EURIPIDE (env. 480-406 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Euripide - Athènes

Euripide - Athènes
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Aristophane – Athènes

Aristophane – Athènes
Crédits : Bettmann/ Corbis

photographie


La souffrance, les hommes et les dieux

Tel est le théâtre d'Euripide, du moins vu des gradins : une accumulation d'orages et de cataclysmes, entrecoupés de sporadiques éclaircies. Il faut dépasser ce stade et tenter, en soulevant le voile, d'apercevoir le moi dans le miroir des autres. Pour donner la vie, il faut l'avoir reçue. Euripide a été vivant ; il a cherché le bonheur, ne l'a trouvé que par à-coups ; jusqu'au bout, il s'interroge sur le sens du destin de l'homme, sans découvrir la solution qu'il pourchasse avec la curiosité d'un savant, la passion d'un être qui souffre. S'il pousse au noir ses drames, ce n'est pas faute d'avoir espéré la lumière, qui n'est pas descendue jusqu'à lui.

Dans ses tragédies de jeunesse, il manifeste de l'intérêt pour les femmes scandaleuses. Les approuve-t-il ? Non pas. Il corrige le scandale et substitue à la Phèdre coupable une Phèdre qui lutte contre la passion coupable. Car il est épris de pureté, en morale comme en politique et en religion. Mais est-ce sa faute s'il vient trop tard dans un monde trop vieux ?

On le dit misogyne. Peut-il haïr les femmes, celui qui s'est fait spécialiste des fibres de leur cœur et décrit en connaisseur la joie qu'elles peuvent être dans la vie d'un homme ? Aucune des nuances de l'amour ne lui est étrangère – et son expérience n'est pas livresque –, mais il ne les trouve que dans le cœur féminin. N'est-ce pas le signe qu'il les y a cherchées ? Cependant, si une femme peut sacrifier sa vie pour prouver son amour, préfère le suicide à la faute, est torturée d'une trahison, pourquoi le père est-il trop heureux de se défaire d'une fille en la mariant ? Les troubles de la chair engendrent partout le désordre et le malheur. Euripide connaît trop bien les femmes, en fin de compte, pour ne pas les redouter. Comment ne pas craindre une Médée, une Phèdre, bien sûr, mais même une Électre ou une Iphigénie ? La force du caractère, aussi bien que la faiblesse du corps, rompt cet ordre qui doit régler les rapports des époux. En dernière analyse, même innocente, surtout innoc [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  EURIPIDE (env. 480-406 av. J.-C.)  » est également traité dans :

IPHIGÉNIE À AULIS, Euripide - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 937 mots
  •  • 1 média

Des grands tragiques grecs, Euripide (480 env.-406 av. J.-C.) est sans doute celui qui a le plus nettement contribué au renouvellement du genre. Iphigénie à Aulis est sa dernière pièce, l'ultime tragédie qu'il composait lorsqu'il mourut en 406 avant J.-C. Comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iphigenie-a-aulis/#i_6576

ARISTOPHANE (445-380 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jean DEFRADAS
  •  • 4 638 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Les Thesmophories » »  : […] L'attaque contre Euripide est menée à fond dans Les Thesmophories , où les femmes, comme dans Lysistrata , qui est de la même année, jouent le rôle principal. Au cours de la fête des déesses Thesmophores, qui est interdite aux hommes, les femmes, réunies à la Pnyx, décident de mettre à mort Euripide qui les a calomniées dans ses tragédies. Un parent du p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristophane/#i_6576

DELPHES

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Giulia SISSA
  •  • 9 597 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La scène littéraire »  : […] L' Hymne homérique à Apollon met en scène l'avènement d'Apollon à Delphes comme étant la fondation d'un temple. D'abord près d'une source qui l'en détourne, ensuite à Crisa, le jeune dieu pose les bases de son sanctuaire de pierre. Le fait de devoir tuer une « bête énorme et géante » ne signifie pas que, dans cette version des événements qui est la plus ancienne, Apollon pre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/delphes/#i_6576

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 20 051 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les fêtes religieuses »  : […] Une autre preuve de cette communication gentille entre le dieu et l'homme est que la fête du dieu est aussi celle de l'homme. Dans un chapitre célèbre de ses Lois , Platon avait exprimé cette idée que, pour remédier aux difficultés de la vie humaine, les dieux eux-mêmes ont institué les fêtes comme des temps de pause et de « récréation », au sens littéral du mot. C'est là un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-la-religion-grecque/#i_6576

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Joseph MOGENET, 
  • Jacqueline de ROMILLY
  •  • 8 250 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le théâtre »  : […] Issu des traditions populaires en relation avec le culte de Dionysos, le théâtre athénien naît et se développe à travers tout le v e  siècle, illustré d'abord par la tragédie, puis par la comédie dont l'évolution ne s'achèvera qu'à la fin du siècle suivant. Les représentations étaient organisées par la ville sous forme de concours, à l'occasion d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-langue-et-litterature/#i_6576

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Théâtre et musique

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY, 
  • François JOUAN
  •  • 5 724 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le corpus »  : […] Sept tragédies d'Eschyle, sept de Sophocle, vingt et une pièces d' Euripide (dont un drame satyrique, Le Cyclope , et une tragédie d'authenticité contestée, Le Rhésos ) : c'est tout ce que le temps a conservé d'une production qui lui est presque dix fois supérieure. Trente-trois tragédies, trois noms pour représenter des dizaines d'auteurs et les quelque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-theatre-et-musique/#i_6576

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Fonctions de l'image

  • Écrit par 
  • François LISSARRAGUE
  •  • 4 758 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Regards sur l'image »  : […] Au-delà de cet inventaire rapide des formes d'images et des objets qui les véhiculent, on voudrait pouvoir analyser le regard que les Grecs portent sur ces images. Une telle enquête n'est pas aisée ; on entrevoit au détour de certains textes la réaction d'un personnage devant une œuvre d'art. Ainsi les suivantes de Créuse, dans l' Ion d' Euripide, découvrent les sculptures d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-fonctions-de-l-image/#i_6576

MÉNÉLAS

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 156 mots
  •  • 1 média

Dans la mythologie grecque, roi de Sparte et fils cadet d'Atrée, roi de Mycènes. L'enlèvement de sa femme, Hélène, causa la guerre de Troie. Pendant la guerre, Ménélas servit sous les ordres de son frère aîné, Agamemnon, chef suprême des forces grecques. Après la prise de Troie, Ménélas reprit Hélène et la ramena chez lui. Ménélas est un personnage de premier plan dans L'Iliade […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/menelas/#i_6576

ORESTE, mythologie

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 337 mots
  •  • 1 média

Dans la mythologie grecque, fils d'Agamemnon et de Clytemnestre. D'après Homère, Oreste était absent lorsque son père rentra de Troie et fut assassiné par Égisthe, l'amant de Clytemnestre. Lorsqu'il arriva à l'âge d'homme, Oreste vengea son père en tuant Égisthe et Clytemnestre, conduite que l'on tenait pour exemplaire, conformément au code moral de l'âge héroïque. D'après le poète Stésichore, à l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oreste-mythologie/#i_6576

Voir aussi

Pour citer l’article

Édouard DELEBECQUE, « EURIPIDE (env. 480-406 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/euripide/