EURIPIDE (env. 480-406 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Euripide en son temps

Mais ce sont aussi des problèmes éternels, déjà vieux comme le monde. Il ne s'ensuit pas qu'Euripide se désintéresse des questions particulières à son temps. Gardons-nous de l'observer sans mesure avec nos yeux d'aujourd'hui. Le risque est de donner à ses mythes un sens philosophique étranger au réel et de recomposer de lui, avec des traits épars, artificiellement classés, une image trop abstraite pour être vraie.

Même si nous ignorons les actes de sa vie, nous connaissons son époque et il s'impose de le regarder dans cette époque, au milieu et vers la fin du ve siècle d'Athènes, avec les yeux de ses concitoyens athéniens. Périclès n'a pas eu de successeur de sa taille ; son siècle va s'achever dans l'écroulement de l'empire, moins sous les coups des cités grecques rivales, que victime des fautes et des faiblesses de cet empire. Maintenant l'homme de théâtre se transforme en homme d'action ; Euripide apparaît plus vivant que jamais, car il est athénien jusqu'au fond du cœur. Maintenant, contradictions résolues, on découvre en lui, sinon son unité, du moins sa continuité. Il pensait être poète, philosophe, homme de lettres, auteur tragique. Sa conscience de citoyen, le nombre de ses auditeurs, maîtres de la politique, l'obligent à élargir le champ de ses responsabilités, et à dire son mot sur les problèmes du jour. Il est venu à point nommé, dans la force de l'âge, en un monde actuel, bouleversé par la guerre.

Euripide a près de cinquante ans quand éclate ce conflit, mondial pour les Grecs, qui va durer vingt-sept ans, et dont les dieux lui épargneront de voir la fin. De ses pièces conservées, seule Alceste est d'avant-guerre. Les premières des suivantes ne portent pas la marque, ou à peine, de la guerre. Une foi se dessine pourtant dans les destinées d'une Athènes dont la démocratie est dirigée par la main ferme de Périclès. Athènes est encore grande par ses vertus de bienfaisance et d'humanité qui la distinguent des autres cités grecques et des pays barbares. Périclès disparu, Euripide met Thésée sur la scène pour faire de lui, peu à peu, le modèle des hommes d'État, presque un saint. Sans être belliciste par nature, il fait vibrer dans son public la corde patriotique et jette l'anathème sur Sparte et sur ses alliés. Vers l'époque de l'éphémère et trompeuse paix de Nicias (421), il fait jouer des pièces, comme Les Héraclides, Les Suppliantes, Érechthée, Ion, où passe le souffle d'un impérialisme guerrier. Légitime est la fierté d'appartenir à la première cité du monde, qui mérite son hégémonie.

L'année 415 marque un tournant. Lorsque le peuple athénien, oublieux des leçons de Périclès, écoutant Alcibiade et non Euripide, lance follement une armada contre la Sicile, l'Athéna des Troyennes renverse ses alliances et passe brutalement dans le camp troyen. Les éloges d'Athènes ne sont plus qu'une clause de style et la guerre de conquête est stigmatisée. La tragédie d'Hélène souligne amèrement, trois ans plus tard, cette catastrophe de Sicile, dont Athènes, prolongeant neuf ans une lutte désespérée, ne se relèvera pas. Plusieurs pièces de ce temps traduisent l'ébranlement, puis la perte de sa foi dans la démocratie, son mépris pour les démagogues, sa passion pour la paix, et le rêve utopique d'une union entre les Grecs, en des heures où les politiciens excitent le peuple à s'entêter dans une guerre fratricide à laquelle il n'est plus un seul homme dans Athènes – sauf Alcibiade peut-être, mais peut-on compter sur cet être changeant ? – pour apporter une issue victorieuse.

Euripide subit la déchéance de sa patrie et baisse la tête. Or voici qu'Archélaos de Macédoine – un tyran et un Barbare, ô ironie du sort ! mais un despote éclairé protecteur des arts et des lettres – l'invite à fuir l'atmosphère irrespirable d'une Athènes aux abois. Part-il en mission officielle ? C'est douteux. Il s'en va, à soixante-dix ans passés, pour retrouver, comme le Iolaos des Héraclides, la jeunesse miraculeuse d'Hippolyte. L'air pur des grandes forêts du Nord lui rend toutes les fraîcheurs de son inspiration.

Coup sur coup, Euripide métamorphosé écrit quatre pièces dont les deux conservées peuvent être appelées ses chefs-d'œuvre. Adieu guerre, vains débats, adieu intellectuels, hommes politiques ! Place à la pure poésie ! Il remet sur le chantier un sujet déjà marqué par [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Euripide - Athènes

Euripide - Athènes
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Aristophane – Athènes

Aristophane – Athènes
Crédits : Bettmann/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  EURIPIDE (env. 480-406 av. J.-C.)  » est également traité dans :

IPHIGÉNIE À AULIS, Euripide - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 937 mots
  •  • 1 média

Des grands tragiques grecs, Euripide (480 env.-406 av. J.-C.) est sans doute celui qui a le plus nettement contribué au renouvellement du genre. Iphigénie à Aulis est sa dernière pièce, l'ultime tragédie qu'il composait lorsqu'il mourut en 406 avant J.-C. Comme […] Lire la suite

ARISTOPHANE (445-380 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jean DEFRADAS
  •  • 4 638 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Les Thesmophories » »  : […] L'attaque contre Euripide est menée à fond dans Les Thesmophories , où les femmes, comme dans Lysistrata , qui est de la même année, jouent le rôle principal. Au cours de la fête des déesses Thesmophores, qui est interdite aux hommes, les femmes, réunies à la Pnyx, décident de mettre à mort Euripide qui les a calomniées dans ses tragédies. Un parent du poète, déguisé en femme, prend sa défense, ma […] Lire la suite

DELPHES

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Giulia SISSA
  •  • 9 601 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La scène littéraire »  : […] L' Hymne homérique à Apollon met en scène l'avènement d'Apollon à Delphes comme étant la fondation d'un temple. D'abord près d'une source qui l'en détourne, ensuite à Crisa, le jeune dieu pose les bases de son sanctuaire de pierre. Le fait de devoir tuer une « bête énorme et géante » ne signifie pas que, dans cette version des événements qui est la plus ancienne, Apollon prend la place d'une divi […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 20 054 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les fêtes religieuses »  : […] Une autre preuve de cette communication gentille entre le dieu et l'homme est que la fête du dieu est aussi celle de l'homme. Dans un chapitre célèbre de ses Lois , Platon avait exprimé cette idée que, pour remédier aux difficultés de la vie humaine, les dieux eux-mêmes ont institué les fêtes comme des temps de pause et de « récréation », au sens littéral du mot. C'est là une vue géniale qui trad […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Joseph MOGENET, 
  • Jacqueline de ROMILLY
  •  • 8 251 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le théâtre »  : […] Issu des traditions populaires en relation avec le culte de Dionysos, le théâtre athénien naît et se développe à travers tout le v e  siècle, illustré d'abord par la tragédie, puis par la comédie dont l'évolution ne s'achèvera qu'à la fin du siècle suivant. Les représentations étaient organisées par la ville sous forme de concours, à l'occasion des dionysies – grandes et petites – et des lénéenne […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Théâtre et musique

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY, 
  • François JOUAN
  •  • 5 725 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le corpus »  : […] Sept tragédies d'Eschyle, sept de Sophocle, vingt et une pièces d' Euripide (dont un drame satyrique, Le Cyclope , et une tragédie d'authenticité contestée, Le Rhésos ) : c'est tout ce que le temps a conservé d'une production qui lui est presque dix fois supérieure. Trente-trois tragédies, trois noms pour représenter des dizaines d'auteurs et les quelque quinze cents drames représentés à Athènes a […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Fonctions de l'image

  • Écrit par 
  • François LISSARRAGUE
  •  • 4 759 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Regards sur l'image »  : […] Au-delà de cet inventaire rapide des formes d'images et des objets qui les véhiculent, on voudrait pouvoir analyser le regard que les Grecs portent sur ces images. Une telle enquête n'est pas aisée ; on entrevoit au détour de certains textes la réaction d'un personnage devant une œuvre d'art. Ainsi les suivantes de Créuse, dans l' Ion d' Euripide, découvrent les sculptures du temple d'Apollon à D […] Lire la suite

MÉNÉLAS

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 157 mots
  •  • 1 média

Dans la mythologie grecque, roi de Sparte et fils cadet d'Atrée, roi de Mycènes. L'enlèvement de sa femme, Hélène, causa la guerre de Troie. Pendant la guerre, Ménélas servit sous les ordres de son frère aîné, Agamemnon, chef suprême des forces grecques. Après la prise de Troie, Ménélas reprit Hélène et la ramena chez lui. Ménélas est un personnage de premier plan dans L'Iliade et L'Odyssée où […] Lire la suite

ORESTE, mythologie

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 338 mots
  •  • 1 média

Dans la mythologie grecque, fils d'Agamemnon et de Clytemnestre. D'après Homère, Oreste était absent lorsque son père rentra de Troie et fut assassiné par Égisthe, l'amant de Clytemnestre. Lorsqu'il arriva à l'âge d'homme, Oreste vengea son père en tuant Égisthe et Clytemnestre, conduite que l'on tenait pour exemplaire, conformément au code moral de l'âge héroïque. D'après le poète Stésichore, à l […] Lire la suite

Pour citer l’article

Édouard DELEBECQUE, « EURIPIDE (env. 480-406 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/euripide/