SÉPULTURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La sépulture offre à l'ethnographe, à l'archéologue et à l'historien un excellent moyen d'approche pour l'étude des structures et des croyances d'une société ou d'une civilisation ; elle conserve souvent d'ailleurs la documentation la plus complète et la plus riche, parce que mieux dissimulée que les habitats et mieux protégée contre la destruction du temps, même si les tombes ont été à toute époque une proie convoitée par les pillards.

La forme et la structure des sépultures dépendent moins des rites funéraires que des formes de l'état social correspondant et des conceptions ou des croyances relatives à la vie future. Ce ne sont point les rites d'inhumation ou d'incinération qui déterminent en général la forme de la sépulture. L'incinération peut tout aussi bien accroître les dimensions de la tombe si le bûcher funéraire, comme dans les tombes princières de Chypre au Ier millénaire avant notre ère, est incorporé à la sépulture. Elle peut aussi en réduire le volume si seule une cavité est creusée dans le sol ou dans la roche pour déposer le vase contenant les cendres du défunt ; à l'inverse, les sépultures chrétiennes ont fourni, avec des rites identiques, des monuments très différents allant des catacombes romaines aux tombeaux fastueux d'époque médiévale. Toute forme de tombe, à chambre ou à tumulus, peut accueillir des rites différents, des inhumations ou des incinérations, parfois les deux à la fois, soit simultanées, soit successives.

Les structures sociales, au contraire, se reflètent avec exactitude dans l'aspect des sépultures. À toutes les époques et en tous lieux, du IVe millénaire avant notre ère jusqu'aux Temps modernes, et de l'Asie à l'Amérique du Sud, les hiérarchies sociales, les sociétés féodales, les structures royales ou princières, les groupes familiaux sont évoqués dans les sépultures royales ou princières, dans les tombes où la dépouille du prince est accompagnée d'une suite de parents ou de serviteurs, dans les nécropoles où se groupent les tombes tribales ou fami [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages



Médias de l’article

Mobilier funéraire, art égyptien, Moyen Empire

Mobilier funéraire, art égyptien, Moyen Empire
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Vases canopes

Vases canopes
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Urne cinéraire étrusque

Urne cinéraire étrusque
Crédits : Accademia Italiana, London, Bridgeman Images

photographie

Cratère du Dipylon, art grec

Cratère du Dipylon, art grec
Crédits : Index/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 11 médias de l'article





Écrit par :

Classification


Autres références

«  SÉPULTURE  » est également traité dans :

AFANAS'EVO

  • Écrit par 
  • Vadime ELISSEEFF
  •  • 456 mots
  •  • 1 média

Afanas'evo est le nom d'une sépulture qui a servi à désigner une civilisation . L'Afanas'ievskaja Gora, c'est-à-dire le mont Athanase, se trouve en Russie, au nord de Minoussinsk, près de Bateni, dans la région de Khakassie. La culture d'Afanas'evo est la plus ancienne civilisation d'éleveurs connue dans l'est de l' Asie centrale. Elle dura du III e  millénaire au début du II e , et s'étendait sur […] Lire la suite

AGUADA CULTURE

  • Écrit par 
  • Susana MONZON
  •  • 372 mots

Développée dans le nord-ouest de l'Argentine, dans la région qui s'étend depuis la vallée Calchaqui jusqu'au nord de la province de San Juan, la culture aguada se situe, chronologiquement, dans la période céramique moyenne, entre 650 et 850. L'économie aguada était basée sur l'agriculture qui utilisait probablement des techniques d'irrigation ; elle était complétée par l'élevage du lama. L'artisan […] Lire la suite

ALTAÏ TOMBES DE L'

  • Écrit par 
  • Vadime ELISSEEFF
  •  • 552 mots

L'expression « tombes de l'Altaï » est un vocable courant pour désigner les tombes à tumulus ou à kourganes du Haut-Altaï, témoins de la culture de Pasyryk du ~  v e au ~  ii e siècle et de celle de Shibe du ~  ii e siècle au ii e  siècle. La culture de Pasyryk est illustrée par le kourgane I de Pasyryk, fouillé en 1929 par M. P. Gryaznov, les kourganes II et III du même site et ceux de Tuekta, […] Lire la suite

AMARNA TELL EL-

  • Écrit par 
  • Alain-Pierre ZIVIE
  •  • 2 305 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La tombe royale et les sépultures des notables »  : […] On n'a retrouvé à Amarna qu'un nombre insignifiant de tombeaux quand on songe à la population qui habita cette ville et y mourut. C'est que, comme très souvent en Égypte, on ne s'est intéressé surtout qu'aux sépultures les plus importantes. Or, du fait qu'Akhetaton a été assez rapidement abandonné par ses habitants, et en premier lieu par ses notables qui n'avaient pas coupé tous les liens avec Th […] Lire la suite

ANTINOÉ

  • Écrit par 
  • Marie-Hélène RUTSCHOWSCAYA
  •  • 662 mots
  •  • 1 média

La ville d'Antinoé fut fondée par Hadrien en 132. Elle devint, à l'époque chrétienne , le siège d'un évêché dépendant de Thèbes, puis fut élevée au rang de métropole de la Thébaïde à partir de Dioclétien. Les ruines s'étendent sur la rive orientale du Nil en face de Rôda, à 290 kilomètres du Caire. La ville romaine est située dans la plaine derrière le village de Cheykh Abadeh. Sur les premiers co […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) - Archéologie du temps présent

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 4 856 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Archéologie des conflits et des charniers »  : […] Toutes ces études innovantes posent évidemment le problème de la définition de l'archéologie, mais aussi de ses limites chronologiques. Le débat a été posé très concrètement en France au début des années 1990 à propos de l'écrivain Alain-Fournier, l'auteur du Grand Meaulnes , mort au front au début de la Première Guerre mondiale, à l'occasion de la fouille de sa tombe qui avait été localisée dans […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE

  • Écrit par 
  • Luc BOURGEOIS
  •  • 4 879 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Espaces funéraires et édifices religieux »  : […] L’anthropologie physique, qui s’était fourvoyée dans des théories raciales au début du xx e  siècle, a connu une renaissance à partir des années 1980 sous la forme d’une « anthropologie de terrain », fortement influencée par les méthodes de la médecine légale, et d’une paléoanthropologie de laboratoire, qui s’ouvre sur un large spectre de thèmes (démographie, pathologie, épidémiologie, génétique, […] Lire la suite

ASIE DU SUD-EST (art et archéologie) - La formation des États indianisés

  • Écrit par 
  • Janice STARGARDT
  •  • 4 709 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les grandes villes pyues »  : […] Au premier rang se trouvent les résultats des recherches du Service archéologique birman. Des fouilles systématiques menées sur les sites de trois grandes villes pyues, Beikthano , Halin et Śrī Kṣetra, dont l'aire fortifiée est respectivement de 9, 6 et 9 kilomètres carrés, ont bien enrichi la documentation concernant les origines de la civilisation en Birmanie et ont permis de rapporter la chron […] Lire la suite

AU ROYAUME DES OMBRES. LA PEINTURE FUNÉRAIRE ANTIQUE (exposition)

  • Écrit par 
  • Mathilde MAHÉ
  •  • 958 mots

L'exposition qui s'est tenue au musée de Saint-Romain-en-Gal - Vienne, du 8 octobre 1998 au 30 janvier 1999 –  Au royaume des ombres, la peinture funéraire antique  – visait à faire comprendre, à partir de documents archéologiques et iconographiques, le sens que pouvait revêtir la mort pour les Anciens, et la place qu'occupaient les défunts, ces « ombres » de l'imaginaire antique, dans la société […] Lire la suite

CAHOKIA

  • Écrit par 
  • Éric TALADOIRE
  •  • 1 734 mots

Dans le chapitre « La cité de Cahokia »  : […] Le site de Cahokia a été largement préservé. Sa partie centrale se trouve dans un Parc national. Localisé dans la plaine inondable du bassin du Mississippi, le site connaît son apogée entre les xi e et xiv e  siècles de notre ère, durant la Mississippian Period. Occupé depuis 700, ce serait, vers l'an 1000, d'après les éléments actuellement disponibles, le plus grand site préhistorique des Éta […] Lire la suite

CATACOMBES

  • Écrit par 
  • Philippe PERGOLA
  •  • 2 046 mots

Dans le chapitre « Origine et nature des catacombes »  : […] Dans leur forme initiale, durant la première moitié du iii e  siècle après J.-C., les catacombes se présentent sous la forme d' hypogées formés d'un nombre limité de galeries (de quelques mètres à quelques dizaines de mètres). Elles sont alors aussi bien païennes que chrétiennes ou juives. Ces hypogées remplacent les sépultures en surface (mausolées et colombaires) à un moment où l'espace disponi […] Lire la suite

CÉNOTAPHE

  • Écrit par 
  • Alain DUVAL
  •  • 195 mots

Littéralement : tombeau vide (grec : kénotaphion ). En protohistoire, tombe ou tumulus sans inhumation ou incinération. Plus généralement, dans l'Antiquité, tout monument funéraire dans lequel ne repose pas le corps (ou les cendres) du défunt auquel il est consacré. On peut distinguer : la tombe proprement dite (lorsque l'ensevelissement effectif est impossible), le tombeau honoraire élevé dans un […] Lire la suite

CHAMPS D'URNES CIVILISATION DES

  • Écrit par 
  • Alain DUVAL
  •  • 578 mots

Définie par l'école archéologique allemande, la civilisation dite des « champs d'urnes » se caractérise par l'usage de la crémation et le dépôt des cendres du défunt dans des urnes rassemblées en de grandes nécropoles (d'où leur nom). Ce rite funéraire apparaît en Europe centrale à la fin de l'Âge du bronze moyen (soit au ~ xiii e  s.), se répand ensuite dans une partie de l'Europe occidentale et […] Lire la suite

LA CHAPELLE-AUX-SAINTS, site préhistorique

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOHEN
  •  • 311 mots

Le 8 août 1908, les trois frères Bouyssonie découvraient dans une petite grotte de Corrèze, connue depuis 1905, le squelette presque complet d'un Néandertalien. Les observations réalisées au cours des travaux de dégagement leur permettaient d'affirmer qu'il s'agissait d'une inhumation volontaire. Ils apportaient la preuve que les Néandertaliens, artisans du Moustérien, considérés alors comme une […] Lire la suite

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 356 mots
  •  • 41 médias

Dans le chapitre « Poteries et grès des premières dynasties »  : […] La céramique fait son apparition en Chine à la fin de l'époque néolithique, entre 5000 et 2000 environ avant J.-C. Outre une poterie grise d'usage, on y distingue : – a ) dans le bassin moyen du Huanghe et s'étendant ensuite au Gansu, la poterie rouge à ample décor peint de la culture de Yangshao – plusieurs villages, dont Banpo découvert en 1953 près de Xi'an au Shaanxi, font revivre cette cultur […] Lire la suite

COCHET JEAN BENOÎT DÉSIRÉ (1812-1875)

  • Écrit par 
  • Laurence FLAVIGNY
  •  • 1 069 mots

Archéologue normand, l'abbé Cochet s'est surtout attaché à l'étude des nécropoles datant d'une période comprise entre le ~ i er siècle et le xiii e siècle. Il est l'un des précurseurs de l'archéologie mérovingienne. Né à Sanvic, dans la banlieue du Havre, dans une famille modeste, Jean Benoît Désiré est remarqué pour son intelligence par un prêtre du Havre qui le fait entrer au séminaire. Ordonn […] Lire la suite

CONSERVATION DES ŒUVRES D'ART

  • Écrit par 
  • Germain BAZIN, 
  • Vincent POMARÈDE
  •  • 6 754 mots
  •  • 4 médias

« Le premier sentiment de l'homme fut celui de son existence, le second celui de sa conservation », déclarait Jean-Jacques Rousseau. Il est certain que les plus anciens témoignages que nous ait laissés l'humanité attestent le soin déployé de tout temps par l'homme pour conserver ses objets et ses outils. Un singe peut éventuellement se servir d'un bâton comme d'une arme, mais il le jette aussitôt […] Lire la suite

CORÉE - Arts

  • Écrit par 
  • Laurence DENÈS, 
  • Arnauld LE BRUSQ, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  •  • 11 402 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Sépultures »  : […] C'est à la vieille culture coréo-mandchoue que peut être attribué l'usage de l' ong -dol , chauffage au moyen d'une sorte d' hypocauste dont l'existence, attestée dès le Néolithique (habitat semi-souterrain au sud du fleuve Tumen), s'est perpétuée jusqu'à nos jours dans les yamen à la mode chinoise. L'architecture coréenne est surtout une architecture de pierre. Cette particularité, qui la disti […] Lire la suite

CYCLADES ART ET ARCHÉOLOGIE DES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude POURSAT, 
  • René TREUIL
  •  • 4 763 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Des origines au Cycladique ancien ( ?  - 1950 av. J.-C.) »  : […] L'absence de peuplement paléolithique s'explique très probablement par l'incapacité où se trouvent les populations du continent de franchir les distances qui les séparent des îles. L' obsidienne de Mélos apparaît pourtant à la fin de la période en Argolide, ce qui implique nécessairement la connaissance de la navigation : l'île elle-même, malgré cela, ne semble pas encore peuplée. C'est à Kythnos, […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

31 juillet 1996 • France • Arrestation des auteurs présumés de la profanation du cimetière de Carpentras.

d'instruction et de délocaliser le dossier. Les skinheads seront mis en examen les jours suivants pour – notamment – violation de sépulture et injures par emblème envers un groupe de personnes en raison de leur race, origine ou religion.  [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Roland MARTIN, « SÉPULTURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sepulture/