Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ENFANCE (Les connaissances) La petite enfance

« La psychanalyse des individus, écrivait S. Freud dans Moïse et le monothéisme (1938), nous apprend que les impressions les plus précoces, recueillies à une époque où l'enfant ne fait encore que balbutier, provoquent un jour, sans même resurgir dans le conscient, des effets obsédants. » Dans la continuité de cette intuition géniale, des psychanalystes qui ont consacré une grande part de leur activité au travail clinique avec les jeunes enfants se sont souciés de préciser la teneur de ces émotions infantiles, « plus intenses et inépuisables » que celles des adultes, et qui laissent une empreinte indélébile sur le psychisme. Différents modèles conceptuels de la vie psychique des nourrissons ont été proposés (Melanie Klein, 1932, 1959 ; Anna Freud, 1942, 1965 ; Donald W. Winnicott, 1935, 1963 ; Margaret Mahler, 1975). La reconnaissance de formes de dépression chez des bébés de moins de un an et de séquelles graves que peuvent laisser sur eux les carences de soins parentaux révélait l'importance de ceux-ci sur le développement (René A. Spitz, 1945, 1950 ; John Bowlby, 1951, 1959 ; Jenny Aubry, 1965). L'école culturaliste américaine étendit à l'ensemble de la société et de la culture le rôle de l'environnement sur le comportement maternant et sur les premières organisations psychiques du bébé. C'est alors que, dans les années soixante, le psychanalyste britannique John Bowlby, inspiré par les travaux des éthologistes (K. Lorenz, N. Tinbergen dès 1935 ; H. F. Harlow, 1958) et ceux du psychanalyste hongrois Imre Hermann (1943), montrait la nature primaire de l'attachement qui lie le nouveau-né à sa mère (1969) ; il s'agirait là d'un comportement inné, indépendant de l'évolution libidinale, dont la découverte entraîne une révision des notions généralement admises sur la genèse de la relation objectale. L'éthologie de l'enfant prit dès lors son essor en France avec les travaux de René Zazzo (1972, 1976) et de Hubert Montagner (1973), tandis qu'en Allemagne, avec Irenaus Eibl-Eibesfeldt (1972), la recherche s'engageait dans une perspective comparativiste. L'objectif était alors de retrouver, au-delà des variations culturelles, des schèmes comportementaux universels de l'espèce humaine, relevant d'une programmation innée. Durant la même période se développa aux États-Unis le « courant interactionniste », qui explorait les comportements de la mère et du bébé en milieu naturel (D. Stern, 1974) ou dans une situation aménagée (T. B. Brazelton, 1974). Des auteurs français contemporains estiment que l'interaction fantasmatique entre la mère et le bébé sous-tend l'expression des comportements (S. Lebovici et coll., 1983) et ils en étudient les conséquences psychopathologiques sur l'enfant (École psychosomatique de Paris, avec M. Fain, L. Kreisler, M. Soulé, dès les années soixante).

Les découvertes contemporaines sur la plasticité cérébrale viennent pleinement confirmer, dans le domaine de la neuropsychologie, l'importance attribuée par la psychanalyse aux expériences émotionnelles précoces, en révélant que le vécu peut modifier non seulement la physiologie, mais aussi l'anatomie cérébrale (M. Rosenzweig et coll., 1972 ; D. H. Hubel et T. N. Weisel, 1977 ; B. Will, 1977). Selon sa richesse ou au contraire sa pauvreté en stimulations relationnelles, l'environnement favorise ou entrave, chez le jeune enfant, le développement de « compétences » déjà présentes virtuellement chez lui à la naissance (T. B. Brazelton, 1961, 1971, 1981 ; T. G. R. Bower, 1977). On peut aisément imaginer les implications de telles découvertes dans le domaine de la thérapeutique et dans celui des apprentissages.

Il reste à espérer que la connaissance du psychisme enfantin ainsi renouvelée favorisera une meilleure[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur en médecine, docteur ès lettres et sciences humaines, professeur de psychologie clinique et anthropologique à l'université de Paris-IV-Sorbonne-René-Descartes

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Melanie Klein par Feliks Topolski - crédits : Feliks Topolski/ Hulton Archive/ Getty Images

Melanie Klein par Feliks Topolski

Jean Piaget - crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Jean Piaget

Autres références

  • FAMILLE - Le statut de l'enfant dans la famille contemporaine

    • Écrit par François de SINGLY
    • 4 307 mots
    • 1 média

    L'enfant a-t-il pris dans la famille, comme dans le reste de la société, une place qui ne serait pas la sienne ? À en croire le titre d'un ouvrage récent – L'Enfant chef de famille (2003) – de Daniel Marcelli, pédopsychiatre reconnu, on pourrait le craindre puisqu'il serait...

  • PETITE ENFANCE ET DÉBUTS DE LA PENSÉE

    • Écrit par Roger LÉCUYER
    • 1 352 mots

    En 1911, le médecin pédiatre René Cruchet affirmait qu’à la naissance l'enfant n'est qu'un réflexe. Il affirmait même qu'« il n'y a aucune différence de comportement entre un nouveau-né qui a un cerveau et un qui n'en a pas »…

  • AMNÉSIE

    • Écrit par Francis EUSTACHE
    • 1 108 mots

    Les amnésies constituent un terme générique qui s’applique à de multiples situations pathologiques : une maladie neurodégénérative, comme la maladie d’Alzheimer, un traumatisme crânien, les conséquences de lésions focales de diverses origines, comme une pathologie infectieuse, vasculaire, tumorale,...

  • ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

    • Écrit par Elisabeth ANGEL-PEREZ, Jacques DARRAS, Jean GATTÉGNO, Vanessa GUIGNERY, Christine JORDIS, Ann LECERCLE, Mario PRAZ
    • 28 170 mots
    • 30 médias
    La notion même de « littérature pour enfants » est une notion moderne. Il faut attendre le milieu du xviiie siècle pour voir un éditeur anglais se spécialiser dans les livres pour enfants, et le troisième tiers du xixe siècle pour voir les livres pour enfants commencer, sans d'ailleurs y parvenir...
  • ARIÈS PHILIPPE (1914-1984)

    • Écrit par Hervé KEMPF
    • 1 309 mots

    Philippe Ariès naît le 21 juillet 1914 à Blois (Loir-et-Cher). Ce lieu de naissance n'est qu'une étape dans la carrière de son père, ingénieur en électricité, qui va le conduire à Paris à partir de 1920. Mais le berceau de la famille est ailleurs : au xviiie siècle, les ancêtres...

  • CALENDRIER VACCINAL

    • Écrit par Gabriel GACHELIN
    • 2 597 mots
    • 1 média
    Le calendrier vaccinal français impose un bloc de onze vaccinations obligatoires au lieu de trois auparavant pour les sujets de la petite enfance. Ces vaccinations conditionnent l’entrée en collectivité des enfants nés à partir du 1er janvier 2018. Il s’agit des vaccinations contre la diphtérie...
  • Afficher les 57 références

Voir aussi