ENFERS ET PARADIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Angkor Vat: relief

Angkor Vat: relief
Crédits : H. Champollion/ AKG

photographie

Jérusalem céleste

Jérusalem céleste
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Le Jugement universel, J. Bosch

Le Jugement universel, J. Bosch
Crédits : Nimatallah/ AKG

photographie


L'autre monde selon Homère

Dans la Grèce ancienne, on croyait que les âmes des morts descendaient du tombeau dans l'Hadès, vaste caverne qui s'étendait à l'intérieur de la terre. Là régnaient les dieux de l'enfer. Au-delà de l'Océan, se trouvaient les îles Fortunées, où étaient miraculeusement transportés les héros. Homère décrit les ombres des morts plongées dans une torpeur à demi consciente : elles ne retrouvaient leurs forces et leur mémoire qu'en s'abreuvant du sang des victimes. À Rome également, l'enfer, l'Orcus, était imaginé comme une grotte obscure plongée dans les ténèbres. Quant aux Étrusques, leurs enfers souterrains étaient peuplés de démons terrifiants.

Toujours selon Homère, l'Hadès était arrosé par quatre fleuves, dont les eaux le séparaient du monde des vivants. Le vieux batelier, Charon, transportait les âmes des morts sur l'autre rive. Un chien monstrueux, Cerbère, gardait les portes de l'enfer. Il n'existait aucune distinction entre les coupables et les autres ; nulle récompense, ni punition. Et pourtant, même cette existence larvaire était préférable au sort de celui qui n'avait pas de funérailles. « Ensevelis-moi au plus vite, dit l'ombre de Patrocle à Achille, afin que je passe les portes de l'Hadès. Des âmes sont là qui m'écartent, m'éloignent, ombres des défunts. Elles m'interdisent de franchir le fleuve et de les rejoindre. » (Iliade, ch. XXIII, 71 et suiv.)

Mais au chant XI de L'Odyssée, dans un passage de date plus récente, on rencontre les premières allusions aux châtiments infligés dans l'Hadès. Il est vrai qu'il ne s'agit pas des pécheurs ordinaires, mais de trois personnages mythologiques qui avaient commis de graves offenses contre les dieux : Tityos, Tantale et Sisyphe. Ulysse aperçoit le premier, étendu sur le sol : deux vautours lui déchiraient le cœur. Tantale, consumé d'une soif ardente, était « debout dans un lac dont l'eau, plus limpide que le cristal, affleurait à son menton » ; mais, chaque fois qu'il se p [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ENFERS ET PARADIS  » est également traité dans :

ACHÉRON

  • Écrit par 
  • Barbara CASSIN
  •  • 189 mots

Dans la demeure d'Hadès, aux Enfers, coule l'Achéron ; par ses sonorités plus que par une stricte étymologie, il « coule » et « roule le deuil ». Circé et Homère ( Odyssée , X, 512 sqq.) y font confluer le Pyriphlégéton (le fleuve « brûlant de feu ») et le Cocyte (« gémissement ») où se déverse l'eau du Styx (le « Haineux »). C'est ce « lac marécageux » (Euripide, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acheron/#i_2638

ÂGE D'OR

  • Écrit par 
  • Marie-Rose MAYEUX
  •  • 866 mots

Moment mythique de l'humanité décrit comme étant celui de l'abondance dans une nature généreuse, où tout pousse sans travail, où les animaux domestiques et sauvages vivent en paix entre eux et avec les hommes, où la ronce distille le miel. Les Zéphirs soufflent alors une brise rafraîchissante ; la pluie et le soleil alternent si heureusement que la terre prodigue trois fois l'an ses meilleures pro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/age-d-or/#i_2638

AMIDA

  • Écrit par 
  • Vadime ELISSEEFF
  •  • 862 mots

Dans le chapitre « L'influence de l'amidisme »  : […] Comme le zen, l'amidisme eut une influence déterminante sur tous les arts qu'il teinta d'un sentiment nouveau de miséricorde et de gratitude envers le sauveur. Avec son paradis et ses enfers multiples, il offrait ample matière à des illustrations. Les plus connues sont les cortèges d'Amida ( raigo ), descendant du ciel escorté de gracieuses divinités pour accueillir les âmes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amida/#i_2638

CHARON

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 144 mots

Dans la mythologie grecque, fils de l'Érèbe et de la Nuit. Charon, le nocher des Enfers, avait pour tâche de faire traverser les marais de l'Achéron dans sa barque aux âmes des défunts qui avaient reçu une sépulture. En paiement, il prenait la pièce de monnaie placée dans la bouche des cadavres. Il lui était interdit de faire passer des vivants, et il fut enchaîné pendant toute une année pour avoi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charon/#i_2638

DANTE ALIGHIERI (1265-1321)

  • Écrit par 
  • Paul RENUCCI
  •  • 5 460 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un ordre arithmétique »  : […] Donner une image, même schématique, du monde de la Comédie est ici chose impossible. À peine peut-on esquisser l'ordre qui préside à la description des trois royaumes de la damnation, de la pénitence et de la béatitude. Les damnés se distribuent d'abord suivant la nomenclature grégorienne des péchés capitaux, mais, signe peut-être d'une interruption suivie d'un changement de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dante-alighieri/#i_2638

DÉMÉTER

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 828 mots
  •  • 1 média

Dans la mythologie grecque, Déméter est la fille des divinités Kronos et Rhéa, la sœur et l'épouse de Zeus (le père des dieux) ainsi que la déesse de l'agriculture. Déméter, dont Homère fait rarement mention, n'appartient pas au panthéon des dieux de l'Olympe, mais les origines de la légende qui l'entourent sont probablement anciennes. Ce récit est centré sur l'histoire de sa fille Perséphone, en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/demeter/#i_2638

ÉDEN

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 193 mots

Nom du lieu ( éden en hébreu) où, selon la Genèse ( ii , 8), Dieu installa l'homme après qu'il l'eut créé. En akkadien, edinu signifie plaine, et, en sumérien, edin est un terrain fertile ou irrigable. Il semble que, derrière cette dénomination locative, soit sous-jacente l'acception du mot en tant que no […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eden/#i_2638

ERESHKIGAL POÈME D'

  • Écrit par 
  • Daniel ARNAUD
  •  • 470 mots

Poème babylonien qui veut expliquer comment Nergal, à l'origine dieu du monde supérieur, est devenu le maître des Enfers, où ne régnait, jusque-là, dans l'austérité et le désespoir, qu'Ereshkigal (« la reine de la grande Terre », c'est-à-dire les Enfers). On en connaît trois manuscrits et deux versions, toutes rédigées en langue babylonienne. La première, la plus ancienne, provient de la bibliothè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poeme-d-ereshkigal/#i_2638

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 795 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le regret du Paradis »  : […] L'érotisme, c'est d'abord la liberté de la chair épanouie, un élan naïf, natif, paradis où le plaisir existe, non le péché. Dionysos se fait apollinien, Apollon dionysiaque. Minceur et vigueur des corps, franchise des yeux, comme dans le Parfum exotique de Baudelaire. Aspiration typique d'époque civilisée ? Sans doute ; mais il appartient au cinéma, instrument d'évasion par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erotisme/#i_2638

HADÈS

  • Écrit par 
  • Robert DAVREU
  •  • 522 mots
  •  • 1 média

Quand les trois fils de Kronos se partagèrent au sort l'empire de l'Univers, Hadès se vit attribuer le monde souterrain, le Tartare, ou les Enfers, et devint ainsi le « Seigneur des morts », tandis que Zeus recevait le ciel et Poséidon la mer. Celui que L'Iliade nomme le Zeus souterrain (IX, 457) fut, comme ses frères, avalé à sa naissance par Kronos, puis rejeté. Il prit p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hades/#i_2638

ISLAM (La religion musulmane) - Les fondements

  • Écrit par 
  • Jacques JOMIER
  •  • 12 611 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les fins dernières »  : […] Toute une partie du dogme musulman concerne les bouleversements de la fin du monde, la résurrection, le jugement, le ciel et l' enfer. Comme chez les millénaristes, la description du bonheur futur fait une grande place à des promesses matérielles, dont celle des femmes (houris) paradisiaques réservées aux élus. Cependant, le sommet de ce bonheur consistera à se savoir agréé de Dieu et à être heure […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-religion-musulmane-les-fondements/#i_2638

ITINÉRAIRE ou VOYAGE SPIRITUEL

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 092 mots
  •  • 1 média

Visite de l'au-delà dès ce monde et route vers l'au-delà dans ce monde répondent à la même démarche spirituelle. Dans toutes les grandes civilisations est attestée l'unité de ces deux fonctions mystiques du voyage chamanique du double et du cheminement initiatique. Ainsi, la littérature de l'ancien Orient a fait passer les errances pittoresques de l'épopée (Gilgamesh, Samson, Ulysse) à une intério […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/itineraire-voyage-spirituel/#i_2638

JARDINS - De l'Antiquité aux Lumières

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL, 
  • Maurice LEVY
  •  • 8 135 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'art des jardins avant Rome »  : […] L'existence des jardins suppose celle d'une agriculture déjà maîtresse de ses techniques, des hommes capables d'imposer à la nature une fécondité qui ne lui est pas toujours donnée. Il semble que le « jardin » soit né en Mésopotamie, plus de trois mille ans avant notre ère, lorsque l'acclimatation du palmier permit de ménager des zones de végétation. Là, il devenait possible de limiter l'évaporat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jardins-de-l-antiquite-aux-lumieres/#i_2638

LABYRINTHE

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 977 mots
  •  • 1 média

La constance du signe et de la représentation labyrinthiques à travers les âges et les civilisations n'est plus à démontrer. Reste néanmoins à ordonner les éléments de ce complexe mythique dont le foisonnement semble rebelle à toute explication. Grotte dont les méandres se dissimulent au regard, souterrain dont les stalactites barrent les issues, entailles inquiétantes et adorées de l'épouse-mère, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/labyrinthe/#i_2638

LÉTHÉ

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 69 mots

Appelé aussi parfois Oubli. Dans la mythologie grecque, fille d'Éris (Discorde). Léthé est aussi le nom d'un fleuve ou d'une plaine des Enfers. D'après l'orphisme, il existait une source de mémoire (Mnémosyne) et une source d'oubli (Léthé). Les deux sources se trouvaient près de Lébadée, sur le site de l'oracle de Trophonios, qui, croyait-on, était une des entrées des Enfers. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lethe/#i_2638

MAL

  • Écrit par 
  • Étienne BORNE
  •  • 5 218 mots

Dans le chapitre « La faute originelle »  : […] Le mythe pose, en un premier moment, un monde en dehors du monde et un temps avant le temps dans lequel se déroulent des existences bienheureuses à l'abri de la douleur, de la faute et de la mort, c'est-à-dire de toutes les formes du mal. Tout se passe comme si le refoulement du mal avait fait surgir un imaginaire espace divin ; puis, en un deuxième moment, se produit l'inévitable retour du refou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mal/#i_2638

NERGAL

  • Écrit par 
  • Daniel ARNAUD
  •  • 642 mots

Une des figures divines les plus importantes du panthéon babylonien. Nergal signifierait, en sumérien, « le maître de la Grande Ville », c'est-à-dire des Enfers. Même si l'on voit dans cette interprétation une étymologie seconde, cela montre pourtant bien le caractère essentiel du dieu. Sa ville sainte est Kutha, à 50 kilomètres au nord-est de Babylone : elle finit par désigner, dans la mythologie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nergal/#i_2638

OGYVIE ÎLE D'

  • Écrit par 
  • Marie-Rose MAYEUX
  •  • 724 mots

Déjà mentionnée dans Homère ( L'Odyssée , XV), l'île d'Ogyvie est le lieu où Plutarque (46 env.-120) place sa société idéale. Son traité De la face qui paraît sur la Lune , que l'on situe entre 75 et 83 à cause de la mention qu'il fait d'une éclipse solaire, est un dialogue entre savants, notamment sur les chances qu'a la Lune d'être habitée. Au cours du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ile-d-ogyvie/#i_2638

LE PARADIS PERDU, John Milton - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Line COTTEGNIES
  •  • 931 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'origine du mal »  : […] D'abord publiée en dix chants, avant d'être redivisée en douze, cette grande fresque épique en vers blancs se donnait pour but de « justifier devant les hommes les voies du Seigneur ». En mettant en scène deux épisodes cruciaux de la Bible, la rébellion de Satan, Ange déchu, et le péché originel d'Adam et Ève tentés par le serpent, Milton s'interroge sur l'origine du mal dans le monde. La progres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-paradis-perdu/#i_2638

PAUL APOCALYPSE DE

  • Écrit par 
  • Jean HADOT
  •  • 479 mots

On trouve dans les premiers siècles chrétiens plusieurs apocalypses attribuées à Paul. Épiphane ( Panarion , XXXVIII, ii ) signale une Ascension de Paul , dont il ne reste rien, mais qui pourrait être l' Apocalypse de Paul , conservée par le Codex V de la bibliothèque gnostique de Nag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apocalypse-de-paul/#i_2638

PIERRE APOCALYPSE DE

  • Écrit par 
  • Jean HADOT
  •  • 483 mots

La plus importante des Apocalypses apocryphes, l' Apocalypse de Pierre , a été regardée comme canonique par plusieurs Pères de l'Église ancienne, en particulier par Clément d'Alexandrie ainsi que dans le Canon de Muratori (Hippolyte ?). Eusèbe de Césarée, au iv e  siècle, puis Jérôme la rejetèrent. Le t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apocalypse-de-pierre/#i_2638

PLUTON, religion romaine

  • Écrit par 
  • Catherine SALLES
  •  • 290 mots

Un des surnoms d'Hadès, dieu grec des Enfers, Pluton (ou « le riche ») trouve son équivalent dans le dieu latin Dis Pater ( dives , « riche »). Il fut introduit officiellement à Rome par les Livres sibyllins en ~ 249, lors des difficultés de la première guerre punique : on prescrivit de lui dédier ainsi qu'à son épouse Proserpine (prononciation étrusque de Perséphone ?) les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pluton-religion-romaine/#i_2638

PROSERPINE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DUMONT
  •  • 289 mots

À Rome, le mythe grec de Coré (Perséphone), fille de Déméter, ravie et épousée par Hadès, séjournant six mois avec son époux aux Enfers, six mois avec sa mère sur terre, semble avoir introduit Perséphone par deux voies convergentes. Tantôt, elle apparaît comme épouse de Dis Pater (Pluton, Hadès) et reine des Enfers — peut-être par l'intermédiaire de l'Étrurie où, à partir du ~ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proserpine/#i_2638

RÉCIT DE VOYAGE

  • Écrit par 
  • Jean ROUDAUT
  •  • 7 143 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La ville »  : […] La première et fondamentale image du paradis, ce fut, certes, la Jérusalem céleste, dont les enluminures devaient nous entretenir. Mais la Jérusalem terrestre, qui est à son image, est fort décevante quand, au terme de longs voyages, les croisés y abordent. Il faut cependant que le paradis ait été terrestre. Et le bruit vient jusqu'à l'Occident d'un empire des essences où rien du réel périssable […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recit-de-voyage/#i_2638

STYX

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 128 mots

L'un des fleuves des Enfers dans la mythologie grecque. Le mot styx signifie littéralement « haïssable » et exprime l'horreur de la mort. Chez Homère, lorsque les dieux juraient par l'eau du Styx, ils s'engageaient d'une manière irrévocable ; si un dieu se parjurait, il restait privé de souffle pendant un an, puis il était banni de la société de ses semblables pendant neuf a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/styx/#i_2638

SURVIE

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 547 mots

Le terme de survie appartient, dès son attestation la plus ancienne, au domaine du droit et de la jurisprudence. On appelle gain de survie une disposition prévoyant que les avantages de l'un des conjoints passeront à celui qui lui survivra. Les biens matériels que, de facto, le défunt perd avec la vie se trouvent ainsi conservés en d'autres mains et laissent une trace qui, au-delà de la mort, perp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/survie/#i_2638

TARTARE, mythologie

  • Écrit par 
  • Robert DAVREU
  •  • 409 mots

Le mot grec Tartaros (ou, au pluriel, ta Tartara ) est sans doute, à l'origine, une onomatopée qui sert à marquer quelque chose d'effrayant ou de mauvais et qui est à rapprocher peut-être de Barbaros (« Barbare »). Par ce vocable, Homère et Hésiode s'accordent à qualifier un lieu qu'ils disent ténébreux : « Que mon ordre ne soit en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tartare-mythologie/#i_2638

VALHÖLL ou WALHALLA

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 424 mots

Pour la mythologie germano-nordique, il existe deux sortes de « morts », si l'on peut dire : ceux qui ont trépassé de façon « banale », normale, et ceux qui sont tombés, les armes à la main, sur le champ de bataille, parce qu'ils ont été choisis par les émissaires d'Óðinn, les Valkyries, pour grossir les rangs des champions ou einherjar appelés, au jour du Ragnarök, à combat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valholl-walhalla/#i_2638

ZOROASTRISME

  • Écrit par 
  • Jean de MENASCE
  •  • 5 869 mots

Dans le chapitre « Eschatologie »  : […] Dès les Gāthā, l'eschatologie comporte un passage discriminatoire, le pont Cinvat, aboutissant après la mort à un enfer ou à un paradis, séjour des bienheureux et d'Ahura Mazdāh lui-même. La résurrection est promise dans le nom même du sixième des Bénéfiques Immortels. Ameretatat, la non-mortalité par excellence. Deux notions, dont la première est à peine perceptible dans les Gāthā, enrichissent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zoroastrisme/#i_2638

Voir aussi

Pour citer l’article

Olivier CLÉMENT, Mircea ELIADE, « ENFERS ET PARADIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/enfers-et-paradis/