FONTAINEBLEAU ÉCOLE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Fontainebleau

Fontainebleau
Crédits : Pascal Crapet/ Getty Images

photographie

Moïse sauvé des eaux, N. dell'Abbate

Moïse sauvé des eaux, N. dell'Abbate
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Ulysse et les Sirènes, Primatice

Ulysse et les Sirènes, Primatice
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Femmes au bain, anonyme

Femmes au bain, anonyme
Crédits : Nimatallah/ AKG

photographie

Tous les médias


La gravure

Bartsch appelle gravure de l'école de Fontainebleau un groupe d'estampes qu'il classe à la fin du dix-septième volume consacré à l'eau-forte italienne. Ces estampes sont, pour la plupart, anonymes ; généralement gravées à l'eau-forte, elles se ressemblent par le style et la manière libre. La plus ancienne porte la date de 1547. Ce catalogue, assez restreint, de Bartsch comprenait nombre d'anonymes et quelques graveurs, principalement italiens (Antonio Fantuzzi). La notion d'école de Fontainebleau ainsi établie fut ensuite considérablement élargie par F. Herbet dans une série d'articles sur la gravure. En cherchant à réunir le maximum de documents susceptibles d'éclairer l'histoire du château de Fontainebleau, Herbet inclut dans l'école de Fontainebleau même des artistes étrangers à ce mouvement, comme Giorgio Ghisi, parce qu'il avait gravé certaines compositions du Primatice.

Le problème fut repris, de manière d'ailleurs assez différente, par les historiens de la gravure (Renouvier, Lieure, Linzeler, Adhémar, Zerner) ; les uns s'en tiennent aux auteurs acceptés par Bartsch ; les autres sont moins restrictifs. Ainsi se sont trouvés catalogués dans l'école de Fontainebleau le groupe d'eaux-fortes étudiées par Bartsch, des graveurs au burin (Milan, Boyvin, Domenico del Barbiere), des graveurs reproduisant des compositions d'artistes de Fontainebleau (Delaune, Du Cerceau, Galle, Bonasone), sans oublier un supplément, que Bartsch ignorait, comprenant des graveurs français (Dumonstier, L. Limosin, le mystérieux Maître L. D., Jean Mignon et Juste de Juste). Dans cet ensemble figurent des graveurs de reproductions travaillant d'après les chefs-d'œuvre italiens (surtout Jules Romain, Parmesan et Michel-Ange) ou bellifontains (essentiellement le Rosso, Primatice et Luca Penni), mais aussi des graveurs originaux (Limosin, Dumonstier, Juste de Juste).

Les dates des eaux-fortes prouvent qu'un atelier graphique a existé à Fontainebleau entre 1542 et 1548 environ ; il semble avoir eu pour objet de conserver, peu après la mort du Rosso, les témoignages du nouveau style dé [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages


Écrit par :

  • : conservateur en chef au département des Peintures du musée du Louvre

Classification


Autres références

«  FONTAINEBLEAU ÉCOLE DE  » est également traité dans :

ANDROUET DU CERCEAU JACQUES (1520-1586)

  • Écrit par 
  • Jean GUILLAUME
  •  • 968 mots

Jacques Androuet du Cerceau (appelé le plus souvent « Du Cerceau », dû au motif de l'enseigne de la boutique de son père qui était marchand de vin) fut à la fois un graveur, un dessinateur, un créateur d'ornements, un inventeur d'architectures réelles ou imaginaires et l'auteur du premier ouvrage consacré aux « plus excellents bâtiments » de la France. Son œuvre immense (1 700 gravures, 1 200 des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/androuet-du-cerceau-jacques-1520-1586/#i_13257

BÉGUIN SYLVIE (1919-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 310 mots

Spécialiste de la Renaissance italienne et française, Sylvie Béguin est née à Saint-Malo en 1919. Elle suit des études de philosophie et d'histoire de l'art à l'École du Louvre, puis intègre en 1946 le musée du Louvre en tant que chargée de mission au département des peintures, alors dirigé par René Huyghe. Après avoir soutenu en 1950 sa thèse sur le maniériste italien Niccolo dell'Abate, Sylvie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sylvie-beguin/#i_13257

BONTEMPS PIERRE (1507 env.-apr. 1563)

  • Écrit par 
  • Renée PLOUIN
  •  • 273 mots

Sculpteur français mentionné dans les comptes des Bâtiments royaux à partir de 1536. Pierre Bontemps travaille alors à Fontainebleau et se forme au contact des œuvres antiques apportées par Primatice. Il exécute une fonte du Laocoon et une autre de L'Apollon du Belvédère . En 1548, il fait partie de l'équipe de sculpteurs que dirige Philibert Delorme po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-bontemps/#i_13257

CARON ANTOINE (1520 env.-env. 1599)

  • Écrit par 
  • Michèle GRANDIN
  •  • 344 mots

Les premières œuvres d'Antoine Caron seraient des cartons pour des vitraux, composés dans sa ville natale, Beauvais, et qui n'existent plus. On retrouve Caron à Fontainebleau, où il travaille sous la direction de Primatice ; il acquiert alors ce style italianisant qui le caractérise, style élégant où la sécheresse du dessin est tempérée par la vivacité du coloris. Ses œuvres évoquent en de savante […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-caron/#i_13257

COUSIN JEAN, LE PÈRE (1490 env.-env. 1560) & LE FILS (1522 env.-env. 1594)

  • Écrit par 
  • Michèle GRANDIN
  •  • 448 mots

Après avoir travaillé comme géomètre en 1526 dans sa ville natale de Sens, où il séjourne jusqu'en 1540, et après avoir réalisé des cartons pour les vitraux de la cathédrale de Sens et un retable pour l'abbaye de Vauluisant en 1530, Jean Cousin le Père s'installe vers 1540 à Paris où il exécute des œuvres importantes. En 1541, on lui commande les cartons pour les tapisseries de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-cousin/#i_13257

DELAUNE ÉTIENNE (1519 env.-env. 1583)

  • Écrit par 
  • Michel MELOT
  •  • 293 mots

Auteur de plus de quatre cents petites gravures, extrêmement fines, qui offrent un panorama assez complet du style décoratif de l'école de Fontainebleau qu'il contribuera à diffuser sous le règne de Henri II, Étienne Delaune est-il né à Paris (où il serait mort), à Orléans ou à Genève ? en 1518 ou en 1519 ? On l'ignore. Mais on sait qu'il était protestant et qu'il fut obligé de fuir, en 1572, de P […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-delaune/#i_13257

DEL BARBIERE DOMENICO, dit DOMINIQUE FLORENTIN (1506 env.-env. 1565)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 296 mots

Né à Florence, formé en Italie où, comme beaucoup d'artistes de cette époque, il subit l'influence de Michel-Ange, Dominique Florentin arrive en France sans doute avant Rosso, mais il n'est mentionné à Fontainebleau qu'entre 1537 et 1540, d'abord comme stucateur. De 1540 à 1550, il collabore avec Primatice et devient un des artistes les plus en vue, car les comptes révèlent qu'il est parmi les mie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/domenico-del-barbiere/#i_13257

DELL'ABATE ou DELL'ABBATE NICCOLÒ (1509-1571)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 292 mots
  •  • 1 média

Italien originaire de Modène, Nicolò Dell'Abate, formé par le sculpteur Antonio Begarelli, puis élève et collaborateur d'Alberto Fontana (boucheries et Palais public de Modène), s'impose vite en Émilie par ses décorations dans la région de Modène (Rocca di Scandiano) puis à Bologne (palais Torfanini et Poggi). Ses premières œuvres témoignent d'une intelligente assimilation des exemples vénitiens o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dell-abate-dell-abbate/#i_13257

DUBOIS AMBROISIUS BOSCHAERT dit AMBROISE (1543-1614)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 205 mots

On ignore tout de la formation d'Ambroise Dubois, né à Anvers et on ne sait pas avec certitude à quelle date il s'établit en France où il mourra (à Fontainebleau). Selon Félibien, il y serait venu déjà à l'âge de vingt-cinq ans. Mais la première trace de sa carrière ne date que de 1606 : il est alors nommé peintre de la reine. Dubois épousa la fille de Jean d'Hoey, garde des tableaux du roi et dev […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dubois-ambroisius-boschaert-dit-ambroise/#i_13257

DUBREUIL TOUSSAINT (1561 env.-1602)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 312 mots
  •  • 1 média

Né à Paris, élève de Médéric Fréminet, père de Martin Fréminet, Toussaint Dubreuil s'est surtout formé sur les chantiers de Fontainebleau, sans doute auprès du décorateur Ruggiero de Ruggieri, dont il épouse la fille en secondes noces et qui lui transmet l'influence de Primatice. Ses œuvres de Fontainebleau ont malheureusement disparu ; il peint avec Ruggieri au pavillon des Poêles ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/toussaint-dubreuil/#i_13257

DUMONSTIER, DUMOUSTIER ou DUMOÛTIER LES (XVIe et XVIIe s.)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 283 mots

Dynastie de peintres français travaillant en France au xvi e  siècle et dans la première moitié du xvii e  siècle. Jean Dumonstier était un enlumineur rouennais ; son fils Geoffroy, mort à Paris en 1573, travailla comme enlumineur pour François I er et Henri II ; il est m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dumonstier-dumoustier-dumoutier/#i_13257

FANTUZZI ANTONIO, dit FANTOSE (mort en 1550)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 225 mots

Parfois confondu avec le graveur italien Antonio da Trento, Antonio Fantuzzi est mentionné à Fontainebleau dans les comptes, entre 1537 et 1550. Il a travaillé surtout dans l'équipe de Primatice et à des ensembles aujourd'hui perdus qui rendent impossible l'identification de sa personnalité de peintre. Il a exécuté des patrons de grotesque au plafond de la galerie d'Ulysse, également détruite. À c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-fantuzzi/#i_13257

FONTAINEBLEAU CHÂTEAU DE

  • Écrit par 
  • Renée PLOUIN
  •  • 846 mots
  •  • 2 médias

Situé au centre d'une magnifique forêt, le palais de Fontainebleau fut la résidence de presque tous les rois de France depuis Louis VII. L'époque la plus brillante pour le château est le xvi e siècle. François I er y réunit un groupe remarquable d'artistes italiens et français, qui agrandissent et décorent sa demeure : i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chateau-de-fontainebleau/#i_13257

FRANCKEN LES

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 937 mots

Importante dynastie de peintres anversois des xvi e et xvii e  siècles. Frans I (1542-1616) et Ambrosius I le Vieux (1544-1618) appartiennent à l'école de Frans Floris et représentent à Anvers à la fin du xvi e  siècle le même courant conservateu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-francken/#i_13257

FRÉMINET MARTIN (1567-1619)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 314 mots

Né à Paris, Martin Fréminet est formé par son père, Médéric Fréminet, médiocre peintre, dans un milieu artistique pénétré d'influences bellifontaines. Vers 1587-1588, Fréminet se rend à Rome, où il se lie avec le cavalier d'Arpin. Il est vite célèbre, mais on ne connaît rien de son œuvre de cette époque si ce n'est par des gravures de son ami Philippe Thomassin (décoration d'une façade de palais ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-freminet/#i_13257

JUSTE LES

  • Écrit par 
  • Renée PLOUIN
  • , Universalis
  •  • 588 mots
  •  • 1 média

Dynastie de sculpteurs, originaires des environs de Florence, les Betti, qui s'établissent en France en 1504, sont naturalisés en 1513, prennent le nom de Juste et deviennent sculpteurs du roi, spécialistes de tombeaux. Antoine Juste (1479-1519) travaille dès 1507 au tombeau de Thomas James, évêque de Dol (l'effigie du défunt a disparu du monument installé dans la cathédrale de Dol). Il est appelé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-juste/#i_13257

MAÎTRE DE FLORE (actif 2e moitié XVIe s.)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 153 mots

Nom donné à l'auteur inconnu d'une Flore (autrefois dans la collection d'Albenas, Montpellier) dont on rapproche un certain nombre de peintures, en particulier Le Triomphe de Flore (collection privée), La Naissance de l'amour (Metropolitan Museum, New York) et quelques dessins, Céphale et Procris (coll. G.  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maitre-de-flore/#i_13257

MANIÉRISME

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN, 
  • Marie-Alice DEBOUT
  •  • 10 194 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « France »  : […] Un des centres maniéristes les plus remarquables, dont l'importance n'a pas été exagérée, se constitua à Fontainebleau sous l'impulsion des artistes italiens que François I er appela à la cour (cf. école de fontainebleau ). Le château, centre d'une activité artistique intense, est véritablement une « école » dont la leçon répétée par des artistes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manierisme/#i_13257

PENNI LUCA (entre 1500 et 1504-1556)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 312 mots

Frère de Giovanni Francesco (il Fattore) et de Bartolommeo (qui travailla en Angleterre pour Henri VIII entre 1531 et 1533), l'artiste florentin Luca Penni est surnommé en France le Romain à cause de son style, celui de l'école de Raphaël dans laquelle il s'était formé avant son séjour à Fontainebleau. Il est cité dans les comptes entre 1537 et 1540, et ses gages montrent qu'il est tenu pour un ar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/luca-penni/#i_13257

PRIMATICE FRANCESCO PRIMATICCIO dit (1504-1570)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 1 045 mots

À l'époque où Primatice commence son apprentissage à Bologne, sa ville natale, il ne s'y trouve pas de grand maître : les peintres locaux travaillent dans le sillage de l'école romaine, et c'est auprès d'un élève de Raphaël, Bagnacavallo, que Primatice reçoit sa première formation. Ce que Bologne ne peut lui offrir, il va le chercher à Mantoue, près d'un plus éminent disciple de Raphaël, Jules Rom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/primatice/#i_13257

PRIMATICE, MAÎTRE DE FONTAINEBLEAU (exposition)

  • Écrit par 
  • Robert DUPIN
  •  • 993 mots

Francesco Primaticcio, dit Primatice, figure majeure du maniérisme italien et de la Renaissance française, n'avait jamais fait l'objet d'une exposition monographique en France, et depuis la thèse de Louis Dimier en 1900, non illustrée et à dire vrai dépassée, aucun grand livre ne lui avait été consacré. Cette situation était d'autant plus surprenante que la mémorable exposition […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/primatice-maitre-de-fontainebleau/#i_13257

RENAISSANCE FRANÇAISE, arts

  • Écrit par 
  • Jean GUILLAUME
  •  • 2 899 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Fontainebleau et l'art de cour »  : […] Le château de Fontainebleau , qui se développe sans cesse jusqu'en 1570 en fonction des besoins changeants des souverains, ne sera jamais une grande œuvre d'architecture, mais il reste le lieu des grandes inventions décoratives et devient même, à partir des années quarante, le centre d'une activité artistique multiforme. Primatice, qui dirige toute la décoration du château de 1540 à 1570, couvre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/renaissance-francaise-arts/#i_13257

ROCHETEL MICHEL (connu entre 1540 et 1552)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 162 mots

Artiste français, Michel Rochetel est actif à Fontainebleau après 1540. Il travaille dans l'équipe de Primatice et, d'après ses dessins, peint sur les armoires du cabinet du roi, Zaleucos et La Justice (1541-1545) ; il est également chargé, toujours d'après les dessins de Primatice, de préparer avec d'autres les patrons des Apôtres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-rochetel/#i_13257

ROSSO GIOVANNI BATTISTA DI IACOPO, dit ROSSO FIORENTINO (1494-1540)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 367 mots
  •  • 2 médias

Florentin, formé dans l'ambiance maniériste d'Andrea del Sarto, Rosso se veut sans maître ; il admire et copie Michel-Ange. Inscrit dans la corporation des peintres florentins en 1516, il se fait remarquer par l' Assomption de la Vierge (1517) au cloître de l'Annunziata. Son inspiration étrange, son dessin aigu (sous l'influence de Dürer et de Bandinelli), ses couleurs aigres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rosso/#i_13257

THIRY LÉONARD (1500 env.-1550)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 250 mots

Artiste flamand né à Bavay, Léonard Thiry est mentionné, en 1536, sur les chantiers de Fontainebleau où il travaille à la galerie François-I er avec Rosso. Les gages qu'il reçoit indiquent qu'il s'agit d'un artiste de première catégorie. Il passe ensuite dans l'équipe de Primatice (Porte dorée, 1537 et 1550). Il est loué par Vasari pour ses dons de coloriste, mais on a pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leonard-thiry/#i_13257

Voir aussi

Pour citer l’article

Sylvie BÉGUIN, « FONTAINEBLEAU ÉCOLE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-fontainebleau/