CONGÉS PAYÉS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est la loi du 20 juin 1936 qui a généralisé en France l'institution des congés payés. Des lois postérieures, allant dans un sens toujours plus favorable aux salariés, et les conventions collectives ont élargi la gamme et allongé la durée des congés. Le congé annuel payé a été porté de 12 à 18 jours en 1956, de 18 à 24 jours en 1969 et de 24 à 30 jours par l'ordonnance du 16 janvier 1982. Il faut aussi mentionner les très nombreuses possibilités d'absence, rémunérée ou non, qu'offrent la création récente du congé sabbatique, du congé pour la création d'entreprise, du congé parental d'éducation, du congé d'enseignement et de recherche, du congé de formation économique, sociale et syndicale, des congés de conversion... et les plus anciens congés pour événements familiaux et congé individuel de formation.

On examinera ici le dispositif légal du congé annuel payé tout en insistant sur le rôle capital joué en la matière par les conventions collectives qui souvent améliorent ce dispositif.

Tout salarié a droit chaque année à une période de repos pendant laquelle il continue à percevoir sa rémunération. Ce droit est ouvert dès que le salarié justifie avoir travaillé chez le même employeur pendant une durée minimale d'un mois au cours de l'année de référence (du 1er juin de l'année précédente au 31 mai de l'année en cours). Le droit au congé n'est toutefois acquis qu'au terme de la période de référence (ainsi un salarié embauché après le 31 mai ne pourra partir en congé qu'après le 31 mai de l'année suivante). La durée minimale d'un mois de travail s'entend d'un travail effectif, sous réserve de certaines assimilations légales. Doivent en être exclues : les périodes de chômage total, celles de maladie ou de grève et, de façon générale, toutes les absences qui ne sont pas assimilées par la loi à du travail effectif pour la détermination du droit au congé. Le congé doit normalement être pris chaque année et il doit se traduire par une période de repos.

Le travail accompli chez le même employeur au cours de l'année de référence ouvre droit à un congé de deux jours et demi ouvrables par mois de travail, soit en tout trente jours ouvrables ou cinq semaines. Le mois à prendre en considération pour déterminer la durée du congé payé n'est pas le mois civil mais le mois de travail accompli de date à date, en appliquant pour les mois et semaines incomplets une équivalence entre le mois et les périodes de quatre semaines ou vingt-quatre jours. La jurisprudence, en son dernier état, considère que la règle des équivalences ne doit pas jouer seulement à titre subsidiaire. Il résulte de cette interprétation favorable au salarié que celui-ci peut prétendre à la totalité de ses congés dès qu'il a travaillé douze fois quatre semaines au cours de la période de référence.

Certaines circonstances et dispositions légales permettent un allongement de la durée du congé :

le jour férié qui tombe en période de congé allonge normalement d'un jour la durée de celui-ci (il n'en est pas de même pour les « ponts ») ;

la prise fractionnée du congé, qui suppose l'accord de l'employeur, ouvre droit à des jours supplémentaires à certaines conditions ;

la loi attribue aux jeunes mères de famille (moins de 22 ans) deux jours de congé supplémentaires par enfant de moins de quinze ans à charge ;

en ce qui concerne les jeunes travailleurs, des dispositions particulières leur permettent, s'ils ont moins de vingt-deux ans au 30 avril de l'année civile en cours et bien qu'ils n'aient pas travaillé pendant toute l'année de référence, de bénéficier, s'ils le souhaitent, d'un supplément de congé non payé.

La période légale des congés payés va du 1er mai au 31 octobre de chaque année. Mais la convention collective et l'employeur peuvent étendre cette période. À l'intérieur du laps de temps ainsi fixé, le congé est accordé soit simultanément à tout le personnel (l'entreprise ferme), soit par roulement. Dans ce dernier cas, c'est théoriquement l'employeur qui fixe la date des départs après avis des délégués du personnel en tenant compte de la situation de famille et de l'ancienneté de chaque salarié. Dans la pratique, la date des départs est souvent déterminée par accord. La durée des congés pouvant être pris en une seule fois ne peut excéder vingt-quatre jours ouvrables. La durée légale des congés payés annuels étant fixée à trente jours, ceux-ci sont donc obligatoirement pris en deux fois.

Le congé annuel étant un congé payé, il ne doit entra [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : D.E.A. travail et questions sociales, journaliste en droit social

Classification

Autres références

«  CONGÉS PAYÉS  » est également traité dans :

CONGÉS PAYÉS, en bref

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PERNOT
  •  • 244 mots

Innovation sociale majeure, les congés payés redéploient l'économie et démocratisent le temps libre. Leur essor s'inscrit dans une tendance internationale très inégalement marquée. Peu nombreux et liés exclusivement à des accords d'entreprise, les congés payés restent très faibles aux États-Unis et plus répandus au […] Lire la suite

FRONT POPULAIRE, en bref

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 203 mots
  •  • 1 média

La victoire du Rassemblement populaire aux élections législatives d'avril-mai 1936 est le produit de la coalition antifasciste formée par les socialistes, les communistes et les radicaux, à la suite du 6 février 1934. Des quatre gouvernements de Front populaire qui se succèdent entre juin 1936 et novembre 1938, le plus important est celui que dirige Léon Blum jusqu'en juin 1937. Signés dès le 7 j […] Lire la suite

FRONT POPULAIRE

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 4 922 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'expérience Blum (juin 1936-juin 1937) »  : […] Avant son arrivée au pouvoir, Léon Blum a tenu à définir la nature du gouvernement qu'il entend conduire, face aux exigences de l'aile révolutionnaire de son parti, dirigée par Marceau Pivert qui, dans un retentissant article du Populaire publié le 27 mai 1936 et intitulé « Tout est possible », préconisait de transformer l'exercice du pouvoir en conquête révolutionnaire du pouvoir pour fonder la […] Lire la suite

LOISIRS

  • Écrit par 
  • Philippe COULANGEON
  •  • 4 821 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La montée du temps libre »  : […] Un certain nombre d'idées reçues entourent l'approche historique du temps libre. L'idée, tout d'abord, que la libération du temps serait une conquête intrinsèque des temps industriels. Pourtant, l'étude des sociétés archaïques nous enseigne que le temps libre y régnait en maître et que la contrainte du travail procède du raffinement des besoins de l'homme dans les sociétés modernes. Plus près de n […] Lire la suite

TOURISME

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe GAY
  •  • 14 746 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Congés payés et tourisme de masse »  : […] L’expression « tourisme de masse » désigne la diffusion sociale du tourisme qui se produit en Europe à partir des années 1950. Elle a été esquissée outre-Atlantique avant le krach de 1929, mais elle est surtout préparée dans l’entre-deux-guerres par la généralisation progressive des congés payés. Ces derniers participent de la constitution d’un marché touristique de masse et sont un moment importa […] Lire la suite

Les derniers événements

1er-31 mars 2020 France. Lutte contre l'épidémie de Covid-19.

L’exécutif est notamment autorisé à modifier temporairement par ordonnances le droit du travail, en vue de faciliter le recours au chômage partiel et de permettre aux employeurs de disposer plus souplement de leurs salariés en modifiant les règles relatives à la durée du travail et aux congés payés. Le 23, Édouard Philippe annonce un durcissement des règles de confinement : les marchés de plein air sont fermés et les déplacements sont limités à une durée d’une heure, dans un rayon d’un kilomètre autour du domicile et à une fréquence d’une fois par jour. […] Lire la suite

18 octobre 2006 France. Annulation du régime des trente-neuf heures dans le secteur des hôtels-cafés-restaurants

supérieur et d'une semaine supplémentaire de congés payés. Le Conseil d'État estime que le régime des heures d'équivalence ne peut s'appliquer à l'ensemble d'un secteur. Le ministre des P.M.E., du Commerce et de l'Artisanat Renaud Dutreil juge que l'arrêt du Conseil d'État n'est « pas opportun », alors que la Commission européenne a refusé l'application au secteur d'un régime spécial de T. […] Lire la suite

27 avril - 7 mai 1998 Danemark. Large mouvement de grève dans le secteur privé

Les grévistes réclament une sixième semaine de congés payés. Dans ce pays prospère, où les salariés sont syndiqués à 85 p. 100, le dernier mouvement de protestation de cette ampleur remonte à 1985. Le 7 mai, le Parlement adopte, sur proposition du gouvernement, une loi qui fixe le cadre des conventions collectives pour 1998 et 1999. Celle-ci octroie aux salariés deux jours de vacances supplémentaires – davantage pour les parents de jeunes enfants – en échange d'un allègement fiscal pour les employeurs. […] Lire la suite

3 mai 1996 France. Accord sur l'aménagement du temps de travail dans la métallurgie

L'accord dans la métallurgie prévoit l'annualisation du calcul du temps de travail : si la moyenne hebdomadaire reste de 39 heures, les entreprises pourront, en période de forte activité, porter la durée du travail à 46 heures par semaine ; en contrepartie de cette flexibilité, les salariés bénéficieront de deux à six jours de congés payés supplémentaires. […] Lire la suite

13-27 janvier 1982 France. Premier train d'ordonnances sociales

Le premier abaisse à 39 heures par semaine la durée légale du travail (des négociations par secteurs d'activité devant en préciser les modalités) et étend à cinq semaines les congés payés. La seconde ordonnance concerne les contrats de solidarité passés entre l'État et les entreprises privées pour lutter contre le chômage. Le 20, une nouvelle ordonnance définit les conditions dans lesquelles l'État conclut des contrats de solidarité avec les collectivités publiques. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Lydie LAGRANGE, « CONGÉS PAYÉS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/conges-payes/