SOLVANTS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un solvant est un liquide dans lequel on introduit une ou plusieurs substances – les solutés – de manière à constituer une phase homogène : la solution. Le solvant est donc défini non par sa structure chimique, mais par son état physique – l'état liquide – et par l'usage qui en est fait ; il existe ainsi une variété infinie de solvants : l'eau, les composés organiques simples et liquides à la température ambiante (alcools, acides, hydrocarbures, etc.) sont les plus classiques, mais des gaz condensés ou sous pression, comme l'ammoniac ou le dioxyde de carbone, et des sels fondus (par exemple la cryolithe, liquide à plus de 1 000 0C) sont également utilisés comme solvants.

Milieux réactionnels et agents d'extraction dans l'industrie, supports pour le transport et la mise en œuvre des peintures, encres, parfums, aérosols, agents de nettoyage, les solvants ont envahi toutes les activités ; ils sont, de ce fait, accusés de bien des pollutions. Cependant, un usage de plus en plus spécifique et mieux contrôlé, des opérations de recyclage les rendent de plus en plus discrets tout en élargissant leur rôle, pour longtemps encore indispensable.

Classification

Les propriétés physiques conduisent à une première distinction entre solvants moléculaires et solvants ionisés. Les composés organiques constituent, comme l'eau, des solvants moléculaires : ils sont constitués de molécules électriquement neutres et présentent, à l'état pur, une conductivité faible. Les solvants ionisés sont formés principalement d'anions et de cations reliés par des attractions électrostatiques et sont bons conducteurs : c'est le cas des sels fondus.

Les solvants moléculaires sont généralement classés à partir de la valeur de leur constante diélectrique (ε) et du moment dipolaire de leur molécule (μ) qui définissent à la fois la nature des espèces susceptibles de [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SOLVANTS  » est également traité dans :

ACÉTONE

  • Écrit par 
  • Roger GALLO
  •  • 644 mots

Liquide volatil incolore, d'une odeur piquante, miscible avec l'eau, l'alcool, l'éther, le chloroforme et le benzène, l'acétone, ou diméthylcétone, ou propan-2-one, a pour formule brute C 3 H 6 O : un atome de carbone C est lié par des liaisons chimiques simples à deux groupes méthyle –CH 3 et par une liaison double à un atome d’oxygène O. Ses caractéristiques sont les suivantes : Masse moléculai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acetone/#i_3366

ACÉTYLÈNE

  • Écrit par 
  • Henri GUÉRIN
  •  • 5 093 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Productions et utilisations »  : […] Le développement considérable des utilisations de l'acétylène qui avait rendu nécessaire l'obtention de ce gaz par craquage du méthane a été interrompu en raison de la concurrence de l'éthylène, que des installations de plus en plus nombreuses, opérant par craquage des essences légères, fournissent à un prix plus avantageux. C'est ainsi qu'aux États-Unis, qui ont été longtemps le plus important pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acetylene/#i_3366

ACIDES & BASES

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER, 
  • Pierre SOUCHAY
  •  • 12 609 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Insuffisance de la théorie de Brønsted »  : […] « Restreindre les acides aux substances hydrogénées limite aussi sérieusement la compréhension de la chimie que le ferait la restriction de terme agent oxydant aux substances oxygénées » (Hantzsch, 1928). La théorie de Lewis ne commença à être connue que longtemps après sa publication, car elle avait moins d'applications pratiques que celle de Brønsted, dont les insuffisances apparaissaient pourta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acides-et-bases/#i_3366

ALCOOL ÉTHYLIQUE ou ÉTHANOL

  • Écrit par 
  • Fernand COUSSEMANT
  •  • 701 mots

Alcool primaire, liquide incolore, d'odeur agréable, miscible à l'eau en toutes proportions, miscible à de nombreux solvants organiques, l'éthanol ou alcool éthylique, CH 3 —CH 2 OH, a les caractéristiques suivantes : Masse moléculaire : 46,07 g Masse spécifique : 0,789 3 g.cm —3 à 20  0 C Température de fusion : —114,1  0 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alcool-ethylique-ethanol/#i_3366

ALCOOLS

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 5 863 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Propriétés physiques »  : […] La présence de la fonction hydroxyle entraîne, pour les alcools, un ensemble de propriétés physiques particulières : les molécules sont polaires et associées par des liaisons hydrogène . Surtout sensible pour les premiers termes, cette association intermoléculaire se traduit par un ensemble de propriétés caractéristiques. Moins spectaculaire que pour l'eau, bien que de même nature, elle est impo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alcools/#i_3366

AMIDES

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 1 924 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Applications »  : […] La fonction amide permet un nombre limité de synthèses pratiques : la dégradation de Hofmann qui donne les amines primaires ; la synthèse d'acides encombrés par diazo-hydrolyse des amides primaires, obtenus par hydratation des nitriles encombrés, d'accès facile ; la synthèse organomagnésienne des aldéhydes, à partir du diéthylformamide. Toutefois, l'acétylation des arylamines constitue une assez […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amides/#i_3366

AMMONIAC

  • Écrit par 
  • Henri GUÉRIN
  •  • 5 051 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Propriétés physiques »  : […] L' ammoniac est un gaz incolore, d'odeur vive, à saveur caustique, irritant les muqueuses. Ses caractéristiques physiques essentielles sont indiquées dans le tableau . Elles sont comme celles de l'eau, anormales si on les compare à celles des autres hydrures volatils (phosphine, arsine, stibine). Les températures de fusion et d'ébullition sont plus élevées ; sa chaleur d'évaporation anormalement é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ammoniac/#i_3366

ANALYTIQUE CHIMIE

  • Écrit par 
  • Alain BERTHOD, 
  • Jérôme RANDON
  •  • 8 878 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Extraction liquide-liquide »  : […] L'extraction liquide-liquide est la plus simple des méthodes de séparation. Elle consiste à faire passer un produit dissous dans une phase liquide, appelé le soluté , dans une seconde phase liquide non miscible avec la première. En pratique, les solutés sont souvent dans une phase aqueuse et on utilise un solvant organique (hexane, éther, acétate d'éthyle, chlorure de méthyl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-analytique/#i_3366

BENZÈNE

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 480 mots

Le plus simple des hydrocarbures aromatiques. Formule : C 6 H 6 Fréquemment symbolisé par : Masse moléculaire : 78,11 g Masse spécifique : 0,88 g/cm 3 Point de fusion : 5,5 0 C Point d'ébullition : 80,09 0 C. Cristaux incolores dans le système orthorhombique bipyramidal. Forme un azéotrope avec l'eau. Infiniment soluble dan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/benzene/#i_3366

CATALYSE - Généralités

  • Écrit par 
  • Henri Jean-Marie DOU, 
  • Jean-Eugène GERMAIN
  •  • 8 404 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Catalyse par transfert de phase »  : […] La catalyse par transfert de phase est une méthode de synthèse permettant de réaliser, dans un milieu biphasé (liquide-liquide ou liquide-solide), des réactions de substitution nucléophile impossibles ou difficiles à réaliser en milieu monophasé. Le principe de cette méthode repose sur le fait qu'un réactif nucléophile anionique, formé en milieu aqueux par action d'une base forte sur un acide […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/catalyse-generalites/#i_3366

CHIMIE - Chimie durable

  • Écrit par 
  • Hagop DEMIRDJIAN
  •  • 2 940 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Solvants et conditions de « réactions vertes » »  : […] Beaucoup de solvants traditionnels ont un impact environnemental élevé (chlorofluorocarbures, composés organiques volatils...) et leur usage est aujourd'hui sévèrement contrôlé. On développe des procédés de substitution par des « solvants verts », utilisés dans des conditions de réaction particulières. Le dioxyde de carbone (CO 2 ), à l'état supercritique (intermédiaire entre gaz et liquide), es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-chimie-durable/#i_3366

CHLORE

  • Écrit par 
  • Henri GUÉRIN
  •  • 5 616 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Utilisations »  : […] Le tableau montre comment se répartissent en France les utilisations du chlore. Ces divers emplois suggèrent plusieurs remarques. S'ils ont constitué le premier débouché du chlore, les chlorures décolorants – hypochlorites de sodium ( eau de Javel) et de calcium (chlorure de chaux) –, obtenus par action du chlore sur les solutions de soude ou sur la chaux éteinte, sont depuis les années quarante […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chlore/#i_3366

CHROMATOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Robert ROSSET, 
  • Louis SAVIDAN, 
  • Alain TCHAPLA
  •  • 16 956 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Chromatographie de « partage » liquide (ou fluide subcritique)-liquide greffé »  : […] Au lieu d'effectuer des échanges de solutés entre un fluide et un solide, on peut le faire entre deux fluides non miscibles (ou dont l'un d'entre eux est immobilisé par greffage). On sait qu'il existe alors pour chaque corps dissous un rapport constant entre ses concentrations dans chacun des liquides appelé coefficient de partage relié au coefficient de distribution : K =  c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chromatographie/#i_3366

CINÉTIQUE CHIMIQUE

  • Écrit par 
  • Lucien SAJUS
  •  • 9 661 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'activation chimique »  : […] Une autre voie pour activer un système chimique consiste à lui ajouter un ou plusieurs constituants chimiques supplémentaires, qui suffiront à transformer un système inerte en système évolutif. On parlera alors d'activation chimique. S'il suffit d'introduire ces composés en très faible quantité, et si on les retrouve non modifiés après la transformation du système, on dira que ce sont des catalys […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinetique-chimique/#i_3366

COLLAGE, physique

  • Écrit par 
  • Jacques COGNARD
  •  • 6 456 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'interdiffusion »  : […] L' adhérence de deux matières plastiques l'une à l'autre dépend de l'interpénétration des chaînes. Certains plastiques sont collés l'un à l'autre simplement en ajoutant un solvant qui facilite l'interpénétration. En général, un peu de plastique dissous est ajouté au solvant. C'est ainsi que les plombiers assemblent les tuyaux en PVC (polychlorure de vinyle) avec une solution de PVC dans du THF (t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/collage-physique/#i_3366

COLLOÏDES

  • Écrit par 
  • Didier ROUX
  •  • 5 985 mots

Dans le chapitre « Les colles et les peintures sans odeurs »  : […] Une peinture est essentiellement constituée d'un mélange de pigments (colorants) et de polymères qui permettent de fixer ces pigments. Afin de mettre en œuvre ce mélange, il est nécessaire de le fluidifier en ajoutant un solvant. Compte tenu de la nature hydrophobe des polymères utilisés, les peintures ont été préparées en utilisant un solvant organique (très souvent un éther de pétrole tel que l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colloides/#i_3366

CONFORMATIONS, chimie

  • Écrit par 
  • Jacques GORÉ
  •  • 3 339 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Dérivés halogénés »  : […] Ce type de composés se distingue des hydrocarbures par l'existence d'interactions beaucoup plus fortes dues au caractère très fortement polarisé des liaisons carbone-halogène. Un dérivé dihalogéné, comme le dichloroéthane, est, sous sa conformation gauche (7, dans le tableau 1), le siège d'une interaction dipôle-dipôle entre les deux liaisons C δ + […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conformations-chimie/#i_3366

CRISTAUX LIQUIDES

  • Écrit par 
  • Henry GASPAROUX
  •  • 4 839 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les cristaux liquides utilisés comme matrice orientée »  : […] Les cristaux liquides sont généralement d'excellents solvants des molécules organiques. Une molécule solutée non mésomorphe peut être introduite en concentration relativement élevée sans perturber l'ordre de la matrice cristal liquide qui tient lieu de solvant. La molécule solutée est couplée au champ anisotrope dû aux interactions intramoléculaires avec les molécules de solvant (effet guest-host) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cristaux-liquides/#i_3366

DISTILLATION

  • Écrit par 
  • Jean DURANDET
  •  • 4 048 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Distillations particulières »  : […] La distillation ordinaire ne peut être employée pour séparer un mélange binaire en ses constituants si ces derniers forment un azéotrope à la pression considérée. En effet, si le mélange a la composition de l'azéotrope, la distillation n'amène aucune séparation : liquide et vapeur ont la même composition ; si le mélange diffère de l'azéotrope, la distillation – même effectuée avec un appareil extr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/distillation/#i_3366

EAU - Propriétés physico-chimiques

  • Écrit par 
  • Antoine POTIER
  •  • 2 256 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'eau en tant que solvant »  : […] L'eau, polaire et de grande constante diélectrique, mauvais solvant des composés non polaires (hydrocarbures), est un bon solvant des composés à liaisons H et des électrolytes. Les solutés non polaires comme l'air, le méthane et l'éthylène sont environ dix mille fois moins solubles que l'ammoniac. Ces composés renforcent la structure cristalline de l'eau par formation d'« icebergs » autour du sol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eau-proprietes-physico-chimiques/#i_3366

EAU RÉGALE

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 224 mots

Mélange de deux ou trois volumes d'acide chlorhydrique concentré et d'un volume d'acide nitrique concentré. Les alchimistes ont appelé ce mélange « eau régale » (c'est-à-dire royale) pour ses propriétés : il dissout en effet l'or et d'autres métaux dits nobles. L'action sur l'or, par exemple, a lieu selon le processus suivant : l'acide nitrique oxyde l'or au cours d'un premier stade ; l'ion auriqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eau-regale/#i_3366

ÉLECTROCHIMIE

  • Écrit par 
  • Jacques SIMONET
  •  • 6 283 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Connaissance et utilisation des électrolytes »  : […] Dans une cellule ou une pile, l'espace séparant deux électrodes de polarité opposée doit être suffisamment conducteur pour que le passage du courant soit assuré. Le courant se propage grâce au mouvement des ions qui se déplacent principalement sous l'effet d'un champ électrique. Ce processus implique au préalable une dissociation suffisante de l' électrolyte dissous dans le solvant choisi. L'eau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electrochimie/#i_3366

ENCRES

  • Écrit par 
  • Gérard MARTIN
  •  • 848 mots

Les encres sont des compositions liquides ou pâteuses, noires ou colorées, servant à écrire, à dessiner ou à imprimer. Elles ont été fabriquées pendant des siècles selon des recettes empiriques exploitant des substances naturelles. Elles sont, depuis une cinquantaine d'années, des produits très élaborés qui mettent à profit les ressources de la chimie organique. Les encres qui servent à écrire son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/encres/#i_3366

ESTERS

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 2 108 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Propriétés physiques »  : […] Les esters sont généralement des liquides, mais le premier terme, H−CO 2 CH 3 , bout à 32  0 C. Leur point d'ébullition est inférieur à celui de l'acide correspondant, du fait de l'absence d'association : par exemple, les esters méthyliques (éthyliques) bouillent à une température inférieure d'environ 62  0 C (42  0 ) à cel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esters/#i_3366

ÉTHERS-OXYDES

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 1 973 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Structure et propriétés physiques »  : […] La structure géométrique des éthers est assez proche de celles de l'eau et des alcools. L'atome d'oxygène (hybridation sp 3 ) échange avec les deux groupes carbonés des liaisons σ dont l'angle est plus ouvert que dans le cas de l'eau ou des alcools par suite de la répulsion entre les deux groupes alkyle. La conformation de l' éther éthylique est très comparable à celle du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethers-oxydes/#i_3366

FURANNE

  • Écrit par 
  • Bernard BACH
  •  • 284 mots

Furane, furfurane Formule brute : C 4 H 4 O Masse moléculaire : 68,00 g Point d'ébullition : 31,4 0 C Point de fusion : — 85,7 0 C Liquide incolore, volatil, d'odeur rappelant celle du chloroforme. Hétérocycle pentagonal oxygéné à quatre atomes de carbone, le furanne est le premier terme de la série des furfurannes. Certains de ses homologues se re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/furanne/#i_3366

GELS

  • Écrit par 
  • Mireille ADAM, 
  • Michel DELSANTI
  •  • 3 430 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Propriétés structurales »  : […] En présence d'un excès de solvant, le gel absorbe les molécules de solvant jusqu'à l'équilibre de gonflement, qui est tel que le potentiel chimique du solvant dans la phase gel est égal à celui du solvant pur. À l'équilibre de gonflement, le gel modèle est un empilement homogène de chaînes polymériques reliées entre elles par des nœuds chimiques . La chaîne, entre deux points de réticulation, a de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gels/#i_3366

HALOGÈNES

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER, 
  • Robert de PAPE
  •  • 6 660 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Propriétés physiques »  : […] Les halogénures d'alkyle, d'alcényle et d'aryle sont des composés peu associés dont la température d'ébullition augmente avec la condensation en carbone et avec la masse atomique de l'halogène ; en revanche, celle-ci diminue lorsqu'on passe d'un composé à chaîne linéaire à un isomère ramifié au niveau du carbone fonctionnel. Les premiers termes monosubstitués sont des gaz ou des liquides très vol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/halogenes/#i_3366

LIAISONS CHIMIQUES - Liaison hydrogène

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 3 324 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Méthodes thermodynamiques »  : […] Du point de vue thermodynamique, l'association entre molécules se traduit essentiellement par une élévation des points de fusion et d'ébullition. L'eau et les alcools bouillent à des températures plus hautes que ce que leur masse moléculaire laisserait prévoir. Par exemple, pour l'eau, si l'on extrapole les valeurs obtenues pour TeH 2 , SeH 2 et SH 2 , on prévoit une température de fusion de l'or […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liaisons-chimiques-liaison-hydrogene/#i_3366

LIXIVIATION

  • Écrit par 
  • Stanislas de CHAWLOWSKI
  •  • 534 mots

Provenant du latin lixivium (lessive), la lixiviation désigne une technique de lessivage de produits solides par un solvant approprié, de façon à en extraire les parties solubles. Pour obtenir une extraction complète, il est nécessaire de procéder à plusieurs lessivages successifs ; quatre à huit étages de lavage sont généralement suffisants. On utilisait autrefois des cuves […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lixiviation/#i_3366

MACROMOLÉCULES

  • Écrit par 
  • Michel FONTANILLE, 
  • Yves GNANOU, 
  • Marc LENG
  •  • 13 783 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Thermodynamique des solutions »  : […] Notre compréhension du comportement en solution des polymères ne serait pas totale si nous ne prenions en compte que les restrictions qui viennent d'être décrites. La qualité du solvant utilisé et l'affinité qu'il a pour la chaîne polymère, sont le reflet de la compétition entre les interactions segment-segment et les interactions segment-solvant. Ces caractéristiques du solvant affectent, autant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/macromolecules/#i_3366

MEMBRANES, transferts

  • Écrit par 
  • Michel RUMEAU
  •  • 5 887 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Ultra- et microfiltration »  : […] Pour améliorer les cinétiques de séparation, on apporte une énergie supplémentaire par application d'une pression. Cela a pour effet de provoquer le transfert du solvant accompagné du transfert sélectif d'une partie des solutés en fonction du pouvoir de rétention de la membrane. Un module d'ultra- ou de microfiltration comporte donc une arrivée de solution à traiter, une sortie de solution concen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/membranes-transferts/#i_3366

MÉSOMORPHE ÉTAT

  • Écrit par 
  • Jacques SIMON
  •  • 3 041 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Cristaux liquides lyotropes »  : […] Les états mésomorphes obtenus par le mélange de certaines substances avec des solvants sont appelés cristaux liquides lyotropes . Ces cristaux liquides comprennent toujours deux constituants : un dérivé mésogène et un solvant (généralement de l'eau). Le solvant n'a pas simplement pour effet de « diluer » la phase cristalline liquide, il participe à l'organisation du matériau. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etat-mesomorphe/#i_3366

NITRÉS DÉRIVÉS

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 1 921 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Propriétés physiques et applications »  : […] Les dérivés nitrés sont des molécules associées par interaction dipolaire, ce qui explique leur température d'ébullition relativement élevée dès les premiers termes ; le nitrométhane bout à 102  0 C ; le nitrobenzène à 211  0 C ; leur moment électrique permanent étant respectivement de 3,46 et 3,95 debyes. La permittivité élevée des dérivés nitrés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/derives-nitres/#i_3366

PARFUMS

  • Écrit par 
  • Brigitte MUNIER, 
  • Paul TEISSEIRE
  •  • 5 931 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Produits d'extraction »  : […] L'extraction des produits floraux par les solvants volatils a vu le jour à Grasse vers la fin du xix e  siècle. Depuis, de nombreuses usines se sont développées autour de ce procédé. Les solvants mis en œuvre sont le cyclohexane, qui a remplacé le benzène, des carbures aliphatiques : le butane, le pentane et surtout l'hexane (coupe pétrolière en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parfums/#i_3366

PEINTURES

  • Écrit par 
  • Stanislas de CHAWLOWSKI
  •  • 575 mots

Mélanges liquides constitués d'un pigment dans un milieu de suspension et qui forment un film solide protégeant ou décorant une surface de bois, de métal, de pierre, de cuir, de papier ou de toile. Le milieu de suspension est constitué principalement d'un liant qui forme le film, durcit et sèche la peinture. Le liant est soit une résine naturelle ou synthétique, soit un caoutchouc synthétique (pei […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peintures/#i_3366

PÉTROLE - L'exploitation des gisements

  • Écrit par 
  • Yves BARBIER, 
  • Daniel CHAMPLON, 
  • Pierre SIMANDOUX
  •  • 7 212 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Procédés de récupération améliorée »  : […] Les limitations de l'injection d'eau, responsable du relativement faible taux de récupération moyen, sont au nombre de deux : – l'eau n'a qu'une efficacité limitée dans le déplacement du brut des pores de la roche-réservoir le contenant : par le jeu des forces capillaires, plus de 50 p. 100 de brut en place peuvent rester piégés ; – à l'échelle globale du gisement, l'eau, généralement plus mobile […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/petrole-l-exploitation-des-gisements/#i_3366

PÉTROLE - Le raffinage

  • Écrit par 
  • René DAUDIN
  •  • 5 409 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le désasphaltage »  : […] Le désasphaltage du résidu sous vide est une étape ultime de séparation qui permet d'obtenir l'huile désasphaltée, produit jaune-orangé, et un asphalte utilisable comme combustible malgré sa concentration en composés soufrés et métalliques. Le résidu sous vide se compose de particules carbonées ( asphaltènes) dispersées dans un milieu huileux et recouvertes d'une couche stabilisante de résines neu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/petrole-le-raffinage/#i_3366

PIPÉRIDINE

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 173 mots

Masse moléculaire : 85,15 g Masse volumique : 0,8622 g/cm 3 . Point de fusion : — 7 0 C (solidification de — 13 à — 17  0 C) Point d'ébullition : + 106,5  0 C Liquide incolore, d'odeur caractéristique, savonneux au toucher. Miscible à l'eau, l'alcool, l'éther ; soluble dans le benzène et le chlorofo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/piperidine/#i_3366

PRESSIONS PHYSIQUE & CHIMIE DES HAUTES

  • Écrit par 
  • Bernard LE NEINDRE, 
  • Boris OKSENGORN, 
  • Jacques ROMAND, 
  • Boris VODAR
  •  • 5 490 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Extraction supercritique »  : […] Un solvant dans des conditions supercritiques voit son pouvoir de dissolution considérablement accru. La principale différence entre l'extraction par fluide supercritique et l'extraction par un solvant conventionnel est dans la méthode de récupération du solvant. En diminuant la pression, le fluide supercritique perd son pouvoir de dissolution et le produit extrait précipite. Ce procédé est utilis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physique-et-chimie-des-hautes-pressions/#i_3366

PYRIDINE

  • Écrit par 
  • Bernard BACH
  •  • 270 mots

Formule brute : C 5 H 5 N Masse moléculaire : 79,00 g Point de solidification : — 42 0 C Point d'ébullition : 115,5 0 C Densité (à 0 0 C) : 1,003 Liquide incolore d'odeur pénétrante caractéristique et désagréable, inflammable. Ce composé hétérocycle aromatique possède un noyau qui présente une stabilité analogue à celle du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pyridine/#i_3366

REACH (Registration, Evaluation and Authorization of Chemicals)

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 8 032 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Molécules toxiques »  : […] On connaît un bon nombre de composés chimiques fortement toxiques, à commencer par des substances naturelles telles que l'aflatoxine des cacahuètes rancies, la tétrodotoxine de petites grenouilles amazoniennes, la toxine des marées rouges ou différents venins. Les modes d'action sont très divers. Ainsi, le safrole [ou 5-(2-propényl)-1,3-benzodioxole, de formule brute C 10 H 10 O 2 ] de l'essence d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reach/#i_3366

SOLUTION ÉQUILIBRES EN

  • Écrit par 
  • Claude COLIN, 
  • Alain JARDY
  •  • 9 735 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Rôle du solvant »  : […] Le solvant et ses ions peuvent échanger des électrons. Ainsi, l'eau peut jouer le rôle d'oxydant : avec E = − 0,06 pH si P H 2  = 1 atm, ou de réducteur : avec E = 1,23 V − 0,06 pH si P O 2  = 1 atm. Les variations, en fonction du pH, des potentiels normaux apparents de ces deux couples redox de l'eau sont représentés sur la figure (courbes a et b). En principe, tout oxydant et tout réducteur app […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/equilibres-en-solution/#i_3366

SPECTROPHOTOMÉTRIE OPTIQUE

  • Écrit par 
  • Dora GRAND
  •  • 5 229 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les échantillons »  : […] On utilise des cuves à deux (absorption) ou à quatre (émission) faces transparentes, parallèles et plates pour ne pas dévier le faisceau incident. Si les échantillons sont gazeux , le trajet optique des cuves est au moins supérieur à 5 cm. Pour les échantillons liquides, les cuves les plus utilisées ont un trajet optique intérieur l de 1 cm ; on joue so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spectrophotometrie-optique/#i_3366

XYLÈNES

  • Écrit par 
  • Fernand COUSSEMANT
  •  • 295 mots

Les xylènes ou diméthylbenzènes (CH 3 —C 6 H 4 —CH 3 ) existent sous trois formes isomères suivant la position relative des deux substituants méthyle sur le cycle benzénique ; ils sont obtenus initialement en mélange avec un quatrième isomère, l'éthylbenzène. Chimiquement, ils présentent les propriétés typiques des noyaux aromatiques, d'une part, des groupes alkyle fixés sur ces noyaux, d'autre pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/xylenes/#i_3366

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques DEVYNCK, « SOLVANTS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/solvants/