STIGLER GEORGE (1911-1991)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 17 octobre 1911 à Renton, dans l'État de Washington, docteur de l'université de Chicago en 1938, le professeur George Stigler a fait toute sa carrière comme enseignant aux universités de l'Iowa (1936-1938), du Minnesota (1938-1946), à Brown University (Rhode Island) en 1946-1947, à Columbia (1947-1958), enfin à Chicago (1958-1981). Il n'a pas eu, en Europe, une audience comparable à celle qu'ont pu atteindre les analyses de son collègue Milton Friedman.

Stigler s'est consacré à tous les aspects théoriques de la science économique, mais c'est essentiellement pour ses contributions en matière d'organisation industrielle que le prix Nobel d'économie lui a été attribué le 20 octobre 1982.

Connu pour ses travaux sur les théories de la production, des coûts et des structures industrielles, Stigler a ouvert de « nouvelles perspectives sur les modes de fonctionnement et les structures des marchés ». C'est ainsi que, dès le début des années 1960, il critique les réglementations étatiques et tourne son programme de recherche vers l'application de la science économique aux comportements politiques. Pour cela, il travaille avec deux autres économistes de renom : Gary Becker, pour l'application de l'économie à la sociologie, et Richard Posner, pour l'application de l'économie aux problèmes juridiques.

Sur le plan méthodologique, le raisonnement de Stigler reste dans les limites de l'analyse micro-économique et part de postulats simples. Pour les consommateurs, l'économie la plus efficace est celle où règne la libre concurrence. Seules exceptions, peut-être : le contrôle des loyers, avantageux pour les consommateurs locataires, et l'intervention de l'État pour corriger certains dysfonctionnements du marché (la pollution, par exemple). Pour les entreprises, il estime que certaines politiques monopolistiques entravent la concurrence et permettent à celles [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  STIGLER GEORGE (1911-1991)  » est également traité dans :

COÛTS DE TRANSACTION

  • Écrit par 
  • Claude MÉNARD
  •  • 5 298 mots

Dans le chapitre «  Historique »  : […] L'article de Ronald Coase (1937) constitue la pièce fondatrice de l'économie des coûts de transaction, bien qu'un autre auteur, l'économiste américain John Commons, ait presque simultanément mis au centre de sa réflexion le concept de transaction, mais dans un tout autre contexte, celui d'une analyse systémique. L'analyse initiale de Coase porte s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/couts-de-transaction/#i_92376

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Théorie néo-classique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 2 836 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Faiblesses et retour en force du cadre néoclassique »  : […] Malgré un succès réel au début du xx e  siècle, la théorie néoclassique souffre de deux faiblesses. Premièrement, si elle démontre de façon très rigoureuse sur le plan mathématique l'existence d'un équilibre, elle est incapable de décrire le mécanisme dynamique qui permet de l'atteindre. Walras imagine un « commissaire-priseur » , personnage hypoth […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-theorie-neo-classique/#i_92376

MACROÉCONOMIE - Emploi

  • Écrit par 
  • Bernard GAZIER
  •  • 9 587 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Du « capital humain » au travail comme « facteur quasi fixe » »  : […] Une série d'améliorations importantes ont pu être apportées durant les années 1960, essentiellement par des auteurs américains tels que Gary Becker, George Stigler et Walter Oi. Elles ont consisté à relâcher certaines hypothèses particulièrement peu réalistes du schéma de base, tout en en conservant la logique profonde. Le raisonnement initial pos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/macroeconomie-emploi/#i_92376

Pour citer l’article

Françoise PICHON-MAMÈRE, « STIGLER GEORGE - (1911-1991) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-stigler/