McFADDEN DANIEL (1937-2018)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Professeur à l'université de Berkeley (Californie), Daniel McFadden a partagé avec un autre Américain, James Heckman, le prix Nobel d'économie en 2000. L'Académie royale des sciences de Suède récompensait deux spécialistes de la microéconométrie, auteurs de méthodes d'analyse des « échantillons sélectifs » (Heckman) et des « choix discrets » (McFadden) dont les applications se sont étendues, au-delà de l'économie, à l'ensemble des sciences humaines.

Daniel L. McFadden est né à Raleigh, en Caroline du Nord, en juillet 1937. Il a fait ses études à l'université du Minnesota, où il a obtenu un doctorat d'économie en 1962, avant d'enseigner dans plusieurs universités prestigieuses. Après un premier passage à l'université de Berkeley (Californie) entre 1963 et 1966, il enseigne pendant un an à l'université de Chicago (1966-1967) puis revient s'installer pour une dizaine d'années (1968-1979) à Berkeley. Entre-temps, il fait un séjour dans le Connecticut, à l'université Yale, établissement considéré comme l'un des principaux creusets de l'économie mathématique et de l'économétrie. Dix Prix Nobel y ont travaillé avant lui, parmi lesquels Kenneth Arrow et Gérard Debreu qui donnèrent son essor à la recherche mathématique en économie. De 1978 à 1991, il enseigne au Massachusetts Institute of Technology de Boston puis occupe une chaire de professeur d'économie à l'université de Californie.

Daniel McFadden a établi une théorie de ce que les économistes appellent les « choix discrets », qui permet d'interpréter les choix de consommation des individus. Ses travaux ont porté sur des champs d'application d'une extrême variété. Il a ainsi mis au point des modèles capables de déterminer les critères de décision qui fondent le choix, par exemple, de son lieu de résidence, du type d'énergie qu'on utilisera pour son chauffage, du passage de l'utilisation d'une énergie à une autre, ou encore de la marque de son téléphone portable. Toutes ces décisions qualitatives sont dites « discrètes », par opposition aux décisions « continues » qui portent sur des quantités (par exemple la quantité d'énergie à acheter ou la quantité d'unités téléphoniques consommées). À chaque alternative de choix discret, l'individu associe à la fois des éléments quantifiables (son revenu, le prix du fioul, etc.) et des éléments non directement observables a priori. C'est la combinaison de ces deux types d'éléments, déterministes et aléatoires, à travers leurs poids respectifs, qui définit la valeur (en termes d'utilité) que l'individu associe à chaque possibilité de choix. L'individu choisira celle dont la valeur est maximale ; c'est ce principe que Daniel McFadden appelle « la maximisation de l'utilité aléatoire ».

Toutefois, les décisions discrètes et continues sont difficiles à dissocier et c'est précisément le mérite de Daniel McFadden d'avoir construit un modèle pour traiter des cas où « les choix discrets » jouent un rôle dominant dans le processus de décision et d'échange. Son « modèle logit conditionnel » (conditional logit model) a eu, en raison de sa facilité d'application, une influence décisive sur la recherche empirique. Ce modèle est une sorte de machine dans laquelle on injecte des données sur les caractéristiques des choix effectués par les individus. On lui fournit également le poids de toutes les variables associées aux possibilités de choix qui se présentent aux individus et elle produit alors une probabilité que telle ou telle décision se réalise. Par exemple, lorsqu'un individu choisit entre deux modes de déplacement – prendre sa voiture ou un transport collectif – interviennent des éléments déterministes (le prix de l'essence, le prix du titre de transport, la longueur du trajet, la vitesse du déplacement) et des éléments aléatoires (les encombrements urbains), dont on sait mesurer le poids respectif. Le modèle logit permet de déterminer la probabilité de choisir l'un ou l'autre de ces modes de déplacement. Il permet également de passer de la probabilité à la part de marché (par exemple, la part du métro sur le marché des transports). C'est la raison pour laquelle il est utilisé par les entreprises lorsqu'elles réalisent des études de marketing et cherchent à interpréter les choix de produits achetés par les consommateurs ; le modèle est également largement utilisé par les bureaux d'études lorsqu'ils conseillent les firmes qui ont à choisir entre plusieurs localisations possibles.

Le modèle construit par Daniel McFadden relève de la microéconométrie, discipline qui allie l'économie et les statistiques. Cette méthodologie consiste à établir, dans un premier temps, des bases de données collectées au niveau de l'individu et de ses comportements quotidiens. On élabore ensuite des modèles formalisant les stratégies individuelles. Après avoir appliqué le modèle aux données, on en mesure les paramètres. L'interprétation des résultats est censée éclairer les décisions de politique économique par exemple. Le traitement informatique des microdonnées nécessaires à ce type de modèle a de toute évidence facilité le développement de la discipline et l'indispensable confrontation théorique aux données réelles.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  McFADDEN DANIEL (1937-2018)  » est également traité dans :

HECKMAN JAMES (1944- )

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 893 mots

En récompensant conjointement, le 11 octobre 2000 à Stockholm, James Heckman de l'université de Chicago (Illinois) et Daniel McFadden de l'université de Berkeley (Californie), l'Académie royale des sciences de Suède a distingué des travaux très précis unissant des formulations mathématiques et des techniques statistiques pour construire une analyse économique opérationnelle. James J. Heckman est n […] Lire la suite

Pour citer l’article

Françoise PICHON-MAMÈRE, « McFADDEN DANIEL - (1937-2018) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/daniel-mcfadden/