ANTHROPOLOGIE RÉFLEXIVE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'anthropologie réflexive consiste en la restitution et en l'analyse critique des conditions de production d'un savoir anthropologique. Elle s'intéresse aussi bien aux modalités de réalisation de l'enquête de terrain qu'aux contextes académiques et institutionnels dans lesquels évoluent les chercheurs, ainsi qu'aux enjeux politiques et éthiques de la recherche, comme ceux du retour de l'information, du choix des formes d'écriture, de l'engagement ou des usages sociaux des savoirs. En tant que travail de décentrement par rapport à soi-même, l'analyse réflexive est au principe même de toute démarche anthropologique. Cependant, aussi évident que soit ce lien, l'histoire de la discipline a été longtemps marquée par un non-dit sur les conditions de réalisation du travail de terrain (fieldwork), à partir duquel s'est pourtant largement construite l'identité de la discipline. Aujourd'hui, un consensus existe parmi les anthropologues pour considérer l'exercice réflexif comme une exigence épistémologique et méthodologique nécessaire à l'objectivation de la recherche et au renouvellement des connaissances du social. Cette exigence s'impose avec force face aux nouveaux défis et nouvelles interrogations suscités par les transformations des contextes ethnographiques dans lesquels interviennent les anthropologues.

Du terrain comme évidence au terrain à interroger

Le terrain sous silence

Bien que les premières monographies aient consacré l'importance du travail de terrain, leurs auteurs n'en ont pas ou peu révélé les conditions de réalisation. Cette situation, pour le moins paradoxale, ne signifie pas que ces derniers n'aient pas réfléchi à leurs conditions d'enquête ni qu'ils en aient ignoré la dimension subjective. Des anthropologues tels que Bronislaw Malinowski ou Marcel Griaule ont ainsi attiré l'attention sur cette « part personnelle » dans le processus d'enquête, mais sans pour autant lui accorder une véritable analyse. À une époque marquée par le positivisme et le scientisme, les premiers représentants de la discipline ont été en effet davantage préoccupés de donner une légitimité scientifique à leurs travaux que de s'attarder sur les implications de l'expérience intersubjective de la relation ethnographique. Ce silence sur les conditions d'enquête a accrédité l'idée d'un observateur neutre et a conduit à faire jouer au terrain le rôle d'une « puissante machinerie à produire du vrai » (Pullman, 1986), source d'autorité (Clifford, 1996). En France, les premiers manuels d'enquête (Mauss, 1947 ; Griaule, 1957) n'ont pas modifié la donne, préférant énoncer de longues prescriptions sur les données à recueillir, selon un découpage en différents domaines de la vie sociale (parenté, économie, technique, politique, religieux...), conforme au modèle de la monographie. Aussi les réflexions sur l'expérience du terrain ont-elles occupé jusqu'à une période récente une place marginale dans les travaux, en étant le plus souvent séparées du texte scientifique pour figurer dans des carnets ou journaux de terrain ou être présentées sous forme littéraire dans des ouvrages proches du roman autobiographique. Il est vrai que la pratique du terrain, en tant qu'expérience personnelle et relation intersubjective, est difficilement formalisable, ce qui peut expliquer en partie les réticences que les auteurs ont eues pour en proposer une analyse systématique et approfondie. Ce sont pourtant ces caractéristiques de l'enquête ethnographique qui imposent plus que jamais d'interroger les conditions de réalisation du travail empirique.

L'équation personnelle du chercheur

La publication en 1967 du journal posthume de Malinowski marque une étape importante dans la prise de conscience de la nécessité de ne plus passer sous silence les effets de la dimension intersubjective de l'enquête de terrain. En dévoilant les frustrations et les colères de l'ethnologue contre ses hôtes, l'ouvrage révèle le caractère illusoire d'une observation neutre et montre la manière dont le chercheur est impliqué émotionnellement dans son objet d'étude, ce que souligne avec force la même année l'ethnopsychanalyste G. Devereux (1967). [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur en anthropologie à l'université Paris Descartes-Sorbonne-Paris Cité

Classification

Autres références

«  ANTHROPOLOGIE RÉFLEXIVE  » est également traité dans :

COMMUNICATION

  • Écrit par 
  • Yves WINKIN
  •  • 4 805 mots

Dans le chapitre « Un modèle alternatif »  : […] Contrairement au modèle de Shannon et Weaver, dont on peut aisément localiser les origines (M.I.T., 1942-1945), la réflexion alternative sur la communication qui se développe dès le début des années 1950 aux États-Unis apparaît simultanément en de multiples lieux, à partir de travaux d'origines très différentes. Mais trois observations sont faites. Tout d'abord, il s'agit de chercheurs souvent mar […] Lire la suite

SOCIOLOGIE - Les méthodes

  • Écrit par 
  • Frédéric LEBARON
  •  • 7 617 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Construction sociale des données sociologiques »  : […] En sciences sociales, les données reposent sur un processus d'enregistrement qui n'est pas toujours maîtrisé dans sa totalité par le chercheur. Même lorsque le chercheur produit lui-même ses données, par exemple à partir de comptages, il est menacé par divers dangers, comme celui de l'ethnocentrisme. Simiand distinguait deux types de critiques des données : la critique d'exactitude, tournée vers l […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Olivier LESERVOISIER, « ANTHROPOLOGIE RÉFLEXIVE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie-reflexive/