ENFERS ET PARADIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Paradis et enfers des Indo-Iraniens

Une hymne célèbre au Soma (Rig Veda, IX, 113) nous révèle le désir de l'Indien védique de prendre place, après la mort, auprès des dieux immortels, dans les mondes de lumière :

 Là-bas où brille la lumière perpétuelle, en ce même monde où le soleil a eu sa place (ô Soma) ! clarifié, dans cet inépuisable séjour d'immortalité, installe-moi !  Là-bas où est Yama, fils de Vivasvat, là-bas où se trouve l'enclos du ciel, là-bas où sont les eaux éternellement jeunes, fais de moi en ce lieu-là un immortel (ô Soma) !  Là-bas où chacun s'active suivant ses désirs, dans le triple firmament, dans le triple ciel du ciel, là-bas où sont les mondes de lumière, fais de moi en ce lieu-là un immortel (ô Soma) ! (traduction A. Varenne).

Le voyage au ciel, le pont qui relie la terre au ciel, les deux chiens qui gardent le pont, l'interrogatoire de l'âme sont des motifs qui se rencontrent aussi bien dans l'Inde ancienne que dans l'Iran : ils remontent probablement à l'époque de l'unité indo-iranienne. Le pont, attesté dans l'Inde depuis le Yajur Veda, joue un rôle plus important encore en Iran : l'âme doit traverser le pont Cinvat qui, pour le juste, est large de neuf longueurs de lance, tandis qu'il est étroit « comme la lame d'un rasoir » pour les impies. Comme l'écrit Jacques Duchesne-Guillemin : « L'âme monte au ciel en quatre étapes, dont les trois premières correspondent respectivement à ses bonnes pensées (étoiles), ses bonnes paroles (lune) et ses bonnes actions (soleil). Le paradis suprême se trouve dans les Lumières infinies. L'âme y est conduite par Vohu Manah, qui la mène au trône d'or d'Ahura Mazdah. Au ciel, les âmes des justes se nourrissent de mets délicieux, tandis que les âmes des impies, dans les quatre zones de l'enfer, reçoivent une nourriture infecte.

Dans l'Inde, le séjour souterrain, où règne Yama, est réservé aux pécheurs de toutes sortes. L'Isha Upanishad évoque « ces mondes que l'on nomme sans soleil, recouverts qu'ils sont d'aveugle ténèbre : y entrent après leur mort ceux qui ont tué leur âme. » Le pays des morts est gardé par deux chiens. « Tes deux chiens de garde, ô Yama, quatre yeux qui gardent le chemin, surveillant les hommes » (Rig Veda, X, 14, 11).

Selon les Upanishad, après la mort, l'âme se dirige soit vers l'enfer (ce qui implique aussi des réincarnations d'ordre inférieur, surtout dans des animaux), soit vers une sorte de paradis dans la lune, en attendant les renaissances d'ordre supérieur. Ce chemin s'appelle la « voie lunaire » ou le « chemin des mânes ». Les vertueux et les parfaits prennent la « voie solaire » ou le « chemin des dieux », car le soleil permet l'accès au monde transcendantal de Brahman. Les âmes qui empruntent le chemin des dieux sortent définitivement de la roue des transmigrations.

Il existe d'innombrables descriptions des vingt et un enfers imaginés par les Hindous. Les pécheurs sont dévorés par des bêtes fauves et par des serpents, ils sont laborieusement grillés, sectionnés au moyen de scies, tourmentés par la soif et la faim, bouillis dans de l'huile ou broyés au pilon, moulus dans des vases de fer ou de pierre, etc. Mais après avoir passé par de telles souffrances, les suppliciés vont connaître encore les angoisses qui accompagnent leur migration à travers des corps d'animaux. Les enfers ont leur contrepartie dans les paradis célestes qui leur correspondent. Les épopées – le Mahābhārata et le Rāmāyana – et les Purānas décrivent le ciel de chacun des cinq grands dieux. En ordre ascendant, ce sont le ciel d'Indra, peuplé de danseuses et de musiciens, le ciel de Çiva où règnent le dieu et sa famille, le ciel de Vishnu, construit tout en or et parsemé d'étangs couverts de lotus, le ciel de Krishna, avec ses danseuses et ses fervents, enfin le ciel de Brahmā, où les âmes jouissent de la compagnie de nymphes célestes. Les palais d'or et de pierres précieuses, les jardins paradisiaques, la musique d'instruments accompagnant les chants et les danses de très belles filles sont infatigablement décrits. Certains de ces thèmes paradisiaques hindous seront repris par les auteurs bouddhistes.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Angkor Vat: relief

Angkor Vat: relief
Crédits : H. Champollion/ AKG

photographie

Jérusalem céleste

Jérusalem céleste
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Le Jugement universel, J. Bosch

Le Jugement universel, J. Bosch
Crédits : Nimatallah/ AKG

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ENFERS ET PARADIS  » est également traité dans :

ACHÉRON

  • Écrit par 
  • Barbara CASSIN
  •  • 189 mots

Dans la demeure d'Hadès, aux Enfers, coule l'Achéron ; par ses sonorités plus que par une stricte étymologie, il « coule » et « roule le deuil ». Circé et Homère ( Odyssée , X, 512 sqq.) y font confluer le Pyriphlégéton (le fleuve « brûlant de feu ») et le Cocyte (« gémissement ») où se déverse l'eau du Styx (le « Haineux »). C'est ce « lac marécageux » (Euripide, Alceste , 443 sqq.) que doivent p […] Lire la suite

ÂGE D'OR

  • Écrit par 
  • Marie-Rose MAYEUX
  •  • 866 mots

Moment mythique de l'humanité décrit comme étant celui de l'abondance dans une nature généreuse, où tout pousse sans travail, où les animaux domestiques et sauvages vivent en paix entre eux et avec les hommes, où la ronce distille le miel. Les Zéphirs soufflent alors une brise rafraîchissante ; la pluie et le soleil alternent si heureusement que la terre prodigue trois fois l'an ses meilleures pro […] Lire la suite

AMIDA

  • Écrit par 
  • Vadime ELISSEEFF
  •  • 862 mots

Dans le chapitre « L'influence de l'amidisme »  : […] Comme le zen, l'amidisme eut une influence déterminante sur tous les arts qu'il teinta d'un sentiment nouveau de miséricorde et de gratitude envers le sauveur. Avec son paradis et ses enfers multiples, il offrait ample matière à des illustrations. Les plus connues sont les cortèges d'Amida ( raigo ), descendant du ciel escorté de gracieuses divinités pour accueillir les âmes des fidèles : on les v […] Lire la suite

CHARON

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 144 mots

Dans la mythologie grecque, fils de l'Érèbe et de la Nuit. Charon, le nocher des Enfers, avait pour tâche de faire traverser les marais de l'Achéron dans sa barque aux âmes des défunts qui avaient reçu une sépulture. En paiement, il prenait la pièce de monnaie placée dans la bouche des cadavres. Il lui était interdit de faire passer des vivants, et il fut enchaîné pendant toute une année pour avoi […] Lire la suite

DANTE ALIGHIERI (1265-1321)

  • Écrit par 
  • Paul RENUCCI
  •  • 5 461 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un ordre arithmétique »  : […] Donner une image, même schématique, du monde de la Comédie est ici chose impossible. À peine peut-on esquisser l'ordre qui préside à la description des trois royaumes de la damnation, de la pénitence et de la béatitude. Les damnés se distribuent d'abord suivant la nomenclature grégorienne des péchés capitaux, mais, signe peut-être d'une interruption suivie d'un changement de programme dans la com […] Lire la suite

DÉMÉTER

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 829 mots
  •  • 1 média

Dans la mythologie grecque, Déméter est la fille des divinités Cronos et Rhéa, la sœur et l'épouse de Zeus (le père des dieux) ainsi que la déesse de l'agriculture. Déméter, dont Homère fait rarement mention, n'appartient pas au panthéon des dieux de l'Olympe, mais les origines de la légende qui l'entourent sont probablement anciennes. Ce récit est centré sur l'histoire de sa fille Perséphone, en […] Lire la suite

ÉDEN

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 193 mots

Nom du lieu ( éden en hébreu) où, selon la Genèse ( ii , 8), Dieu installa l'homme après qu'il l'eut créé. En akkadien, edinu signifie plaine, et, en sumérien, edin est un terrain fertile ou irrigable. Il semble que, derrière cette dénomination locative, soit sous-jacente l'acception du mot en tant que nom commun, « délices », « plaisir » : dans la Genèse ( ii , 15 et iii , 23), « jardin d'Éden  […] Lire la suite

ERESHKIGAL POÈME D'

  • Écrit par 
  • Daniel ARNAUD
  •  • 470 mots

Poème babylonien qui veut expliquer comment Nergal, à l'origine dieu du monde supérieur, est devenu le maître des Enfers, où ne régnait, jusque-là, dans l'austérité et le désespoir, qu'Ereshkigal (« la reine de la grande Terre », c'est-à-dire les Enfers). On en connaît trois manuscrits et deux versions, toutes rédigées en langue babylonienne. La première, la plus ancienne, provient de la bibliothè […] Lire la suite

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 798 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le regret du Paradis »  : […] L'érotisme, c'est d'abord la liberté de la chair épanouie, un élan naïf, natif, paradis où le plaisir existe, non le péché. Dionysos se fait apollinien, Apollon dionysiaque. Minceur et vigueur des corps, franchise des yeux, comme dans le Parfum exotique de Baudelaire. Aspiration typique d'époque civilisée ? Sans doute ; mais il appartient au cinéma, instrument d'évasion par excellence, de réalise […] Lire la suite

HADÈS

  • Écrit par 
  • Robert DAVREU
  •  • 522 mots
  •  • 1 média

Quand les trois fils de Kronos se partagèrent au sort l'empire de l'Univers, Hadès se vit attribuer le monde souterrain, le Tartare, ou les Enfers, et devint ainsi le « Seigneur des morts », tandis que Zeus recevait le ciel et Poséidon la mer. Celui que L'Iliade nomme le Zeus souterrain (IX, 457) fut, comme ses frères, avalé à sa naissance par Kronos, puis rejeté. Il prit part à la guerre contre […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Olivier CLÉMENT, Mircea ELIADE, « ENFERS ET PARADIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/enfers-et-paradis/