EXTRÉMOPHILES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Produits chimiques et pharmaceutiques

L'utilisation d'enzymes pour la synthèse de composés chimiques variés présente certains avantages par rapport à la synthèse chimique : procédé moins polluant – mais qui doit être mis en œuvre en présence de solvants non aqueux – et plus grande spécificité d'action. Un exemple de l'utilisation des enzymes pour la synthèse de composés pharmaceutiques est celui de l'acide 6-aminopénicillanique (6-APA), un intermédiaire dans la production de nombreux antibiotiques. La synthèse chimique nécessite trois étapes mettant en œuvre des réactifs toxiques et demandant des conditions réactionnelles assez drastiques. La bioconversion se fait en une seule étape, dans des conditions réactionnelles douces et sans autre réactif que des enzymes et leurs substrats.

La biocatalyse pour la synthèse de molécules d'intérêt économique est donc en plein développement. Elle connaît, dans la chimie fine et la pharmacie, un taux de croissance de 15 p. 100 par an, taux nettement supérieur à celui de la catalyse chimique (3,5 p. 100). La caractérisation d'enzymes issues de micro-organismes extrémophiles permet la mise à disposition d'enzymes résistant à des conditions variées et en particulier à des quantités importantes de solvant.

D'autres exemples pourraient être fournis par l'industrie alimentaire (dérivés de l'amidon...), l'industrie du textile... Les extrémozymes constituent une nouvelle source de molécules d'intérêt industriel qui ne cesse de conquérir de nouveaux marchés et dont les débouchés majeurs sont l'alimentation humaine et animale, et la chimie.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : responsable du programme Prospection et valorisation des ressources biologiques, Ifremer, centre de Brest
  • : directeur de l'Ifremer, centre de Sète

Classification


Autres références

«  EXTRÉMOPHILES  » est également traité dans :

ARCHÉOBACTÉRIES ou ARCHÉES

  • Écrit par 
  • Patrick FORTERRE
  •  • 2 142 mots

Dans le chapitre « Les halophiles »  : […] Les archées halophiles (qui aiment le sel) sont des micro-organismes aérobies stricts dont la particularité est de vivre dans les milieux proches de la saturation en sel (lacs salés, marais salants). Ils maintiennent leur pression osmotique interne en accumulant des concentrations équivalentes de chlorure de potassium dans leur cytoplasme, ce qui implique l'existence d'enzymes capables de fonctio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/archeobacteries-archees/#i_85960

BACTÉRIES

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ALONSO, 
  • Jacques BEJOT, 
  • Patrick FORTERRE
  •  • 11 039 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Paramètres physico-chimiques du métabolisme bactérien »  : […] La plupart des cultures bactériennes sont effectuées à 37  0 C par analogie avec la température centrale des mammifères, à cause, sans doute, des coutumes acquises en bactériologie médicale pour l'isolement de bactéries pathogènes à partir des prélèvements humains ou animaux, à la température desquels elles sont supposées s'être adaptées. Cependant, certaines bactéries ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacteries/#i_85960

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean GUEZENNEC, Jacques DIETRICH, « EXTRÉMOPHILES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/extremophiles/