ETHNOLOGIEHistoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De la Renaissance à la révolution industrielle

À partir du xve siècle, l'expansion européenne bouleverse les univers culturels relativement isolés jusque-là, et des humanités « nouvelles » apparaissent dans le savoir et la conscience européens. La découverte de l'Amérique, en particulier, parce qu'elle n'était pas prévue, apporte un choc dont les répercussions se font sentir dans tous les domaines de l'entendement et de la sensibilité. L'humanité même des Américains, comme celle des Africains à partir de l'exploration et de l'esclavage portugais au xve siècle, est en question. Il ne s'agit pas seulement d'une interrogation métaphysique ; il s'agit d'une question politique, économique et concrète urgente. Après une brève période, variable selon les régions (et qui se reproduit au xviiie siècle dans le Pacifique), de vision « paradisiaque » de l'humanité américaine, qui prolonge la mythologie médiévale, les dures réalités de la conquête, puis de l'exploitation économique, des mécanismes de domination politique et de l'effrayante mortalité amérindienne (par les maladies du contact) imposent la création d'un nouveau savoir. Les auteurs sont multiples – conquistadores, missionnaires, administrateurs, colons, marins, théologiens, négociants, moralistes et philosophes, historiens et juristes – mais les interrogations sont toutes les mêmes. Où doit-on placer ces humains dans le tableau général (biblique) de l'humanité ? Quels rapports historiques entretiennent les Américains avec l'humanité connue ? Quelle place occupent les nouveaux phénomènes observés dans la nature ? Quelle est la nature et l'origine de leurs institutions et de leurs croyances ? Les réponses successives, contradictoires et passionnées, qui sont apportées à ces questions constituent sans doute la première grande source de l'ethnologie. Cet ébranlement initial du savoir instaure une tradition continue d'examens et de débats, entretenue par les réalités du mercantilisme et de la christianisation. Des bouleversements connexes, dans d'autres domaines de la connaissance (les débuts de l'anatomie et de la physiologie, la révolution copernicienne), remettent en cause l'européocentrisme spontané : ni la Terre, ni le corps, ni l'Europe ne sont plus le centre et la mesure de toute chose.

Dès la fin du xvie siècle, pour ne citer qu'un exemple, Joseph de Acosta publie L'Histoire naturelle et morale des Indes orientales (1589, Séville). Non seulement il propose un tableau général des productions naturelles de l'Amérique et de ses peuples, à partir d'une expérience directe d'observateur et de la lecture d'une masse impressionnante de témoignages, y compris indigènes, mais encore justifie l'autonomie relative d'un projet scientifique, en le jugeant « utile » (à la christianisation et à la colonisation), et avance, dans sa classification des peuples, un argument théorique qui la fonde. La complexité croissante des formes de gouvernement repose sur une acquisition graduelle de la rationalité. L'idée est empruntée à Aristote ; son application mène à l'évolutionnisme. Pour séduisante que soit l'anthropologie de J. de Acosta, elle ne représente qu'un aspect des spéculations de l'époque. Il faut considérer aussi le choc en retour. Depuis Jean de Léry et Montaigne, la multiplication des expériences humaines, naturelles et morales, connues, favorise l'esprit critique et l'examen relativiste de nos institutions, coutumes et croyances.

Au xviiie siècle, un triple mouvement intellectuel va donner naissance au projet scientifique de l'anthropologie. Les sauvages et les barbares, contemporains lointains mais synchrones de l'Européen, vont être situés dans une histoire universelle. À partir de Lafitau, l'un des premiers à systématiser la comparaison entre le sauvage et les Anciens (1724), le sauvage devient un primitif ; il prend place dans une série ordonnée, qui part du simple et progresse vers le complexe, et qui a valeur universelle. La question ne sera plus « pourquoi le sauvage est ce qu'il est ? », mais « comment n'a-t-il pas progressé au même rythme que nous ? » On conçoit qu'il est moins malaisé de répondre à la seconde qu'à la première. Dans la seconde moitié du siècle, en France, en Allemagne et en Écosse, les « histoires de l'homme » se multiplient, et un schéma évolutionniste à quatre stades devient lieu commun ; certains auteurs (Kames, Dunbar) proposent même une théorie matérialiste du passage d'un stade à l'autre. Par ailleurs, la société, ou la sociabilité, devient un objet spécifique d'enquête et de réflexion. Montesquieu, dans L'Esprit des lois, qui insiste sur la nécessaire interdépendance des phénomènes sociaux, est un fonctionnaliste avant la lettre ; sa distinction entre la « nature » de la société et son « principe » (les passions, qui en sont le moteur) rend possible la considération comparative de l'organisation sociale. Il n'y a qu'un pas de la considération du politique à celle du social ; et c'est Démeunier qui, avec plus d'ambition que de profondeur, inaugure, dans L'Esprit des usages et coutumes des différents peuples ou Observations tirées des voyageurs et des historiens (1776), la comparaison systématique des coutumes et des institutions des peuples du monde, en suivant le plan « récapitulatif », où la phylogenèse reproduit l'ontogenèse. Enfin, le xviiie siècle voit naître la science de la nature ; la nature n'est plus, chez Linné, le merveilleux résultat de la Création ; le système de la nature, en revanche, l'est. À partir de Linné, on cherche, non seulement à améliorer la classification, mais à constituer une histoire de la nature. L'homme, tout en demeurant un être naturel et moral, fait partie du système et doit donc appartenir aussi à l'histoire naturelle. Les différences raciales deviennent l'objet, non plus seulement de descriptions interprétatives, mais de systématisation, de collectes et de séries, de mesures et de corrélations. Le dernier quart du xviiie siècle voit une imposante floraison de travaux sur la nature (et les variétés) de l'homme, de Buffon à Blumenbach et Camper.

Ces trois grands courants de pensée sont loin d'être des compartiments étanches : à partir de 1760, un nombre croissant de savants tentent de penser systématiquement et scientifiquement le problème de l'homme, physique et moral, social et naturel, variable historiquement et naturellement, mono-spécifique et racialement divers. En 1772, l'historien allemand Schlözer utilise pour la première fois le terme et [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Livre des Merveilles de Marco Polo

Livre des Merveilles de Marco Polo
Crédits : De Agostini/ Getty Images

photographie

Alfred Wallace

Alfred Wallace
Crédits : Hulton-Deutsch Collection/ Corbis Historical/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ETHNOLOGIE  » est également traité dans :

ETHNOLOGIE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Daryll FORDE, 
  • Patrick MENGET
  •  • 2 777 mots

Encouragés par le succès des théories évolutionnistes en biologie, la plupart des premiers ethnologues ont tenté de retracer l'évolution sociale et culturelle de l'humanité. Ils étaient gênés par le caractère fragmentaire et restreint du matériel dont ils disposaient, mais, surtout, ils interprétaient souvent de manière erronée les p […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnologie générale

  • Écrit par 
  • Raymond William FIRTH
  •  • 9 525 mots

L'ethnologie a normalement pour données de base les relations découlant des nécessités de la vie en société. Ces relations sociales ont leurs modèles, mis en évidence par la répétition (par exemple, un père de famille joue avec ses enfants tous les soirs en rentrant du travail). Elles tendent à former un système, lié à d'autres et en partie déterminé par eux […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnographie

  • Écrit par 
  • Geza de ROHAN-CSERMAK
  •  • 5 066 mots

Chaque science possède, en fait, deux principales sphères d'activité superposées : travaux expérimentaux ou documentaires, d'une part, travaux comparatifs et analytiques, d'autre part, se fondant sur les premiers. Il en est ainsi pour les sciences exactes et naturelles comme pour la philosophie et les sciences humaines. L' […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnologie religieuse

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 6 092 mots

L'anthropologie religieuse tente de cerner la dimension religieuse de l'homme, en tant qu'universelle et inhérente à tout homme (même si cette dimension, dans notre société sécularisée, invente, pour se manifester, de nouveaux signifiants, apparemment non religieux). Mais, l'expérience vécue du sacré se traduit, ch […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnoarchéologie

  • Écrit par 
  • Anick COUDART
  •  • 4 860 mots

Le termeethnoarchaeology apparaît pour la première fois en 1900, dans un rapport rédigé par l'archéologue, anthropologue et naturaliste américain, Jesse Walter Fewkes, directeur du Bureau de l'ethnologie de la Smithsonian Institution. Celui-ci estimait que la connaissance des sociétés indiennes du sud-ouest des États-Unis constituait […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethno-esthétique

  • Écrit par 
  • Lucien STÉPHAN
  •  • 3 075 mots

Le terme « ethno-esthétique », emprunté à J. Delange, désigne un ensemble d'études consacrées aux arts dits primitifs, ethniques, traditionnels ou tribaux. Il semble composé afin d'exprimer la double idée d'une interdiscipline à dominante esthétique et préféré à « ethnologie de l'art », qui désigne une spécialisation de l'ethnologie. Par provision, l'ethn […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnomusicologie

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques NATTIEZ
  •  • 6 977 mots
  •  • 3 médias

L'ethnomusicologie étudie la musique des divers groupes ethniques et communautés culturelles du monde entier. Oscillant, au cours de son histoire, entre l'analyse scientifique des systèmes musicaux et la description ethnographique des contextes socioculturels dans lesquels se situent ces musiques, l'ethnomusicologie est non seulement une branche de la […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnosciences

  • Écrit par 
  • Jacques BARRAU
  •  • 3 706 mots
  •  • 2 médias

Dans l'ouvrage publié en 1983, Le Regard éloigné, Claude Lévi-Strauss remarque que, en matière de connaissance des faits de culture et de société, « une étroite collaboration entre les sciences humaines et les sciences naturelles permettra seule de récuser un dualisme métaphysique dép […] Lire la suite

AFRICAINS CINÉMAS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COMOLLI
  •  • 1 132 mots

L'histoire des cinémas africains se sépare difficilement de celle de la décolonisation. Il y eut d'abord des films de Blancs tournés en Afrique. Puis, à partir des années soixante, les nouveaux États africains ont été confrontés au problème de savoir quel rôle, quelle orientation, quels moyens donner au cinéma. Problème technique mais avant tout problème politique : celui de la possibilité de pro […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Nommer, classer »  : […] Que veut-on différencier lorsqu'on parle d'anthropologie sociale, d'anthropologie culturelle, d'anthropologie physique, d'ethnologie ? Ces divers vocables engendrent la confusion, car ils reflètent une discrimination entre les domaines géographique, historique, problématique. Dans le monde anglo-saxon, l'anthropologie rassemble sous son titre à la fois l'anthropologie physique – l'étude comparée d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrick MENGET, « ETHNOLOGIE - Histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnologie-histoire/