Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FONTAINEBLEAU ÉCOLE DE

Fontainebleau - crédits : Pascal Crapet/ Getty Images

Fontainebleau

L'école de Fontainebleau désigne un courant artistique né en France au xvie siècle, autour des peintres travaillant à la décoration du château de Fontainebleau. Cette expression n'a été employée pour la première fois, semble-t-il, qu'au xixe siècle par A. Bartsch dans son répertoire monumental de la gravure.

Au xixe siècle, les historiens de la peinture, à l'exemple des historiens de la gravure, vont utiliser, en France et à l'étranger, l'expression qui n'apparaît jamais dans les textes du xvie siècle (G. Vasari, Van Mander), bien que l'idée en soit évidemment déjà implicite chez les auteurs, comme chez beaucoup d'historiens postérieurs (Félibien, Mariette). La notion s'enrichit dans le courant du xixe siècle grâce aux publication d'Emeric David, de Robert-Dumesnil, de Léon de Laborde, du marquis de Chennevières, qui, en attirant l'attention sur l'originalité de la Renaissance française, ont préparé la mise au point remarquable de Louis Dimier dans sa thèse sur le Primatice (1900). Dimier utilisa les données fournies par L. de Laborde, qui avait publié les comptes des Bâtiments du roi ; il sut comprendre, en s'opposant intelligemment à une critique presque toujours nationaliste, que le Primatice, quoique italien, faisait honneur à la France en ayant su, pendant trente années, y remplir la mission qui lui avait été confiée par les rois et que Toussaint Dubreuil, à la fin du siècle, préparait la peinture de l'âge classique. Il sentit aussi la difficulté de définir clairement le terme alors admis d'école de Fontainebleau, mais eut le grand mérite d'en délimiter le domaine. Les travaux de L. Dimier sont à la base de toutes les études consacrées à l'école de Fontainebleau. L'art de Fontainebleau a été précédé par une pré-Renaissance, due essentiellement à des apports italiens, révélés en France grâce aux guerres d'Italie. Les exemples en sont remarquables en architecture (les châteaux de la Loire), mais beaucoup moins connus en peinture où l'art des maîtres français de la fin du xve et du début du xvie siècle reste encore souvent une énigme, comme en témoignent les controverses sur le Maître de Moulins et Jean Perréal. En tout cas, la France, avant 1530, n'offre aucun ensemble décoratif d'inspiration moderne et ne possède pas de style vraiment original. C'est, au contraire, le propre des artistes de l'école de Fontainebleau d'avoir introduit en France l'art du décor et créé un style qui s'étendit rapidement à tous les domaines de l'art. Son importance a été ressentie par tous les peintres français, de Poussin à Lemoyne. Malheureusement, la perte des grands ensembles de cette époque fait que l'art de Fontainebleau reste encore très mystérieux ; gravures et dessins apportent, cependant, des témoignages suffisants pour montrer le rôle essentiel que cette école a joué dans le développement de l'art français.

La première école de Fontainebleau

<it>Danaé</it>, Rosso Fiorentino - crédits : G. Dagli orti/ De Agostini/ Getty Images

Danaé, Rosso Fiorentino

Après des essais généralement malheureux pour y attirer les plus grands maîtres de l'art italien (Michel-Ange, Léonard, Andrea del Sarto), François Ier fixa son choix, pour décorer sa résidence favorite, sur un maniériste florentin, Rosso Fiorentino, qui arriva à Fontainebleau en 1530, suivi, deux ans plus tard, par un maniériste émilien, le Primatice (Francesco Primaticcio). D'autres artistes italiens vinrent les rejoindre, comme Luca Penni et Antonio Fantuzzi, mentionnés à Fontainebleau en 1537, pour ne citer que les plus importants. Domenico del Barbiere (Domenico Fiorentino) était peut-être déjà établi en France, à Troyes, depuis un certain temps, avant d'être signalé à Fontainebleau. En 1552 arriva un autre maniériste émilien important, Nicolò Dell'Abate. Autour de ces artistes (surtout le Rosso, le Primatice[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : conservateur en chef au département des Peintures du musée du Louvre

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Fontainebleau - crédits : Pascal Crapet/ Getty Images

Fontainebleau

<it>Danaé</it>, Rosso Fiorentino - crédits : G. Dagli orti/ De Agostini/ Getty Images

Danaé, Rosso Fiorentino

<it>Moïse sauvé des eaux</it>, N. dell'Abbate - crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Moïse sauvé des eaux, N. dell'Abbate

Autres références

  • ANDROUET DU CERCEAU JACQUES (1520-1586)

    • Écrit par Jean GUILLAUME
    • 967 mots

    Jacques Androuet du Cerceau (appelé le plus souvent « Du Cerceau », dû au motif de l'enseigne de la boutique de son père qui était marchand de vin) fut à la fois un graveur, un dessinateur, un créateur d'ornements, un inventeur d'architectures réelles ou imaginaires et l'auteur du premier ouvrage...

  • BÉGUIN SYLVIE (1919-2010)

    • Écrit par Universalis
    • 305 mots

    Spécialiste de la Renaissance italienne et française, Sylvie Béguin est née à Saint-Malo en 1919. Elle suit des études de philosophie et d'histoire de l'art à l'École du Louvre, puis intègre en 1946 le musée du Louvre en tant que chargée de mission au département des peintures,...

  • BONTEMPS PIERRE (1507 env.-apr. 1563)

    • Écrit par Renée PLOUIN
    • 273 mots

    Sculpteur français mentionné dans les comptes des Bâtiments royaux à partir de 1536. Pierre Bontemps travaille alors à Fontainebleau et se forme au contact des œuvres antiques apportées par Primatice. Il exécute une fonte du Laocoon et une autre de L'Apollon du Belvédère. En 1548,...

  • CARON ANTOINE (1520 env.-env. 1599)

    • Écrit par Michèle GRANDIN
    • 343 mots
    • 1 média

    Les premières œuvres d'Antoine Caron seraient des cartons pour des vitraux, composés dans sa ville natale, Beauvais, et qui n'existent plus. On retrouve Caron à Fontainebleau, où il travaille sous la direction de Primatice ; il acquiert alors ce style italianisant qui le caractérise, style élégant...

  • Afficher les 25 références

Voir aussi