armel MARIN, « CHAUTEMPS CAMILLE - (1885-1963) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/camille-chautemps/