AMIDA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Amida est la forme sino-japonaise du sanskrit Amitayus (« la Vie éternelle ») et Amitābha (« la Lumière éternelle »). Le « bouddha » Amida est le moine Dharmakara qui, refusant la bouddhéité tant que l'humanité tout entière ne serait pas sauvée, s'est volontairement arrêté sur le chemin de l'illumination pour venir en aide à ses semblables. À l'inverse du développement des sectes ésotériques Tendai et Shingon, florissantes à l'époque de Heian (794-1192), la croyance en Amida et la vénération qu'on lui porte sont des phénomènes populaires, développés sur une grande échelle au Japon à l'époque de Kamakura (1185 ou 1192-1333).

L'expansion de l'amidisme

Amida était connu depuis longtemps en Inde, en Chine, au Tibet et même au Japon, depuis l'époque de Nara, où le célèbre voyageur Ennin avait rapporté de Chine la pratique de la méditation sur le nom d'Amida ; mais les impasses dans lesquelles finissaient par s'enliser la spéculation philosophique, les troubles tant physiques que moraux et le pessimisme né des guerres incessantes durant cette période créèrent un courant charitable et consolateur en faveur de l'existence d'un monde plus juste, où bons et méchants étaient traités selon leurs actes. La foi en Amida ouvrait la porte d'un paradis, le Gokuraku sekai (« Monde du suprême plaisir ») ou Jōdo (« Terre pure »), situé à l'Ouest, et d'où l'on accédait facilement à la bouddhéité. En revanche, les entrailles de la terre renfermaient un enfer où les méchants expiaient leurs forfaits. Exprimer sa foi consistait à répéter la formule sacrée Namu Amida Butsu (« Sauve-nous, Bouddha Amida »).

L'année 1052 – selon le comput chrétien – ayant été décrétée l'an I de la décadence générale, le bouddhisme connut alors un renouveau aux racines plus sentimentales qu'intellectuelles. Les optimistes, ceux qui pensaient avec une nuance d'individualisme que l'homme pouvait trouver en lui-même les ressources pour assurer son salut personnel, se livrèrent aux exercices de l'école connue en japonais sous le nom de zen (chan en chinois). On dit d'eux qu'ils ch [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : conservateur en chef du musée Guimet, directeur d'études à l'École pratique des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  AMIDA  » est également traité dans :

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme japonais

  • Écrit par 
  • Jean-Noël ROBERT
  •  • 13 527 mots

Dans le chapitre « Nouveautés et renaissances »  : […] Le bouddhisme restait cependant une religion monacale, aux dogmes abstrus, rédigés dans une langue à part, et aux pratiques longues et prenantes. Les trois principaux mouvements apparus à l' époque de Kamakura seront chacun à sa manière une simplification, une réponse plus aisée aux préoccupations religieuses non seulement du peuple et de la noblesse, mais aussi d'une grande partie des moines. Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-japonais/#i_8341

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 364 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « L'emprise des sectes »  : […] En 794, la capitale fut transférée à Heian-kyō (Kyōto) ; l'époque de Nara fit place à celle de Heian, qui allait se dérouler jusqu'à la fin du xii e  siècle. Sur le plan religieux, cette ère nouvelle est marquée par une évolution de l'attitude des Japonais vis-à-vis du bouddhisme. Jusqu'au viii e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-les-arts/#i_8341

JŌCHŌ (mort en 1057)

  • Écrit par 
  • Marie MATHELIN
  •  • 1 220 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un sculpteur national »  : […] Jōchō, dont la date de naissance est inconnue, se révèle en 1022. Il descendrait, à la cinquième génération, de l'empereur Kōkō (règne : 885-888) et ses aïeux auraient été gouverneurs des provinces du centre. Dans sa jeunesse, il est l'élève, peut-être même le fils adoptif, de Kōshō, prêtre-sculpteur à la fin du x e  siècle. Si aucune œuvre de Kōs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jocho/#i_8341

Voir aussi

Pour citer l’article

Vadime ELISSEEFF, « AMIDA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/amida/