CIRCÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

D'après la légende grecque, célèbre magicienne, fille d'Hélios, le dieu Soleil, et de l'océanide Perséis. Elle avait le dangereux pouvoir de transformer, par ses philtres et incantations, les êtres humains en chiens, en lions et en pourceaux. C'est ainsi qu'elle métamorphosa les compagnons d'Ulysse échoués sur son île. Mais Ulysse, protégé par le « moly », herbe qu'il avait reçue d'Hermès, contraignit Circé à rendre leur forme originale aux marins. La tradition gréco-latine situe son île au large de l'Italie, ou bien à l'emplacement du promontoire du mont Circé qui domine la côte des marais Pontins.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  CIRCÉ  » est également traité dans :

ODYSSÉE, Homère - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 1 128 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le retour d'Ulysse »  : […] L'œuvre s'ouvre sur quatre chants contant les aventures de Télémaque, parti à la recherche de son père. Télémaque rencontre Nestor, roi de Pylos, Ménélas, roi de Sparte, et recueille les récits du retour de Troie. Mais il ne parvient pas à retrouver son père. L'Odyssée proprement dite commence après cette « Télémachie ». Zeus ordonne à la nymphe Calypso de libérer Ulysse, qu'elle retient prisonn […] Lire la suite

JOYCE JAMES (1882-1941)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques MAYOUX
  •  • 7 702 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Finnegans Wake » »  : […] L'épisode de «   Circé » dépassait Ulysse  : ce n'est pas tel ou tel personnage mais un quartier infernal, la « ville de nuit » qui délire et fait passer devant nous une fantasmagorie de personnages grotesquement déformés qui entourent d'un cadre d'analogies grimaçantes les hallucinations des protagonistes. C'est dans le même esprit de dissolution de la personnalité que Joyce, en 1923, commence W […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIe s.

  • Écrit par 
  • Frank LESTRINGANT
  •  • 6 834 mots

Dans le chapitre « Maniérisme et baroque »  : […] Le baroque s’inscrit sous le signe de Circé, pour le goût des métamorphoses, la peinture d’un univers en mouvement, instable jusqu’au vertige, et sous le signe du paon, pour la recherche de l’ostentation. La parole baroque, magistrale, cherche à convaincre et se donne comme discours de vérité, alors que la parole maniériste veut seulement séduire, troubler, semer le doute. Le maniérisme est repr […] Lire la suite

Pour citer l’article

« CIRCÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/circe/