EXTRÉMOPHILES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Détergents

C'est dans les années 1960 qu'est apparue la première protéase d'origine bactérienne dans les lessives. La recherche s'est ensuite orientée vers d'autres types de protéases, mais également de lipases (pour les taches dues aux huiles et aux graisses), d'amylases (nettoyage des taches produites par les aliments amylacés), de cellulases (enzymes permettant de raviver et d'assouplir les tissus en coton en digérant les parties endommagées des fibres textiles) pouvant être incluses dans des formulations de pH supérieur à 9 destinées aux lavages à basse température.

L'introduction d'enzymes dans les détergents présente de nombreuses contraintes techniques, telles que le pH et la force ionique, ainsi que la présence de produits tensio-actifs. On citera aussi l'utilisation croissante de lessives domestiques liquides dans lesquelles la stabilité des enzymes est moindre que dans les lessives en poudre. L'isolement de « nouveaux » micro-organismes extrémophiles (psychrophiles et alcaliphiles) et/ou l'utilisation des techniques de l'ingénierie des protéines (DNA shuffling) permettent d'adapter les caractéristiques des enzymes aux conditions de lavage et par conséquent d'optimiser les procédés. Ainsi, en mai 1997, une extrémozyme, la cellulase 103, découverte dans un lac salé et qui présente une activité catalytique très efficace sur le nettoyage des vêtements à un pH de 10, voire supérieur à 10, a été mise sur le marché.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : responsable du programme Prospection et valorisation des ressources biologiques, Ifremer, centre de Brest
  • : directeur de l'Ifremer, centre de Sète

Classification


Autres références

«  EXTRÉMOPHILES  » est également traité dans :

ARCHÉOBACTÉRIES ou ARCHÉES

  • Écrit par 
  • Patrick FORTERRE
  •  • 2 142 mots

Dans le chapitre « Les halophiles »  : […] Les archées halophiles (qui aiment le sel) sont des micro-organismes aérobies stricts dont la particularité est de vivre dans les milieux proches de la saturation en sel (lacs salés, marais salants). Ils maintiennent leur pression osmotique interne en accumulant des concentrations équivalentes de chlorure de potassium dans leur cytoplasme, ce qui implique l'existence d'enzymes capables de fonctio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/archeobacteries-archees/#i_85960

BACTÉRIES

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ALONSO, 
  • Jacques BEJOT, 
  • Patrick FORTERRE
  •  • 11 039 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Paramètres physico-chimiques du métabolisme bactérien »  : […] La plupart des cultures bactériennes sont effectuées à 37  0 C par analogie avec la température centrale des mammifères, à cause, sans doute, des coutumes acquises en bactériologie médicale pour l'isolement de bactéries pathogènes à partir des prélèvements humains ou animaux, à la température desquels elles sont supposées s'être adaptées. Cependant, certaines bactéries ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacteries/#i_85960

Voir aussi

AMYLASES    CELLULASES    LAVAGE    LESSIVES    LIPASES

Pour citer l’article

Jean GUEZENNEC, Jacques DIETRICH, « EXTRÉMOPHILES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/extremophiles/