FRONT POPULAIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'expérience Blum (juin 1936-juin 1937)

Avant son arrivée au pouvoir, Léon Blum a tenu à définir la nature du gouvernement qu'il entend conduire, face aux exigences de l'aile révolutionnaire de son parti, dirigée par Marceau Pivert qui, dans un retentissant article du Populaire publié le 27 mai 1936 et intitulé « Tout est possible », préconisait de transformer l'exercice du pouvoir en conquête révolutionnaire du pouvoir pour fonder la société socialiste sur la base de la propriété collective. Telle n'est pas l'intention de Léon Blum. Constatant que le suffrage universel n'a donné de majorité absolue ni aux socialistes ni aux « partis prolétariens » (socialiste et communiste), il en déduit que la mission qui lui a été confiée se résume au triptyque du Front populaire (« le pain, la paix, la liberté ») et, par conséquent, son objectif sera de mener non pas une expérience socialiste, mais une politique sociale dans le cadre du capitalisme libéral en place, de l'économie de marché et de la propriété individuelle. Les communistes ayant refusé de participer au gouvernement pour ne pas effrayer l'opinion publique et ayant promis leur soutien parlementaire, Blum constitue un gouvernement de socialistes et de radicaux. Les premiers se voient confier, pour l'essentiel, les ministères économiques et sociaux, et les seconds la plupart des portefeuilles régaliens (Affaires étrangères, Défense nationale, Justice...). Léon Blum s'apprête à mener la politique qu'il a longuement définie au cours des années antérieures. Pour lutter contre la crise, qu'il analyse comme un phénomène de sous-consommation, il préconise la fin de la déflation et une reflation reposant sur l'augmentation du pouvoir d'achat des masses ; pour combattre le chômage, il envisage un partage du travail par la diminution de la durée hebdomadaire du travail et l'octroi de congés payés ; afin de maintenir la paix, il fait confiance à la Société des nations et aux pratiques de sécurité collective fondées sur la conciliation et l'arbitrage ; enfin, la défense de la lib [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages


Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités à l'Institut d'études politiques de Paris

Classification


Autres références

«  FRONT POPULAIRE  » est également traité dans :

FRONT POPULAIRE, en bref

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 202 mots
  •  • 1 média

La victoire du Rassemblement populaire aux élections législatives d'avril-mai 1936 est le produit de la coalition antifasciste formée par les socialistes, les communistes et les radicaux, à la suite du 6 février 1934. Des quatre gouvernements de Front populaire qui se succèdent entre juin 1936 et novembre 1938, le plus important est celui que dirige […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/front-populaire-en-bref/

BLUM LÉON (1872-1950)

  • Écrit par 
  • René GIRAULT
  •  • 2 227 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le chef de gouvernement »  : […] Dix ans plus tard, voici Blum passant de la théorie à la pratique. Ayant obtenu le plus grand nombre de voix au sein de la coalition de Front populaire victorieuse, lors des élections d'avril-mai 1936 , la S.F.I.O. doit mener le gouvernement nouveau . Depuis plusieurs années, la France, influencée par la crise économique et sociale, marquée par la poussée des dictatures en Europe, vit dans un clim […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-blum/#i_1926

CAGOULE LA

  • Écrit par 
  • Arnaud JACOMET
  •  • 957 mots

Le complot dit de la Cagoule a été l'expression, sous le Front populaire, de l'opposition irréductible au communisme de l'extrême droite activiste. Il y a eu, en fait, plusieurs complots de la Cagoule, cette dénomination ayant été forgée par la grande presse de l'époque, avide de pittoresque plus que de vérité historique, pour désigner les groupes clandestins créés après la dissolution des ligues […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-cagoule/#i_1926

CAMELOTS DU ROI

  • Écrit par 
  • Germaine LECLERC
  •  • 274 mots

Dès 1905, pour protester contre la « panthéonisation » de Zola, un groupe d'étudiants d'Action française conduit par Maurice Pujo s'organise afin de réveiller l'opinion « même en la scandalisant » ; mais c'est en 1908, lors d'une rencontre entre Maxime Réal del Sarte, Henry des Lyons et Pujo qu'il fut décidé de vendre le journal de Maurras aux portes des églises de Paris ; les vendeurs improvisés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/camelots-du-roi/#i_1926

CONGÉS PAYÉS, en bref

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PERNOT
  •  • 244 mots

Innovation sociale majeure, les congés payés redéploient l'économie et démocratisent le temps libre. Leur essor s'inscrit dans une tendance internationale très inégalement marquée. Peu nombreux et liés exclusivement à des accords d'entreprise, les congés payés restent très faibles aux États-Unis et plus répandus au Royaume-Uni. En Allemagne, des conventions collectives comportent dès le début du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conges-payes-en-bref/#i_1926

CROIX-DE-FEU

  • Écrit par 
  • Jacques NOBÉCOURT
  •  • 331 mots
  •  • 1 média

« L'association des combattants de l'avant et des blessés de guerre cités pour action d'éclat », dite « les Croix-de-Feu et Briscards », est créée en 1927 par l'homme de lettres Maurice d'Hartoy pour unir les anciens combattants titulaires de la croix de guerre dans une « grande force antirévolutionnaire et antidéfaitiste ». Elle est en fait au service de François Coty, chevalier d'industrie, parf […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/croix-de-feu/#i_1926

DALADIER ÉDOUARD (1884-1970)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 1 022 mots
  •  • 4 médias

Resté dans l'histoire comme l'« homme de Munich » Édouard Daladier a été mêlé à d'autres graves événements. Maire de Carpentras en 1911, puis député en 1919, il le reste jusqu'en 1940 et le redevient de 1946 à 1958. En 1924, il rédige la partie consacrée à la Défense nationale du programme du Cartel des gauches. Ministre des Colonies puis de la Guerre en 1925, puis de l'Instruction publique en 19 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edouard-daladier/#i_1926

DÉAT MARCEL (1894-1955)

  • Écrit par 
  • Guy ROSSI-LANDI
  •  • 558 mots

D'origine modeste, Déat fait des études brillantes : en juillet 1914, il est reçu à l'École normale. La même année, il adhère à la S.F.I.O. Après la guerre, qu'il termine avec le grade de capitaine, il passe l'agrégation de philosophie et est nommé professeur à Reims. Sa carrière politique débute en 1925 par un mandat de conseiller municipal. L'année suivante, il entre à la Chambre des députés à l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-deat/#i_1926

DORIOT JACQUES (1898-1945)

  • Écrit par 
  • Guy ROSSI-LANDI
  •  • 802 mots

Issu d'une modeste famille de l'Oise, ouvrier métallurgiste de Saint-Denis, Jacques Doriot adhère très jeune à la S.F.I.O. En 1920, il rallie la III e  Internationale. Remplaçant par hasard un délégué malade, il devient suppléant au comité central des Jeunesses communistes ; c'est le début d'une belle carrière au sein du Parti communiste : il représente, pour la France, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-doriot/#i_1926

FAURE PAUL (1878-1960)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 478 mots

Né à Périgueux, Paul Faure vient très jeune au socialisme et adhère au Parti ouvrier français de Jules Guesde. Élu à la direction du parti, il y représente la Haute-Vienne, dont la fédération est des plus actives : en 1904, son organe, Le Populaire du Centre , est le seul journal fédéral qui soit quotidien. Pendant la Première Guerre mondiale, Faure est minoritaire au sein de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-faure/#i_1926

FRANCE (Arts et culture) - L'art public

  • Écrit par 
  • Caroline CROS, 
  • Universalis
  •  • 3 245 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le Front populaire inscrit l'art dans l'espace public »  : […] Il faut attendre les années 1930 et l'arrivée de Jean Zay au ministère de l'Éducation nationale pour constater les premiers signes avant-coureurs d'un retour de l'art dans l'espace public. Entouré de Jean Cassou, de Georges Huisman et de Louis Hautecœur, le ministre relance la commande publique et encourage une rupture avec la tradition monumentale qui a marqué tout le xix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-arts-et-culture-l-art-public/#i_1926

FRIED EUGEN (1900-1943)

  • Écrit par 
  • Stéphane COURTOIS
  •  • 1 003 mots

Eugen Fried est né le 13 mars 1900 à Trnava (Tyrnau en allemand et Nagyszombat en hongrois), ville de l'ancien Empire austro-hongrois, actuellement en Slovaquie. Né dans une famille juive de petits commerçants, Eugen (Jenö) fait de brillantes études secondaires et obtient son baccalauréat en 1917. Mais il est happé par le mouvement révolutionnaire qui traverse dès 1918 l'Europe centrale à la suite […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eugen-fried/#i_1926

GAUCHE EN FRANCE DANS L'ENTRE-DEUX-GUERRES (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 521 mots

Décembre 1920 Réunie en congrès à Tours, la Section française de l'Internationale ouvrière (SFIO) se scinde en deux partis. Majoritaires, les partisans de l'adhésion à la III e  Internationale créent la Section française de l'Internationale communiste (rebaptisée Parti communiste, PC, en 1921), tandis que la minorité menée par Léon Blum demeure […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gauche-en-france-dans-l-entre-deux-guerres-reperes-chronologiques/#i_1926

GRÈVE

  • Écrit par 
  • Hélène SINAY
  • , Universalis
  •  • 12 474 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les grèves de 1936 »  : […] Pour la première fois, la France connaît un mouvement généralisé de grèves avec occupation des lieux, dont l'ampleur culmine le 11 juin 1936 et atteint deux millions de grévistes. Ce mouvement est mis en branle par le secteur de la métallurgie et gagne de proche en proche toutes les professions industrielles et même commerciales (pour la première fois, les grands magasins parisiens ferment leurs p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/greve/#i_1926

GRINGOIRE, journal

  • Écrit par 
  • Pierre ALBERT
  •  • 516 mots

Reprenant la formule du Candide de Fayard, Horace de Carbuccia fonda Gringoire en 1928. Né à Paris en 1891, d'origine corse — il fut même député d'Ajaccio en 1932 —, apparenté au romancier Marcel Prévost et au préfet de police Jean Chiappe, Carbuccia était déjà directeur de la Revue de France , lancée en 1921, et propriétaire des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gringoire-journal/#i_1926

IMPÔT - Histoire de l'impôt

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MAITROT
  • , Universalis
  •  • 13 947 mots

Dans le chapitre « Les impôts indirects »  : […] Les impôts indirects ont connu, depuis la fin de la Première Guerre mondiale, une évolution caractérisée par le remplacement progressif des impôts particuliers sur la consommation par un impôt général à caractère synthétique. On remarquera que, dans ce domaine, la fiscalité française fut à l'origine de créations originales alors qu'en matière d'impôts directs les réformes ont été inspirées par des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/impot-histoire-de-l-impot/#i_1926

INTELLECTUEL

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 9 430 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'entre deux-guerres »  : […] Le monde intellectuel européen réagit en priorité aux événements internationaux. Cette dépendance tient fondamentalement à l'émergence de l'Union soviétique. Désormais, et jusqu'à sa chute, les intellectuels devront constamment se confronter au marxisme. L'évolution des surréalistes est, à cet égard, significative. Ils passeront de Freud à Marx et d'une « révolution poétique » à l'adhésion au Par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intellectuel/#i_1926

JOUHAUX LÉON (1879-1954)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 837 mots
  •  • 1 média

Né à Aubervilliers, d'un père ancien communard, employé dans une manufacture de tabac, Léon Jouhaux, après avoir obtenu son certificat d'études et préparé l'École des arts et métiers, est embauché d'abord dans une serrurerie ; puis il rejoint son père à la manufacture. Il a alors seize ans et fréquente les groupes anarchistes. En 1901, il est condamné à trois mois de prison avec l'anarchiste Liber […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-jouhaux/#i_1926

LAGRANGE LÉO (1900-1940)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 363 mots

La semaine de quarante heures est votée en juin 1936, et l'éducation populaire sous toutes ses formes de loisirs et de culture va connaître un nouvel essor : le 4 juin 1936, Léon Blum appelle Léo Lagrange au sous-secrétariat des Loisirs et des Sports ; il conservera ce poste jusqu'à la chute du cabinet, puis dans le ministère Chautemps avec celui de l'Éducation physique et encore dans le deuxième […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leo-lagrange/#i_1926

LA ROCQUE FRANÇOIS DE (1885-1946)

  • Écrit par 
  • Jacques NOBÉCOURT
  •  • 496 mots
  •  • 1 média

Fils de général et frère d'officiers, François de La Rocque sort de Saint-Cyr en 1907. Durant la Première Guerre mondiale, il se trouve dans l'Atlas marocain. Grièvement blessé, en 1916, il rejoint le front de France. Après un passage à l'état-major du maréchal Foch, il suit Weygand en Pologne, au cours de la campagne contre l'Armée rouge, puis Pétain dans le Rif. Il revient en France et démission […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-de-la-rocque/#i_1926

LOISIRS

  • Écrit par 
  • Philippe COULANGEON
  •  • 4 819 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Deux conceptions opposées »  : […] Au fil de l'histoire, la progression du temps libre et le développement des loisirs ont été portées par des motivations de nature différente. La naissance des loisirs modernes est sans doute indissociable de ce point de vue de l'affaiblissement des motifs d'ordre religieux ou communautaires et de la montée concomitante de justifications fondées sur le bien-être et l'épanouissement personnel. Au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loisirs/#i_1926

MARJOLIN ROBERT (1911-1986)

  • Écrit par 
  • Christian SAUVAGE
  •  • 1 085 mots

À l'époque du Front populaire, Robert Marjolin se définit « à la fois comme socialiste et libéral ». Il explique : « Le socialisme me paraissait essentiel parce que nous vivions dans une société inégalitaire qui ne comportait ni salaire minimal, ni sécurité sociale, ni éducation gratuite. Et j'étais libéral parce que, au fond, j'avais vu les États-Unis, et j'étais convaincu qu'il n'y avait qu'un s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-marjolin/#i_1926

MARSEILLAISE LA

  • Écrit par 
  • Guillaume MAZEAU
  •  • 2 970 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un hymne national disputé »  : […] Malgré les oppositions monarchistes, La   Marseillaise devient officiellement hymne national le 14 février 1879. C’est le bon moment : le chant s’installe dans le paysage sonore officiel d’une République qui, dans son décorum et ses nombreux rituels, rêve de s’enraciner dans le quotidien, en particulier à partir de 1880, lorsque le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marseillaise-la/#i_1926

MEDEF (Mouvement des entreprises de France), ex-C.N.P.F.

  • Écrit par 
  • Olivier MÉRIAUX
  •  • 2 230 mots

Dans le chapitre « La difficile émergence d'une confédération patronale »  : […] Si les équilibres internes constituent une dimension essentielle pour analyser le syndicalisme patronal, c'est qu'ils exercent une influence majeure sur les stratégies de l'organisation vis-à-vis de son environnement politique ou social. C'est là un élément de continuité majeure entre le Medef, le « vieux » C.N.P.F. et tous leurs prédécesseurs dans l'histoire. Dès l'origine en effet, la distributi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medef/#i_1926

MOCH JULES (1893-1985)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MAITROT
  •  • 1 380 mots

Grande figure du socialisme français du xx e siècle, Jules Moch adhéra en octobre 1924 à la S.F.I.O. de Léon Blum, dont il épousa l'essentiel des idées, pour démissionner, le 31 décembre 1974, du Parti socialiste de François Mitterrand, dont il contestait la politique d'union de la gauche. Pendant près de cinquante ans, il occupa au sein de son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jules-moch/#i_1926

MOULIN JEAN (1899-1943)

  • Écrit par 
  • Daniel CORDIER, 
  • Bénédicte VERGEZ-CHAIGNON
  • , Universalis
  •  • 1 786 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Jean Moulin, préfet »  : […] Jean Moulin est né le 20 juin 1899 à Béziers, dans une famille de militants républicains. Son père, franc-maçon, professeur et conseiller général radical-socialiste, l'incite à entrer dès l'âge de dix-huit ans dans l'administration préfectorale. Il met ensuite à profit ses relations dans le monde politique pour favoriser la carrière de son fils. Après une courte mobilisation à la toute fin de la P […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-moulin/#i_1926

NATIONALISATION

  • Écrit par 
  • Jean-Claude BONICHOT, 
  • Universalis
  •  • 6 936 mots

Dans le chapitre « Motifs »  : […] Les motifs des nationalisations constituent le dernier élément de leur définition. L'idée fondamentale a toujours été de mettre les entreprises nationalisées au service de la collectivité. C'est la raison pour laquelle on a pu écrire que la nationalisation « est vraiment le lieu géométrique du socialisme » (B. Chenot, p. 361). Cependant, cette idée de subordination des ensembles économiques à l'in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nationalisation/#i_1926

OPINION PUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Patrick CHAMPAGNE
  •  • 4 997 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'opinion publique et le suffrage universel »  : […] L'adoption du suffrage universel masculin en 1848 qui fait entrer l'ensemble de la population (masculine) dans le jeu politique actif va inévitablement entraîner un changement dans le contenu de la notion comme dans ses usages et être au principe d'un nouvel état. Sans doute les élus revendiquent-ils toujours le privilège de connaître les attentes de leurs électeurs et par là estiment-ils être com […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opinion-publique/#i_1926

PARTI SOCIAL FRANÇAIS (P.S.F.)

  • Écrit par 
  • Jacques NOBÉCOURT
  •  • 686 mots

Créé le 29 juin 1936 sur les traces du mouvement Croix-de-Feu, dissous en vertu de la loi du 10 janvier 1936 interdisant les « ligues » qualifiées de paramilitaires, le Parti social français (P.S.F.) devient à la veille de la Seconde Guerre mondiale le premier parti de masses dans l'histoire de la République, dépassant le Parti communiste, avec bien plus d'un million de membres, en dépit des assau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parti-social-francais/#i_1926

P.C.F. (Parti communiste français)

  • Écrit par 
  • Bernard PUDAL
  •  • 7 066 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'apprentissage de la politique (1934-1956) »  : […] Durant les années 1920 et au début des années 1930, tout se passe comme si la formation d'un parti de type nouveau occupait l'essentiel des énergies militantes et n'avait pu s'opérer que dans une relative indifférence aux enjeux électoraux et à ceux du champ politique lui-même. À partir de 1933-1934, après l'échec historique du Parti communiste allemand (K.P.D.), l'arrivée d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parti-communiste-francais/#i_1926

P.S. (Parti socialiste), France

  • Écrit par 
  • Frédéric SAWICKI
  • , Universalis
  •  • 7 369 mots
  •  • 5 médias

En avril 2005, le P.S. avait célébré son centenaire, sans pompes particulières, principalement sous la forme d'un colloque. Cette discrète commémoration traduit le rapport problématique que ses dirigeants entretiennent avec leur histoire. Si ces derniers n'ont jamais cessé de revendiquer l'héritage de Jean Jaurès et de Léon Blum, la filiation avec la S.F.I.O. a toujours été beaucoup plus difficil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/p-s-parti-socialiste-france/#i_1926

SALENGRO ROGER (1890-1936)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 225 mots

Militant socialiste, Salengro entre au conseil municipal de Lille en 1919. Maire de la ville à partir de 1925 et député à partir de 1928, il sera constamment réélu. Après la victoire du Front populaire, Léon Blum lui confia le portefeuille de l'Intérieur . La crise sociale de mai et juin 1936 a mis en valeur les qualités de fermeté et de diplomatie de Salengro. Il a été l'un des initiateurs des ac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roger-salengro/#i_1926

S.F.I.O. (Section française de l'Internationale ouvrière)

  • Écrit par 
  • François BROUSSE, 
  • Universalis
  •  • 1 499 mots

Après la défaite de la Commune, le mouvement ouvrier français est réduit au silence pendant plusieurs années, puis, à partir de 1876, se tiennent des congrès ouvriers regroupant des délégués de syndicats et de coopératives, auxquels se joignent bientôt des représentants des groupes d'études socialistes animés notamment par Jules Guesde. Sous l'impulsion de ces derniers, le Congrès ouvrier de Marse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/section-francaise-de-l-internationale-ouvriere/#i_1926

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Théâtre et politique culturelle

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED
  •  • 5 113 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Premières esquisses »  : […] C'est le gouvernement du Front populaire, de 1936 à 1938, qui a sans doute jeté les bases d'une politique de la culture, en s'intéressant aux pratiques artistiques des amateurs, en se souciant de l'éducation populaire et en mettant en place quelques aides indirectes à des metteurs en scène, sans oublier l'attention qu'il a portée à la décentralisation de l'art dramatique, qu'il croyait nécessaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-theatre-et-politique-culturelle/#i_1926

THOREZ MAURICE (1900-1964)

  • Écrit par 
  • Annette WIEVIORKA
  •  • 1 432 mots

Après le décès de Maurice Thorez le 12 juillet 1964 sur le paquebot Litva qui l’emmenait pour ses vacances sur les bords de la mer Noire, Jeannette Vermeersch, sa seconde épouse, écrivait à Nikita Khrouchtchev, alors premier secrétaire du Parti communiste de l’Union soviétique : « Maurice est mort à Istanbul. C’est comme le symbole de sa vie, d’une vie entre deux mers, d’une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-thorez/#i_1926

TOURISME

  • Écrit par 
  • Gabriel WACKERMANN
  •  • 27 066 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le tourisme de masse »  : […] Pour des raisons idéologiques en même temps que pour des motifs de propagande, le fascisme n'hésite pas à renforcer le tourisme populaire, par l'introduction des congés payés, l'organisation de vacances collectives pour jeunes et adultes, des échanges estivaux de militants, des manifestations internationales fascistes. Mussolini crée à cet effet l'institution spécialisée du Dopolavore, Hitler cel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tourisme/#i_1926

TROISIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Louis GIRARD
  •  • 14 385 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Le Front populaire (1936-1937) »  : […] Le Front populaire est né d'une réaction contre l'agitation des ligues et la domination de la droite depuis 1934. Il fut favorisé par la crise économique et l'impopularité de la politique de déflation. Devant la menace fasciste, les mouvements de gauche prirent l'habitude de se concerter. L'action des communistes fut décisive. Contre Hitler, Staline voulait qu'ils sortent de l'isolement et qu'ils […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troisieme-republique/#i_1926

ZAY JEAN (1904-1944)

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 1 128 mots

Jean Zay, l’un des plus brillants hommes politiques de la jeune génération de l’entre-deux-guerres, devait mourir à quarante ans, assassiné par la Milice du régime de Vichy. Issu d’une famille de juifs alsaciens ayant opté pour la France en 1871 et venue s’installer à Orléans, Jean Zay, né le 6 août 1904, est élevé, comme sa sœur, dans la religion protestante, celle de leur mère. Fils de Léon Zay, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-zay/#i_1926

Voir aussi

Pour citer l’article

Serge BERSTEIN, « FRONT POPULAIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/front-populaire/