STIGLER GEORGE (1911-1991)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 17 octobre 1911 à Renton, dans l'État de Washington, docteur de l'université de Chicago en 1938, le professeur George Stigler a fait toute sa carrière comme enseignant aux universités de l'Iowa (1936-1938), du Minnesota (1938-1946), à Brown University (Rhode Island) en 1946-1947, à Columbia (1947-1958), enfin à Chicago (1958-1981). Il n'a pas eu, en Europe, une audience comparable à celle qu'ont pu atteindre les analyses de son collègue Milton Friedman.

Stigler s'est consacré à tous les aspects théoriques de la science économique, mais c'est essentiellement pour ses contributions en matière d'organisation industrielle que le prix Nobel d'économie lui a été attribué le 20 octobre 1982.

Connu pour ses travaux sur les théories de la production, des coûts et des structures industrielles, Stigler a ouvert de « nouvelles perspectives sur les modes de fonctionnement et les structures des marchés ». C'est ainsi que, dès le début des années 1960, il critique les réglementations étatiques et tourne son programme de recherche vers l'application de la science économique aux comportements politiques. Pour cela, il travaille avec deux autres économistes de renom : Gary Becker, pour l'application de l'économie à la sociologie, et Richard Posner, pour l'application de l'économie aux problèmes juridiques.

Sur le plan méthodologique, le raisonnement de Stigler reste dans les limites de l'analyse micro-économique et part de postulats simples. Pour les consommateurs, l'économie la plus efficace est celle où règne la libre concurrence. Seules exceptions, peut-être : le contrôle des loyers, avantageux pour les consommateurs locataires, et l'intervention de l'État pour corriger certains dysfonctionnements du marché (la pollution, par exemple). Pour les entreprises, il estime que certaines politiques monopolistiques entravent la concurrence et permettent à celles qui devraient normalement être éliminées (du fait de coûts fixes de production trop élevés) de se maintenir sur le marché. C'est ce qu'il appelle le « principe du survivant ». Quant à l'intervention de l'État, elle devient très vite coûteuse à la fois pour le consommateur, qui paiera plus cher les produits concernés, et pour l'industriel, qui utilisera ces produits dans son propre processus de production. La protection de certaines industries n'aidera souvent qu'à la recherche d'une rente de situation.

Mais, et c'est là que Stigler dépasse le message habituel de l'école de Chicago, l'obstacle principal à un retour au libéralisme viendrait de la « communauté des affaires » elle-même. Contrairement à certaines idées reçues, le dirigisme est loin d'annoncer le « crépuscule du capitalisme ». Bien au contraire, il débarrasse les hommes d'affaires des contraintes de la concurrence et ne les incite guère à souhaiter le relâchement des interventions publiques. Les choix publics, comme les décisions politiques, seront alors biaisés en faveur des groupes de pression dominants. Stigler examine en profondeur l'action de la législation économique sur les marchés et aboutit à l'hypothèse selon laquelle certaines réglementations peuvent être conçues de manière à protéger les entreprises, les organisations et les groupes professionnels (donc les intérêts des producteurs) plutôt que le public et les consommateurs.

Les travaux de George Stigler mettent également en relief le rôle de l'information dans l'évolution du marché. Selon la théorie traditionnelle, le cours des événements du marché doit mener à ce que chaque marchandise soit vendue partout au même prix. D'après Stigler, ce phénomène peut s'expliquer si les frais de recherche et de diffusion de l'information sur les marchandises et les prix sont insérés dans le modèle global, aux côtés des frais habituels de production et de transport.

L'ensemble des recherches de Stigler sur l'organisation industrielle ont été publiées en 1982 sous le titre The Pleasures and Pains of Modern Capitalism (Institute of Economic Affairs, Londres). Auparavant, son manuel sur La Théorie des prix (The Theory of Price, 1946) avait été traduit en français en 1972. Élu en 1974 président de l'American Economic Association, George Stigler a dirigé aussi, à partir de 1973, le Journal d'économie politique.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  STIGLER GEORGE (1911-1991)  » est également traité dans :

COÛTS DE TRANSACTION

  • Écrit par 
  • Claude MÉNARD
  •  • 5 298 mots

Dans le chapitre «  Historique »  : […] L'article de Ronald Coase (1937) constitue la pièce fondatrice de l'économie des coûts de transaction, bien qu'un autre auteur, l'économiste américain John Commons, ait presque simultanément mis au centre de sa réflexion le concept de transaction, mais dans un tout autre contexte, celui d'une analyse systémique. L'analyse initiale de Coase porte sur « la nature de la firme » et, plus précisément, […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Théorie néo-classique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 2 837 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Faiblesses et retour en force du cadre néoclassique »  : […] Malgré un succès réel au début du xx e  siècle, la théorie néoclassique souffre de deux faiblesses. Premièrement, si elle démontre de façon très rigoureuse sur le plan mathématique l'existence d'un équilibre, elle est incapable de décrire le mécanisme dynamique qui permet de l'atteindre. Walras imagine un « commissaire-priseur » , personnage hypothétique, qui sur chaque marché centralise les offre […] Lire la suite

MACROÉCONOMIE - Emploi

  • Écrit par 
  • Bernard GAZIER
  •  • 9 588 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Du « capital humain » au travail comme « facteur quasi fixe » »  : […] Une série d'améliorations importantes ont pu être apportées durant les années 1960, essentiellement par des auteurs américains tels que Gary Becker, George Stigler et Walter Oi. Elles ont consisté à relâcher certaines hypothèses particulièrement peu réalistes du schéma de base, tout en en conservant la logique profonde. Le raisonnement initial postulait que le travail était une marchandise homogè […] Lire la suite

Pour citer l’article

Françoise PICHON-MAMÈRE, « STIGLER GEORGE - (1911-1991) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/george-stigler/