SELDJOUKIDES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le nom de Seldjoukides (ou Saldjuqides) désigne les membres d'une tribu d'origine turque appartenant à la branche des Oghouz qui, prenant le relais des Ghaznévides, a émigré du Turkestan vers le Proche-Orient et a établi son pouvoir sur l'Iran, l'Irak et l'Asie Mineure du milieu du xie siècle à la fin du xiiie. C'est la première grande dynastie turque dans l'Orient méditerranéen, et son influence dans les domaines politique, religieux et artistique a été considérable ; elle est enfin à l'origine du peuplement turc de l'Asie Mineure et a ouvert la voie aux Ottomans.

1000 à 1100. Seldjoukides

1000 à 1100. Seldjoukides

Vidéo

Empire seldjoukide de l'Anatolie à l'Asie centrale. Les Fatimides contrôlent l'Égypte et la mer Rouge.L'Occident chrétien se renforce au XIe siècle. Les Vikings cessent leurs raids pour fonder des principautés puissantes à l'image de l'État anglo-normand.Le renouveau religieux se traduit... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Apparition des Seldjoukides

Le premier chef connu de cette tribu, Dokak, est mentionné dans la seconde moitié du xe siècle dans la région de la mer d'Aral ; mais c'est son fils, Seldjouk, qui est le premier grand personnage historique. Vers la fin du xe siècle, les Seldjoukides, alors installés sur la rive gauche du Syr-Darya, émigrèrent vers l'ouest par suite de difficultés avec les Oghouz et gagnèrent la Transoxiane, puis la région de Boukhara : ils se trouvèrent alors en contact avec d'autres tribus déjà islamisées et à leur tour se convertirent à l'islam ; peut-être ont-ils à cette époque créé un petit État indépendant dont l'organisation était copiée sur celle des Oghouz. Seldjouk épousa la fille d'un chef turcoman, dont il eut quatre fils ; l'aîné, Mikā'il, mourut dans un combat et ses deux propres fils, Tchaghri beg et Toughroul beg, furent élevés par leur grand-père. Arslan, autre fils de Seldjouk, succéda à celui-ci : il s'opposa aux Karakhanides, puis finit par s'allier avec eux, créant une sorte d'État fédéral (début du xie siècle). Il semble qu'alors Tchaghri beg et Toughroul beg aient commencé à jouer un rôle important chez les Seldjoukides ; le premier, notamment, mit à son actif une expédition qui le conduisit jusqu'aux frontières orientales de l'Asie Mineure. Mais surtout les deux frères s'en prirent aux Karakhanides et plus encore aux Ghaznévides après la mort du sultan Mahmo [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages



Médias de l’article

1000 à 1100. Seldjoukides

1000 à 1100. Seldjoukides
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

1100 à 1200. Croisades et Khwarazm

1100 à 1200. Croisades et Khwarazm
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo





Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Provence-Aix-Marseille-I

Classification


Autres références

«  SELDJOUKIDES ou SALDJUQIDES ou SELDJOUQIDES  » est également traité dans :

SELDJOUKIDES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 328 mots

Fin du xe siècle Seldjouk, chef éponyme de la tribu, est contraint d'émigrer des rives du Syr-Daria vers la Transoxiane et Boukhara. Islamisation des Seldjoukides.1035 Premier […] Lire la suite

ABBASSIDES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 429 mots

750 Une révolution soutenue par les clients persans de l'empire et par les Alides renverse la dynastie omeyyade de Damas et donne le pouvoir à al-Saffāh, descendant d'al-‘Abbās, oncle de Mahomet : début de la dynastie abbasside. 762 Création d'une nouvelle capitale, la ville Ronde de Madīnat al-Salām (« ville du salut »), aussi appelée Bagdad. 786-809 Règne du célèbre Hārūn al-Rashīd, héros lé […] Lire la suite

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 325 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La domination turque »  : […] Avec la disparition des Samanides, le pouvoir passa de nouveau aux mains des Turcs, venus des steppes du Nord en quête de pâturages. Leur modèle s'imposa encore une fois, mais heureusement la destruction, au moins en Afghanistan, resta limitée. Car les nouveaux conquérants, qui avant d'arriver au pouvoir avaient passé quelque temps au service des Samanides, avaient non seulement adhéré à l'islam, […] Lire la suite

ALP ARSLAN (1030 env.-1072) sultan seldjoukide (1063-1072)

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 327 mots

Après avoir montré ses qualités militaires dans des campagnes victorieuses en Afghanistan et en Iran, Alp Arslan succède vers 1060 à son père Tchaghri Beg au Khorassan, puis en 1063 à son oncle Toghroul Beg en Iran et en Irak. Ayant réussi à éliminer ses oncles et cousins, reconnu comme sultan par le calife abbasside al-Qā'im, il est avant tout l'artisan de la progression turque vers l'ouest, s'at […] Lire la suite

ATABEG ou ATABEK

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 234 mots

Titre turc, composé des mots ata , « père », et beg , « seigneur », qui apparaît pour la première fois chez les Saldjūqides, porté par le vizir Niẓām al-Mulk : il correspond à une sorte de délégation à un haut personnage de l'autorité paternelle auprès d'un jeune prince ou même d'un jeune souverain saldjūqide. Par la suite, ce titre est conféré à des militaires exclusivement turcs, et la présence […] Lire la suite

BOUYIDES ou BUYIDES LES (935-1055)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 654 mots

La plus puissante des dynasties qui aient gouverné l'Irān islamisé avant la conquête des Turcs saldjūqides au xi e siècle. Elle tient son nom de Buwayh (ou Būyeh), le père des trois frères fondateurs, ‘Alī, al-Ḥasan et Aḥmad. Ces chefs de guerre, d'origine modeste, sont des montagnards du Daylam (au sud-ouest de la mer Caspienne), qui s'engagent alors massivement dans les armées musulmanes. Ils f […] Lire la suite

CALIFAT FATIMIDE DU CAIRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 339 mots

969 Djawhar conquiert l'Égypte pour le compte d'al-Mu‘izz, calife fatimide de Kairouan. Il fonde al-Qāhira (« la Victorieuse », Le Caire). 972 La Grande Mosquée d'al-Azhar, au Caire, est achevée. 973 Arrivée du calife et installation dans la nouvelle ville palatiale du Caire. 1001 Pour la première fois depuis leur installation en Égypte, les Fatimides signent une trêve avec les Byzantins. 1009 […] Lire la suite

CROISADES

  • Écrit par 
  • Jean RICHARD
  • , Universalis
  •  • 8 148 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les origines de l'idée de croisade »  : […] Il est possible que les circonstances économiques (on a parlé de la surpopulation de l'Occident), politiques ou psychologiques aient contribué au déclenchement des croisades. Mais, depuis le ix e  siècle, la défense des chrétiens menacés par les infidèles était considérée comme une œuvre salutaire : le pape Jean VIII avait accordé l'absolution aux guerriers qui mouraient en défendant les chrétiens […] Lire la suite

DANICHMENDIDES

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 656 mots

Tribu turcomane, les Danichmendides ont établi leur autorité sur l'Asie Mineure centre-orientale durant un siècle, de 1080 à 1180 environ. Leur fondateur et éponyme, l'émir Malik Danichmend, apparaît en Cappadoce vers 1080-1085 ; il a été mêlé aux événements dus au passage de la Première Croisade en Asie Mineure, mais dans l'ensemble sa biographie est mal connue ; elle a été l'objet de récits et d […] Lire la suite

ÉGYPTE - L'Égypte arabe

  • Écrit par 
  • Gaston WIET
  •  • 8 895 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le califat de Mustansir »  : […] On arrive ainsi au plus long règne du califat fatimide, et même de toute l'histoire de l'islam, celui de Mustansir (1036-1094). Il offre une série de contrastes frappants . C'est d'abord l'antithèse de la misère et du luxe : la famine dite de Mustansir rappelle par sa durée et son intensité les vaches maigres du songe de Joseph, mais le palais califien renferme des trésors fabuleux. L'instabilité […] Lire la suite

GHAZĀLĪ AL- (1058-1111)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 3 442 mots

Dans le chapitre « Le mystère de Ghazālī »  : […] Abū Ḥāmid Muḥammad al-Tūsī b. Muḥammad al-Ghazālī (ou Ghazzālī) naquit en 450/1058 à Tūs dans l'est de l'Iran ; il y mourut en 505/1111. Il fit ses études à Nīshāpūr, ville où le premier prince saldjuqide Tughril avait établi sa résidence en 1037. Il y fut distingué par Djuwaynī, dit Imām al-Haramayn, l'un des grands théologiens de l'école ash‘arite. À cette époque, les ash‘arites, principaux rep […] Lire la suite

GHAZNÉVIDES LES (977-1186)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 821 mots

Répandue depuis le milieu du ix e  siècle surtout à Bagdad, siège du califat, la coutume d'utiliser des régiments d'esclaves turcs ( gholām ) fut adoptée par les Samanides qui espéraient ainsi contrebalancer la puissance militaire de leurs seigneurs ruraux ( dehqān ) iraniens. Ce calcul se révéla faux ; à la mort de l'émir samanide Abd al-Malek en 961, le gholām turc Alp-tegin, commandant des for […] Lire la suite

GRÈCE - De la Grèce byzantine à la Grèce contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean CATSIAPIS, 
  • Dimitri KITSIKIS, 
  • Nicolas SVORONOS
  •  • 21 419 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les rapports avec les Turcs »  : […] Les Grecs connaissaient bien leur voisins turcs, depuis qu'au xi e  siècle ces derniers avaient conquis l'Asie Mineure. En 1081, l'année où Robert Guiscard, depuis l'Italie, attaqua l'Illyrie, l'empereur byzantin signa un accord avec le premier souverain des Turcs selçukides de Rum, Süleyman, qui venait de s'emparer de Nicée ; il lui reconnut le droit de faire de cette ville, située à cent kilo […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - De Mahomet à la fin de l'Empire ottoman

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 10 444 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le tournant du XIe siècle »  : […] La voie ouverte par les Turcs ghaznévides est bientôt suivie, au Khorasan et en Iran central, par d'autres tribus turques d'Asie centrale qui font leur entrée dans le monde musulman, se mettent au service de différents souverains et émirs et, le cas échéant, prennent le pouvoir ou imposent leur autorité : tel est le cas des Turcs seldjoukides qui, après avoir défait et rejeté vers l'est les Ghazn […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - L'art et l'architecture

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 16 017 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Les Saldjoukides (XIe et XIIe s.) »  : […] En tant qu'esclaves militaires, les Turcs firent tôt leur apparition dans l'empire arabo-islamique. Les premiers États turco-islamiques ne se constituèrent cependant qu'à partir de la fin du x e  siècle (ce sont essentiellement les Qarakhanides, les Ghaznévides et, plus tard, les Saldjoukides). Les Saldjoukides, sunnites, s'installèrent à Bagdad en 1055 et établirent un vaste État strictement org […] Lire la suite

ISPAHAN

  • Écrit par 
  • Jean AUBIN, 
  • Universalis
  •  • 2 727 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'époque seldjoukide »  : […] Dans les premiers siècles de l'Islam, Ispahan connut la vie économique et intellectuelle brillante d'une métropole régionale, mais sans se distinguer d'autres centres provinciaux de l'empire des califes. Avec la résurgence des particularismes locaux qui, au x e  siècle, affaiblissent l'autorité de ceux-ci, commencent ses vicissitudes et ses chances. Elle devient un enjeu de la compétition pour le […] Lire la suite

KARAMANIDES

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 1 164 mots

D'origine turcomane, la dynastie des Karamanides gouverna l'Anatolie centrale, de Konya à Nigdè et au Taurus cilicien, du début du xiv e siècle à la fin du xv e siècle et constitua le plus important rival de la dynastie ottomane. Venue probablement d'Asie centrale à la suite des Seldjoukides ou chassée vers l'ouest par les troupes de Gengis Khan au début du xiii e siècle, cette tribu s'est inst […] Lire la suite

KAYKĀ'OUS Ier (mort en 1221)

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 289 mots

Successeur de son père Kaykhosraw I er , ‘Izz al-din Kaykā'ous fut sultan seldjoukide d'Asie Mineure (ou de Roum) de 1211 à 1220. Il dut affronter la rivalité de ses frères qui, vaincus, se soumirent et n'opposèrent plus de résistance. Il s'attacha ensuite à établir de bons rapports avec Théodore Lascaris, empereur byzantin de Nicée, avec les souverains d'Erzindjan et d'Erzouroum, ses voisins orie […] Lire la suite

KAYKHOSRAW Ier ou KEYHÜSREV (mort en 1211)

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 424 mots

Fils du sultan Kilidj-Arslan II et d'une mère chrétienne, Ghiyath al-din Kaykhosraw reçut de son père, qui avait partagé l'État seldjoukide entre ses onze fils, le territoire de Sozopolis (Uluborlu), à la frontière de l'Empire byzantin. Venu au secours de son père, démis par certains de ses fils, et ayant réussi à le rétablir à la tête du sultanat en 1187, il vécut auprès de lui jusqu'à sa mort en […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert MANTRAN, « SELDJOUKIDES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/seldjoukides-saldjuqides-seldjouqides/