COÛTS DE TRANSACTION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ce qu'il est maintenant convenu d'appeler l'économie des coûts de transaction a pour origine une question d'apparence fort simple, soulevée par Ronald Coase dans « The Nature of the Firm », un article maintenant célèbre, paru en 1937, et qui valut à son auteur le prix Nobel d'économie de l'année 1991. Cette question est la suivante : si on attribue au marché, et au mécanisme des prix qui en constitue la colonne vertébrale, un minimum d'efficacité, comment expliquer que l'organisation de l'activité économique se fasse aussi souvent à l'intérieur d'un dispositif qu'on appelle l'entreprise ? Et, symétriquement, si l'entreprise peut structurer efficacement les transactions, comment expliquer qu'il n'y ait pas une seule grande entreprise pour tirer pleinement parti de la division du travail et de la spécialisation des compétences ? En d'autres termes, comment expliquer la diversité des modes d'organisation des transactions qui caractérise les économies de marché (et, à cet égard, toute économie) ? Ces interrogations, et les réponses proposées par Ronald Coase et ses successeurs, soulèvent des problèmes profonds qui touchent l'ensemble de la théorie économique et concernent les structures mêmes de l'organisation sociale.

Un bref rappel historique permettra d'abord de caractériser cet apport. Puis nous résumerons les principaux concepts mis en œuvre, liés à la notion clé de « transaction ». Une troisième partie explorera l'application de ces concepts à l'analyse des modes organisationnels opérant au niveau microéconomique. Enfin, la dernière partie indiquera les pistes récemment ouvertes dans l'analyse des institutions qui déterminent largement le niveau des coûts de transaction.

Historique

L'article de Ronald Coase (1937) constitue la pièce fondatrice de l'économie des coûts de transaction, bien qu'un autre auteur, l'économiste américain John Commons, ait presque simultanément mis au centre de sa réfl [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

  • : professeur de sciences économiques à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  COÛTS DE TRANSACTION  » est également traité dans :

ASSURANCE - Économie de l'assurance

  • Écrit par 
  • Pierre PICARD
  •  • 5 618 mots

Dans le chapitre « Taux de chargement »  : […] Le raisonnement précédent passe toutefois sous silence trois aspects qui, en pratique, sont importants. En premier lieu, même si, en cas de risques indépendants, la loi des grands nombres garantit que le résultat technique moyen est approximativement nul lorsque la prime est égale à la prime pure, elle n'exclut nullement que le résultat technique total (calculé sur l'ensemble des assurés) puisse f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/assurance-economie-de-l-assurance/#i_70440

AUTOFINANCEMENT

  • Écrit par 
  • Geneviève CAUSSE
  •  • 5 233 mots

Dans le chapitre « Le choix de l'autofinancement »  : […] Pourquoi l'entreprise recourt-elle à l'autofinancement et ne fait-elle pas appel uniquement au financement externe ? Différentes raisons peuvent amener les dirigeants de l'entreprise à préférer l'autofinancement à l'émission d'actions ou d'obligations, ou encore au crédit bancaire. Un tel choix peut résulter, en premier lieu, d'une attitude spontanée des dirigeants visant à employer au mieux, et d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autofinancement/#i_70440

BOURSE - Microstructure des marchés financiers

  • Écrit par 
  • Laurence LESCOURRET, 
  • Séverine VANDELANOITE
  •  • 5 865 mots
  •  • 1 média

La microstructure des marchés financiers est un domaine de la finance créé au début des années 1970 dans le but d'analyser l'influence des différents modes d'organisation de la négociation des valeurs mobilières sur la formation des prix des actifs et celle des coûts de transaction. Le mode d’organisation régit les règles de l’échange, et un des principaux enjeux de la microstructure est de compr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bourse-microstructure-des-marches-financiers/#i_70440

COASE RONALD HARRY (1910-2013)

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 1 306 mots

Dans le chapitre « La nature de la firme »  : […] Né le 29 décembre 1910 à Middlesex (Grande-Bretagne), Ronald Coase est diplômé de la London School of Economics où il enseigne de 1932 à 1951 en même temps qu'il rédige ses premiers articles, souvent à la frontière du droit et de l'économie. Dans les années 1930, il traverse une première fois l'Atlantique pour interroger les dirigeants de grandes entreprises (Ford, General Motors, Union Carbide) e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ronald-harry-coase/#i_70440

DISTRIBUTION, économie

  • Écrit par 
  • Marc FILSER
  •  • 6 975 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le choix de l'organisation du canal »  : […] Le fonctionnement du canal consiste en un ensemble de transactions entre ses membres. La réalisation de ces transactions est une source de coûts spécifiques : coût de la collecte d'informations, coût de la conduite de la négociation, coûts engagés pour contrôler la performance des partenaires). L'objectif des membres du canal est donc de chercher l'organisation de leurs relations qui minimise ces […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/distribution-economie/#i_70440

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Néo-institutionnalisme

  • Écrit par 
  • Claude MÉNARD
  •  • 1 809 mots
  •  • 1 média

Le néo-institutionnalisme se développe essentiellement depuis les années 1980, sur la base des travaux fondateurs plus anciens de Ronald Coase sur la théorie de l'entreprise ( The Nature of the Firm , 1937) et le problème des coûts sociaux ( The Problem of Social Cost , 1960), de Douglass North sur les conditions institutionnelles de la croissance ( Structure and Change in Economic History , 19 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-neo-institutionnalisme/#i_70440

ÉCONOMIE INDUSTRIELLE

  • Écrit par 
  • Bruno JULLIEN
  •  • 9 068 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'entreprise comme organisation »  : […] L'entreprise remplit deux fonctions. Tout d'abord, elle est une instance de coordination du processus de production. Dans La Richesse des nations (1776), Adam Smith présente la firme moderne comme une réponse à la complexité croissante des activités, en particulier à la division du travail. En second lieu, elle repartit la valeur créée entre les parties impliquées dans le processus, ainsi que le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-industrielle/#i_70440

ENTREPRISE - Théories et représentations

  • Écrit par 
  • Gérard CHARREAUX
  •  • 6 342 mots

Dans le chapitre « La théorie des coûts de transaction »  : […] La théorie des coûts de transaction voit dans la firme un mode de réduction des coûts de coordination et de lutte contre l'opportunisme. Elle trouve son origine dans les travaux de Ronald Coase (1937) qui pose la question suivante : pourquoi, dans le monde réel, contrairement au modèle néo-classique, les marchés n'assurent-ils pas la coordination de l'ensemble des activités économiques ? Autremen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/entreprise-theories-et-representations/#i_70440

EXTERNALITÉ, économie

  • Écrit par 
  • Dominique HENRIET
  •  • 1 767 mots

Dans le chapitre « Externalités et inefficacité des décisions »  : […] En l'absence de contrepartie marchande, le responsable de l'externalité, l'émetteur, ne tient pas compte, dans sa décision, de l'influence de ses actes sur le bien-être des autres. Lorsqu'un automobiliste décide de s'engager sur une route, il ne ressent pas le coût supplémentaire qu'il fait subir aux autres : seuls comptent le temps qu'il passe en déplacement et sa consommation de carburant, mais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/externalite-economie/#i_70440

INTERNET - Économie d'Internet

  • Écrit par 
  • Éric BROUSSEAU
  •  • 5 665 mots

Dans le chapitre « Commerce et intermédiation électronique »  : […] Au stade initial de son développement, de nombreux observateurs prévoyaient qu'Internet allait devenir le siège d'une relation directe entre les producteurs de biens et services et leurs clients, leur permettant de se passer des intermédiaires que sont les entreprises du commerce. Les « promesses » du commerce électronique en matière de gains de productivité tenaient à la combinaison de la dématé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/internet-economie-d-internet/#i_70440

LAW AND ECONOMICS

  • Écrit par 
  • Jean-Bernard AUBY
  •  • 1 086 mots

Ce que l'on désigne sous l'appellation de « Law & Economics » est un appareil théorique provenant de la science économique, et qui a développé des outils conceptuels particuliers pour analyser les phénomènes juridiques : pour en étudier les effets, pour en apprécier aussi l'efficacité en termes de contribution au bien-être social. Le berceau de la Law & Economics a été l'université de Chicago a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/law-and-economics/#i_70440

MARCHÉ, économie

  • Écrit par 
  • Bernard GUERRIEN
  •  • 1 949 mots

Dans le chapitre « Marchés et institutions »  : […] Le marché parfait des économistes est donc, paradoxalement, un système extrêmement organisé, avec des règles très précises (dictées par le commissaire-priseur). Rien n'empêche, évidemment, d'envisager une situation sans règles (si ce n'est le caractère volontaire des échanges), où chacun fait ce qu'il veut, comme bon lui semble. Mais le théoricien ne peut alors qu'avouer son impuissance : il ne pe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marche-economie/#i_70440

MARKET AND HIERARCHIES. ANALYSIS AND ANTITRUST IMPLICATIONS, Oliver E. Williamson - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Carine STAROPOLI
  •  • 1 177 mots
  •  • 1 média

Lorsqu'il publie, en 1975, son premier ouvrage, Market and Hierarchies , Oliver Williamson (né en 1932) a déjà un riche parcours. Après des études d'ingénieur au M.I.T., il s'est orienté vers la gestion, d'abord à Stanford auprès de Kenneth Arrow, puis à Carnegie-Mellon auprès d'Herbert Simon pour étudier le comportement managérial dans la firme. Un passage à la division antitrust du Départemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/market-and-hierarchies-analysis-and-antitrust-implications/#i_70440

MONNAIE - Théorie économique de la monnaie

  • Écrit par 
  • Patrick VILLIEU
  •  • 7 464 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La théorie de la demande de monnaie »  : […] L'exposé précédent nous a permis d'isoler la nature de la monnaie : la monnaie est un actif spécifique généralement acceptable dans les échanges, ce qui caractérise, comme on le verra, la notion de liquidité. Pourquoi les individus demandent-ils cet actif spécifique (en d'autres termes, pourquoi est-il plus liquide) ? En raison de la présence de « coûts de transaction ». […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monnaie-theorie-economique-de-la-monnaie/#i_70440

MULTINATIONALES ENTREPRISES

  • Écrit par 
  • Jean-Louis MUCCHIELLI
  •  • 7 006 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Coût de transaction et forme de présence à l'étranger »  : […] Une évolution importante dans l'analyse du comportement de la firme multinationale fut réalisée lorsque la théorie de l'internalisation développée à partir des travaux de Ronald Coase (1937) fut appliquée à l'entreprise multinationale, d'abord par J. C. MacNamus (1971) puis par Peter Buckley et Mark Casson (1976). L'analyse de Coase consistait à comprendre pourquoi l'entreprise, en général, réalis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/entreprises-multinationales/#i_70440

LA NATURE DE LA FIRME, Ronald Harry Coase - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Samuel FEREY
  •  • 986 mots

Dans le chapitre « Expliquer l'existence des firmes »  : […] Coase part d'une question faussement naïve : pourquoi la coordination entre agents économiques quant à l'usage des ressources se fait-elle tantôt par le marché, tantôt par les firmes, et donc, pourquoi existe-t-il des organisations telles que les firmes dans une économie de marché (partie I) ? Cela tient, selon lui, aux coûts d'utilisation du mécanisme de prix (parties II et III) et d'accès au ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-nature-de-la-firme/#i_70440

NÉO-LIBÉRALISME ou NÉOLIBÉRALISME

  • Écrit par 
  • Liêm HOANG NGOC
  •  • 7 261 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « « Rationalité limitée » »  : […] L'hypothèse comportementale de rationalité parfaite est remplacée par celle d'une rationalité limitée, inspirée des travaux de Herbert A. Simon  : les agents ont une capacité limitée à traiter l'information. Lors du déroulement des transactions, les imperfections informationnelles sont la règle : l'asymétrie d'information, mais aussi l'incertitude radicale sur les états de la nature caractérisent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-liberalisme-ou-neoliberalisme/#i_70440

ORGANISATION, économie

  • Écrit par 
  • Claude MÉNARD
  •  • 1 779 mots

Dans le chapitre « Coûts de transaction, incitations, compétences »  : […] On ne dispose pas, en l’état actuel de la recherche, de théorie unifiée et incontestable des organisations formelles. La théorie des coûts de transaction, inspirée de Ronald Coase (« The Nature of the Firm », 1937) et développée par Oliver Williamson ( The Mechanisms of Governance , 1996), tend à prédominer. Elle s’est imposée autour de trois questions principales. La première concerne l’explicat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/organisation-economie/#i_70440

THE PROBLEM OF SOCIAL COST, Ronald H. Coase - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Élodie BERTRAND
  •  • 1 129 mots

Ronald Coase a obtenu, en 1991, le prix de sciences économiques, de la Banque de Suède, en mémoire d'Alfred Nobel, pour deux de ses articles : « The Nature of the Firm », publié en 1937 dans Economica , et « The Problem of Social Cost », publié en 1960 dans le Journal of Law and Economics . Paradoxalement, « Le Problème du coût social » est passé à la postérité pour être à l'origine du « théorèm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/the-problem-of-social-cost/#i_70440

WILLIAMSON OLIVER E. (1932- )

  • Écrit par 
  • Claude MÉNARD
  •  • 1 025 mots

Oliver Williamson est sans aucun doute un des économistes les plus influents de sa génération ; cette influence déborde en outre largement sur les sciences de gestion, le droit et les sciences politiques – d'où l'intérêt que lui portent les décideurs économiques et politiques. Oliver Williamson naît en 1932 à Superior, une petite ville du Wisconsin. De famille modeste – ses parents enseignent dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oliver-e-williamson/#i_70440

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude MÉNARD, « COÛTS DE TRANSACTION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/couts-de-transaction/