EAUX TERRITORIALES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En droit international, on entend par eaux territoriales, ou mer territoriale, l'espace maritime intermédiaire entre les eaux intérieures (lacs, estuaires ou baies) et la haute mer, espace compris entre la ligne de base de la mer territoriale côté terre et une ligne idéale qui, établie à la limite de la haute mer, est définie par l'État côtier et portée à la connaissance de la communauté internationale. On définit en principe la ligne de base des eaux territoriales par le tracé côtier que découpent les ouvrages les plus avancés des ports et, lorsqu'il s'agit d'une baie, les lignes de cap à cap ou les lignes déterminables entre les points extrêmes de la baie.

La notion d'eaux territoriales s'élabore au xviie siècle avec le développement de la réflexion politique sur le droit des gens. Certains théoriciens, notamment l'Anglais Selden, veulent réserver le contrôle des mers à l'Angleterre, d'autres (notamment ceux qui appartiennent à l'école du droit naturel) préconisent la libre circulation sur les mers et le droit pour les États côtiers de contrôler la circulation dans les eaux bordières. Chez ces derniers, deux conceptions s'affrontent : pour les uns, le contrôle doit équivaloir à une portée de canon des côtes ; pour les autres, il doit couvrir une zone littorale de largeur uniforme. À la fin du xviiie siècle, les principaux États intéressés s'accordent sur une solution de compromis et fixent la limite des eaux territoriales à 3 milles des côtes (5 km environ) ; cette convention devait être admise par les États-Unis d'Amérique en 1793 et par d'autres nations au cours du xixe siècle ; cependant, la limitation à 3 milles ne sera jamais universellement reconnue et ne constituera donc pas une norme de droit international.

Réunie à Genève en 1958, une conférence des Nations unies sur le droit de la mer a mis au point une convention définissant les principes généralement admis touchant la nature juridique de la mer territoriale ; entrée en vigueur en 1964, elle a notamment établi :

– Le droit pour tout État côtier d'exercer une pleine souveraineté sur ses eaux territoriales, sur le sol et le sous-sol qu'elles recouvrent, ainsi que sur l'espace aérien qu'elles délimitent ; un droit de passage inoffensif est reconnu aux navires marchands (et de guerre à partir de 1982) des autres pays, mais non aux navires de pêche, aux aéronefs et aux sous-marins en plongée.

– Le droit pour tout État côtier de contrôler comme son territoire (autorités douanières, fiscales, sanitaires, de police) une zone bordière d'une largeur minimale de 1 lieue marine (soit 3,45 milles).

La fixation de cette largeur minimale avait été imposée par les États occidentaux attachés au principe de liberté des mers. Malgré l'avis contraire et même l'opposition de ces États, certains pays (notamment la Chine populaire, l'Égypte, l'Inde, le Mexique, le Pakistan et l'U.R.S.S.) établirent dès cette époque la limite extérieure des eaux territoriales à 12 milles ; d'autres (tels le Chili, l'Équateur et le Pérou) affirmaient leur droit de juridiction sur les eaux s'étendant jusqu'à 200 milles (370 km) au large de leurs côtes, et arraisonnaient les navires de pêche nord-américains qui ignoraient leur décision. Pour éviter que les divergences d’intérêts ne conduisent à l’anarchie, la convention internationale de Montego Bay, signée le 10 décembre 1982, a trouvé une solution de compromis en retenant la limite des 12 milles et en créant à sa suite une zone économique exclusive au profit des États d’une largeur de 188 milles. Traditionnellement fixée à 3 milles, la limite des eaux territoriales françaises était d'ailleurs portée dès 1971 à une distance de 12 milles (22 km environ) des lignes de base ; la disposition était motivée surtout par des considérations d'ordre militaire et policier. Les États-Unis firent de même en 1988.

De façon générale la législation nationale s'applique automatiquement à la mer territoriale. Ainsi le sol et le sous-sol de la mer territoriale font-ils partie du domaine public de l'État et, de ce fait, s'opposent aux droits du plateau continental, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  EAUX TERRITORIALES  » est également traité dans :

ARCTIQUE (géopolitique)

  • Écrit par 
  • François CARRÉ
  •  • 6 916 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le statut de l'océan Arctique »  : […] Alors que les hautes latitudes australes, largement continentales, sont régies depuis 1959 par le traité de l'Antarctique, il n'y a rien de tel dans l'Arctique. L'océan boréal est soumis aux dispositions du droit de la mer contenues dans la convention de Montego Bay, adoptée en 1982. Celle-ci est entrée en vigueur en 1994, bien que les États-Unis ne l'aient pas ratifiée, et s'applique désormais à […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2020

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 6 732 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Devant les turbulences du monde »  : […] Particulièrement engagé depuis le début de son mandat dans l’action européenne et internationale, Emmanuel Macron est plongé au cours de l’année 2020 dans de nouvelles turbulences. Le couple franco-allemand est à l’origine d’un plan de relance exceptionnel. Porté par l’Union européenne, celui-ci est destiné à faire face à la crise pandémique et à limiter l’effondrement des économies européennes. […] Lire la suite

HAUTE MER, définition juridique et réglementation

  • Écrit par 
  • Pierre Michel EISEMANN
  •  • 351 mots

Partie des mers et des océans qui n'est pas soumise à la juridiction des États côtiers, la haute mer, traditionnellement vouée à la navigation et à la pêche, peut être utilisée par les navires de tous les États. La navigation comme la pêche y sont libres. Le principe de liberté est appliqué également aux techniques apparues plus récemment, comme la pose de câbles téléphoniques ou de pipe-lines et […] Lire la suite

MER DROIT DE LA

  • Écrit par 
  • Charles VALLÉE
  •  • 3 169 mots

Dans le chapitre « Statut »  : […] Il se définit très simplement : dans ses eaux territoriales, l'État riverain exerce sa souveraineté sous réserve de laisser passer les navires étrangers (règle du libre passage inoffensif). Cette souveraineté a plusieurs aspects. D'abord, l'État riverain, pleinement compétent pour réglementer la pêche dans sa mer territoriale, peut en réserver l'exercice à ses nationaux qui ont alors un droit exc […] Lire la suite

PÊCHE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul TROADEC
  •  • 4 847 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Ajustement des institutions aux nouvelles conditions »  : […] L'accès aux ressources est régulé au moyen d'institutions : – les régimes d'exclusivité, qui définissent les droits et les obligations des personnes ou des associations de personnes qui assurent, à l'échelle des États (souveraineté), des ressources (propriété) et des armements (droits de pêche), les contrôles nécessaires à la régulation de l'accès ; – les mécanismes d'attribution et d'échange des […] Lire la suite

Les derniers événements

28 octobre - 1er novembre 2021 France – Royaume-Uni. Conflit diplomatique au sujet de l'octroi des licences de pêche.

Le 28, deux bateaux de pêche anglais contrôlés dans les eaux territoriales françaises, au large du Havre (Seine-Maritime), sont verbalisés pour défaut de licence ou d’autorisation de pêche dans cette zone. Le même jour, le ministère de la Mer et le secrétariat général des Affaires européennes publient un communiqué qui présente un premier train de mesures, en réaction à la décision de Londres de n’octroyer qu’un nombre limité de licences de pêche dans les eaux britanniques aux bateaux français qui en ont fait la demande. […] Lire la suite

23 juin 2021 Russie – Royaume-Uni. Incident naval au large de la Crimée.

La Russie accuse le Royaume-Uni de « provocation flagrante » à la suite de l’entrée du destroyer de la Royal Navy HMS Defender dans ce que Moscou estime être les eaux territoriales russes, au large de la Crimée, en mer Noire. Elle affirme avoir effectué des tirs de sommation afin d’obliger le bâtiment britannique à se dérouter. Londres dément que des tirs aient visé le destroyer et indique que celui-ci « empruntait un passage internationalement reconnu entre l’Ukraine et la Géorgie ». […] Lire la suite

5-23 août 2019 Italie. Nouveau blocage des activités de sauvetage en Méditerranée.

Le 14, le tribunal administratif du Latium autorise le navire espagnol Open Arms, avec cent quarante-sept migrants à son bord, à pénétrer dans les eaux territoriales italiennes en raison d’une situation « exceptionnellement grave ». Matteo Salvini maintient toutefois l’interdiction de débarquer, s’opposant en cela au président du Conseil Giuseppe Conte. […] Lire la suite

14 août 2019 France – Belgique. Interdiction de la pêche électrique.

Paris et Bruxelles interdisent la pêche électrique dans leurs eaux territoriales, jusqu’à douze milles marins des côtes. Un règlement européen publié en juillet interdit définitivement cette pêche à compter de juillet 2021, mais autorise les États membres à appliquer immédiatement cette interdiction. Frappée de moratoire depuis 1998, cette pêche était de nouveau pratiquée à titre dérogatoire depuis 2006. […] Lire la suite

15 juin - 2 juillet 2019 Italie. Accostage de force du Sea-Watch 3 à Lampedusa.

Il interdit notamment l’entrée des navires humanitaires dans les eaux territoriales italiennes. Le 26, la capitaine du navire humanitaire Sea-Watch 3, Carola Rackete, force le blocus des autorités italiennes et pénètre dans les eaux territoriales en vue de débarquer sur l’île de Lampedusa les quarante-deux migrants secourus le 12 au large de la Libye – onze personnes vulnérables ont déjà été débarquées pour raisons humanitaires. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain-Philippe CRESSARD, « EAUX TERRITORIALES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/eaux-territoriales/