ARIÈS PHILIPPE (1914-1984)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Philippe Ariès naît le 21 juillet 1914 à Blois (Loir-et-Cher). Ce lieu de naissance n'est qu'une étape dans la carrière de son père, ingénieur en électricité, qui va le conduire à Paris à partir de 1920. Mais le berceau de la famille est ailleurs : au xviiie siècle, les ancêtres ont émigré du Comminges vers la Martinique, avec Bordeaux pour port d'attache. Peu avant 1900, les parents de Philippe sont revenus en France.

Cette famille, Philippe Ariès ne l'a jamais reniée ni oubliée ; il en a accepté les valeurs et s'en est servi comme terme de référence dans son explication du monde. Elle est catholique et royaliste : souvent avec passion, avec beaucoup de fidélité dans tous les cas. « Ils étaient politiquement réactionnaires, mais culturellement progressistes », dit-il dans Un historien du dimanche. Il en gardera une grande sensibilité aux innovations techniques comme aux idées nouvelles.

Une autre caractéristique de cette famille est d'être « large » : les quatre enfants Ariès ne sont pas restreints au dialogue avec leurs père et mère ; la vision du monde adulte leur est aussi transmise par une collection de tantes, grands-mères, grands-pères, oncles, servantes de famille... qui vivent à demeure ou que l'on retrouve pendant l'été en Gironde. Cette famille n'est pas un étouffoir, mais plutôt un moule protecteur à la durable influence. Dans Un historien du dimanche, la famille est abondamment décrite, l'école presque pas. D'ailleurs, Philippe Ariès est un élève turbulent. D'école en école, il aboutit chez les jésuites de Saint-Louis-de-Gonzague, puis au lycée Janson-de-Sailly. Il milite alors aux « Lycéens et collégiens d'Action française », au moment où ce parti maurrassien est dans sa plus grande force : « Cette activité politique intense a certainement joué un rôle beaucoup plus important dans ma formation que l'enseignement lui-même. » Il fait fréquemment l'école buissonnière : ses parents retirent cet élève peu attentif du lycée. Il passe son baccalauréat après avoir étudié seul. Il faut alors décider de l'avenir. Les mathématiques ? Trop austères. Il choisit l'histoire. C'est l'âge des amitiés électives : il se lie notamment avec Pierre Boutang, Raoul Girardet, et forme une petite bande unie par l'amitié et une commune vision du monde. Mais, par l'histoire, Philippe Ariès prend du champ par rapport à ses amis politiques. Il relève l'opposition entre l'histoire « capétienne » à la manière de Bainville et l'histoire universitaire « positiviste », qui tâche d'éviter l'interprétation. Plus avant, il découvre en filigrane l'histoire sociale, une histoire « sans État ». Ce cheminement le conduit à être de facto en opposition avec son milieu d'Action française, qu'il caractérise comme « nationaliste autoritaire » ; lui-même se définit comme « traditionaliste », sensible au « modèle anarchique et royal du xvie siècle ». Cela ne l'empêchera pas de participer à deux journaux animés par Pierre Boutang, Paroles françaises, au sortir de la guerre, et La Nation française, pendant la guerre d'Algérie.

Mais l'action politique n'est pas pour lui l'essentiel. 1940 – et une mobilisation qui n'est qu'une retraite sans combat – fait rupture : « Je commençais à deviner que la politique recouvrait l'histoire d'une pellicule qui la masquait. » Il retrouve Paris, et les études. Il échoue pour la deuxième fois à l'oral de l'agrégation ; il ne fera donc pas carrière dans l'Université. En 1943, il entre à l'Institut de recherche coloniale (devenu aujourd'hui Institut de recherches sur les fruits et agrumes) comme chef du service de documentation. Il y restera jusqu'en 1979, en y appliquant son sens de l'innovation : il est un des premiers en France à utiliser le microfilm (1956) et l'informatique (1965) dans la documentation.

Avec la découverte de la démographie (« un coup de foudre »), Philippe Ariès possède tous les éléments de sa science. Il s'attaque à une Histoire des populations françaises et de leurs attitudes devant la vie depuis le XVIIIe siècle dans laquelle il analyse les mouvements démographiques de l'époque moderne et démontre qu'ils relèvent plus de la culture, attitudes devant la vie et modes de relations sociales, que de l'économie. Il tente de déceler comment la civilisation s'adapte au changement et comment celui-ci s'opère dans les mœurs et les mentalités avant d'entrer dans les institutions. L'Enfant et la vie familiale sous l'Ancien Régime, paru en 1960, est plus percutant. Il y décrit l'évolution du sentiment de l'enfance. Au Moyen Âge, l'enfant n'était guère distingué en tant que tel : passées les premières années, il entrait directement dans la société des adultes. À travers l'iconographie, Philippe Ariès montre comment l'enfant est progressivement isolé par la scolarisation, organisée au xviie siècle. Par le même processus, la famille se resserre : les formes de sociabilité collective s'estompent, l'enfant devient le centre d'une famille qui s'est rétrécie aux seuls parents et enfants. L'historien peut alors relever comment s'affirme le sentiment d'affection à l'égard de l'enfant : la société est devenue privée. Le livre connaît un succès public durable. Mais l'Université reste réticente. C'est que la méthode de Philippe Ariès s'oppose à toutes les rigidités académiques : son approche n'est pas socio-économique, elle ne se limite pas à un groupe ni à une région, sa documentation n'est pas exhaustive, elle cherche le « témoin » plus que la série.

Mais il est de ceux qui ouvrent la voie à l'histoire des mentalités, revenant à l'inspiration première de l'école des Annales. Directeur de collection chez Plon, il édite l'Histoire de la folie de Michel Foucault, qui confirme avec force l'idée du « grand enfermement » du xviie siècle. Mai-68 arrive et emporte les dernières résistances à l'encontre de ceux qui, comme Ariès, considèrent que les représentations du monde ont autant d'importance historique que les conditions matérielles de la vie.

Philippe Ariès est d'ailleurs passé à une autre étude : comment l'Occident s'est-il représenté la mort ? Un travail de longue haleine qui conduit à la publication en 1977 de L'Homme devant la mort. Autrefois, la mort était familière, ritualisée ; elle appartenait à l'ordre de la nature et faisait partie des événements courants de la vie sociale. Progressivement, elle change : individualisée, elle n'est plus un rite collectif ; exaltée et dramatisée, elle devient une rupture. Au xxe siècle, l'évolution se précipite : on dissimule la mort, on en réduit les rites, on feint de vivre sans en être affecté. La mort est devenue antisociale, elle est inconvenante : ce phénomène, Philippe Ariès le nomme « la mort inversée ».

Ce travail le consacre comme un « véritable » historien. En 1977, il devient directeur d'études à l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ARIÈS PHILIPPE (1914-1984)  » est également traité dans :

L'ENFANT ET LA VIE FAMILIALE SOUS L'ANCIEN RÉGIME, Philippe Ariès - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 206 mots

Avec cet ouvrage paru en 1960, Philippe Ariès (1914-1984) poursuit de façon novatrice un programme de recherches qui, initié dès 1948 avec son Histoire des populations, s'achèvera sur les monumentaux travaux consacrés à la mort (Essais sur l'histoire de la mort en Occident du Moyen Âge à nos jours, en 1975 ; […] Lire la suite

ENFANCE (Les connaissances) - Approche historique de l'enfance

  • Écrit par 
  • Marie-France MOREL
  •  • 5 886 mots

C'est à partir de 1960, avec la publication du livre pionnier de Philippe Ariès, L'Enfant et la vie familiale sous l'Ancien Régime , que l'enfance devient véritablement objet d'histoire. Depuis lors, ses progrès ont été stimulés par les recherches contemporaines consacrées à l'enfant et à la famille. Les avancées actuelles des diverses sciences humaines qui travaillent sur ce thème débouchent sou […] Lire la suite

FLANDRIN JEAN-LOUIS (1931-2001)

  • Écrit par 
  • André BURGUIÈRE
  •  • 876 mots

Jean-Louis Flandrin s'est imposé, dans la droite ligne de l'histoire de la sensibilité préconisée par Lucien Febvre, comme l'un des historiens français de son temps les plus originaux et les plus reconnus à l'étranger. Parti, au début des années 1960, de l'étude du langage de l'amour et du plaisir au xvi e  siècle, Jean-Louis Flandrin a vite élargi ses recherches à une histoire de l'amour et de la […] Lire la suite

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Sources et méthodes de l'histoire

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 6 221 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Relecture des sources et diversité des interprétations »  : […] L'évolution de la critique des sources se transforme parfois en une nouvelle forme d'histoire. La codicologie par exemple, discipline à la terminologie ignorée avant les années 1940, étudie les techniques de fabrication et les divers accidents qui ont pu affecter les codex médiévaux. Qu'elle soit quantitative ou qualitative, l'étude se fait dans une perspective d'histoire culturelle puisqu'elle r […] Lire la suite

MENTALITÉS, histoire

  • Écrit par 
  • André BURGUIÈRE
  •  • 2 014 mots

Dans le chapitre « Enfermer l'histoire dans l'univers mental ? »  : […] Michel Foucault a séduit les historiens non pour sa conception historiciste des structures de la pensée mais pour son assimilation des enjeux du savoir à des enjeux de pouvoir. Tout énoncé instaure un rapport d'autorité et le système social peut se déduire des termes par lesquels une collectivité s'accorde sur les fondements du vrai. Philippe Ariès le rejoint dans cette approche globalisante des […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hervé KEMPF, « ARIÈS PHILIPPE - (1914-1984) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-aries/