JACQUES APOCALYPSE DE

Le Codex V de la bibliothèque gnostique de Nag Hammadi conserve deux textes différents mais portant le même titre, deux « apocalypses » se référant à Jacques, dit « le Juste », le frère du Seigneur. La première est un dialogue entre le Seigneur et Jacques, à qui sont dévoilés des enseignements secrets (sur la souffrance, la Passion et la mort du Seigneur), des prophéties sur sa propre mort, ainsi que l'ascension de l'âme après la mort et divers thèmes judéo-chrétiens gnosticisés. La seconde relate une autre révélation faite à Jacques par le Christ ressuscité, ainsi que le martyre de Jacques. Cette mort est celle que nous connaissions déjà par les Mémoires d'Hégésippe (in Eusèbe, Hist. Eccl., II, xxiii) : Jacques est précipité du haut du pinacle du Temple, puis, après avoir été enterré jusqu'à la ceinture, lapidé. Il prononce avant de mourir une prière qui termine l'ouvrage : « Mon Dieu et mon Père, qui m'as sauvé de l'espoir mort, qui m'as gardé vivant [...], ne fais pas que les jours de ce monde me soient prolongés [...], sauve-moi de la mort [...] parce que ta grâce vit en moi ! Sauve-moi de la chair pécheresse [...] parce que tu es la vie de la Vie... »

—  Michel PEZIN

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Michel PEZIN, « JACQUES APOCALYPSE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/apocalypse-de-jacques/