ANTIBIOTIQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au début des années 1940, le microbiologiste américain Selman A. Waksman, découvreur de nombreux antibiotiques dont la streptomycine – ce qui lui valut le prix Nobel de médecine en 1952 –, définit un antibiotique comme une substance chimique, produite par un micro-organisme, qui inhibe la croissance voire détruit un autre micro-organisme. Ce terme a longtemps été réservé aux substances d’origine naturelle ; il regroupe désormais les molécules hémisynthétiques ou entièrement synthétiques qui ont une action toxique spécifique sur les bactéries et les protozoaires. Le terme lui-même est construit en 1879, sur le mot « antibiose » qui décrit le fait que des bactéries saprophytes (qui vivent aux dépens de matières organiques) peuvent inhiber in vitro la croissance d’autres bactéries pathogènes comme Bacillus anthracis, le bacille du charbon. Cette observation due à Jules Joubert dans le laboratoire de Louis Pasteur, bien que partagée par d’autres microbiologistes de l’époque, ne connaît pas de développement significatif. En fait, la recherche scientifique sur des molécules responsables de phénomènes d’antibiose ne débute qu’à l’automne 1928 quand Alexander Fleming, à Londres, fait une observation semblable à celle de Joubert avec des cultures de Staphylococcus aureus dont la croissance est inhibée par un champignon (Penicillium notatum) qui contaminait la préparation. Le champignon sécrète une substance antibiotique que Fleming nomme « pénicilline ». La communauté scientifique et pharmaceutique mettra dix ans à adopter cette découverte et à décrire les propriétés majeures de la pénicilline, essentiellement en raison de la difficulté d’isoler des quantités significatives de la molécule. Celle-ci est levée par Howard W. Florey et Ernst B. Chain (colauréats avec Fleming du prix Nobel de médecine en 1945) au début des années 1940 et la pénicilline peut alors être produite en masse dans le cadre de l’effort de guerre américain. Les effets de ce premier antibiotique sur les infections bactériennes sont spectaculaires. La découverte de la pénicilline sera rapidement suivie par celle de plusieurs autres molécules telles que la streptomycine ou la tétracycline, qui permettront une augmentation brusque de l’espérance de vie d’une dizaine d’années : les infections bactériennes représentaient la première cause de mortalité en 1940, contre 2 % en France en 2019.

Le vocabulaire de la lutte antimicrobienne

Dans le langage courant, on tend à confondre les substances utilisées dans la lutte contre les bactéries. Bien qu’ayant un but commun – combattre les micro-organismes – les antibiotiques doivent être distingués des antiseptiques, des désinfectants et des détergents car leurs mécanismes d’action et utilisations diffèrent fortement.

Antibiotiques

Un antibiotique inhibe sélectivement différentes cibles ou voies métaboliques vitales caractéristiques des bactéries : le but est en effet d’être le plus toxique possible pour ces dernières et le moins possible pour l’hôte infecté. Cette action ciblée explique que les antibiotiques ne sont pas actifs sur les virus et les champignons dont les voies métaboliques se rapprochent de celles des organismes supérieurs. Enfin un antibiotique est défini comme bactéricide ou bactériostatique selon qu’il lyse la bactérie ou qu’il inhibe seulement sa croissance.

Antiseptiques

Les antiseptiques sont des préparations ayant la propriété́ d'éliminer, de tuer les micro-organismes ou d'inactiver les virus sur des tissus vivants (peau saine, muqueuses, plaies). Ils présentent une activité́ antibactérienne, antifongique, antivirale locale (AFNOR, 1981 ; Pharmacopée française, 1990) limitée à la zone d’application. Les antiseptiques ayant une autorisation de mise sur le marché (AMM) sont des médicaments, les autres sont considérés comme des produits d’hygiène corporelle (législation européenne « biocides »). Parmi leurs propriétés, on notera une action locale bien tolérée par les tissus, un spectre large non spécifique et une vitesse d’action rapide. Les antiseptiques les plus couramment utilisés sont la chlorhexidine et l’hexamidine (molécules synthétiques et leurs dérivés), a [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Enveloppe des bactéries à Gram positif ou négatif

Enveloppe des bactéries à Gram positif ou négatif
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Relation structure-fonction dans la famille des bêtalactamines

Relation structure-fonction dans la famille des bêtalactamines
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Sites d’action de principaux antibiotiques

Sites d’action de principaux antibiotiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Relation structure-activité de la famille des quinolones-fluoroquinolones

Relation structure-activité de la famille des quinolones-fluoroquinolones
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : pharmacienne-biologiste spécialisée, Laboratoire de bactériologie virologie hygiène, CHU de Limoges
  • : assistant hospitalo-universitaire, Laboratoire de bactériologie virologie hygiène, CHU de Limoges
  • : professeure des Universités, praticienne hospitalière, Laboratoire de bactériologie virologie hygiène, CHU de Limoges

Classification

Autres références

«  ANTIBIOTIQUES  » est également traité dans :

ANTIBIOTIQUES

  • Écrit par 
  • Patrice COURVALIN, 
  • François DENIS, 
  • Marie-Cécile PLOY, 
  • Michel PRIVAT DE GARILHE, 
  • Patrick TRIEU-CUOT
  • , Universalis
  •  • 6 940 mots
  •  • 5 médias

Selon la définition donnée par S. A. Waksman, en 1941, un antibiotique est une substance produite par un micro-organisme et qui a le pouvoir d'inhiber la croissance d'autres micro-organismes et même de les détruire.L'antibiose est donc le fait que la prolifération d'une première espèce microbienne puisse être mise en échec par une seconde espèce. Celle-ci élabore à cet effet des substances nuisibl […] Lire la suite

ANTIBIOTIQUES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 471 mots

1903 Découverte du Trypan Röd (premier antibiotique anti-parasitaire) par Paul Ehrlich (1854-1915).1909 Découverte du Salvarsan (606), puissant anti-syphilitique par Paul Ehrlich.1921 Synthèse du Stovarsol (anti-microbien peu toxique déri […] Lire la suite

ACNÉ

  • Écrit par 
  • Corinne TUTIN
  •  • 3 296 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des avancées thérapeutiques »  : […] L’arsenal thérapeutique contre l’acné, s’enrichit. Un progrès est représenté par de nouveaux antibiotiques. Parmi ceux-ci, la sarécycline a été autorisée en octobre 2018 par la Food and Drug Administration américaine ; elle atténue les lésions d’acné en raison de ses effets anti-inflammatoires et d’une activité contre C. acnes . Elle est de surcroît mieux tolérée sur le plan digestif et donne lieu […] Lire la suite

ACTINOMYCÈTES

  • Écrit par 
  • Hubert A. LECHEVALIER
  •  • 3 469 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Importance économique des Actinomycètes »  : […] Les Actinomycètes sont les plus prolifiques de tous les micro-organismes en tant que producteurs d' antibiotiques. On estime que les deux tiers des quelque six mille antibiotiques isolés jusqu'ici sont produits par les Actinomycètes, et c'est Selman A. Waksman qui, le premier, a démontré la richesse des Actinomycètes dans ce domaine. Ce fut dans ses laboratoires que furent isolés quatre des premi […] Lire la suite

ALIMENTATION (Aliments) - Risques alimentaires

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre RUASSE
  •  • 4 747 mots

Dans le chapitre « Contaminations accidentelles »  : […] La présence de produits chimiques nocifs à une concentration élevée dans l'eau de boisson ou les aliments est toujours accidentelle. Citons pour mémoire les contaminations par l'arsenic, le fluor, le sélénium et autres composés minéraux. Un cas particulier, remis en lumière par des intoxications graves, est celui de la contamination mercurielle liée à des déversements en mer de déchets industrie […] Lire la suite

ANTIBIOTHÉRAPIE

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 237 mots

Pathologiste à l'hôpital St. Mary de Londres, Alexander Fleming (1881-1955) étudiait les bactéries responsables, pensait-on, de l'épidémie de grippe espagnole qui fit vingt millions de morts en 1918. Cultivant ces bactéries pathogènes en boîtes de Pétri (plates, contenant des milieux de culture solidifiés), il constata en 1921 qu'une goutte de mucus nasal empêchait le développement des bactéries a […] Lire la suite

CHAMPIGNONS

  • Écrit par 
  • Jacques GUINBERTEAU, 
  • Patrick JOLY, 
  • Jacqueline NICOT, 
  • Jean Marc OLIVIER
  •  • 10 949 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Usages industriels »  : […] La nécessité de trouver de nouvelles sources de protéines alimentaires pour remédier à la sous-alimentation temporaire ou endémique a orienté les recherches vers l'exploitation des micro-organismes : algues vertes, plancton marin, etc., et plus particulièrement des levures. La culture intensive de Candida utilis ou de Saccharomyces cerevisiae , en aérobiose, au moyen de sous-produits industriels […] Lire la suite

CHIRURGIE

  • Écrit par 
  • Claude d' ALLAINES, 
  • Jean-Édouard CLOTTEAU, 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 8 642 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Bilan actuel et perspectives »  : […] Notre époque est si fertile en découvertes qu'il est bien difficile de prévoir ce que sera la chirurgie dans l'avenir. Certains secteurs de la pathologie médicale ont disparu, comme certaines maladies contagieuses, d'autres sont en plein remaniement. En revanche, des maladies nouvelles sont apparues, soit qu'elles aient été méconnues jusqu'alors, soit qu'elles aient été créées par les progrès dus […] Lire la suite

DIPTÈRES

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT
  •  • 6 262 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le développement »  : […] Les mouches, attirées par les substances en décomposition, pondent sur les chairs avariées où se développeront les larves ou asticots. Ceux-ci produisent les enzymes attaquant les protides et les graisses mais il n'y a pratiquement pas de ferments agissant sur les glucides. Les asticots semblent donc absorber uniquement les protéines préalablement liquéfiées. Cependant on ne peut élever ces larve […] Lire la suite

DUBOS RENÉ (1901-1982)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 646 mots

Médecin et biologiste américain d'origine française. Né près de Paris, à Saint-Brice, René Dubos suit les cours du lycée Chaptal puis entre à l'Institut national agronomique de Paris. Après son diplôme, il est assistant à l'Institut international d'agriculture de Rome puis s'installe aux États-Unis en 1924 et entre comme assistant chargé de cours à la Rutgers University du New Jersey, où il obtien […] Lire la suite

FLEMING ALEXANDER (1881-1955)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 290 mots
  •  • 1 média

Bactériologiste qui découvrit en 1928 la pénicilline et ouvrit la voie à la thérapeutique des maladies infectieuses par les antibiotiques. Fleming fut lauréat du prix Nobel de physiologie et de médecine en 1945, conjointement avec Ernst Boris Chain et Howard Walter Florey, qui tous deux, à partir de 1939, poussèrent plus avant la découverte fondamentale de Fleming en isolant, purifiant et dosant […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

13 juin 2021 Suisse. Votations et référendums.

Les électeurs rejettent les deux initiatives populaires « Pour une eau potable propre et une alimentation saine – Pas de subventions pour l’utilisation de pesticides et l’utilisation d’antibiotiques à titre prophylactique », par 60,7 % des suffrages, et « Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse », par 60,6 % des voix. Ils se prononcent également par référendum sur trois lois fédérales adoptées en septembre 2020. […] Lire la suite

12 avril 2000 Union européenne. Nouvelle législation autorisant la culture des O.G.M.

présentant des gènes résistant aux antibiotiques. Les Verts estiment le texte insuffisamment contraignant.  […] Lire la suite

20-22 juin 1998 France. Conférence de citoyens sur les O.G.M.

Elle demande « l'interdiction des gènes marqueurs de résistance aux antibiotiques » en raison du risque de transfert de cette résistance à l'homme. Elle préconise également l'amélioration de l'étiquetage des produits contenant des O.G.M. et l'établissement d'une législation relative à la responsabilité en matière de produits O.G.M.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Aurélie CHABAUD, Sylvain MEYER, Marie-Cécile PLOY, « ANTIBIOTIQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/antibiotiques/