SOLUTION ÉQUILIBRES EN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans de nombreux domaines de la chimie, les réactions ont lieu en solution. Citons les grandes préparations de la chimie inorganique, l'hydrométallurgie où l'on met en œuvre l'attaque des minerais par des solutions acides ou basiques, la biochimie, le nucléaire avec le retraitement des combustibles, l'analyse chimique avec les titrages volumétriques et coulométriques. On peut y adjoindre certaines réactions de la chimie organique.

La notion d'équilibre chimique tient une large place en chimie des solutions. Les réactions mises en jeu sont régies par les règles classiques découlant de la loi d'action de masses, pour autant qu'elles soient rapides. C'est en général le cas si on excepte bon nombre de réactions d'oxydoréduction et certaines réactions hétérogènes où il faut tenir compte de la vitesse de formation et d'évolution des précipités.

L'état d'une solution est en principe parfaitement défini par la connaissance des quantités introduites (les bilans-matière) et du modèle qui régissent l'ensemble des équilibres mis en jeu, chacun de ces équilibres se traduisant par une constante d'équilibre. Moyennant diverses simplifications, on peut obtenir des solutions approchées qui sont suffisantes pour certaines applications ; on peut maintenant, à l'aide des moyens de calcul modernes, résoudre tout problème de chimie des solutions de manière complète et rigoureuse.

L'introduction d'un soluté au sein d'un solvant implique l'existence d'interactions variées très énergétiques. L'interaction la plus simple tient son origine dans le caractère polaire des molécules de la plupart des solvants usuels – eau, alcools, amides... (interactions ion-dipôle ou dipôle-dipôle). Pendant la dissolution, le solvant exerce une action de solvatation (hydratation dans le cas de l'eau) au cours de laquelle chaque espèce dissoute (ion ou molécule) s'entoure d'un cortège de molécules de solvant. Il peut également exercer une action de solvolyse au cours de laquelle certaines liaisons sont rompues avec apparition d'espèces nouvelles. Le solvant constitue, en outre, un milieu diélectrique où les forces d'attraction s'exerçant entre ions de signes contraires sont affaiblies.

L'eau manifeste ces aptitudes de manière très marquée. Elle dissout un grand nombre de composés. Pour certains, les ions préexistant à l'état solide sont hydratés (cas du chlorure de sodium) ; pour d'autres, les liaisons sont ionisées (cas du chlorure d'hydrogène). La constante diélectrique très élevée (ε = 80) permet la séparation des ions hydratés (dissociation ionique), au point qu'ils peuvent être considérés comme indépendants.

Ces deux caractéristiques (pouvoir ionisant et pouvoir dissociant) de chaque solvant expliquent son rôle spécifique vis-à-vis des propriétés chimiques des espèces en solution.

Toutes les réactions en solution homogène se ramènent à trois types principaux : les réactions d'oxydoréduction, les réactions acide-base, les réactions de formation de complexes. Lorsqu'un composé a une solubilité limitée, il convient d'y ajouter les réactions de précipitation. Ces quatre types de réactions sont souvent mêlés. Des analogies entre les trois types de réactions en phase homogène apparaissent et, de ce fait, en adoptant la notion de couple donneur-accepteur d'une particule, un seul mode de raisonnement permet de les expliquer.

Acides et bases

Vidéo : Acides et bases

Solutions aqueuses acides et basiques. La réaction de neutralisation.Acides et bases sont des composés chimiques qui présentent des propriétés opposées. Le degré d'acidité d'une solution se mesure par l'indice de pH, abréviation pour potentiel d'hydrogène.L'eau pure est neutre. Si l'on... 

Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

Afficher

Réactions acide-base (transfert de protons)

Définitions

Acides et bases

Selon les concepts introduits par J. N. Brönsted, les acides sont des composés susceptibles de céder des protons : ce sont des donneurs de cette particule. Dans le même temps, les bases, composés à même d'en fixer, en sont des accepteurs. À tout acide correspond une base conjuguée et inversement ; par suite, un couple acide-base est défini par la relation :

Par exemple, l'anion F est la base conjuguée de l'acide HF :

de même, l'ion ammonium NH+4 est l'acide conjugué de la base ammoniac :

De nombreux composés organiques dont la molécule contient des atomes d'azote, d'oxygène ou de soufre, porteurs de doublets libres (≡−N, =−−O, =−−S), sont des bases ; c'est le cas de l'aniline :

De nombreux cations métalliques se comportent comme des acides en solution aqueuse, par suite de la formation de complexes hydroxyde :

Ce phénomène est connu sous le nom d'hydrolyse.

Certaines espèces, comme HCO-3, peuvent jouer le rôle d'acide dans un premier système, de base dans un autre système :

On les appelle des ampholytes. Ce sont des formes intermédiaires entre des polyacides, qui peuvent céder successivement plusieurs protons, et des polybases (dans l'exemple précédent CO2, H2O est un diacide, CO32- une dibase).

Les molécules des solvants peuvent elles-mêmes jouer le rôle d'acides et de bases ; ainsi, l'eau joue le rôle de base dans le couple :

et d'acide dans le couple :

Un solvant pouvant jouer aussi bien le rôle de base (solvant protophile) que d'acide (solvant protogène), comme l'eau dans les deux couples précédents, est dit amphiprotique.

Réactions acide-base

Le proton n'existant – pratiquement – pas à l'état libre en solution, un acide ne peut jouer son rôle de donneur de cette particule que s'il se trouve en présence d'une base appartenant à un autre couple, à même de la fixer. Entre deux couples acide-base notés 1 et 2 :

on observera une réaction de la forme :

Chaque réaction acide-base apparaît donc comme une réaction d'échange de protons, par exemple :

Prévision des réactions

Force des acides et des bases

Pour chaque réaction acide-base, l'important est d'en connaître le sens prédominant.

Si l'équilibre (1) est déplacé dans le sens 1 (réaction de Ac1 sur B2), l'acide 1 est dit plus fort que l'acide 2. Ainsi, plus un acide est fort, plus sa base conjuguée est faible et réciproquement.

Il suffit donc, pour permettre une prévision aisée des réactions, d'établir un classement de l'ensemble soit des acides, soit des bases. D'où l'idée, par exemple, dans le cas de la prévision des réactions en solution aqueuse, d'établir un classement des acides selon l'intensité de leur réaction avec l'eau, jouant le rôle de base dans le couple H3O+/H2O.

Classement des couples acide-base

Constante d'acidité

Considérons l'acide HA du couple HA/A- (on pourrait raisonner de même dans le cas du couple HB+/B).

La réaction d'échange de protons avec l'eau jouant le rôle de base s'écrit :

Cet équilibre est caractérisé par la constante :

ai désignant l'activité de l'espèce i ; avec les conventions (activité prise égale à 1 pour le solvant) et approximations usuelles (activité confondue avec la concentration pour toutes les espèces présentes diluées en solution), il vient :

La constante KA ainsi [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

Médias de l’article

Acides et bases

Acides et bases
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Couples acide-base : constantes

Couples acide-base : constantes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Répartition de l'acide o-phosphorique

Répartition de l'acide o-phosphorique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Échelle de pH dans l'eau

Échelle de pH dans l'eau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 16 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur-ès-sciences maître-assistant de première classe
  • : docteur-ès-sciences maître-assistant de première classe à l'Ecole Supérieure de Physique et de Chimie Industrielles de Paris

Classification

Autres références

«  SOLUTION ÉQUILIBRES EN  » est également traité dans :

ACIDES & BASES

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER, 
  • Pierre SOUCHAY
  •  • 12 613 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Rôle du solvant »  : […] En raison de sa charge élevée par rapport à son volume, H + n'existe pas comme tel en solution, mais se fixe sur le solvant (dénommé SH) qui se trouve jouer ainsi le rôle de base. Par conséquent, l'ionisation d'un acide dans l' eau ne s'écrira pas : mais : et la constante d'acidité est, en réalité : et de façon générale : Parallèlement, l'ionisation de la base se fait suivant (f), l'eau se trouva […] Lire la suite

ACTIVITÉ, chimie

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 266 mots

Grandeur introduite par G. N. Lewis, en 1907, pour exprimer les propriétés thermodynamiques des solutions. En effet, l'expression du potentiel chimique d'un composé dans une solution idéale, donné par la relation μ = k T ln N + μ 0 , où N représente la fraction molaire du composé, n'est valable que dans le cas où la concentration du composé tend vers zéro, c'est-à-dire dans le cas des solutions in […] Lire la suite

ÉLECTROCHIMIE

  • Écrit par 
  • Jacques SIMONET
  •  • 6 288 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Notion de transfert de charge »  : […] Il est bien établi que la réaction chimique fait, en général, intervenir des transferts d'électrons soit par paire – attaque d'une entité possédant un doublet d'électrons tel un nucléophile –, soit par unité – transfert monoélectronique. Ainsi, certains métaux fortement donneurs d'électrons, par exemple le lithium, ou certaines molécules organiques riches en électrons peuvent être spontanément ré […] Lire la suite

NITRIQUE ACIDE

  • Écrit par 
  • Jean ROUXEL
  •  • 1 620 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Propriétés physiques et structurales de l'acide nitrique »  : […] L'acide pur est un liquide incolore bouillant à 84,1  0 C et se solidifiant à — 41,59  0 C. En phase vapeur, l'acide nitrique est monomère. Les molécules individuelles présentent une structure que l'on considère comme plane, bien qu'une rotation du groupement OH autour de la liaison NO contiguë ait été envisagée par certains auteurs. Une barrière de potentiel de 29,3 kJ mol —1 rend cette rotation […] Lire la suite

SOLVANTS

  • Écrit par 
  • Jacques DEVYNCK
  •  • 1 796 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La chimie en solution »  : […] La mise en contact des réactifs en solution provoque des réactions qui évoluent spontanément jusqu'à un état d'équilibre caractérisé par un ensemble de constantes d'équilibre thermodynamique. Dans ces réactions, le solvant n'est pas inerte et les états d'équilibre sont étroitement dépendants de sa nature. L'acquisition d'un grand nombre de données relatives aux équilibres en solution dans des so […] Lire la suite

THERMODYNAMIQUE - Thermodynamique chimique

  • Écrit par 
  • Pierre SOUCHAY
  •  • 7 296 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Influence de la pression et du volume »  : […] Les variables autres que la pression étant maintenues constantes, on peut écrire : Cette relation est généralement attribuée à Le Chatelier. Un raisonnement analogue au précédent montre que − Δν joue dans cette discussion le même rôle que ΔH : un accroissement de la pression, déplace l'équilibre dans le sens de la diminution du nombre de molécules. Ainsi, dans la synthèse de l'ammoniac : le rende […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude COLIN, Alain JARDY, « SOLUTION ÉQUILIBRES EN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/equilibres-en-solution/