BECKER GARY STANLEY (1930-2014)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En 1992, le jury suédois a décerné une fois encore le prix Nobel d'économie à un professeur de l'université de Chicago, un an après la consécration de Ronald Coase, enseignant également dans cette université. Les caractéristiques du lauréat de 1992 sont conformes à celles de ses prédécesseurs. Gary S. Becker est américain, économiste néo-classique adepte de l'école de Chicago, mais il est relativement jeune par rapport aux précédents lauréats.

Une analyse économique conquérante

Né en 1930 à Pottstown en Pennsylvanie, Gary Becker occupe toutefois une place singulière dans la galaxie des économistes. Au début de sa carrière il hésite entre la sociologie et l'économie, ce qui marquera toute son œuvre et l'incitera à ouvrir aux économistes des champs de recherche habituellement rattachés à la sociologie : l'éducation et la formation, la discrimination raciale, les décisions familiales, la criminologie et les comportements déviants ou encore les mécanismes de pression politique. Becker est convaincu qu'il est possible d'évaluer les déterminants économiques qui influencent, même de façon minime, l'ensemble des comportements humains. C'est précisément ce qui lui vaut sa renommée et la distinction de l'Académie royale de Suède qui juge que Becker a su élargir l'analyse économique à de nouveaux domaines des comportements humains en étendant sa réflexion au-delà des seules relations marchandes.

L'inventivité de Becker est incontestable lorsqu'il tente de détecter (certains diront de traquer) la part de rationalité économique, si marginale soit-elle, qui pèse sur les aspects les plus divers, et parfois les plus intimes de la vie quotidienne (le mariage, le divorce, l'adultère, la fécondité, le suicide). Mais son analyse des processus de choix individuels s'inscrit totalement dans la pensée néo-classique traditionnelle. Gary Becker est en effet convaincu que [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  BECKER GARY STANLEY (1930-2014)  » est également traité dans :

LE CAPITAL HUMAIN, UNE ANALYSE THÉORIQUE ET EMPIRIQUE, Gary Stanley Becker - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Samuel FEREY
  •  • 1 079 mots

En publiant, en 1964, Human Capital, A Theoretical and Empirical Analysis (Le Capital humain, une analyse théorique et empirique), l'Américain Gary Stanley Becker donne une impulsion déterminante à la théorie du capital humain (ce qui lui vaudra le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-capital-humain-une-analyse-theorique-et-empirique/#i_70444

ACTION RATIONNELLE

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 2 633 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Chicago, foyer intellectuel de la théorie du choix rationnel »  : […] Pendant de longues décennies, les économistes ont gardé le monopole de l'explication des actions à l'aide d'une telle théorie. Le cas paradigmatique est l'analyse du consommateur, que les économistes appréhendent comme un être capable d'ajuster de façon optimale ses préférences aux contraintes (le budget dont il dispose) qui sont les siennes. Sous l'impulsion de Gary Becker, professeur à l'univer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/action-rationnelle/#i_70444

ASSURANCE - Économie de l'assurance

  • Écrit par 
  • Pierre PICARD
  •  • 5 618 mots

Dans le chapitre « Autoprotection et autoassurance »  : […] Il y a risque moral lorsque l'assureur ne peut vérifier les efforts de prévention des risques de l'assuré. Selon la terminologie introduite par Isaac Ehrlich et Gary Becker, la prévention des risques comprend l' autoprotection qui réduit la probabilité de subir un sinistre et l' autoassurance qui diminue la gravité des dommages en cas de sinistre. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/assurance-economie-de-l-assurance/#i_70444

CAPITAL, sociologie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURAND
  •  • 1 290 mots

Chez Karl Marx, le capital est un social propre à la société bourgeoise, rapport social qui repose sur la propriété privée des moyens de production, laquelle définit largement la division du travail et la répartition de la valeur produite. Dans le cadre de ce rapport social, l'accroissement de la valeur, essentiellement au bénéfice du capitaliste, a lieu à travers l'exploitation de la force de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/capital-sociologie/#i_70444

DÉMOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Hervé LE BRAS
  •  • 8 952 mots

Dans le chapitre « Les migrations »  : […] La simplicité et l'élégance de la théorie des populations stables a un revers. Certains phénomènes sont négligés, en particulier la migration. La théorie de Lotka s'adresse à des populations fermées – par exemple à des espèces animales, dont elle anticipe le développement et la structure par âge –, mais elle se prête mal à la dynamique des populations modernes dans laquelle les migrations jouent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/demographie/#i_70444

DROIT - Économie du droit

  • Écrit par 
  • Bruno DEFFAINS
  •  • 3 736 mots
  •  • 2 médias

L' analyse économique du droit constitue un mouvement de l'économie vers le droit puisqu'elle se propose d'utiliser les outils de l'analyse économique afin d'étudier des questions relevant de la sphère juridique. Plus précisément, elle peut se définir comme l'application des hypothèses théoriques (rationalité, maximisation de l'utilité, mécanismes incitatifs, etc.) et des critères de jugement (équ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-economie-du-droit/#i_70444

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Théorie néo-classique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 2 836 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Faiblesses et retour en force du cadre néoclassique »  : […] Malgré un succès réel au début du xx e  siècle, la théorie néoclassique souffre de deux faiblesses. Premièrement, si elle démontre de façon très rigoureuse sur le plan mathématique l'existence d'un équilibre, elle est incapable de décrire le mécanisme dynamique qui permet de l'atteindre. Walras imagine un « commissaire-priseur » , personnage hypot […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-theorie-neo-classique/#i_70444

ÉDUCATION - Économie de l'éducation

  • Écrit par 
  • François LECLERCQ
  •  • 3 976 mots

L'approche économique contemporaine de l'éducation s'est développée à partir de la fin des années 1950 avec les travaux de Theodore Schultz (Prix Nobel 1979, Gary Becker (Prix Nobel 1992) et Jacob Mincer qui ont fondé la théorie du capital humain. Selon cette théorie, les compétences acquises dans le système d'enseignement (école, collège, lycée, université, enseignement et formation techniques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/education-economie-de-l-education/#i_70444

FAMILLE - Économie de la famille

  • Écrit par 
  • Catherine SOFER
  •  • 5 320 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le marché du mariage »  : […] L'association des termes « marché » et « mariage » peut évidemment surprendre au premier abord. Si marché il y a pour le mariage, il s'agit bien sûr d'un marché sans prix, mais le mariage n'est pas le seul exemple de ce type de marché. David Gale et Lloyd Shapley (1962) ont, les premiers, introduit un modèle d'appariement dans lequel des hommes et des femmes (par convention, mais le modèle s’appl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/famille-economie-de-la-famille/#i_70444

MACROÉCONOMIE - Emploi

  • Écrit par 
  • Bernard GAZIER
  •  • 9 587 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Du « capital humain » au travail comme « facteur quasi fixe » »  : […] Une série d'améliorations importantes ont pu être apportées durant les années 1960, essentiellement par des auteurs américains tels que Gary Becker, George Stigler et Walter Oi. Elles ont consisté à relâcher certaines hypothèses particulièrement peu réalistes du schéma de base, tout en en conservant la logique profonde. Le raisonnement initial postulait que le travail était une marchandise homogè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/macroeconomie-emploi/#i_70444

SPORT (Histoire et société) - Économie

  • Écrit par 
  • Wladimir ANDREFF
  •  • 6 789 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La discrimination raciale »  : […] Cette forme de discrimination (il en existe d'autres, comme la discrimination de genres) dans le sport professionnel est étudiée aux États-Unis en partant de l'analyse de Gary Becker des discriminations sur le marché du travail. Elle se définit comme une situation où les résultats que les individus tirent de leur travail ne sont pas seulement fonction de leur productivité, mais sont en partie dét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sport-histoire-et-societe-economie/#i_70444

Voir aussi

Pour citer l’article

Françoise PICHON-MAMÈRE, « BECKER GARY STANLEY - (1930-2014) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gary-stanley-becker/