Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ENFANCE (Les connaissances) La petite enfance

Le psychisme postnatal

Schématiquement, les deux années qui suivent la naissance sont marquées, la première, par le processus de personnalisation, la suivante, par l'émergence de la communication verbale. Le psychisme, durant cette période, se développe à un rythme très rapide, de même que l'organisme. Le poids du cerveau du bébé passe d'environ 340 grammes à la naissance à 1 150 grammes à l'âge de deux ans (pour atteindre 1 400 grammes à vingt ans). Si l'équipement en neurones (environ 10 milliards) est fixé à la naissance, le câblage cérébral se poursuit bien au-delà, surtout durant les deux premières années, au fur et à mesure des progrès de la myélinisation (N. Baumann et coll., I.N.S.E.R.M.). Chaque neurone peut avoir jusqu'à 100 000 contacts avec les neurones voisins. Le cervelet, qui à la naissance n'est qu'une ébauche, achève sa croissance au douzième mois. Des travaux neurochimiques ont montré que le cerveau est particulièrement vulnérable à la malnutrition durant cette période (Elie A. Shneour, 1975), comme d'ailleurs pendant la vie intra-utérine. Cependant, la croissance ne dépend pas seulement des déterminismes génétiques et biophysiologiques. Pour une grande part, elle est soumise, durant les deux premières années, à l'influence des stimulations émanant de l'environnement, comme en témoignent les études, évoquées plus haut, sur la plasticité du système nerveux. Mais, pour que ces stimulations soient appropriées et bénéfiques, il faut qu'elles surviennent au milieu de relations qui nourrissent l'affectivité de l'enfant. On ne peut concevoir, en effet, les acquisitions cognitives initiales comme séparées de la vie émotionnelle, d'autant moins que ces deux aspects du psychisme sont inséparables du vécu corporel.

Aussi est-il préférable d'envisager celui-là selon une perspective unitaire et d'abandonner la tripartition classique qui distingue : le développement psychomoteur conçu selon le modèle béhavioriste d'Arnold Gesell ; les étapes du développement cognitif délimitées par la psychologie génétique de Jean Piaget ; les stades du développement libidinal et affectif déterminés à partir de la théorie psychanalytique de l'étayage pulsionnel. « Cette chose qu'on appelle nourrisson n'existe pas », s'écriait le pédiatre et psychanalyste D. W.  Winnicott 1940, voulant souligner ainsi l'unité fondamentale qui lie le bébé et sa mère, avant que le premier ne passe de l'initiale dépendance totale (Hilflosigkeit) à l'indépendance relative de la fin de la deuxième année. La complémentarité relationnelle et le système de communication circulaire qui s'installent entre le nourrisson et sa mère ont été décrits par R. A. Spitz, à partir des années cinquante, sous le nom de « dyade », terme déjà utilisé en 1908 par le sociologue G. Simmel. Depuis lors, des études inspirées, séparément ou conjointement, par les méthodes de la psychologie expérimentale et de la psychanalyse ont mis en évidence des « patterns » d'interactions spécifiques entre mères et bébés (Myriam David, 1966), ainsi que l'existence de cycles interrelationnels. Par exemple, grâce à l'enregistrement simultané, par l'image et par le son, de séquences de communication entre des mères et des nourrissons, on a remarqué que le taux d'activité de ceux-ci variait de manière synchrone avec le rythme des paroles de leurs mères (W. S. Condon et L. W. Sander, 1974). Daniel Stern, aux États-Unis, en utilisant l'observation directe, ainsi que des films réalisés au domicile familial, a développé la notion de « concordance » affective (attunement) entre la mère et le bébé.

Les recherches sur la communication au sein de la dyade tendent donc à prouver que la nourrisson[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur en médecine, docteur ès lettres et sciences humaines, professeur de psychologie clinique et anthropologique à l'université de Paris-IV-Sorbonne-René-Descartes

Classification

Pour citer cet article

Hélène STORK. ENFANCE (Les connaissances) - La petite enfance [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Melanie Klein par Feliks Topolski - crédits : Feliks Topolski/ Hulton Archive/ Getty Images

Melanie Klein par Feliks Topolski

Jean Piaget - crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Jean Piaget

Autres références

  • FAMILLE - Le statut de l'enfant dans la famille contemporaine

    • Écrit par François de SINGLY
    • 4 307 mots
    • 1 média

    L'enfant a-t-il pris dans la famille, comme dans le reste de la société, une place qui ne serait pas la sienne ? À en croire le titre d'un ouvrage récent – L'Enfant chef de famille (2003) – de Daniel Marcelli, pédopsychiatre reconnu, on pourrait le craindre puisqu'il serait...

  • PETITE ENFANCE ET DÉBUTS DE LA PENSÉE

    • Écrit par Roger LÉCUYER
    • 1 352 mots

    En 1911, le médecin pédiatre René Cruchet affirmait qu’à la naissance l'enfant n'est qu'un réflexe. Il affirmait même qu'« il n'y a aucune différence de comportement entre un nouveau-né qui a un cerveau et un qui n'en a pas »…

  • AMNÉSIE

    • Écrit par Francis EUSTACHE
    • 1 108 mots

    Les amnésies constituent un terme générique qui s’applique à de multiples situations pathologiques : une maladie neurodégénérative, comme la maladie d’Alzheimer, un traumatisme crânien, les conséquences de lésions focales de diverses origines, comme une pathologie infectieuse, vasculaire, tumorale,...

  • ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

    • Écrit par Elisabeth ANGEL-PEREZ, Jacques DARRAS, Jean GATTÉGNO, Vanessa GUIGNERY, Christine JORDIS, Ann LECERCLE, Mario PRAZ
    • 28 170 mots
    • 30 médias
    La notion même de « littérature pour enfants » est une notion moderne. Il faut attendre le milieu du xviiie siècle pour voir un éditeur anglais se spécialiser dans les livres pour enfants, et le troisième tiers du xixe siècle pour voir les livres pour enfants commencer, sans d'ailleurs y parvenir...
  • ARIÈS PHILIPPE (1914-1984)

    • Écrit par Hervé KEMPF
    • 1 309 mots

    Philippe Ariès naît le 21 juillet 1914 à Blois (Loir-et-Cher). Ce lieu de naissance n'est qu'une étape dans la carrière de son père, ingénieur en électricité, qui va le conduire à Paris à partir de 1920. Mais le berceau de la famille est ailleurs : au xviiie siècle, les ancêtres...

  • CALENDRIER VACCINAL

    • Écrit par Gabriel GACHELIN
    • 2 597 mots
    • 1 média
    Le calendrier vaccinal français impose un bloc de onze vaccinations obligatoires au lieu de trois auparavant pour les sujets de la petite enfance. Ces vaccinations conditionnent l’entrée en collectivité des enfants nés à partir du 1er janvier 2018. Il s’agit des vaccinations contre la diphtérie...
  • Afficher les 57 références

Voir aussi