ÉDUCATIONL'accès à l'éducation dans le monde

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'idée d'éducation pour tous n'est pas nouvelle. Plusieurs pays européens se sont donné cet objectif dès le xixe siècle. Un certain nombre, dont la France, l'ont réalisé avant 1900. Par la suite, il fut inscrit dans la Déclaration des droits de l'homme adoptée par la communauté internationale après la Seconde Guerre mondiale. Mais ce n'est qu'à partir du mouvement vers l'indépendance des pays colonisés que le principe d'une éducation pour tous s'est imposé dans les pays en développement : au début des années 1960, la conférence internationale d'Addis-Abeba fixa comme horizon l'année 1980 pour la réalisation de cet objectif. En réalité, les progrès furent plus lents que prévus. En 1990, la conférence de Jomtien (Thaïlande) tenta de redonner un élan au processus, et en 2000, à Dakar, les mêmes acteurs, prenant acte de la persistance de l'existence d'enfants non scolarisés dans le monde, engageaient la communauté internationale à augmenter les transferts de ressources des pays riches vers les pays pauvres. Dans la foulée, les Nations unies se donnèrent une mission plus large, dite des objectifs du millénaire à atteindre à l'horizon 2015 et dont l'éducation pour tous constitue l'un des piliers.

Définition et mesure

Quelle éducation pour tous ?

Le concept d'éducation pour tous (E.P.T.) n'est pas sans ambiguïtés. Il s'agit de définir une sorte de menu commun de base sans que cela implique nécessairement une poursuite généralisée des études les plus longues. Certains pays préconisent une vision réduite et assimilent l'éducation de base à l'éducation primaire ; d'autres y incluent le premier cycle de l'enseignement secondaire ; d'autres y incluent l'éducation pré-primaire (l'Unicef en particulier y accorde une grande priorité) ; d'autres enfin y incluent l'alphabétisation des adultes. Cette multiplicité de conceptions rend difficile toute démarche d'évaluation. La définition pragmatique qui tend à l'emporter aujourd'hui s'en tient à une éducation primaire pour tous.

En outre, aucun indicateur ne donne la probabilité exacte pour un enfant aujourd'hui d'avoir accès à l'enseignement primaire et d'achever le cycle (cinq années d'études sont généralement nécessaires à une alphabétisation durable). Cet indicateur serait obtenu en multipliant le taux net d'accès par le taux de survie à cinq ans, mais aucun des deux n'est aujourd'hui disponible en moyenne pondérée. Les taux de scolarisation brut et net, quant à eux, indiquent la part des enfants scolarisés à un moment donné, mais ni l'un ni l'autre ne sont réellement satisfaisants lorsque les systèmes éducatifs accueillent beaucoup d'élèves en retard, ce qui est le cas dans un certain nombre de pays en voie de développement.

Cet article fait le bilan de l'accès à l'éducation dans le monde au début du troisième millénaire. Il s'attache à montrer les inégalités de scolarisation aux différents niveaux de la hiérarchie scolaire, primaire, secondaire et supérieur. Il n'était pas possible ici de décrire la situation des 203 pays pour lesquels l'U.N.E.S.C.O., principale source d'informations, publie des données ; d'où un regroupement en huit régions, qui a pour effet d'atténuer les inégalités entre cas extrêmes. Le contexte mondial est dominé depuis l'année 2000 par la réalisation de l'objectif d'éducation primaire pour tous à l'horizon 2015. Les régions les plus en retard en ce domaine, – l'Afrique subsaharienne, l'Asie du Sud et les États arabes – ont fortement progressé dans la période récente. Alors que dans la décennie 1990 le nombre d'enfants non scolarisés était resté stable, à un peu plus de 100 millions, il a baissé d'un quart de 2000 à 2004. On notera cependant que la réduction est plus rapide en Asie du Sud qu'en Afrique subsaharienne, notamment grâce à une croissance démographique plus faible. On soulignera par ailleurs que cet effort en faveur de l'éducation primaire pénalise le développement des enseignements secondaire et supérieur dans les régions concernées. Il est probable que l'objectif d'éducation pour tous se réalisera dans un nombre croissant de pays, mais le retard des pays les moins avancés reste trop grand pour être comblé d'ici à 2015. Enfin, il faudra plusieurs autres décennies pour universaliser l'accès de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Scolarisation primaire : taux brut

Scolarisation primaire : taux brut
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Redoublement scolaire

Redoublement scolaire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Scolarisation primaire : taux net

Scolarisation primaire : taux net
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Mogadiscio (Somalie)

Mogadiscio (Somalie)
Crédits : Andrea Booher, Getty Images

photographie

Afficher les 13 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ÉDUCATION  » est également traité dans :

ÉDUCATION - Philosophie de l'éducation

  • Écrit par 
  • Daniel HAMELINE
  •  • 2 340 mots
  •  • 1 média

Dans le dernier quart du xxe siècle, la pensée de l'éducation prend position en fonction d'une triple référence : l'histoire ancienne et moderne des rapports entre éducation et philosophie dans la culture occidentale ; la remise en question théorique et pratique de l'huma […] Lire la suite

ÉDUCATION - Types et fins de l'éducation

  • Écrit par 
  • Viviane ISAMBERT-JAMATI
  •  • 3 810 mots

Prise dans la perspective que l'on va adopter, l'éducation est au fondement même de toute société. On traitera ici, non pas de n'importe quel processus de développement et de perfectionnement des individus sous l'action d'autrui, mais seulement de ce processus lorsqu'il met en jeu des adultes à titre d'éducateurs et des êtres non encore adultes à titre d'édu […] Lire la suite

ÉDUCATION - L'histoire de l'éducation

  • Écrit par 
  • Daniel HAMELINE
  •  • 2 410 mots

À partir de la fin du xviiie siècle, au sein des sociétés européennes en évolution, l'éducation allait se manifester à la fois comme un enjeu social, comme une composante de la croissance économique, comme une organisation nationale, comme une idée régulatrice et un projet de gouvernement. Il était dès lors prévisible que le propos sur l'éducation en […] Lire la suite

ÉDUCATION - Sociologie de l'éducation

  • Écrit par 
  • François DUBET
  •  • 4 093 mots
  •  • 2 médias

On considère généralement qu'Émile Durkheim est le fondateur de la sociologie française de l'éducation parce qu'il affirmait que l'école a pour finalité de produire des individus socialisés, à travers une « éducation morale » visant à former des acteurs adaptés à des conditions sociales données, et des individus autonomes, des citoyens capables de s'élever vers la culture de la « grande société ». […] Lire la suite

ÉDUCATION - Économie de l'éducation

  • Écrit par 
  • François LECLERCQ
  •  • 3 976 mots

L'approche économique contemporaine de l'éducation s'est développée à partir de la fin des années 1950 avec les travaux de Theodore Schultz (Prix Nobel 1979, Gary Becker (Prix Nobel 1992) et Jacob Mincer qui ont fondé la théorie du capital humain. Selon cette théorie, les compétences acquises dans le système d'enseignement (école, collège, lycée, […] Lire la suite

ÉDUCATION - Les systèmes scolaires des pays développés

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JALLADE
  •  • 4 767 mots

Les systèmes éducatifs complexes des pays développés sont le fruit de traditions culturelles, politiques, économiques et administratives très contrastées. Ils sont à la fois déterminés par ces héritages et porteurs de changements, les politiques éducatives des gouvernements arbitrant sans cesse entre conservation et adaptation. Il en résulte une très grande diversité de structures et de pratiques […] Lire la suite

ÉDUCATION - Les nouvelles technologies au service de l'éducation

  • Écrit par 
  • Gilles BRAUN
  •  • 4 706 mots
  •  • 1 média

En modifiant profondément le rapport à la mémoire, au traitement et au transport des données textuelles, sonores ou iconographiques, les nouvelles technologies de l'information et de la communication (N.T.I.C.) influent directement sur les deux missions fondamentales de l'école que sont la transmission du savoir et la socialisation des jeunes. Plus de trente […] Lire la suite

ÉDUCATION / INSTRUCTION, notion d'

  • Écrit par 
  • Daniel HAMELINE
  •  • 1 300 mots

On pourrait penser, dans un premier temps, que les rapports entre « éduquer » et « instruire » sont simples à établir. Si l'on se réfère à la définition qu'Emmanuel Kant donne de l'éducation, à la fin du xviiie siècle, l'instruction apparaît, à côté « des soins, de la discipline et de la formation [ […] Lire la suite

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 335 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'échec du state building »  : […] Pendant une décennie, la rhétorique de la coalition occidentale et des organisations internationales est dominée par l'annonce des progrès à venir de l'État afghan. Pourtant, le régime mis en place après l'invasion de septembre 2001 ne parvient pas au niveau de contrôle territorial qu'avaient atteint les Talibans avant leur chute. Dans le domaine de la justice par exemple, la population rurale n'a […] Lire la suite

ALPHABÉTISATION

  • Écrit par 
  • Béatrice FRAENKEL, 
  • Léon GANI, 
  • Aïssatou MBODJ
  •  • 8 905 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'alphabétisation de longue durée »  : […] Lire et écrire ont longtemps été des savoir-faire réservés à des professionnels. Les premières civilisations de l'écrit, celles de la Mésopotamie, de l'Égypte ou de la Chine, confient à une caste puissante de scribes le soin de l'élaboration, tant matérielle qu'intellectuelle, des documents écrits. L'Antiquité gréco-romaine, qui voit l'expansion de l'écriture alphabétique, va imposer une nouvelle […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

22-31 août 2014 France. Constitution d'un deuxième gouvernement Valls

Il affirme qu'il demeure à son « poste de combat pour faire évoluer des politiques qui méritent d'être changées », que « les choix politiques ne sont pas figés » et qu'il convient d'« apporter des solutions alternatives ». Le 24, le ministre de l'Éducation Benoît Hamon déclare, dans un entretien au Parisien, que « la relance de la demande est la condition de la réussite de la politique de l'offre qui a été faite depuis deux ans » et que « l'Allemagne sert ses intérêts personnels et pas ceux de l'Europe ». […] Lire la suite

4-27 janvier 1999 France. Nouvelles mesures gouvernementales de lutte contre la délinquance des mineurs

Le 27, à l'issue du conseil de sécurité intérieure, Lionel Jospin annonce, entre autres mesures, la création, d'ici à 2001, de cinquante « centres de placement immédiat » destinés au contrôle des délinquants multirécidivistes dans l'attente d'être jugés, dans un cadre d'éducation renforcée non pénitentiaire ; le recrutement de magistrats supplémentaires afin d'accélérer le jugement des petits délits ; l'affectation de sept mille policiers et gendarmes en trois ans dans les zones sensibles ; la création de dix mille postes d'aides-éducateurs dans les établissements scolaires dès 1999 ; le renforcement des dispositifs favorisant l'accès à l'emploi des jeunes. […] Lire la suite

Pour citer l’article

François ORIVEL, « ÉDUCATION - L'accès à l'éducation dans le monde », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/education-l-acces-a-l-education-dans-le-monde/