ETHNOLOGIEHistoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Deux initiateurs : Morgan et Tylor

Le premier ethnologue « de terrain » est l'Américain L. H. Morgan, qui séjourne en 1850 chez les Iroquois et visite plus tard d'autres tribus. Morgan s'efforce de recueillir des terminologies de parenté : ayant découvert la notion de terminologie classificatoire, il s'attache à classer ces terminologies en relation avec des faits institutionnels (mariage, types de famille, autres traits sociologiques), puis à les ordonner en une séquence évolutive. L'apport de Morgan est important, il fonde l'étude comparative des systèmes de parenté, notion déjà présente chez Lafitau, et qui devient une partie essentielle de l'ethnologie. L'Anglais E. B. Tylor, bien que ses idées sur l'évolution diffèrent quelque peu de celles de Morgan, périodise aussi l'histoire de l'humanité, mais avec une plus grande prudence à l'égard des faits, et il propose d'examiner non plus les causes, mais les rapports fonctionnels entre les phénomènes, modifiant ainsi la notion de loi implicitement acceptée jusqu'alors. Tylor inaugura l'étude comparative des corrélations entre certaines institutions (comme les règles de résidence matrimoniale et l'évitement de la belle-mère) à l'aide de données statistiques recueillies auprès d'un grand nombre de sociétés. Il est à l'origine d'un courant moderne de la recherche ethnologique aux États-Unis, l'analyse cross-cultural (G. P. Murdock, J. W. Whiting), qui vise à établir par la statistique, en s'appuyant sur un nombre aussi grand que possible de sociétés, des corrélations entre phénomènes culturels. Il faut ici dissiper un malentendu : contrairement à une idée reçue encore présente dans les manuels et les précis d'ethnologie, l'évolutionnisme de Tylor ne doit pas grand-chose à la théorie darwinienne. Tylor prolonge et développe la théorie des stades du xviiie siècle ; il ne transpose pas aux sociétés humaines les mécanismes d'adaptation, de sélection et de lutte pour la vie. Ce n'est qu'à la fin du siècle que l'on voit apparaître, d'abord aux États-Unis, un darwinisme social.

À partir de 1870-1880, une réaction se dessine contre l'évolutionnisme. L'école allemande (F. Ratzel), bientôt suivie par l'école américaine (F. Boas, A. L. Kroeber, C. Wissler), va soutenir l'origine commune des traits culturels et leur dispersion par emprunts, contacts et diffusion, au lieu de postuler un processus de développement identique pour toutes les sociétés, passant obligatoirement par les mêmes stades. Ces deux théories souffrent du même apriorisme, puisqu'il ne s'agit pour l'ethnologue que d'utiliser comparativement les données ethnographiques pour illustrer une thèse. L'évolutionnisme repose en fait sur un parallèle entre le développement de la société et celui de l'individu, l'adulte correspondant évidemment au stade de la « civilisation ». Sous le diffusionnisme se dissimulait aussi plus ou moins la thèse de la supériorité de notre culture, puisqu'il ne reconnaissait la possibilité d'invention qu'à certaines sociétés privilégiées... Par ailleurs, dans les deux cas, on utilise les « éléments » culturels et sociaux pour « reconstruire », comme s'il s'agissait de choses. Cette réification de la culture rend impossible une véritable comparaison, car, à la différence des arcs et des flèches, les institutions (comme l'exogamie ou l'évitement de la belle-mère) ne peuvent faire l'objet d'une observation concrète, mais doivent être conçues à partir de pratiques observables et de règles énoncées. À la fin du xixe siècle, se produit donc un recul critique vis-à-vis de l'évolutionnisme (F. Boas), le travail proprement ethnologique de terrain commence, c'est-à-dire des expéditions conçues et préparées pour obtenir toute l'information possible sur une tribu, et non plus une liste plus ou moins arbitraire de traits et de coutumes étranges (A. C. Haddon, en 1899, au détroit de Torres avec W. H. Rivers et C. G. Seligman ; F. Boas sur la côte nord-ouest des États-Unis et du Canada ; A. L. Kroeber en Californie). D'un autre côté, les théories holistes de H. Spencer (l'organicisme social) et de Durkheim vont permettre à l'ethnologie de faire un saut conceptuel.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Livre des Merveilles de Marco Polo

Livre des Merveilles de Marco Polo
Crédits : De Agostini/ Getty Images

photographie

Alfred Wallace

Alfred Wallace
Crédits : Hulton-Deutsch Collection/ Corbis Historical/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ETHNOLOGIE  » est également traité dans :

ETHNOLOGIE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Daryll FORDE, 
  • Patrick MENGET
  •  • 2 777 mots

Encouragés par le succès des théories évolutionnistes en biologie, la plupart des premiers ethnologues ont tenté de retracer l'évolution sociale et culturelle de l'humanité. Ils étaient gênés par le caractère fragmentaire et restreint du matériel dont ils disposaient, mais, surtout, ils interprétaient souvent de manière erronée les p […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnologie générale

  • Écrit par 
  • Raymond William FIRTH
  •  • 9 525 mots

L'ethnologie a normalement pour données de base les relations découlant des nécessités de la vie en société. Ces relations sociales ont leurs modèles, mis en évidence par la répétition (par exemple, un père de famille joue avec ses enfants tous les soirs en rentrant du travail). Elles tendent à former un système, lié à d'autres et en partie déterminé par eux […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnographie

  • Écrit par 
  • Geza de ROHAN-CSERMAK
  •  • 5 066 mots

Chaque science possède, en fait, deux principales sphères d'activité superposées : travaux expérimentaux ou documentaires, d'une part, travaux comparatifs et analytiques, d'autre part, se fondant sur les premiers. Il en est ainsi pour les sciences exactes et naturelles comme pour la philosophie et les sciences humaines. L' […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnologie religieuse

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 6 092 mots

L'anthropologie religieuse tente de cerner la dimension religieuse de l'homme, en tant qu'universelle et inhérente à tout homme (même si cette dimension, dans notre société sécularisée, invente, pour se manifester, de nouveaux signifiants, apparemment non religieux). Mais, l'expérience vécue du sacré se traduit, ch […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnoarchéologie

  • Écrit par 
  • Anick COUDART
  •  • 4 860 mots

Le termeethnoarchaeology apparaît pour la première fois en 1900, dans un rapport rédigé par l'archéologue, anthropologue et naturaliste américain, Jesse Walter Fewkes, directeur du Bureau de l'ethnologie de la Smithsonian Institution. Celui-ci estimait que la connaissance des sociétés indiennes du sud-ouest des États-Unis constituait […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethno-esthétique

  • Écrit par 
  • Lucien STÉPHAN
  •  • 3 075 mots

Le terme « ethno-esthétique », emprunté à J. Delange, désigne un ensemble d'études consacrées aux arts dits primitifs, ethniques, traditionnels ou tribaux. Il semble composé afin d'exprimer la double idée d'une interdiscipline à dominante esthétique et préféré à « ethnologie de l'art », qui désigne une spécialisation de l'ethnologie. Par provision, l'ethn […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnomusicologie

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques NATTIEZ
  •  • 6 977 mots
  •  • 3 médias

L'ethnomusicologie étudie la musique des divers groupes ethniques et communautés culturelles du monde entier. Oscillant, au cours de son histoire, entre l'analyse scientifique des systèmes musicaux et la description ethnographique des contextes socioculturels dans lesquels se situent ces musiques, l'ethnomusicologie est non seulement une branche de la […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnosciences

  • Écrit par 
  • Jacques BARRAU
  •  • 3 706 mots
  •  • 2 médias

Dans l'ouvrage publié en 1983, Le Regard éloigné, Claude Lévi-Strauss remarque que, en matière de connaissance des faits de culture et de société, « une étroite collaboration entre les sciences humaines et les sciences naturelles permettra seule de récuser un dualisme métaphysique dép […] Lire la suite

AFRICAINS CINÉMAS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COMOLLI
  •  • 1 132 mots

L'histoire des cinémas africains se sépare difficilement de celle de la décolonisation. Il y eut d'abord des films de Blancs tournés en Afrique. Puis, à partir des années soixante, les nouveaux États africains ont été confrontés au problème de savoir quel rôle, quelle orientation, quels moyens donner au cinéma. Problème technique mais avant tout problème politique : celui de la possibilité de pro […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Nommer, classer »  : […] Que veut-on différencier lorsqu'on parle d'anthropologie sociale, d'anthropologie culturelle, d'anthropologie physique, d'ethnologie ? Ces divers vocables engendrent la confusion, car ils reflètent une discrimination entre les domaines géographique, historique, problématique. Dans le monde anglo-saxon, l'anthropologie rassemble sous son titre à la fois l'anthropologie physique – l'étude comparée d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrick MENGET, « ETHNOLOGIE - Histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnologie-histoire/