SOLUTION ÉQUILIBRES EN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Réactions de formation de complexes (transfert d'ions ou de molécules polaires)

Définitions

Complexes. Couple donneur-accepteur d'une particule

Un complexe est une entité formée de l'association de deux ou plusieurs espèces chimiques, ions ou molécules polaires. Les complexes métalliques, qui réunissent un cation métallique et une ou plusieurs espèces « complexantes » avec échange de liaisons de coordination, sont les plus importants en pratique (cf. complexes [chimie]).

Par exemple, l'ion FeSCN2+ est un complexe formé entre les ions Fe3+ et SCN-, Cu(NH3)42+ est un complexe formé entre l'ion Cu2+ et quatre molécules d'ammoniac (molécule polaire), FeY- un complexe formé entre le cation Fe3+ et l'ion Y4-, Y4- symbolisant l'anion éthylènediaminetétracétate (E.D.T.A.), réactif chélatant des cations métalliques d'usage courant.

Chaque complexe peut donc être défini comme un donneur de particule, celle-ci pouvant être un ion ou une molécule polaire. L'autre espèce joue alors le rôle d'accepteur conjugué dans le couple :

Par exemple, le complexe FeSCN2+ peut être considéré comme un donneur de thiocyanate (SCN- est la particule, Fe3+ est l'accepteur) ou comme un donneur de Fe3+ (Fe3+ est la particule, SCN- est l'accepteur). De même, d'après la définition précédente, Cu(NH3)42+ apparaît comme un polydonneur de la particule NH3.

Les acides, qui sont des donneurs de la particule H+ dans le modèle de Brönsted introduit précédemment, peuvent être considérés comme des complexes. L'étude des réactions de formation de complexes concerne l'ensemble des particules autres que H+ et l'électron. L'introduction des couples donneur-accepteur d'une particule quelconque correspond à une généralisation des concepts d'acido-basicité. Celle-ci apparaît clairement dans la définition des acides et des bases proposée par Lewis, selon laquelle un acide, électrophile, est porteur d'une lacune électronique (orbitales vacantes facilement accessibles du point de vue énergétique), et une base, nucléophile, est un donneur de doublet électronique. L'établissement d'une liaison entre ces deux entités, appelée [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages



Médias de l’article

Acides et bases

Acides et bases
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Couples acide-base : constantes

Couples acide-base : constantes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Répartition de l'acide o-phosphorique

Répartition de l'acide o-phosphorique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Échelle de pH dans l'eau

Échelle de pH dans l'eau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 16 médias de l'article





Écrit par :

  • : docteur-ès-sciences maître-assistant de première classe
  • : docteur-ès-sciences maître-assistant de première classe à l'Ecole Supérieure de Physique et de Chimie Industrielles de Paris

Classification


Autres références

«  SOLUTION ÉQUILIBRES EN  » est également traité dans :

ACIDES & BASES

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER, 
  • Pierre SOUCHAY
  •  • 12 609 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Rôle du solvant »  : […] En raison de sa charge élevée par rapport à son volume, H + n'existe pas comme tel en solution, mais se fixe sur le solvant (dénommé SH) qui se trouve jouer ainsi le rôle de base. Par conséquent, l'ionisation d'un acide dans l' eau ne s'écrira pas : mais : et la constante d'acidité est, en réalité : et de façon générale : Parallèlement, l'ionisation de la base se fait suivant (f), l'eau se trouva […] Lire la suite

ACTIVITÉ, chimie

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 266 mots

Grandeur introduite par G. N. Lewis, en 1907, pour exprimer les propriétés thermodynamiques des solutions. En effet, l'expression du potentiel chimique d'un composé dans une solution idéale, donné par la relation μ = k T ln N + μ 0 , où N représente la fraction molaire du composé, n'est valable que dans le cas où la concentration du composé tend vers zéro, c'est-à-dire dans le cas des solutions in […] Lire la suite

ÉLECTROCHIMIE

  • Écrit par 
  • Jacques SIMONET
  •  • 6 283 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Notion de transfert de charge »  : […] Il est bien établi que la réaction chimique fait, en général, intervenir des transferts d'électrons soit par paire – attaque d'une entité possédant un doublet d'électrons tel un nucléophile –, soit par unité – transfert monoélectronique. Ainsi, certains métaux fortement donneurs d'électrons, par exemple le lithium, ou certaines molécules organiques riches en électrons peuvent être spontanément ré […] Lire la suite

NITRIQUE ACIDE

  • Écrit par 
  • Jean ROUXEL
  •  • 1 618 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Propriétés physiques et structurales de l'acide nitrique »  : […] L'acide pur est un liquide incolore bouillant à 84,1  0 C et se solidifiant à — 41,59  0 C. En phase vapeur, l'acide nitrique est monomère. Les molécules individuelles présentent une structure que l'on considère comme plane, bien qu'une rotation du groupement OH autour de la liaison NO contiguë ait été envisagée par certains auteurs. Une barrière de potentiel de 29,3 kJ mol —1 rend cette rotation […] Lire la suite

SOLVANTS

  • Écrit par 
  • Jacques DEVYNCK
  •  • 1 795 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La chimie en solution »  : […] La mise en contact des réactifs en solution provoque des réactions qui évoluent spontanément jusqu'à un état d'équilibre caractérisé par un ensemble de constantes d'équilibre thermodynamique. Dans ces réactions, le solvant n'est pas inerte et les états d'équilibre sont étroitement dépendants de sa nature. L'acquisition d'un grand nombre de données relatives aux équilibres en solution dans des so […] Lire la suite

THERMODYNAMIQUE - Thermodynamique chimique

  • Écrit par 
  • Pierre SOUCHAY
  •  • 7 295 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Influence de la pression et du volume »  : […] Les variables autres que la pression étant maintenues constantes, on peut écrire : Cette relation est généralement attribuée à Le Chatelier. Un raisonnement analogue au précédent montre que − Δν joue dans cette discussion le même rôle que ΔH : un accroissement de la pression, déplace l'équilibre dans le sens de la diminution du nombre de molécules. Ainsi, dans la synthèse de l'ammoniac : le rende […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude COLIN, Alain JARDY, « SOLUTION ÉQUILIBRES EN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/equilibres-en-solution/