CHICAGO ÉCOLE DE, économie

ACTION RATIONNELLE

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 2 646 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Chicago, foyer intellectuel de la théorie du choix rationnel »  : […] Pendant de longues décennies, les économistes ont gardé le monopole de l'explication des actions à l'aide d'une telle théorie. Le cas paradigmatique est l'analyse du consommateur, que les économistes appréhendent comme un être capable d'ajuster de façon optimale ses préférences aux contraintes (le budget dont il dispose) qui sont les siennes. Sous l'impulsion de Gary Becker, professeur à l'univer […] […] Lire la suite

BECKER GARY STANLEY (1930-2014)

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 1 233 mots

En 1992, le jury suédois a décerné une fois encore le prix Nobel d'économie à un professeur de l'université de Chicago, un an après la consécration de Ronald Coase, enseignant également dans cette université. Les caractéristiques du lauréat de 1992 sont conformes à celles de ses prédécesseurs. Gary S. Becker est américain, économiste néo-classique adepte de l'école de Chicago, mais il est relativ […] […] Lire la suite

CHILI

  • Écrit par 
  • Raimundo AVALOS, 
  • Olivier COMPAGNON, 
  • Roland PASKOFF, 
  • Sergio SPOERER, 
  • Sébastien VELUT, 
  • Universalis
  •  • 19 483 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Les « Chicago boys » et le « modèle » chilien »  : […] Au-delà de la terreur politique et du changement de régime qu'il induit, le coup d'État du 11 septembre 1973 est également à l'origine d'une véritable rupture économique, dotant la junte d'une identité que ne pouvait lui fournir un projet politique quasi inexistant. À un État interventionniste depuis la Seconde Guerre mondiale et, surtout, à la politique keynésienne et aux nationalisations mises e […] […] Lire la suite

COÛTS DE TRANSACTION

  • Écrit par 
  • Claude MÉNARD
  •  • 5 316 mots

Dans le chapitre «  Historique »  : […] L'article de Ronald Coase (1937) constitue la pièce fondatrice de l'économie des coûts de transaction, bien qu'un autre auteur, l'économiste américain John Commons, ait presque simultanément mis au centre de sa réflexion le concept de transaction, mais dans un tout autre contexte, celui d'une analyse systémique. L'analyse initiale de Coase porte sur « la nature de la firme » et, plus précisément, […] […] Lire la suite

ÉCONOMÉTRIE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FLORENS
  •  • 7 279 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une science née au XXe siècle »  : […] L'économétrie est née autour des années 1930. Elle hérite toutefois des développements de la statistique réalisés au cours du xix e  siècle et au début du xx e  siècle. Le premier prix Nobel de sciences économiques fut attribué en 1969 conjointement aux deux principaux fondateurs de l'économétrie : Ragnar Frisch et Jan Tinbergen. Au cours des années 1940, la Cowles Commission, un groupe de recher […] […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) Théorie néo-classique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 2 844 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le producteur et le consommateur »  : […] Le consommateur retire de la consommation de chaque bien une satisfaction, ce que l'économiste appelle l'utilité du bien. Comme il y a un effet de saturation, la satisfaction procurée par la consommation d'une unité supplémentaire de bien est de moins en moins importante. Par ailleurs, en regard de chaque acte de consommation, il faut mettre le désagrément du prix à payer pour acquérir le bien […] […] Lire la suite

EXPANSION ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard DUCROS
  •  • 3 687 mots

Dans le chapitre « La théorie « monétaire » de l'école de Chicago »  : […] Les considérations précédentes ont été fondées essentiellement sur un schéma d'équilibre macro-économique entre flux de dépenses et flux de revenus, dont le mécanisme dit du multiplicateur constitue un élément d'interprétation essentiel, suivant les vues de l'école keynésienne. La théorie du multiplicateur ainsi entendue a cependant fait l'objet de vives critiques, ces dernières années, de la part […] […] Lire la suite

FRIEDMAN MILTON (1912-2006)

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 1 158 mots

Décédé le 16 novembre 2006 à San Francisco, à l'âge de quatre-vingt-quatorze ans, l'économiste américain Milton Friedman , né à New York le 31 juillet 1912, est une figure emblématique du libéralisme économique. Quatrième enfant d'une famille pauvre venue d'Europe centrale, il a une jeunesse studieuse. Élève brillant, il obtient une bourse pour des études de mathématiques et d'actuariat. Il se li […] […] Lire la suite

FUSIONS-ACQUISITIONS

  • Écrit par 
  • Patricia CHARLÉTY, 
  • Saïd SOUAM
  •  • 9 454 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L’exclusion »  : […] L 'analyse économique des fusions verticales retient la problématique de l' exclusion . Le terme d'exclusion ( foreclosure en anglais) fait référence à toute pratique d'une entreprise en position dominante consistant à interdire ou à restreindre aux entreprises clientes l'accès à un facteur appelé « facilité essentielle », qui ne peut être dupliqué à des coûts raisonnables. Les ports, les réseaux […] […] Lire la suite

HECKMAN JAMES (1944- )

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 897 mots

En récompensant conjointement, le 11 octobre 2000 à Stockholm, James Heckman de l'université de Chicago (Illinois) et Daniel McFadden de l'université de Berkeley (Californie), l'Académie royale des sciences de Suède a distingué des travaux très précis unissant des formulations mathématiques et des techniques statistiques pour construire une analyse économique opérationnelle. James J. Heckman est n […] […] Lire la suite

INNOVATION

  • Écrit par 
  • Abdelillah HAMDOUCH
  •  • 8 853 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'innovation comme déterminant de la concurrence »  : […] L'approche théorique la plus courante consiste à faire de l'innovation un déterminant de la concurrence. C'est en particulier le cas de la vision néo-classique traditionnelle, dans laquelle l'innovation est assimilée à l'apparition (exogène) d'une technologie qui définit les nouvelles conditions efficientes de la production s'imposant aux firmes et détermine la structure du marché en fonction de […] […] Lire la suite

INNOVATION, notion d'

  • Écrit par 
  • Abdelillah HAMDOUCH
  •  • 1 536 mots

Dans le chapitre « D'où vient l'innovation ? »  : […] Dans la Théorie de l'évolution économique publiée en 1912, Schumpeter met en avant le rôle central de l'entrepreneur individuel comme moteur de l'innovation et du progrès économique. Mû par la perspective d'un profit de monopole en cas de succès (avant d'être concurrencé par des « entrepreneurs-imitateurs »), l'entrepreneur-innovateur s'engouffre dans les occasions d'innover offertes par l'évol […] […] Lire la suite

KNIGHT FRANK (1885-1972)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 413 mots

Économiste américain, né le 7 novembre 1885 dans le township de White Oak (Illinois), mort le 15 avril 1972 à Chicago. Frank Knight fait ses études à l'université du Tennessee, puis à l'université Cornell (État de New York), où il obtient son doctorat en 1916. Nommé professeur à l'université de l'Iowa en 1919, il rejoint celle de Chicago en 1927. Il y restera jusqu'en 1952, date à laquelle lui se […] […] Lire la suite

KYDLAND FINN E. (1943- )

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 1 144 mots

Après Ragnar Frisch, premier lauréat du prix Nobel d'économie en 1969, et Trygve Haavelmo, qui l'obtint vingt ans plus tard, Finn E. Kydland est, en 2004, le troisième Norvégien à remporter cette récompense. Il partage le prix avec l'Américain Edward C. Prescott, professeur à W.P. Carey School of Business (université de l'État d'Arizona) pour « leurs contributions à la macroéconomie dynamique : l […] […] Lire la suite

LAW AND ECONOMICS

  • Écrit par 
  • Jean-Bernard AUBY
  •  • 1 082 mots

Ce que l'on désigne sous l'appellation de « Law & Economics » est un appareil théorique provenant de la science économique, et qui a développé des outils conceptuels particuliers pour analyser les phénomènes juridiques : pour en étudier les effets, pour en apprécier aussi l'efficacité en termes de contribution au bien-être social. Le berceau de la Law & Economics a été l'université de Chicago a […] […] Lire la suite

MILLER MERTON HOWARD (1923-2000)

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 839 mots

Issu de l'université de Chicago (Illinois), la pépinière des Prix Nobel d'économie, dont l'idéologie réputée libérale a dominé la pensée économique contemporaine, l'Américain Merton Miller n'a jamais été une « star » dans sa discipline, à l'image d'un Paul Samuelson (Prix Nobel 1970) ou d'un Milton Friedman (Prix Nobel 1976). Très écouté, toutefois, de tous les spécialistes de l'investissement et […] […] Lire la suite

MUNDELL ROBERT A. (1932-2021)

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 1 059 mots

Premier Canadien à recevoir le prix Nobel d'économie, Robert Mundell a été distingué le 13 octobre 1999 à la fois pour son « analyse des politiques monétaires et budgétaires sous différents régimes de change » et pour son « analyse des zones monétaires optimales ». Connu pour avoir été l'un des chefs de file, non dogmatique, de l'école de Chicago, Mundell est également considéré comme l'inventeur […] […] Lire la suite

NÉO-LIBÉRALISME ou NÉOLIBÉRALISME

  • Écrit par 
  • Liêm HOANG NGOC
  •  • 7 283 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les versions néo-quantitativistes de la neutralité de la monnaie »  : […] Les théories monétaristes constituent le courant ayant eu l'influence la plus forte, tant sur le plan académique que sur le plan politique. Elles ont pour ambition d'actualiser la thèse quantitativiste traditionnelle tout en maintenant les propriétés des modèles néo-classiques, et en particulier l'hypothèse d'une neutralité de long terme de la monnaie. Au plan normatif, elles cherchent à démontre […] […] Lire la suite

STIGLER GEORGE (1911-1991)

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 770 mots

Né le 17 octobre 1911 à Renton, dans l'État de Washington, docteur de l'université de Chicago en 1938, le professeur George Stigler a fait toute sa carrière comme enseignant aux universités de l'Iowa (1936-1938), du Minnesota (1938-1946), à Brown University (Rhode Island) en 1946-1947, à Columbia (1947-1958), enfin à Chicago (1958-1981). Il n'a pas eu, en Europe, une audience comparable à celle qu […] […] Lire la suite