HYMNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sans doute dérivé de la racine uph (« tisser »), le mot « hymne » peut désigner toute sorte de chant, avec la même extension qu'« ode » (tout ce que « chante » l'« aède »). Cependant, Platon, définissant les lois jadis respectées de la musique, caractérise les « hymnes » en les différenciant des « thrènes », des « péans », des « dithyrambes », des « nomes » : « Et une espèce de chant était alors prières aux dieux, auxquelles on donnait le nom d'hymnes » (Lois, 700 b). Les hymnes proprement dits sont donc les anciens chants religieux monodiques, le plus souvent en hexamètres dactyliques, autrefois entonnés par un chantre unique, dont les fonctions sont religieuses ; ils se caractérisent par l'invocation des dieux. Tels les hymnes orphiques, les hymnes homériques comme l'invocation d'Arès, les hymnes de libation et de sacrifice, plus tard l'hymne à Zeus du stoïcien Cléanthe ; ou, dans d'autres langues, les psaumes de David, et, tout près de nous, le Hölderlin de Germanie par exemple : « Les invoquer, eux, les Bienheureux [...] non... » Mais cette définition précise est, du fait de la poésie grecque en particulier, derechef immense : si le poète est bien un « enthousiaste » comme l'entend le Ion de Platon, son chant appartient aux dieux qui l'inspirent ; ainsi les épopées homériques ou la Théogonie d'Hésiode « dépendent » des dieux et s'ouvrent avec gratitude sur une invocation aux Muses qui chantent en personne le chant, hymnique par là même. Ainsi encore Pindare, où l'hymne pour les dieux et l'« éloge » pour les valeureux ne font qu'un, comme dans les Olympiques qui introduisent, après Stésichore, des formes (périodes inégales, épodes), et des rythmes plus variés. Il faudrait donc dire « hymnique » toute poésie dans son rapport au sacré, et « hymnes » les seules invocations aux dieux.

—  Barbara CASSIN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  HYMNE  » est également traité dans :

CALLIMAQUE (env. 310-env. 243 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Claude MEILLIER
  •  • 1 412 mots

Dans le chapitre « Le poète »  : […] De son aveu même, Callimaque affirma très jeune sa vocation poétique. Réagissant contre la décadence où sombrait la poésie, il s'efforça de renouveler la langue et la technique du vers. Son œuvre marque une étape dans l'évolution de l'hexamètre dactylique et de plusieurs genres, élégie et épigramme ; son style, à la fois savant et élégant, s'inspire des poètes archaïques, Hésiode et Pindare. Mais, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/callimaque/#i_39312

ÉLÉGIES ET HYMNES, Friedrich Hölderlin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Isabelle KALINOWSKI
  •  • 1 033 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une philosophie de l'Histoire »  : […] La période dite des « hymnes, odes et élégies » (1800-1803) est généralement considérée comme le sommet de la production poétique de Hölderlin. Elle rassemble des œuvres aussi importantes que Pain et vin , Retour , Le Rhin , Fête de paix , Patmos ou Souvenir . Les po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elegies-et-hymnes/#i_39312

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 20 051 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La religion, source globale d'inspiration »  : […] La religion vivifie toute la civilisation des âges sombres, mais surtout de l'époque archaïque, et se révèle la source primordiale d'inspiration. La littérature est profondément imprégnée par la religion, comme il apparaît déjà chez Homère, dont pourtant l'œuvre est surtout faite de récits : mais le monde des dieux leur sert constamment de toile de fond. En raison de leur succès incomparable, les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-la-religion-grecque/#i_39312

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 106 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « La poésie latine en Italie (XVe s.-début du XVIe s.) »  : […] À Naples, une sorte d'académie se réunit autour d'A. Beccadelli, dit le Panormite (1394-1471), auteur de l'inconvenant Hermaphrodite , puis de Pontano, fécond auteur de poèmes didactiques comme l' Urania (sur l'astrologie), d' hymnes chrétiens ou païens, d'églogues, d'un De tumulis , de poèmes d'amour aux mètres variés (notamment l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/renaissance/#i_39312

HÖLDERLIN FRIEDRICH (1770-1843)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre LEFEBVRE
  •  • 4 965 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « “La Mort d'Empédocle”, “Odes”, “Hymnes”, “Élégies” »  : […] Il est vraisemblable que cette “histoire” influença indirectement le développement de son unique projet dramatique “propre”, La Mort d'Empédocle  : tragédie politique de l'homme qui refuse le trône que lui offrent ses concitoyens, mais aussi tragédie de l'homme fasciné par l'engloutissement dans la mort et le retour à l'élémentaire. Hölderlin y travailla pendant son premier […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-holderlin/#i_39312

JAYADEVA (XIIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 264 mots

Brahmane bengali à qui est attribué, selon toute vraisemblance, l'un des plus beaux poèmes de la littérature sanskrite, le Gîta-Govinda (la « Célébration du bouvier Krishna »). Si l'on en croit les récits traditionnels, Jayadeva aurait vécu au xii e  siècle, d'abord dans le village de Kindavila (où, actuellement encore, on f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jayadeva/#i_39312

MARSEILLAISE LA

  • Écrit par 
  • Guillaume MAZEAU
  •  • 2 970 mots
  •  • 4 médias

Chant patriotique composé pendant la période révolutionnaire au moment où la France déclarait la guerre à l’Autriche (1792), L a   Marseillaise divisa les Français au xix e  siècle avant de devenir l’hymne national en 1879. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marseillaise-la/#i_39312

MUSIQUE SOUS L'OCCUPATION

  • Écrit par 
  • Myriam CHIMÈNES
  •  • 3 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une politique musicale »  : […] Instrumentalisée par les pouvoirs en place, la musique va se pourvoir d’une fonction politique à la fois pour les Français et pour les Allemands : les idéologues de la « Révolution nationale » inscrivent la musique dans leur programme, tandis que les occupants, soucieux du maintien de l’ordre, souhaitent éviter les troubles dans la population. La musique est mise à l’honneur par le régime de Vich […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-sous-l-occupation/#i_39312

PSAUMES

  • Écrit par 
  • Henri CAZELLES
  •  • 1 886 mots

Dans le chapitre « Les différents genres »  : […] Les pièces recueillies dans les différentes collections du livre bibliques sont extraordinairement variées. Les titres n'aident qu'exceptionnellement à discerner leurs genres, et beaucoup de psaumes relèvent à la fois d'un genre et d'un autre. La critique moderne a néanmoins beaucoup contribué à y voir plus clair (H. Gunkel). Distinguons en premier les hymnes (IX, XXIX, XXXII […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psaumes/#i_39312

Pour citer l’article

Barbara CASSIN, « HYMNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hymne/