EXTRÉMOPHILES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les enzymes de l'extrême ou « extrémozymes »

Les enzymes industrielles sont, pour 90 p. 100 d'entre elles, issues de micro-organismes dont seule une toute petite fraction a été identifiée à ce jour. C'est dire si le monde microbien représente une source extraordinaire de biodiversité et un réservoir immense d'activités catalytiques nouvelles.

Le champ d'application des enzymes ne cesse de s'élargir. Annuellement, ce marché mondial, estimé à 2,9 milliards de dollars, connaît une croissance de l'ordre de 3 p. 100.

L'industrie des détergents utilise massivement des protéases. Les industries alimentaires, textiles, papetières, pharmaceutiques ainsi que les tanneries, la cosmétique, la chimie fine et l'ingénierie moléculaire sont également des utilisateurs importants. Ces enzymes présentent cependant des performances relativement médiocres au regard des contraintes liées aux procédés industriels. En effet, elles ne sont actives que dans des gammes de température ou de pH très réduites. Elles sont inactivées en présence de solvants, ou de concentrations salines inappropriées. En ce sens, la recherche d'enzymes issues de micro-organismes extrémophiles peut apporter une solution à ces divers problèmes.

Les caractéristiques physico-chimiques de ces « extrémozymes » en font des outils particulièrement intéressants pour de nombreuses applications. Souvent plus stables, plus faciles à utiliser, elles permettent, d'une part, de réduire le nombre d'étapes dans certains procédés industriels, d'augmenter la productivité et, d'autre part, d'accéder à des domaines d'applications nouveaux du fait de leurs résistances vis-à-vis de la température, de la présence de solvants organiques ou encore d'agents chaotropiques (qui dénaturent les protéines). On peut déjà citer l'extraordinaire succès de la PCR (polymerase chain reaction), méthode permettant de répliquer l'ADN en n copies grâce à une polymérase thermostable issue d'une bactérie e [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages



Écrit par :

  • : responsable du programme Prospection et valorisation des ressources biologiques, Ifremer, centre de Brest
  • : directeur de l'Ifremer, centre de Sète

Classification


Autres références

«  EXTRÉMOPHILES  » est également traité dans :

ARCHÉOBACTÉRIES ou ARCHÉES

  • Écrit par 
  • Patrick FORTERRE
  •  • 2 142 mots

Dans le chapitre « Les halophiles »  : […] Les archées halophiles (qui aiment le sel) sont des micro-organismes aérobies stricts dont la particularité est de vivre dans les milieux proches de la saturation en sel (lacs salés, marais salants). Ils maintiennent leur pression osmotique interne en accumulant des concentrations équivalentes de chlorure de potassium dans leur cytoplasme, ce qui implique l'existence d'enzymes capables de fonctio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/archeobacteries-archees/#i_85960

BACTÉRIES

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ALONSO, 
  • Jacques BEJOT, 
  • Patrick FORTERRE
  •  • 11 039 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Paramètres physico-chimiques du métabolisme bactérien »  : […] La plupart des cultures bactériennes sont effectuées à 37  0 C par analogie avec la température centrale des mammifères, à cause, sans doute, des coutumes acquises en bactériologie médicale pour l'isolement de bactéries pathogènes à partir des prélèvements humains ou animaux, à la température desquels elles sont supposées s'être adaptées. Cependant, certaines bactéries ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacteries/#i_85960

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean GUEZENNEC, Jacques DIETRICH, « EXTRÉMOPHILES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/extremophiles/